Etats-Unis : Au Texas, au moins 46 migrants retrouvés morts dans un camion charnier

TRAGEDIE Selon le chef des pompiers, les migrants « souffraient de coups de chaleur, d’épuisement dû à la chaleur ». Il affirme ne pas avoir « trouvé trace d’eau dans le véhicule »

20 Minutes avec AFP
— 
Vue aérienne du camion charnier découvert au Texas, le 27 juin 2022.
Vue aérienne du camion charnier découvert au Texas, le 27 juin 2022. — AFP

Les secouristes ont découvert l’horreur au Texas. Le nombre de personnes retrouvées mortes lundi dans un camion s’élève au moins à 46, selon un nouveau bilan communiqué par le chef des pompiers de San Antonio.

« Nous avons jusqu’ici pris en charge environ 46 corps », a indiqué Charles Hood, qui a précisé que seize blessés - douze adultes et quatre enfants - avaient été pris en charge et étaient « conscients » lors de leur transport vers des services de soins. Le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard a regretté sur Twitter une « tragédie » et a indiqué que le consul mexicain, bien qu’on ne « connaisse pas les nationalités » des victimes, se rendait sur place.

Les attaques républicaines contre Biden

Les camions tels que celui retrouvé à San Antonio, à environ 240 km de la frontière avec le Mexique, sont un moyen de transport fréquemment utilisé par des migrants souhaitant entrer aux Etats-Unis​. Un tel voyage est extrêmement dangereux, d’autant que ces véhicules sont rarement climatisés et que leurs occupants en viennent rapidement à manquer d’eau. « Les patients que nous avons vus étaient brûlants au toucher, ils souffraient de coups de chaleur, d’épuisement dû à la chaleur, on n’a pas trouvé trace d’eau dans le véhicule », a énuméré le chef des pompiers.

Le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott s’est pour sa part immédiatement saisi du drame pour en rejeter la faute sur le président démocrate Joe Biden. Ces morts « sont le résultat de sa politique mortelle d’ouverture des frontières », a-t-il attaqué. Les arrivées de migrants clandestins ont fortement augmenté après l’élection de Joe Biden, bien que ce dernier tente depuis son élection d’endiguer l’afflux migratoire en confiant notamment cet épineux dossier à sa vice-présidente Kamala Harris.