Guerre en Ukraine : Kiev réclame des armes lourdes et Londres s’oppose à tout « mauvais » compromis avec la Russie

RECAP' Ce jeudi 9 juin, comme tous les soirs, « 20 Minutes » fait le point pour vous sur l’avancée du conflit en Ukraine

20 Minutes avec AFP
Du street art dans les rues de Kiev.
Du street art dans les rues de Kiev. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce jeudi 9 juin, L’Ukraine a réclamé des armes d’artillerie occidentale afin de reprendre rapidement Severodonetsk.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

L’Ukraine a réclamé ce jeudi des armes d’artillerie occidentale « de longue portée » qui lui permettraient selon elle de reprendre rapidement Severodonetsk, ville de l’est où se joue selon Kiev « le sort » du Donbass, priorité stratégique de Moscou. Les soldats ukrainiens livrent à Severodonetsk l’une des « batailles les plus difficiles » depuis le début de la guerre pour résister aux forces russes qui contrôlent désormais une grande partie de la ville, selon le président Volodymyr Zelensky.

« Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l’ennemi. C’est une bataille très dure », a affirmé le chef de l’Etat ukrainien dans une vidéo diffusée mercredi soir, en jugeant que « le sort » du vaste bassin houiller du Donbass « se joue » à Severodonetsk.

La phrase du jour

« Un compromis avec la Russie serait moralement répugnant. »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde jeudi contre toute volonté de la part des Occidentaux d’encourager l’Ukraine à accepter un « mauvais » compromis avec la Russie, jugeant que cela serait « moralement répugnant ». « Encourager une mauvaise paix en Ukraine, c’est encourager Vladimir Poutine et encourager tous ceux dans le monde qui pensent que l’agression paie », a estimé le dirigeant dans un discours à Blackpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Le chiffre du jour

100. C’est le nombre de soldats tués par jour selon le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov. « Jusqu’à 100 soldats ukrainiens » sont tués et « 500 blessés chaque jour » dans les combats avec l’armée russe, a-t-il déclaré.

Le ministre a donné ces chiffres alors que la bataille continue à faire rage dans le Donbass (est), et notamment dans la région des localités de Severodonetsk et Lyssytchansk. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait indiqué le 1er juin que l’armée perdait entre 60 à 100 soldats par jour.

La tendance du jour

Le président ukrainien a demandé jeudi l’exclusion de la Russie de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), sur fond d’accusations de Kiev de blocage et de vol des céréales ukrainiennes par Moscou. « Il ne peut pas y avoir de discussion pour prolonger l’adhésion de la Russie à la FAO.

Quelle y serait la place de la Russie si elle provoque la famine pour au moins 400 millions de personnes, voire plus d’un milliard ? », a lancé Volodymyr Zelensky dans un discours en visioconférence lors d’une réunion ministérielle de l’OCDE​.