Le BEA assure être «proche» du but dans l'enquête sur le crash de l'AF 447

TRANSPORT Malgré l'absence de boite noire le bureau enquête accident semble optimiste.

Avec agence
— 
Ce mardi 9 juin, les premiers corps des victimes sont arrivés sur l'île de Fernando de Noronha, à 360 km de la côte brésilienne, à bord d'un hélicoptère de l'armée.
Ce mardi 9 juin, les premiers corps des victimes sont arrivés sur l'île de Fernando de Noronha, à 360 km de la côte brésilienne, à bord d'un hélicoptère de l'armée. — B. DOMINGOS / REUTERS

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a estimé mercredi qu'il se rapprochait «du but» dans l'enquête pour «comprendre» les causes du crash du vol AF447 entre Rio et Paris le 1er juin.


>> Plus d'infos à venir sur 20minutes.fr


>> Tous nos articles sur la disparition de l'AF 447


Le Bureau enquête accident a par ailleurs annoncé ne pas encore avoir le résultat des autopsies pratiquées sur les corps retrouvés après l'accident.

«Les autopsies pratiquées au Brésil sont sous la responsabilité des autorités brésiliennes. Y ont été associés des Français. Nous avions un médecin enquêteur du BEA, il n'a pas été autorisé à participer aux autopsies», a expliqué Paul-Louis Arslanian,  directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de l'enquête sur le crash lors d'une conférence de presse.

ENQUÊTE
Le BEA et sa soixantaine d'experts est le seul en France à mener les enquêtes techniques pour déterminer les causes d'un accident d'avion, comme le crash de l'Airbus A330 d'Air France entre Rio et Paris le 1er juin.