Japon : Un hommage national le 27 septembre pour Shinzo Abe, l’ancien Premier ministre assassiné

CEREMONIE Si le gouvernement souligne le bilan « digne d’éloges » de l’ancien Premier ministre, des voix s’élèvent pour ne pas dépenser l’argent du contribuable dans ses funérailles

M.d.F. avec AFP
— 
Le secrétaire en chef du cabinet japonais Hirokazu Matsuno a annoncé qu'un hommage serait rendu à l'ancien Premier ministre Shinzo Abe en septembre prochain.
Le secrétaire en chef du cabinet japonais Hirokazu Matsuno a annoncé qu'un hommage serait rendu à l'ancien Premier ministre Shinzo Abe en septembre prochain. — Masanori Genko/AP/SIPA

Après le choc, le recueillement. Deux semaines après l'assassinat de l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, le porte-parole du gouvernement japonais Hirokazu Matsuno a annoncé vendredi qu'un hommage national aurait lieu à Tokyo le 27 septembre prochain. L’événement se tiendra au Nippon Budokan, haut lieu de compétitions d’arts martiaux, où est également commémorée la reddition du Japon en 1945 et ses morts durant la Seconde Guerre mondiale.

Hirokazu Matsuno a de nouveau insisté sur le fait que Shinzo Abe méritait cet hommage national, de par son record de longévité au pouvoir (près de 9 ans sur deux mandats), son bilan « digne d’éloges » et les liens étroits qu’il avait noués avec des chefs d’Etats étrangers. « Nous accepterons aussi des dignitaires étrangers, et les pays avec lesquels nous avons des relations diplomatiques seront informés des détails », a-t-il ajouté.

Une commémoration critiquée

La cérémonie nationale pour Shinzo Abe sera « non confessionnelle, simple et sobre » et son budget n’a pas encore été fixé, a encore précisé vendredi Hirokazu Matsuno. Ce projet a été mal accueilli par des partis d’opposition, s’interrogeant sur le bien-fondé de dépenser ainsi l’argent du contribuable. Un groupe de citoyens a même porté ce débat sur le terrain judiciaire, réclamant une injonction d’un tribunal de Tokyo pour empêcher ces funérailles nationales. Shinzo Abe était loin de faire l’unanimité au Japon, avec ses vues ultra-nationalistes et son parcours politique émaillé de nombreux scandales de clientélisme.

Shinzo Abe a été assassiné par balles le 8 juillet à Nara (ouest du Japon) alors qu’il prononçait un bref discours électoral en pleine rue. Le tireur présumé, Tetsuya Yamagami, avait été aussitôt interpellé. Le tireur reprocherait à l’ancien Premier ministre d’avoir entretenu des liens avec l’Eglise de l’Unification, un mouvement religieux connu aussi sous le nom de « secte Moon », dont la mère du suspect faisait partie et qui aurait ruiné la famille.