Géorgie : Des milliers de manifestants dans la rue pour demander l’adhésion à l’Union européenne

CONTESTATION A Tbilissi, les militants proeuropéens ont une nouvelle fois demandé la démission du gouvernement

20 Minutes avec AFP
— 
Une manifestation en Géorgie pour demander une adhésion à l'Union européenne, à Tbilisi le 3 juillet 2022.
Une manifestation en Géorgie pour demander une adhésion à l'Union européenne, à Tbilisi le 3 juillet 2022. — Shakh Aivazov/AP/SIPA

L’exécutif en Géorgie fait encore une fois face à la contestation de la rue. Des dizaines de milliers de militants proeuropéens ont à nouveau manifesté dimanche à Tbilissi pour demander la démission du gouvernement, accusé d’avoir échoué à obtenir le statut de candidat à l’Union européenne.

Dans la soirée, plus de 35.000 manifestants étaient massés devant le parlement, bloquant la circulation de la principale artère de la capitale et agitant des drapeaux européens et géorgiens, ainsi que des pancartes « Nous sommes l’Europe ».

Le Rêve géorgien dans le viseur de l’opposition

L’ensemble des formations d’opposition et plusieurs organisations proeuropéennes avaient appelé à manifester pour accentuer la pression sur le parti au pouvoir, Rêve géorgien, accusé de dérive autoritaire et d’avoir détérioré la relation avec Bruxelles. « Nous demandons que l’oligarque Bidzina Ivanichvili (fondateur du Rêve géorgien) renonce au pouvoir exécutif et le transfère […] à un gouvernement d’union nationale », avaient-elles appelé dans un message sur Facebook avant la manifestation. Un nouveau gouvernement doit « mener les réformes demandées par l’UE et qui nous apporteront automatiquement le statut de candidat à une adhésion ».

Le 23 juin, les dirigeants européens se sont dits « prêts à accorder le statut de candidat » à la Géorgie, cible en 2008 d’une offensive armée russe, mais une fois que des réformes importantes auront été menées. Cette décision a été suivie par des manifestations contre le Rêve géorgien, lors desquelles il a été exigé que Bidzina Ivanichvili, considéré comme l’homme fort du pays, même s’il n’a plus de fonction politique officielle, lâche le pouvoir.

Pour Charles Michel, « l’avenir de la Géorgie est au sein de l’UE »

La Géorgie, qui borde la mer Noire, a demandé à adhérer à l’UE en même temps que l’Ukraine et la Moldavie, deux autres ex-républiques soviétiques. Le 23 juin, les dirigeants européens ont accordé ce statut à Kiev et Chisinau, mais pas à Tbilissi, tout en reconnaissant la « perspective européenne » de la Géorgie. « L’avenir de la Géorgie est au sein de l’UE », a également assuré le président du Conseil européen, Charles Michel.

Cette annonce avait été saluée comme « historique » par la présidente géorgienne, Salomé Zourabichvili. « Nous sommes prêts à travailler avec détermination au cours des prochains mois pour obtenir le statut de candidat », a-t-elle écrit sur Twitter. Mais Bruxelles demande à Tbilissi des réformes pour renforcer la justice, la liberté de la presse, le système électoral, et lutter contre les oligarques, dans un pays régulièrement secoué par des crises politiques. Le Premier ministre Irakli Garibachvili, du parti Rêve géorgien, a assuré que son gouvernement était « mobilisé » pour accomplir ces réformes et obtenir le statut de candidat « le plus vite possible ».