Guerre en Ukraine : Espoirs pour les céréales mais pression sur le gaz russe

RECAP' Ce lundi 25 juillet, « 20 Minutes » fait le point pour vous, comme tous les soirs, sur l’avancée du conflit en Ukraine qui en est à son 152e jour

20 Minutes avec AFP
Moisson du blé champs de blé et épi de blé. Illustration.
Moisson du blé champs de blé et épi de blé. Illustration. — SICCOLI PATRICK/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce lundi a été marqué notamment par l’annonce du GazProm de réduire drastiquement ses livraisons de gaz à l’Europe. Berlin dénonce un « prétexte » pour faire pression.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

L’espoir que constitue l’accord passé pour laisser exporter les céréales ukraniennes depuis le port d’Odessa a été entaché par des frappes russes dans la ville samedi. La Russie a défendu lundi ses bombardements, affirmant qu’elles visaient des cibles militaires et n’entravaient pas la reprise des exportations de céréales ukrainiennes.

De son côté, Kiev garde espoir et s’attend à reprendre ses exportations de céréales « dès cette semaine », pour la première fois depuis le début de la guerre. Selon le ministre ukrainien de l’Infrastructure Oleksandre Koubrakov, l’entrave principale à la reprise des exportations est le risque de bombardements russes, comme l’illustre la frappe ayant visé samedi le port d’Odessa sur la mer Noire.

La phrase

Nous pouvons dire que la région de Kherson sera définitivement libérée d’ici septembre, et que tous les plans des occupants échoueront »

L’Ukraine ne lâche rien. Malgré la prise de Kherson par les Russes depuis le mois de mars, Kiev espère encore la reconquérir, d’ici la fin de l’été. « Nous pouvons dire que la région de Kherson sera définitivement libérée d’ici septembre, et que tous les plans des occupants échoueront », a déclaré dimanche le conseiller du chef de l’administration militaire régionale de Kherson fidèle à Kiev, Sergiy Khlan, dans un entretien à la télévision ukrainienne.

Le chiffre

33 millions. Gazprom, le géant gazier russe a annoncé lundi qu’il réduirait dès mercredi drastiquement, à 33 millions de m3 quotidiens, les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream, arguant de la nécessité de maintenance d’une turbine. Il n’y a « aucune raison technique » de procéder aux nouvelles baisses de livraison, a réagi le ministère allemand de l’Economie. Pour Berlin, il s’agit d’un « prétexte » et d’une décision « politique » pour peser sur les Occidentaux dans le cadre du conflit en Ukraine.

La tendance

La guerre se joue également ailleurs que sur le terrain. La finale de l’Eurovision qui devait se dérouler en Ukraine, vainqueure de la dernière édition, se fera finalement au Royaume-Uni. Kiev s’est finalement dit satisfait. « Tout sera fait pour qu’on voie en Grande-Bretagne des paysages ukrainiens et qu’on entende des narratifs ukrainiens. Je pense que l’expérience de la BBC permettra de présenter l’Ukraine au plus haut niveau », a souligné le ministre ukrainien de la Culture Oleksandre Tkatchenko.