Guerre en Ukraine : Moscou va livrer « dans les prochains mois » à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires...

LIVE Suivez avec nous toutes les informations sur le conflit en ce samedi 25 juin

X.R. avec AFP
— 
Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président biélorusse Alexandre Loukachenko se serrent la main lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, en Russie, samedi 25 juin 2022.
Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président biélorusse Alexandre Loukachenko se serrent la main lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, en Russie, samedi 25 juin 2022. — Mikhail Metzel/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Moscou s’est emparée de la totalité de Severedonetsk après le retrait des troupes ukrainiennes. La ville était bombardée sans relâche depuis des semaines par l’armée russe.
  • Après la validation des candidatures européennes de l’Ukraine et de la Moldavie, Moscou a dénoncé un « accaparement géopolitique » des pays de la CEI par l’UE destiné à « contenir la Russie ».
  • Alors que les ports de la mer Noire sont toujours bloqués, les pays occidentaux réfléchissent aux moyens d’exporter les céréales ukrainiennes afin d’éviter une crise alimentaire mondiale.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Rendez-vous sur 20 Minutes pour plus d'informations sur le conflit.
18h12 : Moscou va livrer « dans les prochains mois » à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires

La Russie va livrer « dans les prochains mois » à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires, a annoncé samedi Vladimir Poutine en recevant le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, en pleines tensions entre leurs pays et l’Occident autour de l’Ukraine.

« Dans les prochains mois, nous allons transférer à la Biélorussie des systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire », a déclaré M. Poutine au début de son entretien avec Alexandre Loukachenko à Saint-Pétersbourg retransmis par la télévision russe.

 

17h11 : Severodonetsk « entièrement occupée » par l’armée russe, selon son maire

 

La ville de Severodonetsk dans le Donbass (est), théâtre de combats féroces entre les armées ukrainienne et russe depuis plusieurs semaines, est « entièrement occupée » par l’armée russe, a annoncé samedi son maire Oleksandre Striouk.

« La ville est entièrement occupée par les Russes », a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne en fin d’après-midi. L’armée ukrainienne avait annoncé jeudi son retrait de cette localité d’environ 100.000 habitants avant la guerre pour mieux défendre la ville voisine de Lyssytchansk.

16h56 : Des hélicoptères russes bombardent un village

Deux hélicoptères russes ont bombardé un petit village dans la région de Soumy, près de la frontière nod-est de l’Ukraine avec la Russie, au moyen de « 6 missiles non-guidés », indique le Kyiv Independant en citant des gardes-frontières ukrainiens. Aucune victime ne serait à déplorer.

16h49 : L’Espagne vote un plan d’aide de neuf milliards d’euros pour endiguer les conséquences économiques de la guerre

Le gouvernement espagnol a annoncé un nouveau plan d’aides directes d’un montant de neuf milliards d’euros pour atténuer l’impact économique du conflit en Ukraine sur la population espagnole, qui fait face à une flambée de l’inflation. Présentant ces mesures lors d’une conférence de presse à Madrid, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a précisé qu’ajoutées à un premier train de mesures de six milliards d’euros prises en mars, ces aides directes représenteraient jusqu’à la fin de l’année un total de 15 milliards d’euros, soit « plus d’un point du PIB de notre pays ».

Le gouvernement de gauche a prorogé pour une période supplémentaire de six mois, jusqu’au 31 décembre, les mesures adoptées fin mars pour trois mois et dont l’application devait prendre fin le 30 juin. Parmi ces mesures figure notamment une réduction de 20 centimes par litre du prix des carburants, « une aide directe de 200 euros » aux travailleurs indépendants et aux chômeurs, ainsi qu’une nouvelle baisse de la TVA sur l’électricité, la seconde en moins d’un an, de 10 % à 5 %. L’exécutif a également décidé une hausse de 15 % des retraites et des pensions d’invalidité.

16h41 : Les forces russes tentent de bloquer l'accès à Lyssychansk, selon le gouverneur

Le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serhiy Haidai, a indiqué sur Facebook que les forces russes tentaient de bloquer l'accès à la ville de Lyssychansk par le sud. Les troupes ukrainiennes sont en train de se replier depuis Severodonetsk, située à l'est de l'autre côté d'un pont sur le fleuve Donets, et les séparatistes ont indiqué que des combats de rue avaient déjà lieu dans Lyssytchansk.

16h41 : Les forces russes tentent de bloquer l'accès à Lyssychansk, selon le gouverneur

Le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serhiy Haidai, a indiqué sur Facebook que les forces russes tentaient de bloquer l'accès à la ville de Lyssychansk par le sud. Les troupes ukrainiennes sont en train de se replier depuis Severodonetsk, située à l'est de l'autre côté d'un pont sur le fleuve Donets, et les séparatistes ont indiqué que des combats de rue avaient déjà lieu dans Lyssytchansk.

16h41 : Les forces russes tentent de bloquer l'accès à Lyssychansk, selon le gouverneur

Le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serhiy Haidai, a indiqué sur Facebook que les forces russes tentaient de bloquer l'accès à la ville de Lyssychansk par le sud. Les troupes ukrainiennes sont en train de se replier depuis Severodonetsk, située à l'est de l'autre côté d'un pont sur le fleuve Donets, et les séparatistes ont indiqué que des combats de rue avaient déjà lieu dans Lyssytchansk.

16h30 : « Le monde libre l’emportera sur la tyrannie russe »

Au détour d’un tweet pour souligner la proximité de leurs armées à l’occasion de la Journée des forces armées au Royaume-Uni, le ministère ukrainien de la Défense a placé un message sans équivoque : « Le monde libre l’emportera sur la tyrannie russe. »


 

16h05 : Aucun progrès sur l’adhésion de la Suède à l’Otan après un échange entre Erdogan et Magdalena Andersson

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé samedi qu’aucun progrès n’avait été enregistré à propos de la volonté de la Suède de rejoindre l’Otan, à l’issue d’une conversation téléphonique avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson. « La Suède doit prendre des mesures concernant des sujets aussi importants que la lutte contre le terrorisme », a-t-il dit, appelant à des « actions concrètes », selon des propos rapportés par la présidence turque. Ankara accuse notamment la Suède d’abriter des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme « terroriste » par la Turquie.

15h43 : Joe Biden en Europe pour consolider le front occidental

Le président américain Joe Biden est parti pour l’Europe, où il entend consolider encore, et sur la durée, les rangs des Occidentaux face à la Russie. Il doit d’abord participer à un sommet du G7 dans le sud de l’Allemagne, puis la semaine prochaine à un sommet de l’Otan à Madrid.

Ce déplacement intervient à « un moment charnière pour la solidarité transatlantique », avait estimé jeudi John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques. Au G7 comme à l’Otan, « vous allez voir clairement comment l’intention du président, dès le départ, de revitaliser nos alliances et nos partenariats, nous a permis d’être au rendez-vous » pour « que la Russie rende des comptes », a-t-il promis.

15h31 : La frappe depuis la Biélorussie, juste avant un entretien Poutine-Loukachenko

La frappe partie du sol biélorusse sur l’Ukraine intervient alors que le président russe Vladimir Poutine et son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko doivent se rencontrer samedi à Saint-Pétersbourg en Russie, avant une visite en Biélorussie, prévue jeudi et vendredi, du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Selon les renseignements ukrainiens, en plus de Desna, les Russes ont touché des cibles « dans les régions de Kiev et de Soumy ».

15h14 : L’Allemagne prévoit un milliard d’euros de subventions à l’Ukraine

Selon le ministère ukrainien des Finances, l’Allemagne a signé un accord pour fournir un milliard d’euros de subventions à l’Ukraine, « pour financer les dépenses sociales et humanitaires prioritaires pendant la loi martiale ». L’Ukraine recevra les fonds via le Fonds monétaire international. Le ministre ukrainien des Finances Sherhiy Marchenko a publiquement remercié son homologue allemand, Christian Lindner.

14h50 : Encore des Ukrainiens dans Severodonetsk ?

Selon le maire de la ville Oleksandr Stryuk, les soldats ukrainiens ont « presque tous quitté la ville ». Une nuance qui pourrait indiquer que le retrait des forces armées n’est pas encore total.

14h35 : Les forces russes et prorusses entrent dans Lyssytchansk, selon les séparatistes ​

« La milice populaire de la République populaire de Lougansk et l’armée russe sont entrées dans la ville de Lyssytchansk », a déclaré sur Telegram un représentant des séparatistes prorusses, le lieutenant-colonel Andreï Marotchko. « Certaines entreprises de la ville ont déjà été prises. Des combats de rue s’y déroulent actuellement », a-t-il ajouté.

Cette annonce, qui n’a pas encore été confirmée de manière indépendante, suit de près le retrait des troupes ukrainiennes de Severodonetsk, ce qui ouvrait de fait la voie vers Lyssytchansk, ville voisine de l’autre côté d’un fleuve, aux forces russes.

13h57 : La Grèce suspend l'octroi de visas pour les Russes

Les citoyens russes ne pourront plus demander de visa pour la Grèce à partir du 27 juin, précise l'Association des voyagistes de Russie.

13h18 : La guerre entre dans son cinquième mois

Alors que la guerre avait commencé le 24 février par une attaque russe venue de Biélorussie, le conflit est entré dans son cinquième mois par des missiles tirés depuis ce même pays. L'armée ukrainienne a comptabilisé une vingtaine de tirs de missiles, depuis le sol ou par avion, sur le village de Desna, près de la frontière.

12h43 : Soldats ukrainiens quittant Severodonetsk

 

12h15 : Moscou « montre sa faiblesse » en critiquant la candidature ukrainienne à l’UE, selon Kiev

Les condamnations du Kremlin dénonçant un « accaparement géopolitique » visant la Russie, à la suite de l’octroi à l’Ukraine et à la Moldavie du statut de candidat à l’Union européenne, « montrent sa faiblesse », a estimé samedi Kiev. « Tout ce qui reste à la Russie, c’est de cracher des menaces contre d’autres États après des décennies de politiques ratées basées sur l’agression, la coercition et le manque de respect. Cela ne fait que montrer la faiblesse de la Russie », a affirmé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.


 

11h51 : Moscou affirme avoir tué « jusqu’à 80 » combattants polonais

« Jusqu’à 80 mercenaires polonais, 20 véhicules blindés de combat et huit lance-roquettes multiples Grad ont été détruits dans des frappes d’armes de haute précision sur l’usine de zinc Megatex dans la localité de Konstantinovka », dans la région de Donetsk, a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Cette affirmation n’était pas vérifiable de manière indépendante.

11h38 : Kiev accuse Moscou de vouloir « attirer » Minsk « dans la guerre »

Kiev a accusé samedi Moscou de vouloir « attirer » Minsk, allié diplomatique de la Russie, « dans la guerre » en Ukraine, après avoir fait état plus tôt dans la matinée de missiles russes tirés depuis la Biélorussie voisine sur un village ukrainien. « La frappe d’aujourd’hui est directement liée aux efforts du Kremlin pour attirer la Biélorussie dans la guerre en Ukraine en tant que co-bélligérant », a affirmé sur Telegram la direction générale du renseignement ukrainien, rattachée au ministère de la Défense.

11h16 : Des licornes dans l'armée

 

10h41 : Des missiles tirés depuis la Biélorussie en direction de la région frontalière de Tcherniguiv

« Vers 5 heures du matin (2 heures GMT), la région de Tcherniguiv a subi un bombardement massif de missiles. Vingt roquettes ont visé le village de Desna, tirés depuis le territoire de la Biélorussie (et aussi) depuis les airs », a indiqué sur Facebook le commandement Nord des troupes ukrainiennes, précisant qu'« il n’y avait pas de victimes » à ce stade.

10h25 : Le drapeau polonais retiré d’un mémorial russe

Les autorités russes ont retiré le drapeau de la Pologne d’un mémorial érigé en souvenir de milliers de Polonais massacrés par les Soviétiques, une décision qui intervient en pleines tensions entre Moscou et Varsovie autour de l’Ukraine. La disparition du drapeau polonais qui flottait jusque-là au-dessus du mémorial de Katyn, situé dans la région de Smolensk, à l’ouest de la Russie, avait été signalée vendredi sur les réseaux sociaux par des historiens et des visiteurs.

Vendredi soir, le maire de Smolensk, Andreï Borissov, a confirmé le retrait du drapeau en publiant une photo montrant uniquement celui de la Russie flottant à l’entrée du mémorial. « Il ne peut y avoir de drapeau polonais sur des monuments russes. Et encore moins après les déclarations franchement antirusses de la part des responsables politiques polonais », a déclaré Andreï Borissov sur son compte VKontakte, le principal réseau social russe. « Je pense que le ministère de la Culture de la Fédération de Russie a pris la bonne décision en retirant le drapeau polonais. Katyn est un mémorial russe », a-t-il ajouté.

9h40 : Quatre blessés dans un bombardement à Yavoriv

Selon le gouverneur de Lviv Maxim Kozitky, quatre missiles lancés depuis la mer Noire ont touché la base militaire de Yavoriv, faisant quatre blessés. Deux autres missiles ont été interceptés.

9h26 : Près de 35.000 soldats russes tués

Selon le Centre ukrainien pour la Communication stratégique, l'armée russe aurait perdu 34.700 hommes depuis le début de l'invasion, 1511 tanks et 217 avions.


 

8h55 : Severodonetsk « n’existe plus »

Pour la chercheuse ukrainienne Maria Zolkina, experte des conflits régionaux, Severodonestk « n’existe plus ». Après « 121 jours de défense incroyable et professionnelle », il n’est « plus possible de s’y cacher et de combattre efficacement ».


 

8h42 : Le martyre du bétail ukrainien

Dans une ferme du nord de l’Ukraine, une génisse craintive boite depuis qu’un éclat d’obus lui a brisé la patte arrière, son martyre venant rappeler le lourd tribut payé à la guerre par les animaux. Âgée de quatre mois, elle est rescapée de bombardements ayant presque entièrement ravagé un élevage dans le village de Mala Rogan, à 25 km au sud-est de Kharkiv, tuant un tiers des bêtes. Une « nuit de cauchemar » pour Lioubov Zlobina, la propriétaire de 62 ans, qui dit être « hantée depuis par les pleurs des vaches brûlées vives » dans le hangar le 26 mars dernier, alors que les Russes tentaient de conquérir l’agglomération.

Selon le gouvernement ukrainien, 15 % du bétail serait déjà perdu. De son côté, l’association des producteurs de lait estime que le nombre de bovins dans le pays aura diminué de 8 à 10 % d’ici la fin de l’année. « En 2021, l’Ukraine comptait 3,11 millions de têtes et une perte de 300.000 animaux est attendue », selon l’ONG Open Cages Ukraine, qui a rendu un premier rapport le 9 juin dernier, après avoir contacté 290 fermes.

8h34 : L’Ukraine réclame la « parité de feu » avec les Russes après le retrait de Severodonetsk

L’Ukraine presse ses alliés de lui donner enfin la « parité de feu » avec les forces russes pour « stabiliser » la situation dans le Donbass après le retrait de ses troupes à Severodonetsk, verrou stratégique de cette région, pilonné depuis des semaines par l’artillerie russe. Autrement dit, Kiev veut qu’on lui livre assez d’armes lourdes pour faire jeu égal avec Moscou sur le plan de l’arsenal déployé dans la guerre.

« J’ai souligné la nécessité d’atteindre la parité de feu avec l’ennemi, ce qui nous permettra de stabiliser la situation dans la région la plus menacée de Lougansk », a déclaré le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeriy Zaluzhnyi, en rendant compte sur sa page Facebook d’un entretien téléphonique avec son homologue américain, le général Mark Milley.

8h21 : Pas de matchs en Transnistrie

Il n’y aura plus de match jusqu’à nouvel ordre comptant pour les compétitions européennes de football disputées dans la région séparatiste de Transnistrie, a annoncé vendredi l’UEFA. Dans les faits, cette décision concerne uniquement le Sheriff Tiraspol, qui avait joué la Ligue des Champions la saison dernière et va devoir trouver un stade de repli. Frontalière de l’Ukraine et pro-russe, la région a connu plusieurs explosions depuis le début de la guerre.

8h12 : On se refait la journée d'hier

Pour commencer la journée en douceur, quoi de mieux que de retrouver le récap' d'hier ?

 

Bonjour à toutes et à tous !

On se retrouve pour un nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Le pays est désormais officiellement candidat à l’UE, ce qui n’a pas manqué de faire réagir Moscou, entre dédain (« une affaire intérieure à l’Europe ») et colère (Sergueï Lavrov faisant allègrement référence à l’Europe sous la coupe d’Adolf Hitler). Sur le plan militaire, Kiev a ordonné aux soldats encore en place à Severodonetsk de se retirer, après des semaines de résistance.