Venezuela : Nicolas Maduro invite les entreprises françaises à venir produire du pétrole

DIVERSIFICATION En marge du sommet du G7 en Allemagne, l’Elysée a estimé que « le pétrole vénézuélien doit pouvoir être remis sur le marché »

20 Minutes avec AFP
Une fresque représentant le drapeau du Venezuela et un champs pétrolier, à Caracas le 21 mai 2022.
Une fresque représentant le drapeau du Venezuela et un champs pétrolier, à Caracas le 21 mai 2022. — Matias Delacroix/AP/SIPA

Nicolas Maduro tente de saisir l’opportunité de la mise au banc de la Russie pour renouer des liens économiques avec l’Occident. Le président vénézuélien a ainsi invité lundi soir les entreprises françaises à venir dans son pays après que la France a plaidé pour une « diversification des approvisionnements » afin de freiner l’envolée des prix provoquée par la guerre en Ukraine.

« Président Macron ! Le Venezuela​ est prêt à accueillir toutes les entreprises françaises qui voudraient venir produire du pétrole et du gaz », a lancé Nicolas Maduro à la télévision publique. En marge du sommet du G7 en Allemagne, la présidence française a évoqué « des ressources ailleurs qu’il faut aller explorer », lorgnant sur les productions de l’Iran et du Venezuela, et estimant que « le pétrole vénézuélien doit pouvoir être remis sur le marché ».

L’enjeu des sanctions contre l’Iran et le Venezuela

Téhéran et Caracas sont pour le moment soumises à des sanctions américaines. Les Etats-Unis et le Venezuela ont rompu leurs relations diplomatiques en 2019 après la réélection de Nicolas Maduro en 2018 pour un second mandat lors d’un scrutin boycotté par l’opposition. Dans le but d’évincer l’actuel président du pouvoir, Washington a reconnu le leader de l’opposition Juan Guaido comme président intérimaire, imposant une batterie de sanctions à Caracas.

Ces mesures comprennent notamment un embargo depuis avril 2019 qui empêche le Venezuela d’échanger son pétrole brut - qui représentait alors 96 % des revenus du pays - sur le marché américain. Depuis lors, Nicolas Maduro a reçu un soutien important de la Russie pour pouvoir continuer à exporter du pétrole malgré les mesures punitives. Dans le sillage américain, la France avait aussi reconnu Juan Guaido comme président intérimaire, déclenchant l’ire de Nicolas Maduro. Mais, le poids du leader de l’opposition a considérablement baissé ces derniers mois.