Japon : L’homme qui avait tué sept personnes à Tokyo en 2008 a été exécuté par pendaison

JUSTICE La peine capitale pour Tomohiro Kato a été confirmée en 2015 par la Cour suprême japonaise

20 Minutes avec agences
Un jeune homme se recueille à l'endroit où Tomihiro Kato a tué sept personnes et en a blessé dix autres lors d'une attaque à l'aveugle en 2008, à Tokyo (Japon).
Un jeune homme se recueille à l'endroit où Tomihiro Kato a tué sept personnes et en a blessé dix autres lors d'une attaque à l'aveugle en 2008, à Tokyo (Japon). — Shuhei Yokoyama/AP/SIPA

Un homme de 39 ans, condamné à mort pour avoir tué sept personnes à Tokyo en juin 2008, a été exécuté par pendaison ce mardi au Japon, selon le ministère de la Justice. Agé de 25 ans au moment des faits, Tomohiro Kato avait foncé en plein jour sur des passants avec un camion de deux tonnes dans le quartier d’Akihabara.

Une peine confirmée en 2015

Il était ensuite sorti du véhicule et avait poignardé des gens au hasard, faisant sept morts et dix blessés au total. Il avait déclaré à la police qu’il était « fatigué de vivre » et qu’il était venu « pour tuer, n’importe qui ». L’enquête et le procès ayant montré une « intention délibérée de tuer », le ministre de la Justice Yoshihisa Furukawa a approuvé l’exécution « après un examen minutieux ».

La peine de mort pour Tomohiro Kato avait été confirmée par la Cour d’appel en septembre 2012 après un jugement de première instance en mars 2011. En 2015, la Cour suprême japonaise a rejeté l’appel du condamné, rendant la peine définitive.

Il avait annoncé son crime sur le Web

En 2008, Tomohiro Kato travaillait dans une usine de fabrication de pièces automobiles et venait d’apprendre que son contrat allait bientôt se terminer. Logé par son employeur, il allait également perdre son appartement et avait exprimé sur Internet sa crainte de devenir SDF.

Avant de passer à l’acte, il avait envoyé plusieurs messages sur un forum, décrivant par le menu ses intentions. « Je vais tuer des gens à Akihabara », avait-il écrit quelques heures avant les faits. « Je vais précipiter mon véhicule sur la foule et s’il devient inutilisable, j’utiliserai un couteau. Au revoir à tous. »

Après son arrestation, l’assaillant avait écrit à un chauffeur de taxi de 56 ans, blessé dans l’attaque, pour exprimer ses regrets. Il a également présenté des excuses lors de son procès. A la suite de ce crime, les autorités japonaises ont interdit la possession de poignards à double tranchant dont la lame dépasse 5,5 cm.

La peine de mort plébiscitée au Japon

L’exécution de Tomohiro Kato est la première application de la peine capitale au Japon depuis décembre 2021, quand trois condamnés à mort pour des meurtres ont été exécutés par pendaison le même jour. Avec les Etats-Unis, le Japon est l’un des derniers pays industrialisés et démocratiques à recourir encore à la peine de mort, avec le soutien de l’opinion publique nippone.

Selon le gouvernement japonais, il n’est « pas approprié » d’abolir la peine de mort vu que des « crimes odieux comme les tueries de masse et les meurtres […] se produisent encore fréquemment », a souligné ce mardi le ministre de la Justice.