Royaume-Uni : Boris Johnson annonce sa démission comme chef du parti conservateur

RESIGNATION Le dirigeant conservateur lâche les rênes de son parti, et sera remplacé par son successeur une fois celui-ci élu

20 Minutes avec AFP
— 
Boris Johnson est très critiqué au sein de son parti.
Boris Johnson est très critiqué au sein de son parti. — Licensed by Story Picture Agency/SIPA

Alors que les départs se multiplient au sein du gouvernement, y compris chez ceux nommés depuis moins de 48 heures, Boris Johnson a démissionné ce jeudi de la tête du Parti conservateur. Le Premier ministre britannique a fait une déclaration au pays à la mi-journée. « Le parti conservateur souhaite un nouveau chef de parti et un nouveau Premier ministre, et je suis tombé d’accord avec l’état-major du parti. Nous devrions commencer à procéder à des élections dès la semaine prochaine et je nommerai un remplaçant d’ici là », a expliqué Boris Johnson devant le 10 Downing street.

Le Premier ministre britannique a annoncé qu’il resterait au pouvoir jusqu’à ce que soit désigné son successeur, se disant « triste d’abandonner le meilleur travail au monde ». . Selon la BBC, il pourrait rester Premier ministre jusqu’à l’automne. 

« Nous avons besoin d’un vrai changement de gouvernement »

Le chef de l’opposition Keir Starmer a estimé qu’il s’agissait d’une « bonne nouvelle » mais que « nous n’avons pas besoin d’un changement à la tête des Tories. Nous avons besoin d’un vrai changement de gouvernement ». L’annonce intervient alors que près de 60 départs ont été annoncés au sein du gouvernement depuis mardi, dont cinq ministres, un exode d’une rapidité sans précédent dans l’histoire politique britannique.

Le mécontentement couvait depuis des mois, nourri par le scandale des fêtes illégales à Downing Street pendant le confinement anti-Covid. La démission mardi soir du ministre des Finances Rishi Sunak, et du ministre de la Santé Sajid Javid, avait sonné l’hallali pour le Premier ministre, après un nouveau scandale sexuel impliquant le « whip » adjoint chargé de la discipline des députés conservateurs, que Boris Johnson avait nommé en février, « oubliant » des accusations passées de même type.

Toute la journée mercredi, les démissions s’étaient succédé, le parti conservateur lassé des scandales à répétition depuis que Boris Johnson, l’ancien héros du Brexit, est arrivé à Downing Street en 2019. La séance hebdomadaire de questions à la Chambre avait été particulièrement houleuse pour le Premier ministre, avec de nouveaux appels à la démission dans son propre camp, des rires témoignant de sa perte d’autorité, et un « bye Boris » à la fin de la séance.