Guerre en Ukraine : « Nous le devions à l’Ukraine », Emmanuel Macron salue la validation du statut de candidat à l'UE du pays

CONFLIT Retrouvez ici les dernières informations sur le conflit en ce jeudi 23 juin 2022

X.M. et M.P.
— 
Emmanuel Macron s'est rendu en Ukraine et a échangé avec Volodymyr Zelensky à Kiev.
Emmanuel Macron s'est rendu en Ukraine et a échangé avec Volodymyr Zelensky à Kiev. — EPN/Newscom/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Le destin de l’Ukraine se joue à Bruxelles où les Vingt-Sept se penchent ce jeudi sur sa candidature d’adhésion à l’Union européenne. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit participer de façon virtuelle à ce sommet du Conseil européen.
  • Le sommet européen doit être suivi d’un autre du G7 et d’un troisième de l’Otan, auxquels participera Joe Biden. La question de l’aide financière à Kiev devrait être au cœur des discussions de ces trois rencontres. Volodymyr Zelensky interviendra, virtuellement, à chaque rendez-vous.
  • Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé à mettre sur pied « un plan Marshall » pour la reconstruction de l’Ukraine, avec un budget de plusieurs milliards d’euros.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.
22h13 : La présidente moldave salue une « journée historique »

La présidente moldave Maia Sandu a salué jeudi une « journée historique », après la décision des Vingt-Sept d'accorder le statut de candidat à l'Union européenne à la Moldavie. «C'est une journée historique pour la Moldavie ! », a écrit Sandu sur Facebook. « Nous commençons le chemin vers l'UE qui apportera aux Moldaves la prospérité, donnera davantage de possibilités et assurera un meilleur ordre dans le pays », a-t-elle affirmé.

22h03 : « C'est le point de départ d'une nouvelle histoire pour l'Europe », a dit Zelensky aux Vingt-Sept

Accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne, « c'est le point de départ d'une nouvelle histoire pour l'Europe », a affirmé jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky aux Vingt-Sept réunis lors d'un sommet européen à Bruxelles. « Aujourd'hui, vous avez pris l'une des décisions les plus importantes pour l'Ukraine depuis son indépendance il y a trente ans », a salué Zelensky dans une allocution en visioconférence. « C'est le plus grand pas vers le renforcement (politique) de l'Europe », a-t-il déclaré depuis Kiev.

21h56 : Les Etats-Unis fournissent à l'Ukraine une nouvelle aide militaire de 450 millions de dollars

Les Etats-Unis vont fournir à l'Ukraine pour 450 millions de dollars supplémentaires d'aide militaire, a annoncé jeudi John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques. Cela porte à « environ 6,1 milliards » le montant total d'aide militaire fourni par Washington à Kiev depuis l'invasion du pays par la Russie, a-t-il déclaré à propos de ce nouveau volet d'assistance qui comprendra en particulier une livraison supplémentaire de lance-roquettes perfectionnés.

21h27 : La Géorgie « prête à travailler avec détermination » pour obtenir le statut de candidat à l'UE

La présidente géorgienne a déclaré jeudi que son pays était déterminé à prendre les mesures nécessaires pour obtenir le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne, que les dirigeants européens ne lui ont pas accordé, réclamant de nouvelles réformes. « Nous sommes prêts à travailler avec détermination au cours des prochains mois pour obtenir le statut de candidat », a déclaré Salomé Zourabichvili sur Twitter, après que les dirigeants de l'UE lui ont néanmoins reconnu la « perspective » de rejoindre un jour l'Union.

21h16 : « Aller plus loin vers l’ouest » et « gagner la guerre »


 

21h10 : Le drapeau ukrainien devant le Parlement européen

Était-ce un signe avant-coureur ?



 

21h08 : Si vous voulez suivre les réactions en direct du Conseil européen, c’est ici


 

21h04 : Une « nouvelle étape de la construction de l’Europe »

Même son de cloche chez Denys Chmygal, le Premier ministre ukrainien, pour qui « cette journée historique » marque « une nouvelle étape de la construction de l’Europe ».

« Le statut de candidat officiel à l’UE concerne de nouvelles réformes, un rapprochement à grande échelle dans tous les secteurs de l’économie et un processus d’entrée complète dans le marché intérieur de l’UE », a-t-il précisé.

21h02 : « Le début d’un long voyage »

Pour Dmytro Kouleba, le chef de la diplomatie ukrainienne, « aujourd’hui marque le début d’un long voyage que nous allons parcourir ensemble », a-t-il dit dans une courte vidéo tournée en binôme avec Josep Borrell, son homologue européen.

« L’Ukraine l’emportera. L’Europe triomphera », a-t-il affirmé sur Twitter. Avant d’ajouter : « Le peuple ukrainien appartient à la famille européenne. L’avenir de l’Ukraine est avec l’UE ».

21h01 : C’est un « signal très fort vis-à-vis de la Russie », se félicite Macron

Le statut de candidat à l’Union européenne accordé jeudi à l’Ukraine et la Moldavie par les Vingt-Sept est un « signal très fort vis-à-vis de la Russie », a estimé Emmanuel Macron.

Le président français, dont le pays assure la présidence semestrielle du Conseil de l’UE, a salué « un geste politique » de « l’Europe forte et unie », lors d’une conférence de presse à Bruxelles où se tient un sommet européen.

20h56 : « Nous le devions à l’Ukraine », estime Macron

« Le message qui est envoyé aujourd’hui est un message très fort, très cohérent », se félicite Emmanuel Macron après l’obtention du statut de candidat à la Moldavie et l’Ukraine. « L’UE a réagi de manière historique, rapide et unie », une manière de gérer les choses que l’Union a eue dès le début de l’invasion russe en Ukraine en février dernier. « Tout ça, nous le devions à l’Ukraine », estime le président français.

20h52 : Le Conseil de l’Europe dénonce « la désinformation » de la Russie sur le vol MH17

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a vivement dénoncé jeudi la « désinformation » pratiquée par la Russie dans l’enquête sur l’explosion du vol MH17 à l’été 2014.

« Au lieu de fournir des informations fiables aux organes d’enquête compétents, les autorités russes ont pratiqué la désinformation » et « les autorités russes sont allées jusqu’à présenter des données radar, satellite et autres manipulées pour masquer la vérité », ont affirmé à l’unanimité les parlementaires de l’APCE réunis en session plénière à Strasbourg.

Le 17 juillet 2014, l’avion du vol MH17 de la Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé pendant qu’il survolait l’Est de l’Ukraine, provoquant la mort des 283 passagers et des 15 membres de l’équipage à son bord.

20h50 : « Aujourd’hui est un bon jour pour l’Europe », se félicite Ursula von der Leyen


 

20h43 : « Notre futur est ensemble », lance Charles Michel


 

20h35 : Zelensky salue « un moment unique et historique »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué jeudi « un moment unique et historique » après l’attribution à l’Ukraine du statut officiel de candidat à l’Union européenne par les Vingt-Sept, une décision attendue par Kiev en pleine invasion russe.

« C’est un moment unique et historique dans les relations Ukraine-UE », s’est félicité Volodymyr Zelensky sur Twitter, affirmant que, selon lui, « l’avenir de l’Ukraine se trouve au sein de l’UE ».



 

20h29 : Les Vingt-Sept approuvent les candidatures de l’Ukraine et la Moldavie à l’UE

Les dirigeants des Vingt-Sept ont reconnu jeudi à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat à l’Union européenne, a annoncé le président du Conseil européen Charles Michel, évoquant un « moment historique », en pleine offensive russe.

Cette décision très attendue par Kiev, prise lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’UE à Bruxelles, marque le début d’un processus long et complexe en vue d’une adhésion.

20h22 : On récapitule

Pour celles et ceux qui n’ont pas suivi les évènements de la journée en Ukraine, 20 Minutes concocte chaque jour un récap'. Entre passe d’armes sur le gaz et messes basses sur le statut de candidat à l’UE de l’Ukraine, voici celui de ce jeudi :



 

20 heures : « Aucune ville » de la région de Donetsk n’est « sûre » pour ses habitants

« Aucune ville » de la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, n’est « sûre » pour ses habitants, les combats entre armées ukrainienne et russe étant trop violents, a déclaré dans un entretien à l’AFP le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko.

« Il n’y a aucun endroit, aucune ville dans la région de Donetsk sûr », a affirmé Pavlov Kyrylenko, précisant qu’il était, selon lui, « extrêmement dangereux pour les habitants de rester » alors que la pression russe sur les forces ukrainiennes s’accentue autour des villes de Lyssytchansk et Severodonetsk.

19h41 : « Nous pourrions nous passer du gaz russe », affirme Paris

« Nous pourrions nous passer du gaz russe (…), cela suppose que tous les méthaniers arrivent à l’heure et que nous puissions remplir confortablement notre stockage stratégique », a dit Agnès Pannier-Runacher sur BFM Business jeudi soir.

Plus tôt, la Première ministre Elisabeth Borne avait expliqué que la France comptait remplir ses stockages de gaz à près de 100 % d’ici au début de l’automne et allait se doter d’un nouveau terminal méthanier flottant dès l’an prochain pour assurer son approvisionnement malgré la baisse des livraisons russes.

19h24 : Un dîner au front


 

19h06 : La Berd prête 300 millions d’euros à la Moldavie pour ses achats de gaz

La Banque européenne de reconstruction et développement (Berd) va prêter 300 millions d’euros à la Moldavie pour « renforcer sa sécurité énergétique grâce à des acquisitions stratégiques de gaz pour compléter celles actuellement fournies par la Russie via l’Ukraine », selon un communiqué.

Le prêt est destiné au groupe énergétique public JSC Energocom afin que ce dernier « puisse s’approvisionner en gaz sur les hubs de l’Union européenne », a précisé la Berd. Il financera jusqu’à un cinquième des importations de gaz du pays cette année, qui proviennent actuellement du géant russe Gazprom en vertu d’un contrat arrivant à expiration en 2026.

Ce prêt s’inscrit dans le cadre d’un « fond de résilience » de 2 milliards d’euros débloqué par la Berd au début de l’invasion russe en Ukraine. Il est divisé en une tranche d’urgence de 200 millions d’euros en cas de perturbation de l’approvisionnement et 100 millions de plus qui devront être utilisés pour constituer une réserve stratégique en Roumanie ou en Ukraine.

18h50 : Zoom sur les recherches Internet des Russes

 

18h29 : La France compte sur des stocks de gaz bien remplis et un nouveau terminal

La France, qui se dit dans une situation plus « favorable » que ses voisins, compte sur des stocks de gaz remplis au maximum et sur un nouveau terminal méthanier dès l’an prochain pour faire face à la baisse des approvisionnements en gaz russe. « On assure le remplissage maximal de nos capacités de stockage. On vise d’être proche de 100 % au début de l’automne », a annoncé jeudi la Première ministre Elisabeth Borne, lors d’une visite dans un centre de commande national de gaz en Ile-de-France.

Les opérateurs ont actuellement pour obligation de remplir ces réserves à seulement 85 % au 1er novembre. Les stockages de gaz sont remplis à 59 % actuellement, contre 46 % à la même date l’an passé. Concrètement, le gouvernement va demander aux opérateurs de stockage d’acheter eux-mêmes du gaz pour remplir les réserves, en complément des achats effectués par les fournisseurs de gaz.

18h17 : La Norvège s’engage à augmenter ses livraisons de gaz à l’UE

La Norvège s’est engagée à augmenter durablement ses livraisons de gaz à l’UE, notamment en développant de nouveaux gisements, pour aider à compenser la chute des approvisionnements russes, ont annoncé Bruxelles et Oslo jeudi.

Dans une déclaration commune, l’UE et la Norvège, qui fournit déjà un quart de la consommation de gaz des Vingt-Sept, s’accordent à « renforcer leur étroite coopération dans l’énergie », notamment pour garantir des approvisionnements supplémentaires de gaz à court et long terme.

« Nous avons commencé à gonfler nos exportations, certaines entreprises changeant leurs plans » pour rediriger des livraisons vers l’UE, et « à long terme, cela dépendra d’investissements pour développer de nouveaux gisements », a expliqué le ministre norvégien de l’Energie, Terje Aasland, en visite à Bruxelles.

17h50 : Un silo à grains détruit par l’armée russe


 

17h30 : Mystère autour d’importantes importations suisses d’or russe

Les raffineries de métaux précieux suisses ont cessé d’acheter de l’or russe lorsque la Russie a envahi l’Ukraine en février, mais le mois dernier une grosse livraison d’or russe est entrée dans le pays, ont confirmé les autorités suisses jeudi.

Plus de trois tonnes d’or provenant de Russie ont été envoyées en Suisse en mai, constituant la première livraison d’une telle ampleur en trois mois, ont annoncé les Douanes suisses, confirmant des informations de l’agence Bloomberg.

« En mai 2022, environ trois tonnes d’or venant de Russie ont été importées de Grande-Bretagne en Suisse, pour une valeur de 194 millions de francs suisses (202 millions de dollars) », a indiqué une porte-parole du bureau des Douanes à l’AFP dans un courriel.

16h59 : Dmytro Kouleba appelle les pays africains à « se tenir aux côtés de l’Ukraine »

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a appelé jeudi les pays africains à « se tenir aux côtés de l’Ukraine », dont l’invasion par l’armée russe fin février fait craindre le risque d’une grave crise alimentaire mondiale, notamment en Afrique.

« Cela a du sens pour les Africains de se tenir aux côtés de l’Ukraine », a déclaré Kouleba lors d’une conférence de presse en visioconférence avec des journalistes africains. Il a exhorté les pays africains à « ne pas acheter de céréales ukrainiennes volées » selon lui par la Russie. « Aidez-nous à résoudre le problème », leur a demandé le ministre des Affaires étrangères, avant d’ajouter : « J’appelle les pays africains à travailler ensemble pour mettre la pression sur la Russie afin de garantir une route maritime sécurisée pour exporter (nos céréales) » vers l’Afrique.

16h36 : Les organisateurs de l’Eurovision comprennent la « déception » de l’Ukraine

Les organisateurs du concours de l’Eurovision ont indiqué comprendre la « déception » de l’Ukraine, à qui ils ont retiré l’accueil de la prochaine édition pour des raisons de sécurité après l’invasion russe. Après l’annonce le 17 juin, l’Ukraine avait fait part de son vif mécontentement, et réclamé « des négociations supplémentaires ». 

Mais l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER) a confirmé et justifié son choix jeudi. « Si l’UER a pris cette décision, c’est parce qu’elle est tenue de s’assurer que toutes les conditions sont réunies pour garantir la sécurité des personnes participant à cet événement majeur », a indiqué l’UER dans un communiqué.

16h16 : Exposition à Kiev sur les journalistes victimes de la guerre

Une exposition de photos et témoignages de journalistes victimes de l'invasion russe en Ukraine, appelée La guerre n'est pas encore terminée, a été inaugurée jeudi dans le parc Taras Chevtchenko, dans le centre de la capitale.

Organisée par la ville de Kiev et des ONG de défense des droits de l'homme, cette exposition a pour objectif de raconter l'histoire de ceux qui sensibilisent le monde à la guerre de la Russie en Ukraine: des journalistes tués, blessés, capturés ou persécutés depuis le début de l'invasion.

Ainsi le 13 mars, «les occupants russes ont tué le journaliste, directeur et producteur américain Brent Renaud», est-il écrit sur l'un des grands panneaux disposés dans le parc, avec la photo du journaliste. Brent Renaud fut le premier journaliste étranger à être tué par les forces russes depuis le 24 février, selon les organisateurs.

 

16h11 : La France veut des stocks gaziers remplis à près de 100% au début de l'automne, annonce Borne
16h10 : Moscou rembourse en roubles des dettes en dollars

La Russie s’est acquittée en roubles de paiements d’intérêts sur sa dette libellée en dollars, a annoncé jeudi le ministère des Finances russes. « Les fonds pour le paiement d’un coupon sur les obligations externes de la Fédération de Russie à échéance en 2027 et 2047 d’un montant total de 12,51 milliards de roubles (l’équivalent de 234,85 millions de dollars) ont été reçus par l’agence de paiement pour les euro-obligations National Settlement Depository (NSD) », a indiqué dans un communiqué le ministère. « Ainsi, les obligations (…) de la Fédération de Russie sont remplies dans leur intégralité par le ministère des Finances de la Russie », a ajouté ce dernier.

Dans ce communiqué, le ministère indique se baser sur un nouveau système de paiement temporaire entré en vigueur par un décret présidentiel publié la veille, le mercredi 22 juin.

16h10 : Moscou rembourse en roubles des dettes en dollars

La Russie s’est acquittée en roubles de paiements d’intérêts sur sa dette libellée en dollars, a annoncé jeudi le ministère des Finances russes. « Les fonds pour le paiement d’un coupon sur les obligations externes de la Fédération de Russie à échéance en 2027 et 2047 d’un montant total de 12,51 milliards de roubles (l’équivalent de 234,85 millions de dollars) ont été reçus par l’agence de paiement pour les euro-obligations National Settlement Depository (NSD) », a indiqué dans un communiqué le ministère. « Ainsi, les obligations (…) de la Fédération de Russie sont remplies dans leur intégralité par le ministère des Finances de la Russie », a ajouté ce dernier.

Dans ce communiqué, le ministère indique se baser sur un nouveau système de paiement temporaire entré en vigueur par un décret présidentiel publié la veille, le mercredi 22 juin.

16h07 : Poutine voit rouge

Il a installé, dit-il, « sans autorisation, ce matin jeudi 23, la sculpture de Vladimir Poutine devant le Sénat, symbole du pouvoir, au Jardin du Luxembourg ». La sculpture de l’artiste James Colomina, représente le dictateur assis sur son char-jouet. « Cette sculpture a pour but de dénoncer l’absurdité de la guerre et le courage des enfants face aux situations violentes et catastrophiques qu’ils n’ont pas déclenchées », écrit l’artiste connu pour ses sculptures en résine rouge, souvent installées en catimini dans les rues de Paris.

Une sculpture de Vladimir Poutine installée au Jardin de Luxembourg, à Paris le 23 juin 2022.
Une sculpture de Vladimir Poutine installée au Jardin de Luxembourg, à Paris le 23 juin 2022. - James Colomina
15h32 : Zelensky reproche à Israël de ne pas imposer des sanctions à la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a critiqué Israël jeudi lui reprochant de ne pas avoir imposé de sanctions contre la Russie, lors d’une allocution en visioconférence devant des étudiants de l’Université hébraïque de Jérusalem.

« Imposer des sanctions contre la Russie est une question de valeurs. Beaucoup de pays européens sont à nos côtés contre l’agression russe mais malheureusement nous ne voyons pas Israël se joindre » aux sanctions, a affirmé Volodymyr Zelensky, dans un discours en ukrainien traduit en anglais.

Le président ukrainien, qui s’exprimait depuis son bureau à Kiev, a déclaré « être reconnaissant au peuple israélien » pour son soutien ajoutant que « nous aurions voulu recevoir le soutien de votre gouvernement ».

15 heures : Kiev annonce l’arrivée des lance-roquettes américains Himars

Le ministre de la Défense ukrainien, Oleksiï Reznikov, a annoncé jeudi l’arrivée des lance-roquettes américains Himars en Ukraine, des armes puissantes réclamées aux alliés pour faire face à l’invasion russe.

« Les Himars sont arrivés en Ukraine. Merci à mon collègue et ami Lloyd Austin (son homologue américain, ndlr) pour ces outils puissants », s’est réjoui Oleksiï Reznikov sur Twitter, accompagnant son message d’une photo de ce système de lance-roquettes mobile monté sur des blindés légers. « L’été sera chaud pour les occupants russes. Et le dernier pour certains d’entre eux », a-t-il menacé, sans préciser combien de Himars avaient été livrés par les Américains.



Les Etats-Unis avaient annoncé début juin qu’ils allaient fournir à l’Ukraine des systèmes Himars – pour High Mobility Artillery Rocket System – d’une portée de 80 kilomètres.

14h41 : Poutine appelle les Brics à la coopération

Le président russe Vladimir Poutine a appelé jeudi les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à coopérer face aux « actions égoïstes » des pays occidentaux, sur fond de sanctions sans précédent contre Moscou en raison du conflit ukrainien. « Ce n’est qu’en se basant sur une coopération honnête et mutuellement avantageuse que l’on peut chercher des issues de la situation de crise frappant l’économie mondiale à cause des actions égoïstes et irréfléchies de certains pays », a déclaré Vladimir Poutine, lors du sommet virtuel des Brics, en référence à l’effet sur l’économie mondiale qu’il prête aux sanctions plutôt qu’à son offensive contre l’Ukraine.

Il a notamment dénoncé les tentatives de ces pays occidentaux de « se servir des mécanismes financiers pour rendre le monde entier responsable de leurs propres erreurs de politique macroéconomique ». « Un rôle de meneur de la part des pays des Brics est aujourd’hui nécessaire comme jamais pour élaborer une politique unificatrice, positive visant à créer un système (mondial) réellement multipolaire », a assuré le président russe.



Selon lui, les Brics pourraient compter ici sur le soutien de « plusieurs pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui aspirent à mener une politique indépendante ».

14h09 : Nike quitte définitivement le marché russe

L’équipementier sportif américain Nike quitte définitivement le marché russe et n’a pas avoir l’intention de rouvrir ses magasins. « Nike Inc. a décidé de quitter le marché russe. Par conséquent, Nike.com et l’application mobile Nike ne seront plus disponibles dans cette région. Les magasins Nike ont récemment fermé temporairement et ne rouvriront pas », a indiqué le groupe dans un message sur son site russe.

Après McDonald’s ou Ikea, il s’agit d’une énième marque occidentale emblématique qui quitte le marché russe, après s’y être ruée à la fin de l’Union soviétique.

14h09 : Nike quitte définitivement le marché russe

L’équipementier sportif américain Nike quitte définitivement le marché russe et n’a pas avoir l’intention de rouvrir ses magasins. « Nike Inc. a décidé de quitter le marché russe. Par conséquent, Nike.com et l’application mobile Nike ne seront plus disponibles dans cette région. Les magasins Nike ont récemment fermé temporairement et ne rouvriront pas », a indiqué le groupe dans un message sur son site russe.

Après McDonald’s ou Ikea, il s’agit d’une énième marque occidentale emblématique qui quitte le marché russe, après s’y être ruée à la fin de l’Union soviétique.

13h30 : Kiev travaille à une visite du président de l'UA en Ukraine

L'Ukraine travaille à une visite à Kiev du président de l'Union africaine Macky Sall pour aider à renforcer la pression sur la Russie, a dit au journal sénégalais Le Quotidien le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba. Macky Sall, chef de l'Etat sénégalais et président en exercice de l'UA, a été reçu le 3 juin en Russie par son homologue Vladimir Poutine.

Il ne s'est pas rendu en Ukraine, mais a dit son intention de le faire. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est exprimé lundi devant les membres de l'UA par visioconférence.

13h06 : Non, les civils de l'usine d'Azot ne servent pas de bouclier humain

Pendant que les combats continuent sur le territoire ukrainien, la guerre de la communication se poursuit avec la même intensité sur les réseaux sociaux. Et le dernier champ de bataille choisi par les partisans pro-Poutine est le site de l’usine d’Azot à Severodonetsk où des centaines de civils sont retranchées avec les derniers soldats ukrainiens qui résistent à la pression russe dans la région de Louhansk.

Depuis plusieurs jours, de nombreux internautes accusent les soldats présents à l’intérieur du complexe de retenir en otage les civils et de s’en servir comme bouclier humain pour empêcher les troupes de Moscou d’entrer sur le site. Mais c'est bien plus compliqué que ça... Et Romarik Le Dourneuf, notre journaliste de la rubrique Fake off, vous dit tout : 



 

12h55 : Le Kremlin juge « étranges » les accusations de Berlin sur le gaz

Le Kremlin a qualifié d'« étrange » que l’Allemagne juge politique la baisse des approvisionnements en gaz russe sur fond de conflit en Ukraine (voir notre post de 10h40), réaffirmant que Moscou augmentera les flux dès que des turbines manquantes seront livrées.

« Si une turbine doit être révisée et qu’on ne la remet pas en place après la réparation (…) tout est clair, il n’y a pas de double sens », a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Nos partenaires allemands sont parfaitement au courant des cycles de révision (…) alors c’est vraiment étrange de vouloir qualifier ça de politique », a-t-il dit.

Dmitri Peskov a jugé que la Russie restait un fournisseur « fiable ».

12h32 : L’Ukraine « attend le feu vert » pour sa candidature à l’UE

L’Ukraine « attend le feu vert » des Vingt-Sept, réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, pour valider son statut de candidat à l’Union européenne, près de quatre mois après son invasion par l’armée russe.

« Nous attendons le feu vert », a indiqué jeudi matin le chef de l’administration présidentielle ukrainienne Andriï Yermak, rappelant que « l’objectif clair est l’adhésion à part entière à l’UE », une procédure qui pourrait toutefois prendre des années.

12h32 : L’Ukraine « attend le feu vert » pour sa candidature à l’UE

L’Ukraine « attend le feu vert » des Vingt-Sept, réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, pour valider son statut de candidat à l’Union européenne, près de quatre mois après son invasion par l’armée russe.

« Nous attendons le feu vert », a indiqué jeudi matin le chef de l’administration présidentielle ukrainienne Andriï Yermak, rappelant que « l’objectif clair est l’adhésion à part entière à l’UE », une procédure qui pourrait toutefois prendre des années.

11h42 : Le glaçant témoignage d’Elena, violée par des soldats russes

Violée parce qu’elle était la femme d’un militaire ukrainien. Elena, dont le prénom a été modifié, raconte comment elle s’est retrouvée victime de deux soldats russes, violée pendant des heures. Un témoignage qui illustre les craintes d’organisations de défense des droits humains qui relèvent des indices d’ utilisation du viol comme « arme de guerre » en Ukraine



11h42 : Le glaçant témoignage d’Elena, violée par des soldats russes

Violée parce qu’elle était la femme d’un militaire ukrainien. Elena, dont le prénom a été modifié, raconte comment elle s’est retrouvée victime de deux soldats russes, violée pendant des heures. Un témoignage qui illustre les craintes d’organisations de défense des droits humains qui relèvent des indices d’ utilisation du viol comme « arme de guerre » en Ukraine



11h37 : Les femmes ukrainiennes menacées par les violences sexuelles

Comme annoncé dans le post précérédent, l'office européen de police a annoncé jeudi qu'une opération européenne avait identifié des trafiquants d'êtres humains présumés piégeant en ligne des victimes ukrainiennes vulnérables ayant fui l'invasion de leur pays. Un triste constat qui rappelle combien les femmes ukrainiennes sont menacées par les violences sexuelles. 

En effet, plus de deux millions d’Ukrainiens ont quitté leur pays depuis l’invasion de la Russie. Un flot ininterrompu de réfugiés traverse les frontières dans l’espoir d’échapper à la guerre. Alors que les hommes entre 18 et 60 ans n’ont plus le droit de quitter le pays et sont appelés à prendre les armes, de nombreuses femmes et jeunes filles sont forcées de traverser la frontière seules. Pour elles, au milieu des bombardements et des combats, se glisse un risque plus insidieux : celui des violences sexuelles. Ces lieux où « le désarroi des femmes est absolu » sont « une salle de jeu » pour les personnes malintentionnées... Un article de  Diane Regny à relire ici : 



 

11h25 : Opération européenne contre le trafic d’êtres humains

L’office européen de police a annoncé jeudi qu’une opération européenne avait identifié des trafiquants d’êtres humains présumés piégeant en ligne des victimes ukrainiennes vulnérables ayant fui l’invasion de leur pays. Neuf trafiquants d’être humains présumés, neuf victimes potentielles et près de 42 plateforme suspectes ont été identifiés lors d’un « hackaton » le 23 mai, a précisé Europol dans un communiqué.

Lors de cette journée d’action en ligne, 93 enquêteurs ont ciblé « les réseaux criminels préparant des réfugiés ukrainiens à l’exploitation sexuelle et au travail via des sites Web et des plateformes de réseaux sociaux », a expliqué Europol. Les autorités judiciaires de 14 pays de l’Union européenne ont participé à cette journée d’action en ligne, dirigée par les Pays-Bas. 15 nouvelles enquêtes ont été ouvertes.

 

11 heures : Guy Lagache raconte son docu en immersion au côté d’Emmanuel Macron

Le documentaire de Guy Lagache Un président, l’Europe et la guerre sera diffusé le jeudi 30 juin à 21h10 sur France 2. Le journaliste, seul avec sa caméra, s’est immergé dans la cellule diplomatique de l’Elysée. On y suit notamment les coulisses des différentes discussions entre Emmanuel Macron et ses homologues russe et ukrainien. « C’est l’un des sujets les plus difficiles que j’ai réalisés dans ma vie. J’ai eu des accès, mais ce n’était pas open bar, explique Guy Lagache à notre journaliste  Fabien Randanne. Tout a été négocié avec eux, jour après jour, heure après heure. » C'est à lire par ici : 



 

10h40 : L’Allemagne dans le gaz

L’Allemagne a activé le « niveau d’alerte » du plan visant à garantir son approvisionnement en gaz qui rapproche le pays de mesures de rationnement, dans le sillage de la baisse de 60 % des livraisons de Moscou via le gazoduc Nord Stream.

« Nous sommes dans une crise gazière. Le gaz est désormais une ressource rare », a déclaré le ministre de l’Économie Robert Habeck. 

Il s’agit de la deuxième étape du dispositif sur l’approvisionnement en gaz allemand, activé en mars dernier, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La troisième et dernière étape de ce plan basé sur un modèle de l’UE, le « niveau d’urgence », permettrait à l’Etat d’organiser un rationnement afin répartir les volumes entre particuliers, administrations, industrie.

10h31 : L’Ukraine ne doit « pas se faire d’illusions » sur sa candidature à l’UE

Le Premier ministre albanais Edi Rama a conseillé aux Ukrainiens de ne « pas se faire d’illusions » sur le statut de candidat accordé par l’Union européenne car le processus pour l’adhésion sera très long.

« La Macédoine du Nord est candidate depuis dix-sept ans, si je n’ai pas perdu le compte, et l’Albanie depuis huit ans, alors bienvenue à l’Ukraine », a-t-il ironisé à son arrivée à Bruxelles à une réunion avec les dirigeants de l’UE. « C’est une bonne chose de donner le statut à l’Ukraine. Mais j’espère que le peuple ukrainien ne se fera pas beaucoup d’illusions », a ajouté Edi Rama.

10h27 : Un « moment historique » pour l’UE

Le sommet organisé à Bruxelles va être « un moment historique » pour l’Union européenne avec la décision d’accorder le statut de candidat à l’adhésion à l’Ukraine et à la Moldavie, a affirmé le président du Conseil européen Charles Michel.

« Ce conseil européen est un moment historique sur le plan géopolitique. Un choix doit être fait aujourd’hui qui va engager le futur de l’Union européenne, notre stabilité, notre sécurité, notre prospérité », a-t-il déclaré à son arrivée au sommet.

10h21 : L’UE interdit l’accès de ses institutions aux lobbyistes de Russie

Les trois institutions de l’Union européenne ont interdit l’accès de leurs locaux aux lobbyistes des entreprises russes à Bruxelles. Le Parlement européen a été le premier à agir. « À partir de maintenant, les représentants des entreprises russes ne sont plus autorisés à entrer dans les locaux du Parlement européen », a annoncé début juin sa présidente, la Maltaise Roberta Metsola. Le Conseil (l’instance des États membres) et la Commission européenne ont suivi et ont « donné instruction de ne plus recevoir les personnes qui représentent un intérêt russe », ont confirmé jeudi leurs représentants peu avant le début d’un sommet européen consacré à l’aide à l’Ukraine.

La décision s’inscrit dans la mise en oeuvre du sixième train de sanctions adopté par l’Union européenne qui interdit tout service de conseil en affaires et en matière de relations publiques.

10h21 : L’UE interdit l’accès de ses institutions aux lobbyistes de Russie

Les trois institutions de l’Union européenne ont interdit l’accès de leurs locaux aux lobbyistes des entreprises russes à Bruxelles. Le Parlement européen a été le premier à agir. « À partir de maintenant, les représentants des entreprises russes ne sont plus autorisés à entrer dans les locaux du Parlement européen », a annoncé début juin sa présidente, la Maltaise Roberta Metsola. Le Conseil (l’instance des États membres) et la Commission européenne ont suivi et ont « donné instruction de ne plus recevoir les personnes qui représentent un intérêt russe », ont confirmé jeudi leurs représentants peu avant le début d’un sommet européen consacré à l’aide à l’Ukraine.

La décision s’inscrit dans la mise en oeuvre du sixième train de sanctions adopté par l’Union européenne qui interdit tout service de conseil en affaires et en matière de relations publiques.

Biden, même affaibli, veut mobiliser les Occidentaux face à Moscou

Comment mobiliser les Occidentaux sur la durée face à la guerre en Ukraine, quand on a soi-même perdu de l’autorité diplomatique et du crédit politique ? C’est ce que Joe Biden veut pourtant faire, lors des prochains sommets du G7 et de l’Otan.

Le démocrate de 79 ans s’envole samedi pour l’Allemagne, qui accueille le G7. Il ira ensuite en Espagne, où l’alliance militaire occidentale se retrouve. Et Joe Biden sait très bien à quoi s’attendre : « Peu importe où je vais dans le monde, devinez quoi ? Ils me regardent, et je leur dis "L’Amérique est de retour". » La question peut aussi se poser ainsi : combien de temps Joe Biden sera-t-il capable d’animer la riposte face à la Russie, sous forme de livraisons massives d’armes et de dures sanctions économiques ?

Vladimir Poutine interdit l'entrée de son homologue américain Joe Biden en Russie.
Vladimir Poutine interdit l'entrée de son homologue américain Joe Biden en Russie. - Mikhail Metzel/Chung Sung-Jun/AP/SIPA/Canva

« A un certain moment, cela va devenir un jeu de patience : ce que les Russes peuvent supporter et ce que l’Europe est prête à supporter », a analysé Joe Biden. Mais aussi ce que les Etats-Unis sont prêts à endurer.

L’Ukraine occupe désormais bien moins de place dans les journaux télévisés américains que le risque d’une récession, l’inflation et le prix record de l’essence. Les Américains, consommateurs enthousiastes et grands automobilistes, le font payer à leur président par une cote de popularité anémique, autour de 40 %.

10 heures : Les Russes avancent toujours

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), les forces russes ont vraisemblablement repris la rive orientale de la rivière Inhoulets, située entre Mykolaïv, toujours tenue par les Ukrainiens, et Kherson, plus à l'est, occupée par les Russes.

Les ports de Mykolaïv et d'Odessa sont bloqués depuis le début du conflit, ce qui paralyse le transport maritime des matières premières agricoles, principale voie d'exportation pour l'Ukraine jusque-là.



 

9h55 : Un « marathon téléphonique »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky pousuit son « marathon téléphonique » auprès des dirigeants européens pour arracher un consensus en faveur du oui. Il peut compter sur le soutien de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a appelé les dirigeants européens à « se montrer à la hauteur » en accédant à la demande de Kiev.

9h53 : La phrase du soir de Zelensky

« Aussi activement que nous nous battons pour une décision positive de l’Union européenne sur la candidature de l’Ukraine, nous nous battons quotidiennement pour obtenir des livraisons d’armes modernes », a martelé mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui doit participer de façon virtuelle au sommet du Conseil européen de Bruxelles.

« Nous attendons une décision européenne clef dans la soirée », a précisé celui qui n’a de cesse depuis des semaines de répéter l’appartenance de son ex-république soviétique à la « famille européenne ».

 

9h45 : Les baigneurs bravent les roquettes

Avec son sable blanc, ses cabines pour se changer et ses eaux translucides, la plage de Sloviansk, dans l’est de l’Ukraine, est tentante. La zone de loisirs située au bord d’un lac est proche d’un des fronts les plus actifs de la guerre contre la Russie, au nord de Sloviansk, où l’armée ukrainienne tire depuis des bois et des villages pour tenter d’arrêter la marche des forces russes. Et les combats ne suffisent pas à dissuader certains amateurs de plage.

« Nous sommes juste venus ici pour nous promener et prendre quelques photos », explique Kostyantyn, 40 ans, en shorts et lunettes de soleil. « On voulait se baigner mais il fait trop frais », ajoute-t-il, alors que la région récemment écrasée de soleil connaît un rare jour nuageux.

Avec ses eaux translucides, la plage de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, est tentante. Mais les explosions de roquettes et de missiles gâchent l'ambiance.
Avec ses eaux translucides, la plage de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, est tentante. Mais les explosions de roquettes et de missiles gâchent l'ambiance. - Anatolii Stepanov / AFP

Le front n’est qu’à une dizaine de kilomètres. L’armée ukrainienne a déclaré mercredi que les troupes russes tiraient sans discrimination afin de relancer leur offensive sur Sloviansk. Des piles de poutrelles en béton coupent la route menant de la plage à la ville, le long de laquelle des tranchées ont été creusées.

 

9h27 : Plus de 150 sites culturels endommagés ou détruits

Plus de 150 sites culturels ont été partiellement ou totalement détruits en près de quatre mois de guerre en Ukraine, a annoncé jeudi l’Organisation des nations unies pour la science, l’éducation et la culture (Unesco).

« Selon les vérifications effectuées par ses experts, 152 sites culturels ont été détruits partiellement ou totalement en raison des combats, dont 70 édifices religieux, 30 bâtiments historiques, 18 centres culturels, 15 monuments, 12 musées et 7 bibliothèques », indique l’Unesco dans un communiqué.

9h15 : L'Ukraine contrôle toujours la moitié de la région de Donetsk, selon le gouverneur


 

8h57 : Lyssytchansk et Severodonetsk résistent

La poche de résistance ukrainienne autour de Lyssytchansk et Severodonetsk est la seule qui échappe encore aux forces russes dans la région de Lougansk, où les violents combats d'artillerie durent depuis des semaines.

8h40 : La tension monte à Kaliningrad…

Dans un article de la BBC, la Lituanie accuse clairement la Russie de mentir au sujet du blocus ferroviaire dont elle serait accusée.

 

8h27 : L'UE interdit l'accès de ses institutions aux lobbyistes de Russie

Les trois institutions de l'Union européenne ont interdit l'accès de leurs locaux aux lobbyistes des entreprises russes à Bruxelles en complément des sanctions adoptées après l'invasion de l'Ukraine, ont indiqué ce jeudi leurs représentants.

8h15 : Les Russes avancent dans l’Est de l’Ukraine

Les forces russes ont accentué mercredi leur progression vers Lyssytchansk, ville industrielle stratégique de l’est de l’Ukraine, à la veille d’un sommet européen où Kiev espère obtenir le statut officiel de candidat à l’UE.

Selon le lieutenant-colonel Andreï Marotchko, représentant des séparatistes prorusses combattants au côté des troupes de Moscou, les forces ukrainiennes sont désormais cernées dans deux villages supplémentaires situés à quelques kilomètres de Lyssytchansk et de sa ville jumelle Severodonetsk.

8h05 : Voilà qui a le mérite d’être clair !


 

7h55 : Le journaliste ukrainien, Maks Levin, a été « exécuté » par les troupes russes


 

7h45 : Joe Biden, même affaibli, veut mobiliser les Occidentaux face à Moscou

Comment mobiliser les Occidentaux sur la durée face à la guerre en Ukraine, quand on a soi-même perdu de l'autorité diplomatique et du crédit politique? C'est ce que Joe Biden veut pourtant faire, lors des prochains sommets du G7 et de l'Otan.

accueille la réunion des sept grandes démocraties composant le G7 (Etats-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Canada). Il ira ensuite en Espagne, où l'alliance militaire occidentale se retrouve.

7h35 : Vous avez loupé la journée de mercredi ?

Pas de panique, voici notre récap' sur les événements de la veille.

 

7h25 : Le gouvernement renversé par une motion de censure, le guerre en Ukraine pas étrangère

Après six mois à peine, le voilà déjà chassé du pouvoir : le Premier ministre bulgare Kiril Petkov et son gouvernement ont été renversés mercredi par une motion de censure, sur fond de divergences accrues par la guerre en Ukraine. Le texte a été adopté par 123 des 240 députés, tandis que 116 ont voté contre, un étant par ailleurs absent, a annoncé le vice-président du Parlement Miroslav Ivanov.

7h25 : Le gouvernement renversé par une motion de censure, le guerre en Ukraine pas étrangère

Après six mois à peine, le voilà déjà chassé du pouvoir : le Premier ministre bulgare Kiril Petkov et son gouvernement ont été renversés mercredi par une motion de censure, sur fond de divergences accrues par la guerre en Ukraine. Le texte a été adopté par 123 des 240 députés, tandis que 116 ont voté contre, un étant par ailleurs absent, a annoncé le vice-président du Parlement Miroslav Ivanov.

7h15 : Le G7 va faire des « propositions concrètes » pour « augmenter la pression sur la Russie »

Le sommet du G7 en fin de semaine en Allemagne débouchera sur « un ensemble de propositions concrètes pour augmenter la pression sur la Russie et montrer notre soutien collectif à l’Ukraine », a déclaré mercredi un haut responsable de la Maison Blanche.

6h58 : Kiev attend la décision sur sa candidature à l’UE

Ce jeudi, mais aussi vendredi, va se tenir à Bruxelles un Sommet européen crucial pour Kiev. Les Vingt-Sept vont en effet étudier la candidature d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

« Aussi activement que nous nous battons pour une décision positive de l’Union européenne sur la candidature de l’Ukraine, nous nous battons quotidiennement pour obtenir des livraisons d’armes modernes », a martelé mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui doit participer de façon virtuelle au sommet du Conseil européen.

« Nous attendons une décision européenne clef dans la soirée », a également précisé celui qui n’a de cesse depuis des semaines de répéter l’appartenance de son ex-république soviétique à la « famille européenne ». Il devait poursuivre ce jeudi son « marathon téléphonique » auprès des dirigeants européens pour arracher un consensus en faveur du oui.

6h53 : RSF va porter plainte devant la CPI

L’organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) va porter plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) après sa publication mercredi d’une enquête selon laquelle le photoreporter ukrainien Maks Levin et un soldat qui l’accompagnaient ont été « exécutés », et probablement torturés, par des soldats russes en mars.

6h48 : Deux grands terminaux agricoles bombardés à Mykolaïv

Deux terminaux de stockage de grains ont été touchés par des bombardements russes mercredi dans la ville portuaire de Mykolaïv, ont indiqué leurs opérateurs, les maisons de négoce Bunge et Viterra.

Le terminal portuaire d’Evri, propriété de Viterra et dédié aux huiles végétales, a été « endommagé par une attaque de missiles », qui a fait un blessé léger, a indiqué un porte-parole du groupe, précisant que deux silos étaient en feu et un troisième endommagé. Ce site, racheté en 2020 par Glencore, maison mère de Viterra, a une capacité de stockage de 160.000 tonnes.

Quant à Bunge, ses installations ont été « touchées lors des dernières attaques russes dans la région », a indiqué une porte-parole, précisant que la frappe n’avait pas fait de blessés et que l’étendue exacte des dégâts n’était pas encore connue. Le terminal, qui était fermé depuis le premier jour de l’invasion russe en Ukraine, le 24 février, comprend un site de stockage, de chargement de navires et une unité de production d’huile végétale.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Ce jeudi est un jour particulièrement attendu par Kiev. Un sommet européen va en effet s’ouvrir pour étudier la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne. Bruxelles semble se diriger vers une réponse favorable. Mais pour en être certain, Volodymyr Zelensky continue de multiplier les contacts auprès des dirigeants des Etats membres.