La Corée du Nord aurait construit de nouveaux sites d'essais nucléaires souterrains

MENACE Pyongyang compterait répondre ainsi aux sanctions de l'ONU, selon la presse sud-coréenne...

J.M. avec agence

— 

Une manifestation a rassemblé hier à Séoul des Sud-Coréens inquiets après les essais nucléaires de leur voisin du Nord.
Une manifestation a rassemblé hier à Séoul des Sud-Coréens inquiets après les essais nucléaires de leur voisin du Nord. — K. JAE-HWAN / AFP

La Corée du Nord pourrait avoir aménagé d'autres sites pour y mener des essais nucléaires souterrains dans le nord-est du pays, lieu de ses deux premiers essais, a rapporté lundi la presse sud-coréenne. Selon une source au sein des services de renseignement, citée par l'agence sud-coréenne Yonhap, Pyongyang aurait construit deux ou trois de ces sites à Punggyeri, ou à proximité, dans le district de Kilju (côte nord-est).

>> A lire également: «La Corée du Nord n’a d’autre monnaie d’échange que la peur qu’elle suscite», ici.

Des responsables des services de renseignement américains ont averti le président Barack Obama que la Corée du Nord prévoyait de répondre avec un autre essai nucléaire aux nouvelles sanctions de l'ONU, a affirmé la semaine dernière la chaîne de télévision Fox News, citant des sources au sein des services de renseignement. Pour autant, «il n'y a aucun signe pour le moment de préparation d'un troisième essai», a indiqué la source citée par Yonhap.

La menace du plutonium

Les services de renseignement américain et sud-coréen ont toutefois renforcé la surveillance par satellite de 11 sites souterrains nord-coréens en vue d'un éventuel nouvel essai nucléaire, a annoncé le journal sud-coréen «JoongAng Ilbo». Pyongyang a réagi samedi avec une extrême virulence à sa condamnation la veille par l'ONU pour son récent essai nucléaire, menaçant de ne pas renoncer à ses ambitions atomiques et d'utiliser son plutonium à des fins militaires.

C'est la première fois que Pyongyang évoque un programme à base d'uranium, le régime ayant toujours repoussé les accusations américaines sur un présumé programme clandestin en la matière. Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé vendredi, à l'unanimité, d'alourdir son régime de sanctions, notamment financières, en réponse à l'essai nucléaire nord-coréen du 25 mai, le deuxième après celui d'octobre 2006.