Centrafrique : Le pays lance le projet de sa propre cryptomonnaie, le Sango

ARGENT Fin avril, la Centrafrique est devenue le deuxième pays au monde après le Salvador à reconnaître le bitcoin ​comme monnaie officielle

20 Minutes avec AFP
— 
Des jetons représentants des bitcoins (illustration).
Des jetons représentants des bitcoins (illustration). — Rick Bowmer/AP/SIPA

Alors que la guerre civile l’ensanglante depuis neuf ans, la Centrafrique tente d’être en pointe sur les monnaies virtuelles. Bangui a ainsi lancé officiellement dimanche le chantier de sa propre cryptomonnaie, le Sango, et du futur « premier crypto-hub africain » à « fiscalité nulle ».

Deux mois après avoir fait de son pays le deuxième au monde après le Salvador à adopter le bitcoin​ comme monnaie officielle, au côté du franc CFA, et légaliser l’usage des cryptomonnaies, le président Faustin Archange Touadéra a fait cette annonce lors d’un « événement online » pour lancer « un nouveau système numérique alimenté par la technologie Blockchain ». Aucun détail concret n’a par contre été livré sur les modalités et le calendrier de la création de ce « Sango Coin » et d’une « Crypto Island », plateforme permettant à cette devise virtuelle de devenir « le catalyseur de la tokénisation des vastes ressources naturelles » de la Centrafrique.

Cette « initiative Sango », du nom de la langue officielle au côté du français, survient en pleine crise des cryptomonnaies dans le monde, où le cours du bitcoin est en chute libre et où de nombreuses plateformes crypto risquent la faillite.

Regrettant que l’Afrique, « où 57 % de la population n’est pas bancarisée », souffre d’un manque criant « d’infrastructures » rendant « quasi inaccessible les services financiers à de nombreux habitants », Faustin Archange Touadéra a asséné « avoir trouvé la solution » : « le smartphone », pour commercer et investir en cryptomonnaies.

Un accès très difficile à l’électricité et à Internet

« Le smartphone, c’est l’alternative à la banque traditionnelle, à l’argent liquide et à la bureaucratie financière », a estimé le président du deuxième pays le moins développé au Monde selon l’Onu. Seuls 14,3 % des plus de 5 millions d’habitants ont accès à l’électricité en 2022, et encore moins à Internet, dont 71 % vivent en dessous du seuil international de pauvreté et plus de la moitié ont besoin d’aide humanitaire, selon la Banque mondiale.

« La Centrafrique est assise sur une montagne de richesses inexploitées », dont l’or, le diamant, les métaux rares, et « Sango Coin sera l’accès direct à nos ressources pour le monde entier » pour attirer les investisseurs et « faire démarrer les moteurs de l’économie », s’est enthousiasmé le chef de l’Etat.

Fin avril, l’adoption du bitcoin comme monnaie de référence avait suscité perplexité et réprobation de la part d’une communauté internationale reprochant déjà au pouvoir de Faustin Archange Touadéra d’avoir livré son pays à la Russie et aux « mercenaires » de la sulfureuse Wagner, accusée de « piller » ses ressources en échange d’un soutien militaire contre les rebelles.