Histoire : Non, des manuscrits secrets couvrant 50 000 ans d'histoire humaine n'ont pas été retrouvés au Tibet

FAKE OFF La découverte de ces manuscrits remonte à 2003, mais ne révèle pas vraiment de secrets

Lina Fourneau
La bibliothèque du monastère
La bibliothèque du monastère — Canva
  • Envoyée par un de nos lecteurs, une publication estime que plusieurs milliers de manuscrits ont été retrouvés dans un monastère au Tibet. Ils cacheraient «50.000 ans d’histoire».
  • Sauf que l’ancienneté des livres semble suspecte car l’écriture n’existait pas encore il y a 50.000 ans.
  • Par ailleurs, la vraie découverte de ces manuscrits remonte à 2003. Aucun secret n'a été découvert dans ces livres.

Aurait-on retrouvé la trace d’une partie de l’Histoire grâce à des livres retrouvés au Tibet ? C’est ce qu’affirme une publication envoyée par un de nos lecteurs, via notre discussion WhatsApp. « Cette news semble douteuse et se propage » , nous alerte-t-il. En effet, le tweet a été largement partagé depuis sa publication le 4 août dernier. On lit dans la description : « La bibliothèque trouvée au Tibet contient 84.000 manuscrits secrets (livres) couvrant 50.000 ans d’histoire humaine ».


La découverte se situerait au monastère de Sakya. « C’est peut-être la plus grande bibliothèque du monde dans l’histoire lointaine de la planète », ajoute la publication. Toutefois, rien n’indique de quand remonte cette découverte. Un seul détail est révélé : les livres auraient été découverts derrière un immense mur. Seulement, voilà, rien ne prouve le contenu de ces livres.

FAKE OFF

Au sud du Tibet, le monastère de Sakya est considéré comme l’une des principales écoles du bouddhisme tibétain. Il est notamment célèbre pour sa bibliothèque qui serait la plus grande au sein de la région autonome. Selon le Lonely Planet, le patrimoine compte « environ 24.000 textes comprenant 8.848 rames d’écritures ». Mais si la bibliothèque du monastère de Sakya existe bel et bien, la découverte des manuscrits semble en réalité être un marronnier en matière de mythes historiques.

L’écriture pas encore découverte

Publiée il y a un an, une vidéo du youtubeur « Planète Raw » faisait déjà référence à cette intrigante bibliothèque. Mais un premier élément est modifié entre le tweet et la vidéo. Le youtubeur, lui, parle d’une bibliothèque gardée pendant près de 10.000 ans, contrairement au compte Twitter qui table sur « 50.000 ans d’Histoire humaine ». D’ailleurs, le chiffre diffère systématiquement entre les publications. Sur le forum Reddit, des internautes réduisent même la durée à « 1.000 ans d’Histoire ». Quoi qu’il en soit, cela montre le manque de précision de cette information.

En effet, comment les manuscrits découverts au monastère de Sakya pourraient dater de 50.000 années alors que l’écriture n’existait pas encore ? Rappelons-le, il a fallu attendre la fin de la Préhistoire pour voir l’apparition des premières écritures. La découverte se déroule en pleine Mésopotamie. Si au départ il s’agit surtout de pictogrammes plutôt qu’une vraie écriture, nous sommes à cette période bien plus avancés dans le calendrier de l’humanité. Voici donc la deuxième erreur de la publication : les manuscrits ne peuvent pas remonter aussi loin dans l’Histoire, alors que l’écriture n’a été inventée qu’en 3.400-3.300 avant JC.

Une actualité vielle de 20 ans

Dans la vidéo de « Planète Raw », nous apprenons également que la découverte des manuscrits n’est pas récente et remonterait en réalité à 2003. L'agence de presse chinoise Xinhua faisait d’ailleurs mention de cette actualité le 15 novembre de cette même année. Elle y expliquait alors que la découverte a eu lieu au cours de la restauration du monastère. La dépêche explique bien que les manuscrits se trouvaient stockés dans un mur, mais ajoute : « Personne ne sait plus de détails à leur sujet puisqu’ils sont restés intacts au cours des dernières centaines d’années ».

Mais que renferment ces mystérieux manuscrits ? « Les érudits du bouddhisme pensent que la majorité de l’immense collection peut être principalement constituée d’écritures bouddhiques et couvre probablement également une grande variété de domaines, notamment la littérature, l’histoire, la philosophie, l’astronomie, les mathématiques et l’art », énumère l’agence de presse Xinhua en 2003. Cependant, rien ne prouve que ces manuscrits cachent « un secret » qui changerait le court de l’Histoire.