Guerre en Ukraine : Au moins 5.401 civils tués depuis le début du conflit

CONFLIT Retrouvez toutes les informations sur le conflit du mardi 9 août 2022

X.M., D.R., C.d.S
— 
La guerre a commencé le 24 février 2022 avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie.
La guerre a commencé le 24 février 2022 avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie. — David Goldman/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe, continue d’inquiéter. De nouvelles frappes sur le site font craindre une catastrophe.
  • L’Onu veut plus d’argent pour l’aide humanitaire à l’Ukraine. Elle a ainsi nettement augmenté lundi son appel d’urgence, estimant les besoins à 4,3 milliards de dollars entre mars et la fin de l’année.
  • Selon les Nations unies, « plus d’un quart de la population ukrainienne, 17,7 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, auront besoin d’une aide humanitaire dans les mois qui viennent ».
  • Le Pentagone a annoncé une nouvelle aide militaire à l’Ukraine d’un montant d’un milliard de dollars, qui comprend notamment des missiles supplémentaires pour les systèmes américains d’artillerie de précision Himars.

A VOIR

A LIRE

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.
22h29 : La Lettonie veut se joindre à la requête de Kiev contre la Russie devant la CEDH

La Lettonie a officiellement demandé lundi à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de se joindre à la procédure ukrainienne contre la Russie.

La CEDH avait annoncé fin juin avoir enregistré une requête interétatique formelle de la part de l'Ukraine contre la Russie, une procédure assez rare destinée à constater les violations des droits humains commises par Moscou depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

21h44 : Macron et Johnson déterminés sur l'Ukraine, évoquent leur « camaraderie »

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique démissionnaire Boris Johnson se sont félicités, mardi lors d'un entretien téléphonique, de leur coopération ces dernières années et ont souligné l'importance de continuer  « soutenir l'Ukraine aussi longtemps que nécessaire ».

 « Ils se sont remerciés mutuellement pour leur amitié et leur camaraderie » et ont estimé que la coopération bilatérale avait  « fait la différence sur nombre de sujets internationaux », a souligné un porte-parole de Downing Street.

21h33 : Washington débloque 89 millions de dollars pour déminer l'Ukraine

Les Etats-Unis ont annoncé mardi qu'ils allaient consacrer 89 millions de dollars pour aider l'Ukraine à détruire les mines antipersonnelles, posées selon eux volontairement par les soldats russes dans des zones habitées du nord du pays avant de s'en retirer en mars.

18h58 : Des embouteillages sur le pont qui mène en Russie depuis la Crimée, après les explosions

 

18h29 : 10 tonnes de produits alimentaires distribués à Mykolaiv par le Secours populaire

 

18h12 : Steven Seagal est en Russie

 

17h43 : Un mort dans les explosions près d’un aérodrome militaire en Crimée

Initialement, l’armée russe avait assuré qu’il n’y avait pas eu de victimes dans les explosions. Mais, plus tard dans la journée, le dirigeant de la Crimée, Sergueï Aksionov, a fait état d’un mort. « Malheureusement, une personne a été tuée. J’adresse mes condoléances les plus sincères à ses proches », a-t-il écrit sur Telegram.

Pour sa part, le ministre de la Santé de Crimée, Konstantin Skoroupski, a dit que cinq personnes avaient été blessées, parmi lesquelles un enfant. Trente personnes ont été évacuées de Novofiodorovka, selon les autorités locales.

17h32 : Au moins 5.401 civils tués depuis le début de la guerre

Au moins 5.401 civils ont été tués et 7.466 blessés depuis que la Russie a commencé son invasion de l’Ukraine en février. Dans chacune de ces mises à jour, l'ONU​ indique clairement qu’elle « pense que les chiffres réels sont considérablement plus élevés ».

16h45 : Plus de 3.000 civils évacués de l'est de l'Ukraine en une semaine

Plus de 3.000 civils ont été évacués de la région de Donetsk, en proie aux combats dans l'est de l'Ukraine, depuis que les autorités ont rendu fin juillet ces évacuations obligatoires, a annoncé Kiev mardi. «Au cours des six derniers jours, 3.000 habitants ont été évacués, dont presque 600 enfants et 1.400 femmes. Les évacuations obligatoires continuent», a déclaré sur sa chaîne Telegram Kyrylo Timochenko, le chef-adjoint de l'administration présidentielle.

Il a précisé que plus d'1,3 million de personnes avaient été évacuées de la région depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine en février et qu'il y avait «maintenant une population de 350.000 personnes, dont 50.000 enfants, sur le territoire de la région».

16h21 : Selon Moscou, des munitions ont explosé dans un aérodrome militaire en Crimée

Des munitions ont explosé mardi dans un aérodrome militaire russe dans l’ouest de la Crimée, sans faire de victime, a affirmé l’armée russe dans un communiqué, après l’annonce de détonations dans cette zone par les autorités locales.

« Plusieurs munitions destinées à l’aviation ont explosé dans un dépôt situé sur le territoire de l’aérodrome militaire de Saki, près de la localité de Novofiodorovka », précise le communiqué, cité par les agences de presse russes. « Personne n’a été blessé dans l’explosion », assure-t-il, en affirmant que le dépôt n’a pas été la cible de tirs ni de bombardements.


 

16h11 : Naissances prématurées en hausse dans les centres de santé

L’invasion russe en Ukraine « augmente le niveau de stress des femmes enceintes, ce qui conduit à une augmentation du nombre de naissances prématurées signalées », a indiqué un porte-parole de l’agence de santé mondiale Unitaid, Hervé Verhoosel, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Les bébés nés prématurément sont plus susceptibles de développer des complications respiratoires, neurologiques ou digestives – des conditions qui nécessitent souvent un traitement par oxygène », a-t-il expliqué.

Unitaid a envoyé 220 appareils destinés à administrer l’oxygène. Ils sont désormais disponibles dans 25 centres à travers le pays, dont 17 sont des centres périnatals. « Dans certains hôpitaux avec lesquels nos partenaires ont parlé lors de la formation à l’utilisation du matériel, il y avait des augmentations de 12 à jusque 40 % », a-t-il expliqué.

15h36 : Kiev accuse Moscou de « terrorisme nucléaire »

« Le site de la centrale nucléaire Zaporojie, la plus grande d’Europe, a été la cible de frappes russes pour la deuxième fois en un peu plus de 24 heures. Le monde doit stopper l’agresseur russe et empêcher une catastrophe ! », a prévenu l’ambassade ukrainienne en France, sur Twitter.


 

15h24 : L’Ukraine remporte l’Olympiade des échecs féminins

L’Ukraine a remporté la médaille d’or à la 44e Olympiade des échecs féminins, a annoncé la Fédération internationale des échecs le 9 août. « Grâce aux victoires cruciales de Mariya Muzychuk et Anna Ushenina » l’Ukraine a battu la Pologne.


 

15h12 : Des explosions signalées près d’un aérodrome militaire russe en Crimée

« Plusieurs explosions » ont eu lieu mardi près d’un aérodrome militaire russe dans l’ouest de la Crimée, a indiqué un conseiller du gouverneur de cette péninsule ukrainienne annexée par la Russie, Oleg Krioutchkov.

« Je peux confirmer que plusieurs explosions se sont produites près de Novofiodorovka », où sont situés une base militaire et un aérodrome militaire russes, a-t-il écrit sur Telegram, alors que des vidéos montrant d’immenses nuages de fumée noire s’élevant dans le ciel ont été partagées par des témoins sur les réseaux sociaux.


 

14h59 : Les lieux touristiques dépendant du ministère des Armées restent ouverts aux Russes

Après l’accès refusé, fin juillet, à deux Russes voulant visiter le château de Vincennes, le cabinet du ministre des Armées a regretté un manque de « discernement » et assuré que les Russes étaient toujours autorisés sur ses sites touristiques.

Lundi, un service du ministère des armées a justifié cette interdiction par une « directive interne » prise « à la suite de l’invasion de l’Ukraine » pour restreindre « l’accès aux emprises militaires du ministère » pour les ressortissants russes. Mardi, le cabinet du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a précisé que les lieux touristiques dépendant du ministère restaient encore ouverts aux Russes.

14h45 : Le Kremlin critique l’appel de Zelensky à fermer les frontières aux Russes

Le Kremlin a vivement critiqué mardi l’appel « irrationnel » du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux pays occidentaux à fermer leurs frontières aux visiteurs russes pour punir Moscou de son offensive contre l’Ukraine.

« L’irrationalité d’un tel raisonnement dépasse toutes les limites et ne peut que susciter une réaction négative », a réagi mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Toute tentative d’isoler les Russes ou la Russie n’a aucune chance de réussir (…) Ces initiatives ne sentent pas très bon », a-t-il ajouté.

14h26 : Le Kremlin pas content de la décision du château de Vincennes

Le Kremlin a dénoncé les mesures « hostiles » visant ses ressortissants dans certains pays européens, comme un accès restreint pour les Russes au château de Vincennes en France, appelant à faire preuve de « bon sens ».

L’accès au château de Vincennes, près de Paris, qui abrite notamment des archives du ministère français des Armées, a été restreint pour les Russes depuis une directive interne prise à la suite de l’offensive en Ukraine. Interrogé sur cette mesure, ainsi que sur des appels en Finlande à interrompre l’émission de nouveaux visas touristiques pour les ressortissants russes, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a appelé ces pays à « retrouver leurs esprits ».

« Ces déclarations viennent de pays que nous avons désignés comme inamicaux (…) Plusieurs de ces pays sont guidés par leur hostilité jusqu’à l’inconscience », a-t-il dit à la presse. « Je pense qu’avec le temps, le bon sens prévaudra à nouveau et ceux qui font ces déclarations retrouveront leurs esprits », a-t-il ajouté.

13h49 : Les lieux touristiques dépendant du ministère des Armées restent bien ouverts aux Russes

Après l’accès refusé, fin juillet, à deux Russes voulant visiter le château de Vincennes (Val-de-Marne), le cabinet du ministre des Armées a regretté mardi un manque de « discernement » et assuré que les Russes étaient toujours autorisés sur ses sites touristiques.

12h59 : Les livraisons de pétrole russe via l’Ukraine interrompues

Les livraisons de pétrole russe à certains pays européens via l’Ukraine ont été interrompues après le refus d’une transaction bancaire à cause des sanctions visant Moscou, a annoncé mardi l’entreprise russe responsable du transport des hydrocarbures. Ces livraisons via une branche de l’oléoduc Droujba, qui dessert notamment la Hongrie, « sont interrompues depuis le 4 août », a indiqué l’entreprise Transneft dans un communiqué.

12h35 : 458 corps, le décompte final de la tuerie de Boutcha

Après des mois d'enquêtes, les autorités de Boutcha ont déclaré lundi qu'elles étaient parvenues à un décompte final des victimes de la tuerie perpétrée par les troupes russes, qui a déclenché l'indignation mondiale face aux atrocités présumées : 458 corps, dont 419 portaient des marques indiquant qu'ils avaient été abattus, torturés ou matraqués à mort, rapporte le Washington Post

Des personnes prient pour leur meilleur ami mort pendant l'occupation russe à Bucha, dans l'Oblast de Kiev, le 12 juin 2022.
Des personnes prient pour leur meilleur ami mort pendant l'occupation russe à Bucha, dans l'Oblast de Kiev, le 12 juin 2022. - Kunihiko Miura/AP/SIPA

 

12h18 : Le château de Vincennes ferme ses portes aux Russes

Les ressortissants russes ne peuvent plus visiter le château de Vincennes (Val-de-Marne), qui abrite également des archives du ministère français des Armées, depuis une directive interne prise à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

Le château de Vincennes, situé au sud-est de Paris, contient notamment l’un des centres du Service Historique de la Défense (SHD), dont les bibliothèques et les archives sont accessibles au public sous certaines modalités.

Le 28 juillet, deux femmes russes se sont vues refuser l’entrée. « Un gardien placé au niveau du détecteur de métaux a demandé à voir mon passeport », a expliqué l’une des deux jeunes femmes, âgée de 31 ans. Le gardien lui a ensuite refusé l’accès.

11h59 : La situation sur le terrain en carte

 

11h51 : Kiev remercie Helsinki

« Un autre ami de l’Ukraine rejoint le programme mené par le Royaume-Uni pour augmenter la capacité de combat de l’armée. La Finlande enverra ses militaires en Grande Bretagne pour former nos troupes. Forgeons ensemble la victoire sur l’État terroriste ! Merci », a tweeté Olksii Reznikov, le ministre de la Défense ukrainien.



 

11h35 : Deux nouveaux navires chargés de céréales quittent l’Ukraine

70.000 tonnes de céréales ont quitté le port ukrainien de Tchornomorsk, sur la mer Noire, en vertu de l’accord sur la reprise des exportations de Kiev, a annoncé le ministère ukrainien de l’Infrastructure. « Le navire Rahmi Yaggi livrera 5.300 tonnes à la Turquie, et près de 65.000 tonnes de maïs seront livrées par le vraquier Ocean Lion à la Corée du Sud », a précisé le ministère sur sa chaîne Telegram.

La Russie et l’Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales.

11h28 : Les écoles polonaises sont prêtes à éduquer jusqu’à 300.000 enfants ukrainiens

Le ministre polonais de l’Éducation, Przemyslaw Czarnek, a déclaré que 700.000 à 800.000 écoliers ukrainiens se trouvent actuellement en Pologne et que jusqu’à 600.000 d’entre eux sont actuellement éduqués en ligne par des écoles ukrainiennes.



 

11h02 : La Russie concentre ses efforts sur le sud

« Au cours du week-end, la Russie a continué à concentrer ses efforts sur le renforcement des défenses dans le sud de l’Ukraine. Malgré cette réorientation des efforts, la Russie a poursuivi ses attaques contre les positions ukrainiennes dans l’oblast de Donetsk », explique le ministère de la Défense britannique dans son bulletin quotidien. « Au cours des 30 derniers jours, l’assaut de la Russie vers la ville de Bakhmut a été son axe le plus réussi dans le Donbass ; cependant, la Russie n’a réussi à avancer que d’environ 10 km pendant cette période » ; ajoute le communiqué.

Et de conclure : « Bien qu’elle continue à faire un usage intensif de l’artillerie dans ces zones, la Russie n’a pas été en mesure de générer une infanterie de combat en nombre suffisant pour obtenir des avancées plus substantielles. »


 

10h47 : Les forces russes tentent de reprendre des localités dans la région de Kherson

Selon les autorités locales, les hostilités se poursuivent dans l’oblast de Kherson, où les troupes russes tentent en vain de regagner leurs positions « perdues », en bombardant lourdement les colonies que l’Ukraine a déjà libérées.


 

10h32 : Les pertes russes

 

10h23 : Tous les pays doivent cesser de délivrer des visas de tourisme aux Russes, estime la Première ministre estonienne

« Arrêtez de délivrer des visas de tourisme aux Russes. Visiter l’Europe est un privilège, pas un droit humain. Les voyages aériens en provenance de Russie sont fermés. Cela signifie que si les pays de l’espace Schengen délivrent des visas, les voisins de la Russie en supportent la charge. Il est temps de mettre fin au tourisme en provenance de Russie », a-t-elle tweeté.



 

10h07 : Le dernier rapport de l'Institut pour l'étude de la guerre

C'est hyper intéressant... mais en anglais. On vous laisse vous y pencher : 


 

10h00 : Olena Zelenska sur LCI ce soir

 

9h42 : Zelensky brandit le spectre de Tchernobyl

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a brandi lundi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl et appelé à de nouvelles sanctions contre la Russie, suite à de nouvelles frappes à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia occupée par les Russes.

 

9h32 : La Russie suspend les inspections américaines sur ses sites militaires

La Russie a annoncé lundi suspendre les inspections américaines prévues sur ses sites militaires dans le cadre du traité New Start, un accord clé du désarmement nucléaire entre les deux puissances, en assurant agir en réponse aux entraves américaines aux inspections russes similaires aux Etats-Unis.

La Russie « a officiellement informé » lundi les Etats-Unis que tous ses sites soumis aux inspections dans le cadre du traité New Start en seraient « temporairement exemptés », a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué. Il s’agit notamment des bases de lancement de missiles, ainsi que des bases aériennes et navales où sont déployés des missiles nucléaires.

9h02 : Les sites de désinformation russe ont doublé depuis l’invasion

Newsguard, qui se consacre au démantèlement des fake news, a repéré 250 sites produisant de la désinformation sur Moscou et Kiev. Leur nombre a doublé depuis l’invasion russe en Ukraine. « Ne serait-ce qu’au cours des quatre derniers mois, les analystes de NewsGuard ont identifié 78 nouveaux sites publiant de la désinformation Russie-Ukraine, et 32 nouveaux mythes sur la guerre », précise l’entreprise dans un communiqué. 42 sites identifiés sont francophones.

8h53 : Le chat protecteur

A Mykolaïv, les artistes Alyona et Dmytro ont peint une fresque en soutien aux Ukrainiens en pleine invasion. Le « chat protecteur » leur a pris sept jours de travail.


 

8h42 : Le maire de Nagasaki tire la sonnette d’alarme face au risque nucléaire

Les armes nucléaires représentent une menace « réelle et actuelle » depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré le maire de Nagasaki mardi, jour du 77e anniversaire du bombardement atomique qui a ravagé cette ville du Japon. Le 9 août 1945, Nagasaki avait été balayée par un feu infernal qui a tué 74.000 personnes, trois jours après la première attaque nucléaire du monde, à Hiroshima.

« En janvier de cette année, les dirigeants des Etats-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de la Chine ont publié une déclaration commune affirmant qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée », a déclaré le maire de Nagasaki. « Mais, dès le mois suivant, la Russie a envahi l’Ukraine. Des menaces d’utilisation d’armes nucléaires ont été proférées, faisant trembler le monde entier. L’utilisation d’armes nucléaires n’est pas une peur sans fondement, mais une crise réelle et actuelle », a estimé le maire de Nagasaki.

8h30 : Morts en territoire occupé

Rodion Miroshnik, qui est présenté comme l’ambassadeur russe de la République populaire autoproclamée de Louhansk, a affirmé sur Telegram qu’hier, quatre personnes avaient été tuées sur le territoire occupé de Donetsk. Ces informations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante.

8h16 : Volodymyr Zelensky demande aux pays Occidentaux de bannir tous les citoyens russes

Dans une interview au Washington Post, Volodymyr Zelensky a déclaré que les sanctions les plus importantes contre la Russie seraient de fermer les frontières, « parce que les Russes prennent la terre de quelqu’un d’autre ». Il a déclaré que les Russes devraient « vivre dans leur propre monde jusqu’à ce qu’ils changent de philosophie ».


 

8h03 : Lancement du satellite iranien mis en orbite par la Russie

Le satellite iranien d'observation Khayyam a été lancé mardi depuis le Kazakhstan, selon une retransmission en direct de l'agence spatiale russe Roscosmos.

Les images ont montré le satellite lancé depuis le cosmodrome russe de Baïkonour à l'heure prévue, 7h52 (heure française). Le lancement de ce satellite suscite des inquiétudes, certains responsables occidentaux craignant que Moscou ne l'utilise pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran.

7h59 : Moscou avance millimètre par millimètre

L’assaut de la Russie contre la ville de Bakhmut, dans l’est de l’Ukraine, a été son axe le plus réussi dans la région du Donbass au cours du mois dernier, a déclaré le ministère britannique de la Défense dans son point quotidien. Malgré cela, Moscou n’a gagné que 10 km pendant cette période et ailleurs dans le Donbass seulement 3 km en trente jours – « certainement beaucoup moins que prévu ».


 

7h48 : Estimation massive

Au total, selon le Pentagone, « 70.000 à 80.000 soldats » russes ont été tués ou blessés depuis le début, le 24 février, de l’invasion de l’Ukraine.

7h40 : Nikopol, au sud-ouest de Zaporojie, visée par des frappes

 

7h29 : On rembobine

Vous n'avez pas suivi l'actualité en Ukraine de ce lundi ? Vous pouvez retrouver toutes les informations essentielles dans notre récap' quotidien : 

 

7h18 : La Russie lance un satellite iranien sur fond d’accusations sur l’Ukraine

La Russie va mettre en orbite mardi un satellite iranien d’observation dont le lancement suscite des inquiétudes, certains responsables occidentaux craignant que Moscou ne l’utilise pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran.

Le lancement du satellite de télédétection Khayyam par une fusée Soyouz est prévu depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan à 7h52 (heure française), selon l’Agence spatiale russe (Roscosmos).

Ce satellite, nommé en l’honneur du poète et savant persan Omar Khayyam (1048-1131), a notamment pour but de « surveiller les frontières du pays », d’améliorer la productivité agricole, de contrôler les ressources hydriques et les catastrophes naturelles, selon l’Agence spatiale iranienne.

7h09 : Le prix du lait explose

Déjà à un niveau très élevé, le prix du lait va encore augmenter à cause de la sécheresse historique en cours en France, car les éleveurs n’ont plus assez d’herbe pour nourrir leurs vaches, avec des conséquences en cascade sur l’ensemble des produits laitiers.

« Les augmentations de prix, qui existent depuis plusieurs mois, vont perdurer sur les produits laitiers », dit Benoît Rouyer, directeur économique du Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière (Cniel).

En un an, une succession de chocs a nourri l’inflation sur les produits alimentaires, entre la rapide reprise post-Covid et la guerre en Ukraine. Pour les produits laitiers, le prix des yaourts a augmenté de 4,5 % entre juin 2021 et juin 2022, le lait demi-écrémé en brique ou en bouteille de 4,5 %, le beurre de 9,8 % et le fromage de 5,2 %.

6h52 : L’aide d’urgence pour l’Ukraine revue à la hausse

Les Nations unies ont annoncé lundi une augmentation majeure de leur appel d’urgence pour l’aide humanitaire à l’Ukraine. « Les besoins financiers ont augmenté de 2,25 milliards (estimés en avril) à 4,3 milliards », a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. L’appel aux dons d’avril couvrait la période allant de mars à août mais a été étendu jusqu’à la fin de l’année « en raison de l’aggravation de la situation » et de l’arrivée du froid qui se profile, a-t-il noté. Depuis le premier appel d’urgence lancé par l’ONU, 2,38 milliards de dollars ont déjà été récoltés

« Plus d’un quart de la population ukrainienne, 17,7 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, auront besoin d’une aide humanitaire dans les mois qui viennent, soit environ 2 millions de plus que l’estimation d’avril », a-t-il insisté. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, 11,7 millions de personnes ont bénéficié en Ukraine d’aide humanitaire au moins une fois entre fin février et fin juillet.

6h40 : Zelensky brandit le spectre de Tchernobyl

Le président Volodymyr Zelensky a brandi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl et appelé à de nouvelles sanctions contre la Russie, suite à de nouvelles frappes à la centrale de Zaporojie occupée par les Russes. « Le monde ne doit pas oublier Tchernobyl et le fait que Zaporojie est la plus grande centrale d’Europe. La catastrophe de Tchernobyl (en 1986), c’est l’explosion d’un réacteur et la centrale de Zaporojie est dotée de six réacteurs », a-t-il déclaré lundi soir dans son adresse vidéo quotidienne.

Le site, dans le sud de l’Ukraine, est sous contrôle russe depuis le 4 mars. Il a été bombardé à deux reprises à la fin de la semaine dernière, y compris à proximité d’un réacteur. Kiev et Moscou se sont mutuellement accusés de ces frappes.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Depuis la fin de la semaine dernière, c’est surtout la peur d’une catastrophe nucléaire qui domine. La plus grande centrale d’Europe, celle de Zaporojie, a en effet été visée par plusieurs frappes. Pour alerter l’opinion internationale, le président Volodymyr Zelensky a donc brandi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl. Sur le terrain, près de 80.000 soldats russes auraient été tués ou blessés depuis le début de l’invasion, selon les chiffres avancés par le numéro trois du Pentagone. Colin Kahl cherche surtout ainsi à souligner que les objectifs annoncés par Vladimir Poutine n’ont pas encore été atteints.