Guerre en Ukraine : « Poutine espérait que le G7 se divise mais nous ne l'avons pas fait », affirme Biden

LIVE Revivez avec nous toutes les informations sur le conflit du dimanche 26 juin

X.M., X.R.
— 
Le président américain, Joe Biden, lors du sommet du G7 le 26 juin 2022.
Le président américain, Joe Biden, lors du sommet du G7 le 26 juin 2022. — Pool for Yomiuri/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Les dirigeants des pays du G7, dont Joe Biden, ont rendez-vous ce dimanche matin en Bavière, pour leur sommet annuel réunissant l’Allemagne, le Canada, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.
  • Le président ukrainien a indiqué samedi soir qu’il comptait participer à ce sommet. Il doit prendre la parole lundi en visioconférence. Volodymyr Zelensky en profitera pour réclamer à nouveau l’envoi d’armes lourdes pour contrer la puissance de feu russe.
  • Vladimir Poutine a annoncé que son pays allait « dans les prochains mois » livrer à la Biélorussie, d’où des frappes ont été effectuées contre le territoire ukrainien, des missiles capables de transporter des charges nucléaires.
  • Les forces russes ont obtenu samedi d’importants succès militaires dans le Donbass, s’emparant totalement, à l’issue d’une bataille acharnée, de la ville stratégique de Severodonetsk et pénétrant dans celle voisine de Lyssytchansk, à l’entame du cinquième mois de conflit.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

21h51 : Ce live est maintenant terminé

Merci d’avoir été avec nous aujourd’hui. On se retrouve demain car malheureusement, le conflit, lui, ne s’arrête pas. Bonne fin de soirée à toutes et à tous.

21h09 : Les photos de famille en Bavière

Et voici, grâce à nos confrères de l’AFP, les photos des dirigeants du G7 réunis en Bavière pour coordonner – notamment – les sanctions envers la Russie.

 [A LA UNE A 20H]
Les dirigeants des pays du #G7 ont donné le ton de leur sommet, réuni en Bavière et largement consacré à la guerre en #Ukraine, en annonçant élargir les sanctions contre Moscou et en lançant un appel à l’unité #AFP 1/5 pic.twitter.com/EZRYxejBw3
– Agence France-Presse (@afpfr) June 26, 2022
20h32 : Non, l’Occident ne se désunira pas, prédit Biden

Depuis la Bavière, où le G7 est réuni, le président américain Joe Biden a estimé que Vladimir Poutine espérait « que, d’une manière ou d’une autre, l’Otan et le G7 se divisent ». Mais, assure le locataire de la Maison Blanche, « Nous ne l’avons pas fait et nous ne le ferons pas ».

20h06 : Un Wimbledon particulier en raison du conflit

Pour rappel, le tournoi de tennis de Wimbledon va démarrer lundi sans les joueurs et joueuses russes et biélorusses. Le N.1 mondial, Daniil Medvedev, ne sera notamment pas de la partie. De leur côté, les organisateurs du tournoi ont annoncé qu’ils allaient distribuer des billets d’entrée pour les matchs aux réfugiés ukrainiens qui vivent dans les quartiers voisins du site.

18h55 : Manifestation contre l’Otan à Madrid

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche midi dans le centre de Madrid pour exiger la dissolution de l’Otan et réclamer la paix, à deux jours de l’ouverture du prochain sommet de l’Alliance atlantique dans la capitale espagnole. Ce sommet sera dominé par la question de la menace russe et par l’invasion de l’Ukraine, déclenchée le 24 février par le président Vladimir Poutine.

Un long cortège constitué de convois regroupant des militants de gauche, anticapitalistes, altermondialistes, écologistes, féministes, communistes ou encore les mouvements comme « Fridays for Future » et « Extinction Rébellion » a défilé dans le calme et sous importante escorte policière afin de dénoncer la tenue de la prochaine réunion de l’organisation à Madrid du 28 au 30 juin. Sur les pancartes, on pouvait lire : « Faites la paix, pas la guerre », « Assez de dépenses militaires, donnez aux écoles et aux hôpitaux » à côté d’une image d’une femme pleurant tirée du tableau de Pablo Picasso, Guernica, l’une des toiles les plus célèbres au monde, devenue un plaidoyer contre la guerre.

18h41 : Complexité du bilan humain

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit, certainement très lourd. Selon l’ONU, 4.500 civils ont été tués et 5.500 blessés à dater du 15 juin. Mais « le chiffre est probablement beaucoup plus élevé », ajoute-t-elle.

Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales parlent de 15.000 à 20.000 soldats russes tués. Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine d’hommes, selon Kiev. Aucune statistique indépendante n’est disponible.

18h36 : « Avoir peur ou agir maintenant »

« Aujourd’hui, des civils à Kiev sont attaqués pendant que le G7 se réunit. (La Russie) comprend qu’il n’y a pas d’armes qui puissent nous faire peur, elle veut que le monde entier ait peur. Avoir peur ou agir maintenant. Le choix vous appartient ! », a tweeté le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov en réaction au bombardement sur la capitale.


 

18h24 : Manifestation anti-Ukraine en Israël

 

18h05 : 250 civils évacués de l'usine Azot selon les séparatistes

Selon un séparatiste prorusse, cité par l'agence russe RIA, 250 civils dont des enfants ont été évacués de l'usine chimique Azot à Severodonetsk. La zone de l'usine était la dernière sous contrôle ukrainien dans cette ville.

17h34 : Du baume au cœur

 

16h47 : Dernier bilan

Selon un nouveau bilan fourni dimanche après-midi par le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, « un corps a été retrouvé, six habitants ont été blessés dont quatre ont été hospitalisés, parmi lesquels une fille de sept ans », après le bombardement d’un immeuble. La fillette était « hors de danger » après avoir été extraite des décombres puis opérée à l’hôpital, a-t-il précisé. Sa mère, que les sauveteurs ont mis plusieurs heures à dégager, était elle « dans un état de gravité modérée », a-t-il ajouté.

16h25 : Un permis de Vladimir Poutine épinglé à un chekpoint ukrainien

 

15h52 : Moscou dit avoir frappé une usine de production de missiles à Kiev

La Russie a affirmé avoir frappé dimanche une usine de production de missiles à Kiev, qualifiant de « fake » les affirmations selon lesquelles elle avait touché une zone résidentielle de la capitale ukrainienne.

C’est l’usine d’armement Artiom qui, « en tant qu’infrastructure militaire, était la cible », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué, affirmant que les dégâts causés à un immeuble résidentiel voisin étaient dus à un missile ukrainien de défense antiaérienne.

15h35 : Le G7 s’amuse

Les grands dirigeants mondiaux se sont amusés dimanche à ironiser sur l’image virile volontiers affichée par le président russe Vladimir Poutine en se demandant s’ils pouvaient ôter leur veste, voire davantage, à l’ouverture du sommet du G7 en Allemagne. « On garde les vestes ? On les enlève ? », interroge le Premier ministre britannique Boris Johnson en s’asseyant à la table de travail au château d’Elmau en Allemagne où le chancelier Olaf Scholz accueille jusqu’à mardi les dirigeants des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de France, d’Italie, du Japon et de l’Union européenne.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, suggère alors d’attendre la photo officielle pour tomber la veste mais Boris Johnson lance : « nous devons montrer que nous sommes plus forts que Poutine ». Et la boutade en inspire d’autres. « Nous allons avoir droit à la démonstration d’équitation torse nu », renchérit Justin Trudeau, se référant à une fameuse séance photo de Vladimir Poutine à cheval torse nu en 2009. C’est finalement en costume, ayant simplement tombé les cravates, que les sept dirigeants ont pris place sur le podium pour la traditionnelle photo de famille.

14h46 : Moscou encore loin de contrôler le Donbass, souligne Londres

Les forces russes se sont emparées totalement de la ville stratégique de Severodonetsk et ont pénétré dans celle voisine de Lyssytchansk, étape importante vers le contrôle du Donbass. « Pour autant, ce n’est qu’un des défis que la Russie devra relever pour occuper l’ensemble de la région », estime le ministère britannique de la Défense, qui souligne la volonté russe « d’avancer sur le centre majeur de Kramatorsk et de sécuriser les voies d’approvisionnement sur la ville de Donetsk ».

14h29 : Un mort dans le bombardement de l'immeuble à Kiev

Selon plusieurs médias, le père ukrainien de la fillette de 7 ans sauvée plus tôt de l'immeuble bombardé ce matin est mort. Pour rappel, la mère russe de la fillette a été extraite de sous une dalle de béton après plusieurs heures et hospitalisée dans un état grave.


 

14h12 : Une série « anormale » de frappes sur l’ouest ukrainien

L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) observe « des séries anormales de frappes russes sur des zones de l’arrière », après les bombardements sur Kiev et un terrain militaire près de la frontière polonaise. Il cite le commandement de l’armée de l’Air ukrainienne selon lequel quelque 50 frappes ont été enregistrées samedi près de Kiev, Khmelnytskyï, Lviv (ouest), Chernihiv (nord), Mykolaïv (sud), Kharkiv (nord-est) et dans la région de Dniepropetrovsk (centre). La Russie rappelle ainsi sa capacité à atteindre n’importe quel point de l’Ukraine, même si l’essentiel des opérations se déroulent dans l’est et le sud.

13h55 : Boris Johnson a montré « beaucoup d’enthousiasme » au projet français de communauté politique européenne

Boris Johnson est intéressé par le projet français de Communauté politique européenne qui permettrait de « réengager » le Royaume-Uni en Europe après le Brexit, a déclaré dimanche la présidence française à l’issue d’un entretien entre le dirigeant britannique et Emmanuel Macron. Le président français a senti « beaucoup d’enthousiasme » chez le dirigeant britannique lorsqu’il a évoqué la Communauté politique européenne, qui permettrait de « réengager, redonner un cap avec les Britanniques », a précisé la présidence, après un entretien entre les deux hommes en marge du sommet du G7 réuni en Bavière.

Boris Johnson a dit au président français qu’il en avait « eu l’idée en 2016 », et qu’il avait « envie d’avoir quelque chose où on discute hors de l’UE », et Emmanuel Macron lui a répondu qu’il lui en attribuait dans ce cas la « paternité ». « C’est formidable. Ça va permettre d’avoir une approche intergouvernementale où on réengage les Britanniques, les Balkans occidentaux », a relevé l’Elysée.

13h30 : Le terrain d'entrainement bombardé situé à 30km de la frontière polonaise

Parmi les cibles visées dans les bombardements russes sur des installations militaires figure un centre d'entraînement des forces ukrainiennes dans le district de Starytchi, dans la région de Lviv, à une trentaine de kilomètres de la frontière polonaise. Les deux autres centres d'entraînement ukrainiens visés se trouvent dans la région de Jytomyr (centre-ouest) et dans la région de Tcherniguiv (nord). Le communiqué du porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, ne relie pas ces frappes à celles qui ont touché Kiev ce matin.

12h51 : La mère russe d’une fillette secourue à Kiev

La mère de la fillette de 7 ans sauvée de l’immeuble touché ce matin a été extraite des décombres et transportée à l’hôpital dans un état grave. La jeune femme d'une trentaine d'années était coincée sous une dalle de béton, et son sauvetage a pris plusieurs heures. Il s’agit de la citoyenne russe évoquée plus tôt par l’ambassadeur de France à Kiev.

12h28 : Les frappes sur Kiev relèvent de la « barbarie », juge Biden

« C’est encore leur barbarie », a réagi le président américain Joe Biden après les bombardements russes qui ont touché un quartier d’habitations à Kiev.

12h24 : Moscou dit avoir frappé un centre d’entraînement militaire près de la frontière polonaise

La Russie a déclaré avoir frappé trois centres d’entraînement militaires dans le nord et l’ouest de l’Ukraine, dont un situé à proximité de la frontière polonaise, quelques jours avant un sommet de l’Otan dont Varsovie est membre. Ces bombardements ont été effectués avec des « armes de haute précision des forces aérospatiales russes et des missiles (de croisière) Kalibr », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Parmi les cibles visées figure un centre d’entraînement militaire des forces ukrainiennes dans le district de Starytchi, dans la région de Lviv, à une trentaine de kilomètres de la frontière polonaise.

12h17 : Boris Johnson et Emmanuel Macron voient une possibilité de « renverser le cours » de la guerre

Lors d’une rencontre en marge d’un sommet du G7 en Allemagne, les deux dirigeants « ont convenu qu’il s’agissait d’un moment critique pour l’évolution du conflit et qu’il était possible de renverser le cours de la guerre », a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique. Mais le Premier ministre britannique a mis en garde le président français contre la tentation d’une solution négociée « maintenant » en Ukraine au risque de prolonger « l’instabilité mondiale ».

11h47 : Une civile russe touchée par les frappes à Kiev

Selon l'ambassadeur de France à Kiev Etienne de Poncins, une des victimes sauvée des décombres de l'immeuble touché par des missiles russes ce matin est de nationalité... russe.


 

11h24 : Au G7, l’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev

« Le sommet du G7 doit répondre par plus de sanctions contre la Russie et plus d’armes lourdes pour l’Ukraine », a exhorté sur Twitter Dmytro Kouleba, le chef de la diplomatie ukrainienne, appelant à « vaincre l’impérialisme malade » russe.

11h02 : Biden appelle le G7 et l’OTAN à « rester ensemble » contre l’agression russe de l’Ukraine

Le G7, réuni en sommet dimanche en Bavière, et l’Otan doivent « rester ensemble » contre l’agression russe de l’Ukraine, a déclaré Joe Biden avant un entretien avec le chancelier allemand Olaf Scholz. Le président russe Vladimir Poutine espérait « que, d’une manière ou d’une autre, l’Otan et le G7 se divisent », a déclaré le président américain Joe Biden avant que ne débute l’entretien bilatéral. « Mais nous ne l’avons pas fait et nous ne le ferons pas », a-t-il assuré, multipliant les déclarations chaleureuses à l’adresse de son hôte.

10h54 : Un jardin d'enfants touché également

 

10h43 : Le bilan à Kiev monte à cinq blessés

Des images de l'immeuble touché dans les frappes sur Kiev cette nuit.


 

10h32 : Vers une annonce collective du G7 sur l’or russe

« Ensemble, le G7 va annoncer que nous allons interdire l’or russe, une source d’exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars », a tweeté le président américain Joe Biden. En attendant une annonce collective à l’issue de la réunion mardi, Washington, Londres, Ottawa et Tokyo ont d’ores et déjà annoncé un embargo sur l’or nouvellement extrait en Russie, sans viser celui déjà vendu.

« Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s’attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine », a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson dans un communiqué. « Poutine dilapide ses ressources en baisse dans cette guerre inutile et barbare. Il nourrit son ego aux dépens des peuples ukrainien et russe », a-t-il ajouté, appelant ses alliés à « affamer » le pouvoir russe. La Russie est un important pays producteur d’or dont les exportations ont représenté près de 15 milliards d’euros en 2021, soit 5 % du marché mondial selon Londres et Washington.

10h17 : Deux blessés hospitalisés à Kiev

Au moins deux blessés ont été hospitalisés après les frappes sur Kiev, indique le maire Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient « sous les décombres », le bilan pouvant s’alourdir.

« A la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages », a indiqué sur Telegram le service d’Etat pour les situations d’urgence. Une fillette de sept ans a pu être sauvée sous les décombres, a ajouté le maire sur Telegram. « Elle est vivante » et les secouristes tentent de « sauver sa maman », a-t-il poursuivi.

9h38 : Quatre pays interdisent les importations d’or russe

Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada et le Japon vont interdire les importations d’or russe dans de nouvelles sanctions imposées en réponse à l’invasion de l’Ukraine, a annoncé dimanche Downing Street au premier jour d’un sommet du G7. « Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s’attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine », a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui retrouve pour trois jours les dirigeants des grandes puissances industrialisées en Allemagne.

9h15 : Les frappes russes ont pour but « d’intimider les Ukrainiens », selon le maire de Kiev

Les frappes qui ont touché Kiev dans la matinée ont pour but « d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan », estime le maire de la ville Vitaly Klitschko.

8h49 : Quatre explosions entendues à Kiev

Les frappes russes reprennent sur la capitale ukrainienne. Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, touchant un complexe résidentiel proche du centre de la capitale.

« A la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages », a indiqué sur la messagerie Telegram le service d’Etat pour les situations d’urgence. « Selon les données préliminaires, une personne a été blessée », a-t-il précisé. Arrivée sur place, une équipe de l’AFP a vu les trois derniers étages de l’immeuble en feu et sa cage d’escalier complètement détruite, alors que la police a bouclé le quartier.

Les déflagrations se sont produites vers 06h30, une demi-heure après le déclenchement de sirènes antiaériennes dans la capitale.

8h41 : Pour Johnson, le G7 ne doit pas « abandonner » l’Ukraine

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé samedi les dirigeants du G7 à ne pas « abandonner l’Ukraine », mettant en garde contre toute « fatigue » dans le soutien à Kiev et annonçant une aide économique supplémentaire.

Le gouvernement britannique « est prêt à fournir 525 millions de dollars » à l’Ukraine, qui craint de se trouver à court de financement à l’automne, sous la forme de garanties de crédits auprès de la Banque mondiale, a en outre indiqué Downing Street. Cela porte le soutien financier et humanitaire total apporté par Londres à environ 1,8 milliard de dollars.

8h33 : Joe Biden est en Allemagne pour le G7

Joe Biden est une nouvelle fois en Europe. Le président américain est arrivé en Allemagne samedi soir pour un sommet du G7. Le locataire de la Maison-Blanche a atterri à Munich en provenance de Washington et devait gagner en hélicoptère militaire le lieu du sommet. Son premier entretien au cours de ce déplacement de trois jours se fera ce dimanche avec le chancelier allemand Olaf Scholz. Puis Joe Biden participera la semaine prochaine à un sommet de l’Otan à Madrid.

Washington s’est fixé trois grands objectifs pour le G7 : augmenter encore la pression sur Moscou ; faire des propositions concrètes pour répondre à la flambée des prix de l’énergie et de l’alimentation ; et lancer un partenariat sur les infrastructures avec des pays en développement. Ce dernier point se veut une réponse aux gigantesques investissements de la Chine à travers le monde. A l’Otan, les Américains et leurs alliés veulent se donner un nouveau « concept stratégique » qui, pour la première fois, évoquera les défis posés par la Chine.

8h27 : Les LGBT+ de Pologne et d’Ukraine défilent ensemble

Des représentants de la communauté LGBT+ ukrainienne ont rejoint samedi plusieurs dizaines de milliers de participants au défilé des fiertés à Varsovie, dans une marche commune marquant leur solidarité mutuelle et leur opposition à l’invasion russe de l’Ukraine.

La marche a en outre commencé par une minute de silence dédiée aux victimes de la fusillade, dans la nuit, près d’un bar gay d’Oslo, qui a entraîné l’annulation de la marche des Fiertés LGBTQ + dans la capitale norvégienne.

8h22 : Paris veut que la Turquie soit plus claire sur ses choix à l’Otan

Paris met la pression sur Ankara. La Turquie doit « faire ses choix » sur l’intégration dans l’Otan de la Suède et de la Finlande, au risque de soulever des questions sur son « comportement » au sein de l’alliance, a estimé dimanche la ministre française des Affaires étrangères.

« Le Secrétaire général de l’Alliance (Jens Stoltenberg) est en première ligne mais c’est à la Turquie de faire ses choix face à ses responsabilités. Veut-elle renforcer l’Alliance ou y est-elle opposée ? Ce qui ne manquerait pas de mener à des interrogations sur son comportement en tant que membre de l’Otan », a estimé Catherine Colonna dans une interview au Journal du Dimanche.

« La Finlande et la Suède ont fait un choix historique. Les avoir toutes les deux dans l’OTAN serait un plus pour notre sécurité en Europe. Elles ont fait des efforts dans leur discussion avec la Turquie ». Mais, malgré des pourparlers lundi dernier à Bruxelles entre la Turquie, la Suède et la Finlande, un déblocage rapide de ces candidatures s’annonce compliqué à l’approche d’un sommet de l’organisation du 28 au 30 juin à Madrid.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. La journée de ce dimanche va être marquée par l’ouverture du sommet du G7. Il se tiendra en Allemagne jusqu’à mardi. Pour l’occasion, Joe Biden a fait le déplacement. Le président américain se rendra ensuite en Espagne pour un sommet de l’Otan.