Violences à Gaza : Dix-neuf membres du Djihad islamique arrêtés lors de raids en Cisjordanie

CONFLIT Israël a mené des frappes sur la bande de Gaza depuis vendredi après-midi, et le Djihad islamique a envoyé des roquettes sur l’Etat hébreu

B.D. avec AFP
— 
De la fumée après les frappes israéliennes sur un immeuble de Gaza City, le 6 août 2022.
De la fumée après les frappes israéliennes sur un immeuble de Gaza City, le 6 août 2022. — Hatem Moussa/AP/SIPA

Les forces israéliennes ont élargi leur offensive contre le Djihad islamique ce samedi. Vingt personnes ont été arrêtées par des soldats et des agents des services de sécurité du Shin Bet lors d’opérations menées ce samedi matin en Cisjordanie, « dont 19 sont des membres associés à l’organisation palestinienne terroriste du Djihad islamique », a affirmé l’armée israélienne dans un communiqué.

Israël a mené des frappes sur la bande de Gaza depuis vendredi après-midi, et le Djihad islamique a envoyé des roquettes sur l’Etat hébreu.

« Attaque préventive »

Israël a présenté ces raids comme une « attaque préventive » contre le Djihad islamique, quelques jours après l’arrestation d’un chef de l’organisation en Cisjordanie occupée qui avait fait craindre des actions en représailles, a indiqué un porte-parole militaire israélien, Richard Hecht. Le Djihad islamique, un groupe islamiste soutenu par l’Iran, est très présent à Gaza et en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

L’armée israélienne a estimé avoir tué 15 combattants du Djihad islamique dans ses frappes ayant commencé vendredi après-midi, ciblant notamment des sites de fabrication d’armes, selon elle. Le ministère de la Santé à Gaza a lui fait état de dix morts, « dont une fillette de cinq ans », et de 79 blessés.

« Plus de cent roquettes » lancées en représailles vers le sol israélien

Les brigades Al-Qods, branche armée du Djihad islamique, ont dit avoir lancé vendredi « plus de cent roquettes » vers le sol israélien en guise de « première réponse » aux frappes israéliennes ayant notamment tué un des chefs du groupe, Tayssir Al-Jabari. En Israël, aucune victime ni dégât n’ont été identifiés par les tirs de roquettes, a rapporté l’armée. Celle-ci a fait état de 70 projectiles tirés depuis Gaza, dont onze ont atterri à l’intérieur de l’enclave palestinienne sous blocus israélien.

Il s’agit de la pire confrontation entre l’Etat hébreu et des organisations armées de Gaza depuis la guerre de onze jours en mai 2021, qui avait fait 260 morts côté palestinien, parmi lesquels des combattants, et 14 morts en Israël, incluant un soldat, d’après les autorités locales.