Nouvelle-Zélande : Une dizaine d’écoles ciblées par des alertes à la bombe

DANGER La plupart des écoles concernées ont été fermées ou évacuées

20 Minutes avec AFP
— 
La première ministre de Nouvelle-Zélande, la travailliste Jacinda Ardern.
La première ministre de Nouvelle-Zélande, la travailliste Jacinda Ardern. — MARK MITCHELL / POOL / AFP

Plus d’une dizaine d’écoles néo-zélandaises ont reçu jeudi des alertes à la  bombe, qui ont provoqué de nombreuses perturbations, les autorités dénonçant une cyberattaque orchestrée depuis l’étranger.

Cherie Taylor-Patel, présidente de la Fédération des directeurs d’école de Nouvelle-Zélande, a déclaré à la radio RNZ s’être entretenue avec le ministère de l’Education, qui « croit savoir qu’il s’agissait en fait d’un cyberbot provenant de l’étranger ».

La police rassurante

La police néo-zélandaise a déclaré dans un communiqué qu’elle « ne pense pas qu’il y ait un risque pour la sécurité ». Cette nouvelle vague de menaces est survenue 24 heures après de faux appels mercredi visant quatre écoles néo-zélandaises, à Waikato, Thames et Gisborne (nord).

Les autorités ont déclaré qu’elles enquêtaient toujours sur les menaces visant les écoles de Marlborough, Masterton, Kaikoura, Greymouth, Queenstown, Levin, Whanganui, Rolleston, Takaka, Geraldine, Dunstan, Ashburton et Palmerston North.

Une première alerte en 2016

Le commandant de la région de Tasman, Simon Feltham, a déclaré qu’ils interrogeaient « deux jeunes » au sujet d’une menace contre le Marlborough Girls' College. Aucun engin explosif n’a été trouvé dans les écoles visées.

Des écoles de Nouvelle-Zélande et d’Australie​ ont déjà été visées par des alertes à la bombe en 2016. En 2018, un Israélo-Américain a été condamné à 10 ans de prison par un tribunal israélien pour avoir lancé environ 2.000 fausses alertes en Amérique du Nord, en Grande-Bretagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Norvège et au Danemark.