Guerre en Ukraine : Le gouvernement appelle les Français à économiser l’énergie en vu d’une coupure de gaz russe

COUPURE Olivier Véran a toutefois écarté toute contrainte pour obliger les Français à économiser de l’énergie

20 Minutes avec AFP
— 
Un Ukrainien à proximité d'un gazoduc en flamme, bombardé par les séparatistes prorusses près de Avdiivka, dans la région de Donetsk region, le 12 juin 2015
Un Ukrainien à proximité d'un gazoduc en flamme, bombardé par les séparatistes prorusses près de Avdiivka, dans la région de Donetsk region, le 12 juin 2015 — OLEKSANDR RATUSHNIAK AFP

Le gouvernement a appelé mercredi les Français à multiplier « les petits gestes du quotidien », mais sans contrainte, afin d’économiser de l’énergie dans la perspective d’une coupure de l’approvisionnement en gaz russe à l’automne.

« Nous demandons un effort aux citoyens, aux Françaises et aux Français », a affirmé le porte-parole du gouvernement Olivier Véran ​à l’issue du Conseil des ministres, estimant qu’il « n’y a pas de petit geste » en matière d’économie d’énergie.

Un effort collectif

« Chaque énergie que nous sommes capables collectivement d’économiser aujourd’hui, c’est de l’énergie dont nous serons sûrs de pouvoir disposer l’automne et l’hiver prochains », a-t-il expliqué, avant de citer quelques exemples qui permettraient de réduire la consommation.

« Quand on part en week-end ou en vacances, on débranche un maximum de prises électriques parce qu’elles continuent sinon de consommer de l’énergie », a-t-il souligné, appelant également à couper le wifi, à « baisser un peu la clim, maintenant que les températures sont appelées à diminuer » et à éteindre la lumière dans les pièces qui ne sont pas utilisées.

Pas de contraintes

Olivier Véran a toutefois écarté toute contrainte pour obliger les Français à économiser de l’énergie : « Ce n’est pas notre philosophie », a-t-il assuré. Les Européens redoutent un hiver difficile et craignent que la Russie coupe le gaz à l’automne.

La Commission européenne a d’ailleurs présenté mercredi un arsenal de mesures qui permettront aux Vingt-Sept d’affronter une éventuelle interruption des approvisionnements russes – qui constituaient jusqu’à l’an dernier 40 % de leurs importations.

Ce plan prévoit de réduire de 15 % la demande européenne de gaz pour surmonter la chute des livraisons russes, en limitant notamment le chauffage de certains bâtiments ou en incitant les entreprises à réduire leurs besoins.