Corée du Nord : Pyongyang tire une salve de huit missiles balistiques

MENACE Ces lancements ont eu lieu dans un laps de temps de 30 minutes

20 Minutes avec AFP
— 
Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong Un, le 21 mai 2022.
Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong Un, le 21 mai 2022. — /AP/SIPA

Kim Jong-un n’a pas apprécié les trois jours d’exercices militaires conjoints des armées américaine et sud-coréenne. Ce dimanche, la Corée du Nord a lancé dimanche huit missiles balistiques dans les eaux au large de sa côte orientale. « Notre armée a détecté le lancement de huit missiles balistiques à courte portée depuis le secteur de Sunan à Pyongyang en direction de la mer de l’Est », a indiqué l’état-major sud-coréen, en se référant à la mer du Japon.

Ces lancements ont eu lieu dans un laps de temps de 30 minutes. Les missiles ont parcouru 110 à 670 km à différentes altitudes, la plus élevée atteignant 90 km, a précisé l’état-major. Ce lancement multiple est « inhabituel » et « totalement inacceptable », a réagi le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi. La Corée du Nord est sous le coup de sévères sanctions des Nations unies pour ses programmes de missiles et d’armement nucléaire.

Répétition générale pour une invasion

Ces nouveaux tirs interviennent après trois jours d’exercices à grande échelle des armées américaine et sud-coréenne, avec la participation de l’USS Ronald Reagan, un porte-avions de 100.000 tonnes à propulsion nucléaire.

Il s’agissait des premières manœuvres communes entre les deux pays depuis la prise de fonctions début mai du nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol, qui a promis une politique plus ferme à l’égard de Pyongyang, et des premières impliquant un porte-avions depuis novembre 2017. La Corée du Nord proteste depuis longtemps contre ce type d’exercice, qu’elle considère comme une répétition générale pour une invasion.

La crainte d’attaques simultanées

« L’exercice a renforcé la détermination des deux pays à répondre avec sévérité à toute provocation nord-coréenne, tout en démontrant l’engagement des Etats-Unis à fournir une dissuasion étendue », a déclaré l’armée sud-coréenne dans un communiqué. Selon les analystes, la salve de missiles de dimanche, qui s’ajoute à la vingtaine d’essais d’armes effectués par Pyongyang depuis le début de l’année, constitue un message clair pour Séoul et Washington.

« Cela montre l’intention de la Corée du Nord de neutraliser le système de défense antimissile de la Corée du Sud et des Etats-Unis par de multiples attaques simultanées » en cas de guerre, a déclaré Cheong Seong-jang, chercheur à l’Institut Sejong. Le mois dernier, lors d’un sommet à Séoul avec Yoon Suk-yeol, le président américain Joe Biden avait assuré que Washington déploierait des « moyens stratégiques » si nécessaire pour dissuader la Corée du Nord d’attaquer son voisin.

Le spectre du nouvel essai nucléaire

Quelques heures après le départ de Joe Biden de la région, le régime de Kim Jong-un avait procédé au tir d’essai de trois missiles, dont un Hwasong-17, présenté comme son plus puissant missile balistique intercontinental. Séoul et Washington avertissent depuis des semaines que Pyongyang pourrait procéder prochainement à un septième essai nucléaire, qui serait son premier depuis 2017.

La Corée du Nord, frappée par une forte vague épidémique de Covid-19, a repris la construction d’un réacteur nucléaire en sommeil depuis longtemps, selon de nouvelles images satellite. Selon la présidence sud-coréenne, Pyongyang a procédé à des essais d’un dispositif de détonation en préparation de cet essai.

Détourner l’attention du Covid-19

Kim Jong-un avait cessé les essais nucléaires et tests de missiles à longue portée lors de la tentative de pourparlers avec le président américain de l’époque Donald Trump, mais les discussions ont échoué en 2019. La Corée du Nord a partiellement rompu ce moratoire qu’elle s’était imposé elle-même en tirant fin mars un missile intercontinental (ICBM).

Des analystes estiment que Kim Jong-un pourrait accélérer ses projets d’essais nucléaires pour détourner l’attention de la population nord-coréenne touchée par le coronavirus. Le pays a atteint samedi, selon les chiffres officiels, la barre de 4 millions de cas pour une population de 25 millions d’habitants.