Etats-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez et 16 démocrates arrêtés lors d’une manifestation pour le droit à l’avortement

RESISTANCE RESISTANCE La police du Capitole a procédé à des interpellations, invoquant l'interdiction de bloquer la chaussée

P.B. avec AFP
— 
17 élues démocrates, dont Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez, ont été arrêtées lors d'une manifestation pour le droit à l'avortement devant le Capitole, à Washington, le 19 juillet 2022.
17 élues démocrates, dont Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez, ont été arrêtées lors d'une manifestation pour le droit à l'avortement devant le Capitole, à Washington, le 19 juillet 2022. — Tom Williams/CQ-Roll Call/Sipa U

Leur coup de force a tourné court. Dix-sept parlementaires américains, dont l’étoile montante de la gauche Alexandria Ocasio-Cortez, ont été arrêtés mardi à Washington à la suite d’une manifestation pour défendre le droit à l’avortement, a annoncé la police. « Nous avons arrêté au total 35 personnes » dont « 17 membres du Congrès » car après trois sommations, « certains des manifestants (refusaient) de quitter la rue » située entre le Capitole et la Cour suprême, a tweeté la police du Capitole.


L’élue démocrate Ilhan Omar a écrit sur le réseau social avoir été arrêtée lors d’une « action de désobéissance civile ». « Je ferai tout ce que je pourrai pour sonner l’alerte sur l’assaut visant nos droits reproductifs », a ajouté celle qui est membre de l’aile gauche du parti démocrate, comme Alexandria Ocasio-Cortez.

PV de 50 dollars

Une vidéo publiée sur le compte Twitter de cette dernière, surnommée AOC, la montre escortée par un policier hors de la rue qui fait face au siège de la Cour suprême. Au final, l’affaire semble s’être soldée par un PV de 50 dollars, selon une photo publiée par l’élue sur une story Instagram. Selon le média américain Axios, les 17 parlementaires arrêtés, membres de la Chambre des représentants, sont tous démocrates et essentiellement des femmes.

C’est dans cette même rue, au coeur de la capitale fédérale et située entre le Capitole et la Cour suprême, que des milliers de personnes s’étaient rassemblées dans les heures et jours qui ont suivi la décision historique de la haute Cour, le 24 juin, pour protester contre un « retour en arrière » historique.

Cette dernière a dynamité fin juin le droit constitutionnel à l’IVG aux Etats-Unis, renvoyant à chaque Etat le droit de l’interdire et provoquant un tsunami politique. Les démocrates et le président Joe Biden cherchent à mobiliser leur électorat autour de ce thème en vue des élections de mi-mandat prévues en novembre.