La Corée du Nord accepte le dialogue

ASIE A la surprise générale, Kim Jong-Il saisit la main tendue par la Corée du Sud...

Avec agence.

— 

 Le centre industriel de Kaesong, à la frontière entre les deux Corées, devrait occuper le centre du débat.
 Le centre industriel de Kaesong, à la frontière entre les deux Corées, devrait occuper le centre du débat. — SIPA

La Corée du Nord accepte de discuter, mais pas de «nucléaire». Du moins, ce n’est pas à l’ordre du jour. Alors que le climat entre les deux voisins est plutôt tendu après l’essai nucléaire du 25 mai, le Nord et le Sud vont se rencontrer pour parler «économie». Ce sera le 11 juin, au complexe industriel frontalier de Kaesong, financé par Séoul et ouvert en 2005.

Censé symboliser la réconciliation des deux Corées, ce parc industriel emploie plus de 38.000 Nord-Coréens travaillant pour le compte d'une centaine de sociétés du Sud qui génèrent chaque mois des millions de dollars en biens manufacturés (habits, chaussures, sacs, ustensiles de cuisine etc.).

Danger de faillites

Seulement, le mois dernier, la Corée du Nord avait annoncé l'annulation de tous ses contrats avec la centaine de sociétés sud-coréennes à Kaesong, mettant en danger de faillite ces sociétés.