Guerre en Ukraine : L’Eglise orthodoxe d’Ukraine, jusqu’ici affiliée à Moscou, annonce rompre avec la Russie

CONFLIT Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine

T.C.
— 
Un homme prie dans une église orthodoxe.
Un homme prie dans une église orthodoxe. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Moscou continue de concentrer son offensive sur le Donbass. L’armée russe cherche coûte que coûte à s’emparer de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine, dont la prise leur est indispensable pour contrôler totalement la région. Selon son gouverneur, la ville « est tout simplement en train d’être détruite ». Les combats dans l’est du pays ont atteint une « intensité maximale », a pour sa part déclaré la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Malyar.
  • Sur le front méridional, Moscou s’affaire à consolider son emprise sur les territoires conquis depuis trois mois. La Russie a ainsi annoncé qu’elle allait permettre aux habitants des régions de Zaporijjia et de Kherson de demander un passeport russe via « une procédure simplifiée ». L’Ukraine a aussitôt dénoncé un octroi « forcé » de la nationalité russe.
  • La Russie a rejeté jeudi un plan de paix italien. Celui-ci qui prévoyait, sous garantie de l’ONU, un cessez-le-feu et le retrait des troupes, l’entrée de l’Ukraine dans l’UE mais pas dans l’Otan, et un statut d’autonomie pour le Donbass et la Crimée qui resteraient sous la souveraineté ukrainienne.
  • Le président russe Vladimir Poutine s’est néanmoins dit prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire » provoquée par le blocage de céréales ukrainiennes et russes en raison du conflit en cours… sous réserve d’une levée des sanctions contre Moscou.

A VOIR

A LIRE AUSSI

Merci d’avoir suivi avec nous les dernières informations sur l’avancée du conflit. On se retrouve demain pour un nouveau live.
21h05 : La Russie dépensera une partie des revenus des hydrocarbures dans l’offensive en Ukraine

La Russie devrait recevoir 1.000 milliards de roubles (13,7 milliards d’euros) supplémentaires de ses exportations d’hydrocarbures en 2022, dont une partie pourra être allouée à la poursuite de son offensive en Russie, a déclaré vendredi le ministre russe des Finances.

« Nous estimons que les revenus supplémentaires issus des hydrocarbures pourraient atteindre jusqu’à 1.000 milliards de roubles, selon les prévisions élaborées avec le ministère du Développement économique », a déclaré Anton Silouanov dans une interview retransmise à la télévision. « Si avant nous placions une partie de cet argent issu du pétrole et du gaz dans nos réserves, cette année, il sera complètement dépensé », a-t-il indiqué. « Il permettra de payer plus les retraités, les familles avec enfants, et de mener l’opération spéciale » en Ukraine, a-t-il ajouté. « Nous avons les ressources », a assuré le ministre.

 

20h40 : Le procureur de la CPI appelle la Russie à coopérer sur l’enquête en Ukraine

La Russie devrait coopérer à l’enquête de la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes de guerre présumés commis depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou, a déclaré ce vendredi le procureur du tribunal.

Karim Khan a déclaré que Moscou a refusé de travailler avec le tribunal depuis l’ouverture de son enquête, mais a ajouté que sa « porte est ouverte ».

Le Britannique a également insisté sur le fait que les suspects de crimes de guerre pourraient être traduits en justice, bien qu’il ait refusé de dire si le président russe Vladimir Poutine pourrait l’être un jour.

« L’invitation est là, ma porte est ouverte et je continuerai également à frapper à la porte de la Fédération de Russie », a déclaré M. Khan lors d’un entretien au tribunal à La Haye.

« S’il y a des allégations de la part de la Fédération de Russie (…) si elle mène ses propres enquêtes ou poursuites ou si elle a des informations pertinentes, partagez-les avec nous », a-t-il ajouté.

 

20h00 : L’Eglise orthodoxe d’Ukraine, jusqu’ici affiliée à Moscou, annonce rompre avec la Russie ​

L’Eglise orthodoxe ukrainienne, jusqu’ici affiliée à Moscou, a annoncé vendredi rompre avec la Russie après que cette dernière a envahi l’Ukraine, déclarant « sa pleine indépendance ».

« Nous ne sommes pas d’accord avec le patriarche moscovite Kirill (…) en ce qui concerne la guerre en Ukraine », a expliqué dans un communiqué l’Eglise ukrainienne, à l’issue du concile consacré à « l’agression » contre son pays qui a prononcé « la pleine indépendance et l’autonomie de l’Eglise orthodoxe ukrainienne ».

19h10 : La France et l’Irak veulent renforcer leur coopération énergétique

Paris et Bagdad ont manifesté vendredi leur volonté de renforcer leur coopération énergétique, au moment où les Européens veulent réduire leurs achats de pétrole et de gaz russe sur fond de guerre en Ukraine.

La France a aussi insisté sur son « attachement à un Irak stable », alors qu’il reste la cible d'« ingérences étrangères » avec une nouvelle opération de l’armée turque dans le nord du pays contre des Kurdes turcs et une influence politique majeure du voisin iranien.

18h37 : Liverpool joue « pour tous les gens en Ukraine »

Liverpool jouera aussi « pour les gens en Ukraine », a lancé l’entraîneur Jürgen Klopp, vendredi, à la veille de la finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid au Stade de France.

« Nous ne jouons pas seulement cette finale pour nous mais aussi pour tous les gens en Ukraine. Je suis presque sûr que certains pourront le voir : nous le ferons pour vous à 100 % », a dit le technicien allemand.

17h45 : Moscou intensifie son offensive dans l'est

Les forces russes intensifiaient leur offensive dans le Donbass vendredi, resserrant l'étau autour d'une importante agglomération de cette région de l'est de l'Ukraine tandis que les forces séparatistes prorusses revendiquaient la prise de la localité-clé de Lyman.

16h55 : Concernant la pénurie alimentaire, Moscou juge les accusations à son égard, « sans fondement »

Les accusations contre la Russie, tenue pour responsable des problèmes mondiaux de livraisons de céréales en raison de son offensive en Ukraine, sont «sans fondement», a assuré vendredi le président russe Vladimir Poutine dans un entretien téléphonique avec le chancelier autrichien Karl Nehammer.

« Vladimir Poutine a souligné que les tentatives de rendre la Russie responsable des difficultés de livraison des produits agricoles sur les marchés mondiaux étaient sans fondement », indique le Kremlin dans un communiqué.

16h30 : Volodymyr Zelensky s’adressera ce lundi aux 27, en quête d’un accord sur l’embargo pétrolier

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adressera lundi aux dirigeants des Vingt-Sept réunis en sommet à Bruxelles, alors que le projet d’embargo de l’UE sur le pétrole russe est toujours bloqué par la Hongrie.

« Le président Zelensky nous rejoindra par visioconférence au début de notre discussion sur la situation en Ukraine », a annoncé vendredi le président du Conseil européen Charles Michel dans sa lettre d’invitation aux chefs d’Etat et de gouvernement.

16h11 : Pourquoi la Hongrie veut échapper à l’embargo sur le pétrole russe ?

A l’approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d’un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d’une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d’embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays. Il entend « protéger les familles hongroises » d’une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.

15h43 : En Russie, 5.500 employés du producteur de camions Kamaz au chômage partiel

Plus de cinq mille employés du producteur de camions russe Kamaz ont été mis au chômage partiel en raison d'une pénurie de composants découlant des sanctions occidentales contre Moscou pour son offensive en Ukraine.

15h08 : Près de 3 millions de réfugiés dans des pays européens non frontaliers

Près de 3 millions de réfugiés ukrainiens ont quitté les pays frontaliers de l’Ukraine, où ils avaient afflué après l’invasion russe, pour se déplacer vers d’autres pays européens non voisins, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) de l’ONU.

Au total, 6.659.220 Ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion russe le 24 février, selon les chiffres du HCR. Parmi eux, plus de 3,5 millions se sont dirigés vers l’ouest, en Pologne.

14h49 : Le drapeau ukrainien apparu sur le « Pic Poutine » remplacé par un drapeau kirghiz

Un drapeau ukrainien planté sur un sommet kirghiz nommé en l’honneur de Vladimir Poutine a été décroché par des alpinistes de la fédération d’escalade du Kirghizstan, et remplacé par un drapeau kirghiz, a indiqué vendredi cette dernière. Le chef de cette fédération, Edouard Koubatov, a déclaré avoir enlevé le drapeau de sa propre initiative et sans « aucune (intention) politique ». Jeudi, il a été remplacé par un drapeau kirghiz.

 

14h18 : En Russie, des élus communistes appellent à arrêter l'offensive en Ukraine

Des élus communistes de la région du Primorié, dans l'Extrême-Orient russe, ont demandé vendredi, lors d'une réunion de l'Assemblée locale, l'arrêt de l'offensive en Ukraine, avant de se voir privés de droit de vote.

C'est la première fois qu'une telle initiative est lancée par des élus du parti communiste, formation qui soutient l'assaut lancé sur l'ordre du président Vladimir Poutine le 24 février.

13H44 : Le parti ultra-nationaliste russe LDPR a choisi son nouveau chef

Un nouveau chef pour le parti ultra-nationaliste LDPR : Léonid Sloutski. Ce dernier est nommé un mois et demi après la mort de son dirigeant historique et emblématique, Vladimir Jirinovski. Sur son compte Telegram, la formation a indiqué que Sloutski, 54 ans, avait été élu « à l'unanimité » lors d'un congrès à Moscou. Il était le seul candidat.

Léonid Sloutski est le chef de la Commission des Affaires étrangères à la Douma, la chambre basse du Parlement russe. Il a fait partie de la délégation de Moscou lors des récentes négociations de paix avec Kiev, des pourparlers au point mort depuis mars.

13h29 : Poutine et son sens de second degrés…


 

13h20 : « Une dizaine de morts » dans une frappe russe sur un terrain militaire à Dnipro

« Une dizaine » de personnes ont été tuées et une trentaine blessées dans une frappe russe vendredi sur une installation militaire à Dnipro, grande ville industrielle du centre-est de l'Ukraine, a annoncé le responsable de la défense territoriale de la ville.

12h31 : La «guerre totale» de l'Occident contre la Russie va durer logtemps, selon Moscou

«L'Occident a annoncé une guerre totale contre nous, contre le monde entier russe», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, lors d'une réunion avec des responsables de régions russes. «On peut dire avec certitude que cette situation est avec nous pour longtemps», a-t-il estimé, alors que les puissances occidentales ont multiplié les sanctions contre Moscou pour avoir lancé une vaste offensive militaire contre l'Ukraine.

«Les Etats-Unis et leurs satellites doublent, triplent, quadruplent leurs efforts pour endiguer la Russie, en utilisant un instrumentaire très large: en commençant par les sanctions économiques unilatérales jusqu'à une propagande profondément mensongère dans l'espace médiatique mondial», a martelé le ministre, dénonçant une «russophobie sans précédent».
 

12h25 : « Une dizaine de morts » dans une frappe russe sur un terrain militaire à Dnipro

Selon un responsable ukrainien, « une dizaine » de personnes sont mortes dans une frappe russe sur un terrain militaire à Dnipro.

11h45 : La Russie va expulser cinq diplomates croates

La Russie a annoncé jeudi l’expulsion de cinq diplomates croates en représailles à celle de 24 Russes, décidée en avril par Zagreb, après le lancement de l’offensive russe contre l’Ukraine. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué avoir « protesté » auprès de l’ambassadeur croate contre le fait que son pays ait accusé la Russie « de crimes de guerre en Ukraine ». Il accuse aussi Zagreb « de soutenir militairement le régime néonazi de Kiev ».

11h20 : La Russie estime pouvoir exporter 50 millions de tonnes de céréales

La Russie a annoncé vendredi viser 50 millions de tonnes de céréales exportées dans la saison à venir, en forte hausse par rapport à l’exercice en cours, sur fond de risque une crise alimentaire du fait de l’offensive russe contre l’Ukraine. Les exportations russes de céréales sont actuellement freinées par les sanctions qui frappent la chaîne logistique et le secteur financier, tandis que celles de la puissance agricole qu’est l’Ukraine sont paralysés par l’assaut de l’armée russe.

« En cette saison (2021-2022) nous avons déjà exporté 35 millions de tonnes de céréales, dont 28,5 de blés et d’ici la fin de l’année agricole (le 30 juin) nous visons 37 millions de tonnes de céréales exportées », a dit le ministre de l’Agriculture, Dmitri Patrouchev, lors d’un forum des exportateurs du secteur. Le président russe Vladimir Poutine s’est dit prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire », sous réserve d’une levée des sanctions contre Moscou, ce qui lui vaut des accusations de chantage.

10h06 : Les séparatistes disent avoir conquis la localité clé de Lyman dans le Donbass

Les séparatistes prorusses de Donetsk ont affirmé vendredi avoir conquis la localité de Lyman, dans l’est de l’Ukraine, un important noeud ferroviaire qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk. Sur son compte Telegram, l’Etat-major de la défense territoriale séparatiste de Donetsk a indiqué avoir « pris le contrôle complet » de Lyman avec le soutien des forces armées russes.

9h47 : Les Fidji rejettent un recours visant à empêcher les États-Unis de saisir un superyacht russe

Un tribunal fidjien a rejeté vendredi un recours visant à empêcher les autorités américaines de saisir le superyacht russe Amadea, qui appartiendrait à un oligarque russe sanctionné. Le yacht de 300 millions de dollars et de 106 mètres de long, lié par les États-Unis à l’oligarque milliardaire et homme politique Suleiman Kerimov, a été saisi à son arrivée aux Fidji il y a un mois, à la demande de Washington.

Les propriétaires enregistrés du yacht, Millemarin Investments, ont nié que Kerimov en soit le propriétaire et ont fait valoir que la loi fidjienne en vertu de laquelle l’Amadea a été retenu ne permettait pas aux États-Unis de le saisir. Dans une décision écrite, la Cour d’appel a déclaré qu’elle rejetait l’appel de Millemarin Investments, mais a également indiqué que le jugement ne devait pas prendre effet avant sept jours.

8h55 : Au moins cinq civils tués dans la région de Lougansk

Au moins cinq civils ont été tués en 24 heures dans la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, épicentre de combats acharnés avec les troupes russes, a annoncé vendredi matin le gouverneur de la région Serguiï Gaïdaï. Quatre civils ont été tués à Severodonetsk, capitale régionale sous contrôle des autorités ukrainiennes que les Russes cherchent à conquérir, et 50 immeubles y ont été endommagés, a-t-il souligné.

Un homme a aussi été tué par un obus à Komychouvakha, à 50 kilomètres de Severodonetsk. « Les habitants de Severodonetsk ont oublié ce que c’est qu’un cessez-le-feu d’au moins une demi-heure », a écrit Serguiï Gaïdai sur Telegram. « Les Russes pilonnent sans cesse les quartiers résidentiels ».

7h40 : Zelensky accuse la Russie de « génocide » dans le Donbass

Le président ukrainien a accusé la Russie de pratiquer un « génocide » dans le Donbass, dans l’est du pays, où la ville de Severodonetsk subissait un déluge de bombes. « L’actuelle offensive des occupants dans le Donbass pourrait rendre la région inhabitée », a affirmé Volodymyr Zelensky dans son adresse télévisée dans la nuit de jeudi à vendredi, accusant les envahisseurs de chercher à « réduire en cendres » Severodonetsk et d’autres villes de la région.

Les forces russes pratiquent la « déportation » et « les tueries de masse de civils » dans le Donbass, a-t-il poursuivi, dénonçant « une politique évidente de génocide menée par la Russie ».

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes se mobilise pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, l'armée russe a recentré ses efforts sur la conquête complète du Donbass, bassin industriel déjà partiellement contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014. Appuyée par un déluge de bombes, l'armée russe menace Severodonetsk, qui pourrait connaître le même sort que Marioupol, grand port du sud-est en majeure partie détruit après des semaines de siège.