Violences à Gaza : La ville de Jérusalem visée par des tirs de roquette du Djihad islamique

ESCALADE Depuis le début des hostilités vendredi, 31 Palestiniens dont 6 enfants sont morts dans la bande de Gaza

20 Minutes avec AFP
— 
Des soldats patrouillent à Jérusalem ce dimanche 7 août 2022.
Des soldats patrouillent à Jérusalem ce dimanche 7 août 2022. — Mahmoud Illean/AP/SIPA

Pas de désescalade en vue. Ce dimanche, le groupe Djihad islamique a affirmé avoir tiré des roquettes vers Jérusalem pour la première fois depuis le début des hostilités vendredi.

L'escalade de la violence dans la bande de Gaza, où 31 Palestiniens dont six enfants ont péri, se poursuit donc sans signe de répit dans cette confrontation entre le groupe armé palestinien et Israël, la plus grave depuis une guerre éclair l’an dernier.

La pire confrontation depuis mai 2021

Des sirènes d’alerte ont retenti en matinée dans le secteur de Jérusalem, a annoncé l’armée israélienne tandis que des journalistes de l’AFP à Jérusalem ont entendu de brèves explosions au loin. « Il y a peu de temps, nous avons tiré des roquettes vers Jérusalem », ont annoncé les brigades Al-Qods, la branche armée du Djihad islamique, dans un communiqué diffusé ce dimanche. C’est la première fois que des projectiles sont tirés vers Jérusalem depuis le début de l’escalade armée en cours avec Israël dans la bande de Gaza.

La veille, les alarmes s’étaient déjà déclenchées près de la métropole de Tel-Aviv et le djihad islamique avait confirmé avoir tiré « un important barrage de roquettes » dans cette direction. Cette nouvelle confrontation est la pire entre l’Etat hébreu et des organisations armées de Gaza depuis la guerre de mai 2021 qui avait fait en onze jours 260 morts côté palestinien, parmi lesquels des combattants, et 14 morts en Israël, dont un soldat, d’après les autorités locales.