Présidentielle en Iran: une «mauvaise nouvelle» sur fond de «fraude massive»

REVUE DE PRESSE Les quotidiens reviennent sur la réélection annoncée de Mahmoud Ahmadinejad...

Avec agence

— 

Des manifestations ont aussi eu lieu en Europe, ici aux Pays-Bas. 
Des manifestations ont aussi eu lieu en Europe, ici aux Pays-Bas.  — SIPA/EPA/Ed Oudenaarden

La presse française a peu de doute sur l'irrégularité de la présidentielle iranienne et en évoquant une éventuelle «fraude massive», les éditorialistes pensent que le résultat est une «mauvaise nouvelle», non seulement pour les Iraniens mais aussi pour l'Occident.

Fabrice Rousselet de «Libération» fait partie de ceux, nombreux, qui estiment que «l’écart improbable entre les voix du président en place et celles de son rival réformateur Moussavi pose indéniablement la question de la fraude massive».

Il craint que «l’Iran accentue encore la répression afin d’étouffer les aspirations d’une jeunesse qui témoigne de plus en plus de son envie d’ouverture.» «On ne serait alors pas loin de la guerre civile», conclut-il.

Espoir de changement déçu

Pour Florence Couret de «La Croix», la réélection annoncée d'Ahmadinejad est une «mauvaise nouvelle pour l'Iran», mais également «pour le monde, en particulier pour ceux qui, aux États-Unis et en Europe, espéraient qu'un changement d'homme aux commandes de l'Iran mènerait à l'apaisement sur des questions aussi sensibles que le nucléaire ou les relations avec Israël.»

«Pour les diplomaties occidentales, le dossier iranien ne fait que se compliquer», estime également Pierre Rousselin dans «Le Figaro» qui juge que «Barack Obama peut difficilement tendre la main à un Ahmadinejad aux positions inacceptables et à la légitimité très discutables».

Duo explosif avec Israël

Certains comme Jean-Laurent Truc du «Midi Libre» affirment que «le président iranien Ahmadinejad et le Premier ministre israélien Netanyahu forment un duo explosif». Ce qui n'empêche pas Xavier Panon de «La Montagne» de croire que «l’apparente flexibilité de Netanyahu dimanche s’explique aussi par l’enjeu iranien.»

Sous la plume de Patrice Chabanet, le «Journal de la Haute-Marne» estime que la réélection d'Ahmadinejad «ne peut que renforcer le camp des faucons israéliens dont le rêve à peine secret est la destruction des installations nucléaires iraniennes».

«Pour le moment, il y a le verrou des Américains qui, sous l'autorité d'Obama, ne veulent pas voir démarrer dans cette région une nouvelle aventure militaire», précise-t-il, tout en se demandant: «combien de temps cela tiendra-t-il?».