Guerre en Ukraine : Mais où va le navire Razoni, rempli de céréales ?

DESTINATION Le bateau, qui transporte la première cargaison de céréales ukrainiennes depuis l'accord, est bloqué au large des côtes turques

20 Minutes avec AFP
— 
Le navire Razoni, transportant la première cargaison de céréales ukrainiennes, est bloqué au large des côtes turques en attente d'un acheteur.
Le navire Razoni, transportant la première cargaison de céréales ukrainiennes, est bloqué au large des côtes turques en attente d'un acheteur. — CHINE NOUVELLE/SIPA

On le sait depuis dimanche : le navire Razoni, transportant le premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine depuis l’invasion russe du 24 février n’accostera pas au Liban comme prévu. Mais où se rend donc le Razoni ?

Le Razoni devait être le symbole de la reprise des exportations de céréales du grenier du monde alors que la Russie est en pleine invasion du pays. Mais si son confrère, le cargo turc Polarnet est arrivé comme prévu en Turquie, le Razoni reste, lui, immobile. Inspecté avec succès à Istanbul mercredi dernier, il est toujours à l’arrêt au large des côtes turques pour une raison que l’on ignore.

Retard de livraison (pour cause de guerre)

L’ambassade ukrainienne au Liban, interrogée samedi, s’est bornée à répéter : « Nous tenons à vous informer que l’arrivée prévue demain du navire Razoni a été reportée. » Sans plus de détails. Son arrivée qui était prévue, selon l’ambassade ukrainienne au Liban, dimanche à 10 heures (9 heures, heure française) au port de Tripoli, dans le nord du Liban.

D’après nos confrères de France Info, l’ambassade d’Ukraine au Liban a un début d’explication. Selon elle, « l’acheteur final au Liban a refusé d’accepter la cargaison en raison du retard des conditions de livraison [cinq mois] ». L’entreprise ukrainienne qui expédie les céréales cherche donc un nouvel acquéreur.

Navire cherche acheteur de céréales

Selon une source officielle proche du dossier, le navire n’accostera probablement pas au Liban s’il arrive à vendre sa cargaison à un marchand dans un autre pays. « Le navire ne se rendra au Liban que dans un seul cas : si un marchand achète sa cargaison », a précisé la source sous couvert d’anonymat.

Les accords signés par l’Ukraine et la Russie à Istanbul le 22 juillet ont pour but de rendre possible l’exportation des céréales ukrainiennes bloquées par la guerre et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales, pour atténuer la crise alimentaire​ mondiale et la hausse des prix dans certains des pays les plus pauvres. Vendredi, trois nouveaux chargements de maïs ont quitté l’Ukraine en convoi, a annoncé le ministère turc de la Défense. Les trois bâtiments desserviront l’Irlande, l’Angleterre et la Turquie, selon la même source.