Gordon Brown remanie son gouvernement mais ne cède pas son siège

GRANDE-BRETAGNE Il reconnait une «défaite douloureuse» aux élections locales et européennes...

MD (Avec agence)

— 

Gordon Brown lors de la conférence de presse sur le remaniement de son gouvernement le 5 juin 2009
Gordon Brown lors de la conférence de presse sur le remaniement de son gouvernement le 5 juin 2009 — Reuters

Il était annoncé depuis quelques semaines déjà, le remaniement du gouvernement britannique vient d'être annoncé à Downing street. Il intervient au lendemain d'élections locales désastreuses pour le labour. Gordon Brown a, en effet, reconnu, ce vendredi une «défaite douloureuse» pour le parti travailliste, en annonçant un remaniement ministériel limité.

Gordon Brown sauve son poste

Le remaniement est vu par la presse comme un moyen pour Gordon Brown de sauver son poste tandis que se multiplient les appels à sa démission, jusqu'au sein de son parti, et après le départ de sept ministres de son gouvernement. Mais il a précisé qu'il ne quitterait pas son poste.

Le scrutin s'est déroulé dans un climat peu favorable au Premier ministre britannique et à son gouvernement touchés de plein fouet par un scandale de note de frais.

Le Premier ministre britannique a reçu la veille un appel téléphonique du président américain. Barack Obama s'est, en effet, entretenu jeudi soir au téléphone avec Gordon Brown, au moment où celui-ci jouait sa survie en pleine tempête politique, sans attendre de le voir samedi en France, a annoncé la Maison Blanche ce vendredi.

Un remaniement limité :

Le secrétaire d'Etat britannique aux Forces armées, Bob Ainsworth, a été nommé vendredi à la Défense. Il succède à la Défense à John Hutton, proche de l'ancien Premier ministre Tony Blair, qui fait partie des sept ministres qui ont annoncé leur démission ces quatre derniers jours.

Gordon Brown, a confirmé Alistair Darling aux Finances, David Miliband aux Affaires étrangères. Peter Mandelson allié de Blair, conserve la tête du ministère du Commerce, mais avec des compétences élargies.

Alan Johnson, jusqu'alors ministre de la Santé, a par ailleurs été promu à l'Intérieur en remplacement de Jacqui Smith, dont la démission a été révélée mardi dans la presse. Jack Straw reste à la Justice.

Parmi les autres changements, finalement peu nombreux, John Denham prend le portefeuille des Collectivités locales, en remplacement de Hazel Blears, et Andy Burnham la Santé. Yvette Cooper prend le ministère du Travail et des Retraites, en remplacement de James Purnell, qui a démisionné avec fracas jeudi soir.