Les accidents de la route tuent plus les pauvres

CIRCULATION Une étude de l'OMS annonce que 90% des accidents se produisent dans les pays les moins favorisés...

J.M. avec agence

— 

Collision entre un train et un camion, le 20 mai 2009 dans le nord de l'Inde.
Collision entre un train et un camion, le 20 mai 2009 dans le nord de l'Inde. — REUTERS

Les accidents de la circulation tuent 1,2 million de personnes chaque année dans le monde, et provoquent 20 à 50 millions de traumatismes. Et selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 90% des accidents surviennent dans les pays à revenu «faible ou intermédiaire» alors que ces pays ne comptent que 48% du parc mondial de véhicules et, «même dans les pays à revenu élevé, les pauvres sont touchés de manière disproportionnée».

La moitié de ces victimes, selon l'étude de l'OMS publiée ce lundi, sont des usagers dits «vulnérables», c'est à dire les piétons, cyclistes et motards. Une proportion qui grimpe dans les pays pauvres, jusqu'à atteindre 70% dans la région Pacifique occidentale, et jusqu'à 80% en Thaïlande.

En baisse dans les pays riches, en progression ailleurs

Le plus inquiétant, c'est que si le taux de mortalité imputable aux accidents de la route s'est «stabilisé ou a baissé dans beaucoup de pays à revenu élevé ces dernières années», dans le reste du monde, «cette épidémie continue à prendre de l'ampleur». Si bien que «si rien n'est fait pour contrer cette évolution», le nombre de morts annuels atteindra 2,4 millions par an d'ici 2030, faisant du phénomène la cinquième cause de décès à l'échelle planétaire.

Le rapport note un renforcement de la volonté politique concernant la sécurité routière dans les pays riches, mais l'OMS appelle à poursuivre les efforts dans ce domaine. «Aucun pays ne peut se relâcher et prétendre n'avoir plus rien à faire en matière de sécurité routière», insistent les auteurs de l'étude. Et même les pays «les meilleurs», tels que les Pays-Bas, le Royaume Uni ou la Suède, «peuvent encore beaucoup améliorer leur situation».