Panama Papers : Le lanceur d’alerte estime que la Russie « veut sa mort »

SCANDALE « Poutine est plus une menace pour les Etats-Unis qu’Hitler ne l’a jamais été », déclare John Doe

20 Minutes avec AFP
Les Unes des journaux du 4 avril 2016 avec les révélations des "Panama Papers"
Les Unes des journaux du 4 avril 2016 avec les révélations des "Panama Papers" — CHRISTOF STACHE AFP

John Doe (c’est le pseudonyme qu’il utilise) craint pour sa vie. Le lanceur d’alerte à l’origine de la divulgation en 2016 des « Panama Papers », un vaste système d’ évasion fiscale et de fraudes opérées dans le monde entier, dit craindre une riposte des Russes qui veulent « (sa) mort », dans une interview à Der Spiegel.

Interrogé pour la première fois depuis les révélations, il affirme qu’il a des preuves d’actes financiers répréhensibles commis par de hauts responsables russes et leurs alliés, qui ont aidé à financer la guerre en Ukraine. « Les sociétés écrans qui financent l’armée russe sont celles qui tuent des civils innocents en Ukraine alors que les missiles de Poutine visent des centres commerciaux ». Ces sociétés « rendent possibles ces horreurs et plus encore ».

« Le gouvernement russe a exprimé le fait qu’il voulait ma mort »

Pour John Doe, « Poutine est plus une menace pour les Etats-Unis qu’Hitler ne l’a jamais été, et les sociétés écrans sont ses meilleurs amis ». Avez-vous peur pour votre vie ?, demande le magazine. « C’est un risque avec lequel je vis, étant donné que le gouvernement russe a exprimé le fait qu’il voulait ma mort », répond-il. Selon lui, la chaîne russe financée par l’Etat, RT, a diffusé un docudrama en deux parties sur les « Panama Papers » mettant en vedette un personnage, « John Doe », « qui a subi une blessure à la tête causée par la torture ».

« C’était bizarre et pas subtil », a-t-il déclaré, avant de souligner : « nous avons vu d’autres personnes ayant un lien avec des comptes offshore recourir au meurtre ». Il en veut pour preuve « les tragiques meurtres de Daphne Caruana Galizia et Jan Kuciak », deux reporters d’investigations tués à Malte et en Slovaquie.

Rester dans l’anonymat

« Les Panama Papers impliquent tellement d’organisations criminelles transnationales différentes, dont certaines ont des liens avec des gouvernements, qu’il est difficile d’imaginer comment m’identifier pourrait être sûr », estime aussi le lanceur d’alerte, qui précise ne pas vouloir sortir de l’anonymat.

Les « Panama Papers » ont été l’une des nombreuses fuites de documents financiers révélés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Ces révélations ont entraîné la démission du Premier ministre islandais et ouvert la voie à l’éviction du dirigeant pakistanais.