Guerre en Ukraine : Kiev enquête sur 26.000 crimes de guerre, 15 Ukrainiens inculpés…

DEBUT DE BILAN Retrouvez toutes les informations sur le conflit en ce dimanche 7 août 2022

X.M., X.R., R.L.D.
— 
La cour qui avait jugé le soldat russe Vadim Shishimarin a encore de nombreux dossiers à traiter.
La cour qui avait jugé le soldat russe Vadim Shishimarin a encore de nombreux dossiers à traiter. — SOPA Images/SIPA

L’ESSENTIEL

  • La responsable d’Amnesty International en Ukraine, Oksana Pokaltchouk, a démissionné à la suite du rapport de l’ONG reprochant aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger des civils, qui a provoqué la colère de Kiev
  • Les exportations de céréales ukrainiennes trouvent progressivement un rythme régulier. Cinq cargos vont prendre la mer ce dimanche au départ des ports de Tchernomorsk et Odessa avec, au total, plus de 161.000 tonnes de maïs et de produits alimentaires
  • L’AIEA a jugé samedi « de plus en plus alarmantes » les informations venant de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, au lendemain de frappes à proximité. Il y a « vrai risque réel de catastrophe nucléaire pouvant menacer la santé et l’environnement en Ukraine et au-delà », selon le directeur général de l’Agence

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

22h30 : Ce live est désormais fermé. Merci de l'avoir suivi
19h07 : L’ex-diplomate américain Bill Richardson « optimiste » sur la libération prochaine de Brittney Griner

L’ancien diplomate américain Bill Richardson s’est dit dimanche « optimiste » au sujet des négociations visant à libérer la star américaine du basket féminin Brittney Griner, détenue en Russie, lors d’un potentiel échange de prisonniers à « deux contre deux ». Considérée comme l’une des meilleures joueuses de basket au monde, Brittney Griner, 31 ans, a été condamnée la semaine dernière à 9 ans de détention par un tribunal russe dans une affaire controversée de « trafic de drogues », provoquant une vague d’indignation aux Etats-Unis, notamment dans le monde du sport.

« Je suis optimiste. Je pense qu’elle va être libérée, elle a la bonne stratégie de contrition », a indiqué Bill Richardson, spécialisé dans les missions délicates pour obtenir la libération de ses compatriotes, lors d’un entretien sur la chaîne ABC. « Il y aura un échange de prisonniers mais je pense que ça sera plutôt deux contre deux, notamment avec Paul Whelan », ancien soldat américain qui purge une peine de 16 ans de prison en Russie pour « espionnage », a-t-il fait savoir.

18h49 : Vous êtes calés en art ?

Saurez-vous reconnaître les quatre œuvres que le ministère ukrainien de la Défense a mêlées à de vraies photos de la guerre. Une manière de lier le patrimoine culturel mondial au conflit, « car le destin de l’humanité se décide ici », énonce le tweet.


 

18h04 : Les Etats-Unis soulignent le « 14e anniversaire de l’invasion de la Géorgie par la Russie »

Anthony Blinken, le chef de la diplomatie américaine en tournée en Afrique (pour y contrer l’influence russe), n'oublie pas la guerre en Europe. Le secrétaire d’Etat rappelle que ce jour marque « le 14e anniversaire de l’invasion de la Géorgie par la Russie » et se fend d’un petit message pour Moscou : « Le Kremlin doit respecter les engagements qu’il a pris dans le cadre du cessez-le-feu de 2008. » « Les États-Unis soutiennent la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie », ajoute-t-il.


 

17h28 : Amnesty dit regretter la « colère » provoquée par un rapport sur l’Ukraine

Amnesty international a dit regretter dimanche la « colère » déclenchée par un rapport de l’ONG reprochant aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger des civils, maintenant à nouveau ses conclusions qui ont provoqué la colère de Kiev. La publication du rapport avait en outre entraîné la démission de la responsable d’Amnesty International en Ukraine, Oksana Pokaltchouk, reprochant au rapport publié le 4 août d’avoir sans le vouloir servi « la propagande russe ». Le président Volodymyr Zelensky était allé jusqu’à accuser l’ONG de « tenter d’amnistier l’Etat terroriste » russe, en mettant « la victime et l’agresseur d’une certaine manière sur un pied d’égalité ».

« Amnesty international regrette profondément le désarroi et la colère que notre communiqué de presse sur les tactiques de combat dans l’armée ukrainienne a provoqués », a déclaré dimanche l’ONG. Elle rappelle que sa priorité « dans ce conflit comme dans tout autre, est de veiller à ce que les civils soient protégés ». « C’était notre seul objectif lorsque nous avons publié ce dernier rapport de recherche », poursuit Amnesty, « si nous maintenons pleinement nos conclusions, nous regrettons la douleur causée ».

16h37 : L’Ukraine enquête sur 26.000 crimes de guerre

L’Ukraine enquête sur près de 26.000 cas présumés de crimes de guerre commis depuis l’invasion russe du 24 février et a inculpé 135 personnes, a déclaré à Reuters Yuriy Bilousov, chef du département des crimes de guerre du bureau du procureur général. Parmi les personnes inculpées, une quinzaine sont détenues en Ukraine et les 120 autres sont toujours en liberté

14h24 : Les autorités d’occupation accusent Kiev d’un nouveau tir sur la centrale de Zaporijjia

L’administration d’occupation russe a affirmé dimanche que l’armée ukrainienne avait endommagé des bâtiments administratifs lors d’une frappe sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, cible de tirs dont s’accusent mutuellement Moscou et Kiev. Dans la nuit de samedi à dimanche, « l’armée ukrainienne a mené une frappe avec une bombe à sous-munitions tirée d’un lance-roquettes multiple Ouragan », ont indiqué les autorités d’occupation de la ville d’Energodar, où se trouve la centrale, dans le sud de l’Ukraine.

« Les éclats et le moteur de la roquette sont tombés à 400 mètres d’un réacteur en marche », a affirmé cette source, citée par l’agence russe de presse publique TASS, ajoutant que cette frappe avait « endommagé » des bâtiments administratifs et touché « une zone de stockage de combustible nucléaire usagé ». Elle n’a pas fourni plus d’éléments pour prouver ces dires et l’AFP n’a pas pu confirmer ces allégations de source indépendante.

14h10 : Zelensky demande « une réponse plus forte de la communauté internationale » aux bombardements sur Zaporijjia

Le président ukrainien a déclaré sur Twitter avoir parlé au téléphone à Charles Michel, président du Conseil européen, et demande « réponse plus forte de la communauté internationale » au « terrorisme nucléaire russe ». Il a évoqué des sanctions contre l’industrie nucléaire russe et son combustible.


 

13h37 : La Suède rejoint le programme de formation de soldats dirigés par Londres

Le secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace a salué la décision de la Suède de rejoindre le programme de formation des soldats ukrainiens au Royaume-Uni, "aux côtés de nos partenaires canadiens et néerlandais". "Les forces armées suédoises apporteront leur expertise inestimable" aux Ukrainiens formés, se réjouit-il.


 

13h26 : Un employé de la centrale nucléaire de Zaporijjia blessé dans un bombardement

Le régulateur ukrainien de l’énergie nucléaire Energatom a indiqué qu’un employé de la centrale nucléaire de Zaporijjia a été blessé dans un nouveau bombardement russe samedi soir. Dans un message sur Telegram, Energatom précise que le site de stockage à sec, où 174 conteneurs remplis de combustible nucléaire usé sont entreposés à l’air libre, a été touché par des attaques à la roquette.

13h09 : Le pape salue « un signe d’espoir » avec la reprise des exportations

Le pape François a salué dimanche comme « un signe d’espoir » la reprise des exportations maritimes des céréales ukrainiennes, y voyant la preuve qu’un « dialogue est possible » pour mettre fin à la guerre.

« Je désire saluer avec satisfaction le départ de ports d’Ukraine de cargaisons de céréales. Cette étape démontre qu’il est possible de dialoguer et d’atteindre des résultats concrets qui profitent à tous », a déclaré le souverain pontife devant les fidèles réunis sur la place Saint-Pierre à Rome, à la fin de la traditionnelle prière de l’Angelus. « Cet événement se présente aussi comme un signe d’espoir, et j’espère de tout cœur que suivant cette voie, il sera possible de mettre fin aux combats et d’arriver à une paix juste et durable », a-t-il ajouté.

12h13 : Quelques précisions sur les cargos

Parmi les cargos qui ont quitté l’Ukraine ces dernières heures, on compte le Glory, chargé de 66.000 tonnes de maïs à destination d’Istanbul, le Star Helena et ses 45.000 tonnes de produits alimentaires divers en route pour la Chine et le Mustafa Necati, transportant 6.000 tonnes d’huile de tournesol vers l’Italie.

11h31 : La réélection de Dvorkovitch est une « très bonne nouvelle » et une « victoire » pour le Kremlin

La réélection du Russe Arkadi Dvorkovitch à la tête de la Fédération internationale des échecs (FIDE) est une « victoire », s’est félicité dimanche le Kremlin, après un scrutin qui s’est déroulé dans le contexte du conflit en Ukraine. « Evidemment, c’est une très bonne nouvelle et une victoire très significative », a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par l’agence publique TASS.

11h14 : Le président de la FIDE soutien du Kremlin ?

Peu avant le vote à la fédération internationale des échecs, le candidat ukrainien Andrii Baryshpolets a accusé le président sortant d’avoir « d’énormes liens avec le gouvernement russe ». « Vous, Arkadi, êtes responsable de ce qui se passe en Ukraine maintenant. Vous êtes responsable de la montée en puissance du gouvernement russe et de la machine de guerre de la Russie. Comment nous, le monde des échecs, pouvons-nous nous permettre cela ? » a dénoncé l’Ukrainien.

Les liens entre Dvorkovitch et le Kremlin sont ambigus. En mars, Arkadi Dvorkovitch avait semblé critiquer l’invasion russe, affirmant que ses « pensées (allaient) aux civils ukrainiens ». « Les guerres ne tuent pas seulement des vies inestimables. Les guerres tuent les espoirs et les aspirations, gèlent ou détruisent les relations et les liens », avait-il déclaré au site d’information américain Mother Jones. Une position qu’il a rappelée devant la FIDE, ajoutant qu’il avait soutenu une réduction de la participation de la Russie à la FIDE.

Mais ces commentaires avaient suscité des critiques en Russie, et il a ensuite fait marche arrière en déclarant qu’il n’y avait « aucune place pour le nazisme ou la domination de certains pays sur d’autres ». Ces propos ont été perçus comme un soutien au Kremlin, qui dépeint l’Ukraine comme étant dirigée par des nazis et accuse l’Occident de vouloir placer le pays sous son contrôle.

10h49 : Bruxelles fait le bilan de ses sanctions

La Commission européenne a dressé le bilan de ses sanctions économiques contre la Russie. Avec le retrait de plus 1.000 entreprises internationales et l’arrêt de nombreuses importations, le PIB du pays a ainsi chuté 10 %. La production automobile s’est effondrée, comme celle de l’électroménager et des « missiles de précision » en raison des sanctions sur les semi-conducteurs, affirme Bruxelles.


 

10h24 : La Macédoine du Nord fournit des chars et des avions

Selon l'assistant présidentiel ukrainien Mykhailo Podolyak, la Macédoine du Nord a accepté de fournir des chars et des avions à l'Ukraine pour aider à repousser l'invasion russe.

10h07 : Un Russe réélu à la tête de la fédération internationale des échecs

L’ancien vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch a été réélu dimanche président de la Fédération internationale des échecs (FIDE), face à un rival ukrainien qui affirmait que sa position était intenable du fait de la guerre. Réunies en Inde, un total de 157 fédérations nationales d’échecs sur 179 ont voté en faveur du président sortant, a annoncé le chef de la commission électorale de la FIDE, Roberto Rivello.

9h30 : Hier, c’est loin

Si vous avec un petit trou dans le fil des évènements, on vous propose de relire notre live d’hier.

 

8h50 : Le cadre de l’occupation russe visé par un attentat est mort

Le fonctionnaire de l’administration d’occupation russe dans la région méridionale ukrainienne de Kherson a succombé à ses blessures après un attentat, ont annoncé les autorités locales nommées par Moscou.

« Vitali Goura, chef-adjoint de l’administration de Nova Kakhovka, en charge des services communaux, est décédé des suites de ses blessures », a indiqué samedi soir une responsable locale, Katerina Goubareva, relayée sur Telegram par cette administration.

8h35 : Cinq nouveaux cargos de céréales au départ d’Ukraine ce dimanche

Cinq cargos chargés de céréales prendront la mer ce dimanche au départ des ports ukrainiens de Tchernomorsk et Odessa afin de poursuivre l’exportation des céréales, a annoncé samedi soir le Centre de coordination conjointe (CCC) qui supervise les opérations.

Au total, ces bateaux transportent plus de 161.000 tonnes de maïs et de produits alimentaires vers la Turquie, la Chine et l’Italie, selon le CCC qui suivra leur progression jusqu’à Istanbul, où ils seront inspectés au large avant d’emprunter le Bosphore.

8h26 : Un fonctionnaire de l’occupation russe blessé dans un attentat

Un fonctionnaire de l’administration d’occupation russe dans la région méridionale ukrainienne de Kherson a été blessé dans un attentat, ont annoncé samedi les autorités locales mises en place par Moscou.

Cité par l’agence de presse russe TASS, un porte-parole anonyme de cette administration a déclaré que l’attaque avait visé Vitali Gour, le chef adjoint du district de Nova Kakhovka. Il « a été victime d’un attentat à son domicile. Il est à l’hôpital avec de multiples blessures par balles, son état est grave », a poursuivi cette source, sans plus de précisions.

La localité de Nova Kakhovka, sur le Dniepr et sous contrôle russe, est située à environ 80 km à l’est de la ville de Kherson. Sur Telegram, le Comité d’enquête russe, chargé des principales affaires criminelles, a confirmé qu’un « attentat » avait visé ce responsable.

8h15 : La Turquie va payer le gaz russe en roubles

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a confirmé que les livraisons de gaz russe à la Turquie seront payées en roubles, ont rapporté samedi les médias turcs. « Un aspect positif de notre visite à Sotchi est notre d’accord avec M. Poutine sur le rouble. Si Dieu le permet, nos échanges en roubles assureront des bénéfices à la Turquie et à la Russie », a affirmé le chef de l’Etat turc aux journalistes à bord de son vol de retour de Sotchi, sur les rives de la mer Noire, où il a rencontré vendredi Vladimir Poutine. Erdogan n’a par contre pas précisé le volume des transactions futures en roubles.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. La journée de ce dimanche va notamment être marquée par les nouveaux départs d’Ukraine de bateaux transportant des céréales. Sur le terrain, l’inquiétude est forte concernant la situation des centrales nucléaires. L’AIEA fait ainsi tout pour convaincre la Russie et l’Ukraine de la laisser conduire une mission d’experts à la centrale de Zaporijjia, la plus grande d’Europe. Il faut dire que des frappes vendredi sont « les dernières d’une longue liste d’informations de plus en plus alarmantes », a dénoncé le directeur général de l’Agence, estimant qu’elles démontrent un « vrai risque réel de catastrophe nucléaire pouvant menacer la santé et l’environnement en Ukraine et au-delà ».