Violences à Gaza : Le Djihad islamique confirme la conclusion d’une trêve avec Israël

CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN Les Israéliens avaient annoncé avoir accepté la trêve proposée par l’Egypte plus tôt dans la journée

R.L.D. avec AFP
— 
Les missiles israéliens Iron Dome ont intercepté les missiles tirés depuis la bande de Gaza au-dessus de l'enclave palestinienne, le 21 avril 2022. (Photo by SAID KHATIB / AFP)
Les missiles israéliens Iron Dome ont intercepté les missiles tirés depuis la bande de Gaza au-dessus de l'enclave palestinienne, le 21 avril 2022. (Photo by SAID KHATIB / AFP) — AFP

Ce dimanche, le groupe Djihad islamique a confirmé la conclusion d'une trêve avec Israël grâce à une médiation égyptienne, au troisième jour d’hostilités meurtrières ayant fait des dizaines de morts dans la bande de Gaza.

« Il y a peu de temps, une formule a été trouvée pour l’annonce égyptienne de l’accord de trêve, qui porte notamment sur l’engagement de l'Egypte à œuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers », a affirmé dans un communiqué Mohammed Al-Hindi, chef de la branche politique du Djihad islamique.

Une arrestation à l’origine de la flambée de violences

C’est l’arrestation lundi dernier en Cisjordanie occupée de Bassem Saadi, un leader du Djihad islamique dans ce territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, qui a mené à cette flambée de violences actuelle. Les autorités israéliennes ont justifié leurs premières frappes vendredi sur la bande de Gaza par leurs craintes de représailles en provenance de cette enclave palestinienne sous blocus israélien où le Jihad islamique est bien implanté.

Depuis vendredi, 43 Palestiniens sont morts dans des frappes dont 15 enfants, selon un communiqué du ministère de la Santé à Gaza. Le Djihad islamique a répliqué par des tirs de roquettes sur Israël.

Cette confrontation est la pire depuis celle ayant opposé en mai 2021 Israël aux groupes palestiniens armés de Gaza, qui a fait en 11 jours 260 morts côté palestinien dont des combattants et 14 morts en Israël, dont un soldat, d’après les autorités locales.