Arabie saoudite : Qu’est-ce que Neom, ce projet de ville-immeuble de 170 kilomètres de long ?

CITE DU FUTUR D’ici 2045, cette cité unique couverte de miroirs pourrait accueillir près de 9 millions d’habitants

20 Minutes avec agence
La ville consisterait en deux immenses immeuble de 500 m de haut. Photo d'illustration.
La ville consisterait en deux immenses immeuble de 500 m de haut. Photo d'illustration. — NEOM/Cover-Images.com/SIPA

L’Arabie saoudite a pour projet de créer de toutes pièces une nouvelle ville nommée Neom au nord-ouest du pays. Déjà annoncée en 2021, cette mégalopole d’un nouveau genre consisterait seulement en deux gratte-ciel parallèles de 500 mètres de haut et s’étendant sur 170 kilomètres, du golfe d’Aqaba au désert. La cité a été conçue pour favoriser « la préservation de la nature et l’amélioration des habitations humaine », a assuré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, cité par Le Figaro.


Elle pourrait accueillir dès 2045 près de neuf millions d’habitants. A l'intérieur, les futurs résidents auraient accès à toutes les structures nécessaires. Des espaces résidentiels, mais aussi des écoles, des parcs, des loisirs, des commerces, des industries et de l’agriculture sont prévus. Tout serait accessible en cinq minutes de marche maximum. Un système de transport en commun permettrait néanmoins de traverser la ville en seulement vingt minutes. Cette concentration es installations serait justement la clé pour économiser du temps, mais aussi de l’énergie.

Un look futuriste

L’ensemble du site fonctionnerait grâce aux énergies renouvelables et permettrait aux habitants de profiter d’un « microclimat tempéré toute l’année avec une ventilation naturelle ». Neom formerait en fait deux bandes lisses, rectilignes et couvertes de miroirs, donnant à la ville l’apparence d’une cité de science-fiction.

Au total, le projet coûterait entre 500 et 1.000 milliards de dollars, en fonction des estimations. Il serait entièrement financé par l’Arabie saoudite dans le cadre de son programme « Vision 2030 », orienté vers la diversification de l’économie saoudienne.

Manque de crédibilité pour certains

Si Neom a été présenté comme un projet répondant aux défis écologiques et humains de ce siècle, certaines personnes ont déjà critiqué sa démesure et son manque de réalisme. Les détracteurs notent notamment un décalage par rapport au savoir-faire technique et scientifique actuellement à notre disposition. D’autres projets similaires, comme Diamniadio au Sénégal ou Nusantara en Indonésie, ont d’ailleurs déjà été mis en difficulté.