Union européenne : Emmanuel Macron transmet symboliquement la présidence aux Tchèques

UNION EUROPEENNE Une passation en marge du sommet de l’Otan à Madrid

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. — Gabrielle CEZARD/SIPA

Emmanuel Macron a symboliquement transmis jeudi la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne au Premier ministre tchèque Petr Fiala, en lui souhaitant « bon courage », en marge du sommet de l’Otan à Madrid.

Le chef de l’Etat a précisé que les « derniers efforts » de la présidence française, qui se termine jeudi à minuit, étaient consacrés à « finaliser » l’accord entre la Bulgarie et la Macédoine du Nord pour permettre l’ouverture de négociations d’adhésion de ce dernier pays à l’UE.

Sécurité et prévisibilité

« Je suis convaincu que nous avons trouvé une solution de compromis », qui « apporte à tous de la sécurité et de la prévisibilité », a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse.

Selon une source européenne, cette proposition d’accord « répond aux préoccupations exprimées par la Macédoine du Nord et la Bulgarie ». « S’il est accepté » par ces pays, cela permettrait une percée sur laquelle l’UE travaille depuis plus de deux ans, a commenté cette source.

« Nous sommes plus proches que nous ne l’avons jamais été » d’un accord : « c’est le moment de dire oui », a estimé sur Twitter le président du Conseil européen Charles Michel, en estimant que la proposition actuellement sur la table répondait « aux préoccupations exprimées ».

Un bâton aux couleurs de l’UE

Le gouvernement bulgare a confirmé mercredi, quelques jours après un vote du Parlement, la levée du veto à l’ouverture de négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord, sur la base de la proposition de la France, qui fait office de médiateur dans cette affaire.

Depuis 2020, la position bulgare empêchait le lancement de négociations non seulement avec Skopje, mais aussi avec l’Albanie, les deux candidatures étant liées par l’UE.

Au cours d’une courte cérémonie organisée à la fin du sommet de l’Otan, la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a remis un bâton aux couleurs de l’UE à son homologue tchèque Jan Lipavsky, en estimant que l’Europe sortait de la présidence française « plus forte, plus souveraine et, je crois, plus unie ».