Royaume-Uni : Ben Wallace, le ministre de la Défense, renonce à briguer la succession de Boris Johnson

PAS CANDIDAT Plusieurs ministres démissionnaires ont déjà annoncé leur intention de se lancer dans la course

X.R. avec AFP
— 
Le ministre de la Défense Ben Wallace ne tentera pas de s'installer au 10 Downing Street.
Le ministre de la Défense Ben Wallace ne tentera pas de s'installer au 10 Downing Street. — Frank Augstein/AP/SIPA

Il n’y va pas. Pourtant cité parmi les favoris pour succéder à Boris Johnson à la tête du parti conservateur, le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a annoncé qu’il ne se lancerait pas dans la course. « Après avoir mûrement réfléchi et discuté avec mes collègues et ma famille, j’ai pris la décision de ne pas entrer dans la course à la direction du parti conservateur », a-t-il écrit sur Twitter, expliquant qu’il voulait se concentrer sur sa tâche actuelle et « assurer la sécurité du pays ».


Ben Wallace fait en effet partie de ceux qui sont restés en poste, fidèle à l’ancien maire de Londres. Exprimant sa gratitude envers ceux qui lui avaient « promis » leur soutien, il a souhaité bonne chance à tous les candidats. « J’espère que nous pourrons rapidement nous concentrer à nouveau sur les questions pour lesquelles nous avons été élus », a-t-il ajouté.

D’autres poids lourds doivent se positionner

La lutte pour succéder à Boris Johnson, qui s’est résolu à annoncer sa démission de la tête du parti jeudi après une série de scandales et une valse de départs au sein de son gouvernement, s’annonce en effet acharnée et indécise. Quatre candidats ont pour le moment officialisé leur candidature : l’ancienne ministre de l’Egalité Kemi Badenock, le député Tom Tugendhat, la procureure générale Suella Braverman et Rishi Sunak. Seul ce dernier, ministre des Finances démissionnaire, fait figure de poids lourd.

Mais il pourrait rapidement être rejoint par la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, populaire au sein du parti, ou Nadhim Zahawi, bref ministre des Finances. La secrétaire d’Etat au commerce extérieur Penny Mordaunt et l’ancien ministre de la Santé Sajid Javid font aussi figure de sérieux concurrents.