Royaume-Uni : Les candidats à la succession de Boris Johnson entament une série de débats dans tout le pays

CAMPAGNE Le résultat de la course à Downing Street est attendu le 5 septembre prochain

20 Minutes avec AFP
— 
Liz Truss arrive à Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet.
Liz Truss arrive à Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet. — Wiktor Szymanowicz/Shutterstock/SIPA

Les candidats à la succession de Boris Johnson, Liz Trus et Rishi Sunak, ont inauguré jeudi soir le premier d’une série de douze débats à travers le pays pour convaincre les adhérents du parti conservateur.

Il revient aux membres du parti majoritaire à la Chambre de communes – estimés à près de 200.000 – de voter par correspondance pendant le mois d’août pour choisir le successeur de Boris Johnson, contraint d’annoncer son départ début juillet après une succession de scandales.

Donnée favorite par les sondages, la ministre des Affaires étrangères Liz Truss a reçu jeudi soir un soutien de poids : celui du ministre de la Défense Ben Wallace.

Liz Truss en favorite

« Son expérience fait d’elle la mieux placée pour défendre le Royaume-Uni en ces temps troublés », a écrit dans une tribune dans le Times Ben Wallace, qui, bien que donné parmi les grands favoris, avait renoncé il y a trois semaines à se lancer dans la course, pour se concentrer sur sa tâche actuelle et « assurer la sécurité du pays ».

D’abord façon seule en scène puis soumis l’un après l’autre à une séance de questions-réponses – évitant ainsi le risque d’une confrontation directe potentiellement fratricide – Liz Truss et Rishi Sunak se sont livrés à une opération de séduction devant leur auditoire à Leeds, dans le nord de l’Angleterre, dans l’un des quelques bastions travailliste qui a résisté à la vague bleue de décembre 2019.

Rishi Sunak très à l’aise

Chacun a déroulé son programme, jouant aussi la carte de la proximité, Liz Truss en enfant du pays, soulignant qu’elle a grandi dans la ville de Leeds, où ses parents vivent encore, Rishi Sunak en tant que voisin, sa circonscription se trouvant non loin.

A l’aise, occupant l’espace, l’ex-ministre de Finances Rishi Sunak, d’origine indienne, a plaisanté sur la météo de la région à qui lui aurait valu d’être complimenté sur son « bronzage », avant d’insister sur la nécessité de « restaurer la confiance », manière de se démarquer de Boris Johnson, dont les trois ans à la tête du gouvernement ont été marqués par une succession de scandales.

L’ombre de Boris Johnson

A la question de savoir s’il n’avait pas « poignardé dans le dos » Boris Johnson, applaudie par l’assistance, Rishi Sunak s’est efforcé d’exprimer sa gratitude envers le Premier ministre et assuré que c’est en raison de divergences sur la politique économique qu’il avait quitté le gouvernement. « Je n’avais pas le choix », a-t-il assuré.

L’ex-ministre des Finances de 42 ans a insisté sur son histoire familiale, incarnant selon lui les « valeurs conservatrices » et désigné l’inflation comme « l’ennemi qui appauvrit tout le monde ». Quant à son train de vie, l’ancien banquier a souligné que plus que ses chaussures Prada ou ses onéreux costumes sur-mesure, ce qui compte est ce qu’il va « faire pour le pays ».