Canada : Justin Trudeau veut interdire les armes de poing après le massacre d'Uvalde

LOI Le Canada espère ainsi se prémunir des tueries comme chez son voisin américain

M.F avec AFP
— 
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, annonce une nouvelle législation sur le contrôle des armes à feu à Ottawa, en Ontario, le lundi 30 mai 2022.
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, annonce une nouvelle législation sur le contrôle des armes à feu à Ottawa, en Ontario, le lundi 30 mai 2022. — Patrick Doyle/AP/SIPA

Le Premier ministre canadien a présenté ce lundi un projet de « gel national sur la possession d’armes de poing ». Concrètement, si cette législation est validée par le Parlement, cela signifie « qu’il ne sera plus possible d’acheter, vendre, transférer ou importer des armes de poing où que ce soit au Canada », précise Justin Trudeau.

Le projet de loi canadien prévoit aussi d’empêcher quiconque est impliqué dans des violences domestiques d’obtenir un permis de port d’arme, de durcir les peines pour le trafic d’armes et d’interdire les chargeurs de fusils pouvant contenir plus de cinq balles.

Moins d’armes, plus de sécurité

« La violence armée est un problème complexe », a déclaré Justin Trudeau. « Mais au bout du compte, le calcul est en réalité fort simple : moins il y aura d’armes à feu dans nos communautés, et plus chacun sera en sécurité », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse, qui intervient après le massacre de l'école d'Uvalde, au Texas.

Le Canada avait déjà interdit 1.500 modèles d'armes à feu de type militaire après une tuerie en avril 2020, la pire de l’histoire du pays, qui avait fait 23 morts en Nouvelle-Ecosse (est). Selon des statistiques officielles, les armes à feu ne sont impliquées que dans 3 % des crimes violents au Canada.

« Le vrai problème dans ce pays, ce sont les gangs »

La proposition de Justin Trudeau a été critiquée par l’opposition conservatrice. « Le vrai problème dans ce pays, ce ne sont pas les propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi, qui sont strictement encadrés et strictement contrôlés », a déclaré John Brassard, leader de l’opposition à la Chambre des communes, à Radio-Canada.

« Le vrai problème dans ce pays, ce sont les gangs et les criminels qui importent des armes à feu, principalement des Etats-Unis, et qui utilisent des armes illégales dans nos rues », a-t-il ajouté. En effet, le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino estime qu’environ un million d’armes de poing circulent dans le pays, dont beaucoup sont importées illégalement des Etats-Unis.