Guerre en Ukraine : La Russie sous le feu des critiques avec l’attaque du centre commercial, Moscou exige que Kiev capitule

RECAP' Ce mardi 28 juin, « 20 Minutes » fait le point pour vous comme tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine, au lendemain de l'attaque d'un centre commercial

M.d.F.
— 
 Les pompiers des services d'urgence de l'État ukrainien travaillent pour enlever les débris d'un centre commercial incendié après une attaque à la roquette à Krementchouk, en Ukraine, le mardi 28 juin 2022.
Les pompiers des services d'urgence de l'État ukrainien travaillent pour enlever les débris d'un centre commercial incendié après une attaque à la roquette à Krementchouk, en Ukraine, le mardi 28 juin 2022. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mardi 28 juin, les Occidentaux ont réagi avec fermeté au lendemain de l’attaque russe qui a visé un centre commercial où se trouvaient des civils.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

En lendemain de l’attaque russe contre un centre commercial bondé à Krementchouk, qui a fait au moins 18 morts et une soixantaine de blessés, le monde est encore en état de choc. Le président français Emmanuel Macron a dénoncé une « horreur absolue » et a appelé le peuple russe à « voir la vérité » en face. Les dirigeants du G7 ont évoqué un « crime de guerre » et le chef de l’Otan Jens Stoltenberg a affirmé que jamais un pays n’avait connu une telle brutalité « depuis la Seconde Guerre mondiale ».

« Seuls des terroristes complètement fous, qui ne devraient pas avoir de place sur Terre, peuvent frapper aux missiles sur des objectifs civils, a de son côté réagit le président ukrainien Volodymyr Zelensky. La Russie doit être reconnue comme Etat parrain du terrorisme. Le monde peut et donc doit arrêter la terreur russe. » Quant au ministère russe de la Défense, il assure que le centre commercial était en fait un entrepôt d’armements livrés par les Occidentaux.

La phrase

La Russie ne peut et ne doit gagner

Le président français Emmanuel Macron a affirmé que « face au conflit en Ukraine, les pays du G7 vont continuer à agir avec détermination ». « Notre soutien à l’Ukraine et nos sanctions contre la Russie se maintiendront aussi longtemps que nécessaire et avec l’intensité nécessaire durant les prochaines semaines et les prochains mois », a-t-il promis.


Le chiffre

5 milliards de dollars. Les dirigeants du G7 réunis en sommet en Allemagne vont s’engager mardi à verser « jusqu’à 5 milliards de dollars » pour lutter contre l’insécurité alimentaire dans le monde.

La tendance du jour

Si Volodymyr Zelensky a appelé lundi les dirigeants du G7 « à faire le maximum » pour mettre un terme au conflit d’ici la fin de l’année, la fin de la guerre ne semble pas pour tout de suite. Le porte-parole de Vladimir Poutine a affirmé que pour mettre fin à ce conflit, il fallait « ordonner aux soldats ukrainiens de déposer les armes » et « mettre en œuvre toutes les conditions fixées par la Russie ».

La Russie ne semble donc pas vraiment ouverte à la discussion, ni à renoncer à la victoire ou à la prise de l’Est. Preuve en est, le maire ukrainien élu de Kherson, ville occupée par les forces russes et leurs alliés séparatistes, a été arrêté ce mardi, a annoncé le chef adjoint de l’administration d’occupation, Kirill Stremooussov.