Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine se dit prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire » si les sanctions sont levées

CONFLIT Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine

X.M. et V.R.B.
— 
Vladimir Poutine
Vladimir Poutine — Mikhail Metzel/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Moscou continue de concentrer son offensive sur le Donbass. L’armée russe cherche coûte que coûte à s’emparer de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine. Selon le gouverneur de la région, la ville « est tout simplement en train d’être détruite ».
  • A Davos, le ministre ukrainien des Affaires étrangères a réclamé à ses alliés davantage d’armes lourdes pour égaler la puissance de feu russe. Kiev souhaite surtout recevoir des unités mobiles capables d’envoyer plusieurs roquettes simultanément.
  • Face aux inquiétudes quant à l’incapacité actuelle de l’Ukraine à exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports par les Russes, Kiev a fait état de discussions avec les Nations unies sur la possibilité d’un passage sécurisé à partir du port d’Odessa.
  • Sur le front méridional, Moscou s’affaire à consolider son emprise sur les territoires conquis depuis trois mois. La Russie a ainsi annoncé qu’elle allait permettre aux habitants des régions de Zaporijjia et de Kherson de demander un passeport russe via « une procédure simplifiée ».

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

Merci d’avoir suivi avec nous les informations liées à l’avancée du conflit. On se retrouve demain pour un nouveau live.
20h40 : Sept morts dans de nouveaux bombardements sur Kharkiv, selon le gouverneur régional Sinegoubov

Sept personnes sont mortes dans de nouveaux bombardements russes sur Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine qui avait entamé un retour à une vie normale mi-mai, a indiqué jeudi le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur Telegram. « Les occupants bombardent à nouveau le centre régional », a déclaré M. Sinegoubov. « Sept civils ont été tués et 17 blessés dont un enfant de 9 ans », a-t-il précisé. Le précédent bilan faisait état de quatre morts et sept blessés.

Des missiles ont touché le secteur résidentiel du quartier de Pavlové Polé, au centre-nord de la ville, près d’un centre commercial qui était fermé au moment de la frappe, selon un journaliste de l’AFP sur place. Il a vu un jeune homme tué et quatre blessés, tous transportés à l’hôpital, dont un homme plus âgé avec une jambe et un bras arrachés. D’autres zones résidentielles ont également été bombardées, avec une vaste destruction des bâtiments.

 

20h33 : La confiance dans la Russie est perdue pour « des générations », selon la Première ministre finlandaise

Après l’invasion de l’Ukraine, la confiance dans la Russie est « perdue pour des générations », a déclaré jeudi à Kiev la Première ministre finlandaise Sanna Marin, dont le pays vient de soumettre sa demande d’adhésion à l’Otan. « Ce que la Russie a fait est un tournant pour toute la famille européenne et pour le monde entier. Nous voyons que l’ancien système est détruit et qu’il n’y a pas de retour en arrière aux anciennes relations », a déclaré Mme Marin au cours d’un point de presse avec le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal.

Sanna Marin s’est également entretenue avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et s’est rendue à Boutcha et Irpin, villes près de Kiev. « Nous savons maintenant de quoi la Russie est capable dans ses actions agressives. Nous voyons maintenant quels crimes provoque l’impérialisme. Et nous voyons qu’aucun crime ne doit resté impuni », a-t-elle souligné.

18h01 : Poutine affirme que Moscou aidera à « surmonter la crise alimentaire » si les sanctions sont levées

Le président russe Vladimir Poutine s’est dit jeudi prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire » provoquée par le blocage de céréales ukrainiennes et russes en raison du conflit en cours, sous réserve d’une levée des sanctions contre Moscou.

La Russie « est prête à apporter une contribution significative pour surmonter la crise alimentaire grâce à l’exportation de céréales et d’engrais, sous réserve de la levée par l’Occident des restrictions à motivation politique », a déclaré Vladimir Poutine, selon un communiqué du Kremlin, lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre italien Mario Draghi.

16h58 : L'Assemblée de l'OMS condamne « avec la plus grande fermeté » l'invasion par la Russie

Les pays membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont adopté jeudi une résolution présentée par l'Ukraine qui condamne « avec la plus grande fermeté » l'agression militaire de la Russie et en particulier les attaques contre les services de santé.

En revanche, le texte adopté par 88 voix contre 12 et 53 abstentions, ne prévoit pas de sanctions concrètes contre la Russie au sein de l'OMS.

16h23 : L’Occident doit s’assurer que Vladimir Poutine perde la guerre (ministre britannique)

L’Occident doit s’assurer que le président russe Vladimir Poutine perde la guerre en Ukraine et continuer à soutenir Kiev sans faiblir, a déclaré jeudi la cheffe de la diplomatie britannique.

« Il ne faut offrir aucun compromis ou apaisement à Poutine », a déclaré Liz Truss à Sarajevo où elle a rencontré son homologue bosnienne Bisera Turkovic. « Il faut plonger loin dans nos ressources sans relâchement », a-t-elle poursuivi lors d’une conférence de presse. Il s’agit de « continuer à fournir à l’Ukraine les armes dont elle a besoin pour gagner et reprendre son intégrité territoriale et sa souveraineté ».

Elle a également évoqué le souvenir du conflit intercommunautaire en Bosnie qui fit 100.000 morts dans les années 1990, jugeant que le pays montrait « aujourd’hui des signes d’ingérence de la part de Moscou qui risquent de nous replonger dans ces années noires ». « Cela doit cesser ».

 

15h43 : Les écoliers de Marioupol privés de vacances pour rattraper le programme russe (responsable ukrainien)

Les forces russes qui ont pris le contrôle de Marioupol ont décidé de supprimer les vacances scolaires d’été pour préparer les élèves au programme scolaire russe, a affirmé jeudi un responsable ukrainien de la ville. Selon Petro Andriouchtchenko, conseiller du maire de ce port où les derniers combattants ukrainiens se sont rendus ces derniers jours, « les occupants ont annoncé la prolongation de l’année scolaire jusqu’au 1er septembre. » « Tout l’été, les enfants auront des cours de langue et de littérature russe, d’histoire russe et des cours de mathématiques en russe ». « Le but principal est la "déukrainisation" et la préparation de la rentrée selon le curriculum russe », a-t-il affirmé.

 

15h02 : La police kirghize enquête sur un drapeau ukrainien sur un sommet nommé « Poutine »

La police kirghize a indiqué enquêter sur un drapeau ukrainien qui aurait, selon des images sur les réseaux sociaux, été planté sur un sommet nommé en l’honneur du président russe Vladimir Poutine, dont l’armée mène une offensive en Ukraine. Une internaute se présentant comme une alpiniste a publié sur Twitter une vidéo montrant un drapeau ukrainien flottant près d’une plaque identifiant un sommet comme le « Pic Poutine », à 4.446 mètres d’altitude. « Des vandales l’ont apporté et l’ont planté ici, nous n’avons aucune idée de qui ils sont », indique l’internaute, ajoutant une émoticône suggérant le sarcasme. Le Kirghizstan, pays pauvre et montagneux d’Asie centrale, est un fidèle allié de la Russie.

14h42 : Quatre morts dans de nouveaux bombardements sur Kharkiv en Ukraine (gouverneur)

Quatre personnes sont mortes dans de nouveaux bombardements sur Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine qui avait entamé un retour à une vie normale mi-mai, a indiqué ce jeudi le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur Telegram. « Les occupants bombardent à nouveau le centre régional », a déclaré Oleg Sinegoubov. « Selon des informations préliminaires, sept personnes ont été blessées et malheureusement quatre sont mortes », a-t-il ajouté, appelant les habitants à rester aux abris.

14h38 : Résultat mitigé pour l'offensive diplomatique ukrainienne à Davos
14h18 : Macron appelle Erdogan à « respecter le choix souverain » de la Finlande et la Suède

Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à « respecter le choix souverain » de la Finlande et de la Suède d’entrer dans l’Otan, et souhaité qu’une « solution » soit rapidement trouvée pour lever la menace de veto turc. « Le président de la République a souligné l’importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l’évolution de leur environnement de sécurité », a indiqué l’Elysée à l’issue de l’appel entre les deux dirigeants qui a duré une heure.

14h15 : Moscou juge pas « sérieux » le plan de paix italien

Le chef de la diplomatie russe a jugé dans un entretien publié jeudi que le plan de paix en Ukraine proposé par l’Italie n’était pas « sérieux ». Sergueï Lavrov a aussi affirmé qu’il n’en connaissait le contenu que par la presse, le texte n’ayant pas été communiqué à Moscou. Son adjoint, Andreï Roudenko, avait dit lundi l’avoir reçu et qu’il était à l’étude. « Il y est question que la Crimée (péninsule ukrainienne annexée par la Russie) et le Donbass (région séparatiste reconnue par Moscou) appartiennent à l’Ukraine avec une large autonomie », a dit Lavrov dans un entretien au média russe d’Etat RT.

14h13 : Les combats dans l’Est ont atteint une « intensité maximale » (vice-ministre ukrainienne de la Défense)

Les combats contre les troupes russes dans l’est de l’Ukraine ont atteint une « intensité maximale », a déclaré la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Malyar. « Les combats ont atteint leur intensité maximale et une étape longue et extrêmement difficile nous attend », a précisé la vice-ministre au cours d’un point de presse.

14h01 : L’Italie retire une décoration au Premier ministre russe pour « indignité »

L’Italie a retiré « pour indignité » l’un de ses titres honorifiques les plus prestigieux au Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine, décoré en 2020 avec le ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Mantourov. Le président Sergio Mattarella a signé un décret paru ce jeudi au Journal officiel en vertu duquel « est révoquée pour indignité » l’élévation de Mikhaïl Michoustine et de Denis Mantourov au grade de « chevalier grand croix de l’ordre de l’Etoile d’Italie ». Même sanction pour Viktor Evtoukhov, vice-ministre de l’Industrie, et pour le président de la banque VTB – la deuxième plus grosse banque de Russie – Andreï Kostin, élevés en 2021 au grade de commandeur du même ordre.

13h45 : On revient à Londres, où le ministre des Finances Rishi Sunak a annoncé de nouvelles mesures pour aider les ménages

Le ministre des Finances britannique Rishi Sunak a dévoilé un nouveau paquet d’aides à 15 milliards de livres face à l’impact du coût de la vie sur les ménages défavorisés, financé en partie par une taxe exceptionnelle sur le secteur de l’énergie. Lors d’une allocution au Parlement, le ministre a affirmé que grâce à cet ensemble de mesures les Britanniques les plus modestes « sentiront le poids (de l’inflation) s’apaiser ».

13h32 : Moscou sanctionnera des médias occidentaux si YouTube bloque sa diplomatie

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, indique que des médias et journalistes occidentaux seraient expulsés de Russie si la plateforme YouTube bloquait, comme elle l’a déjà fait, ses briefings hebdomadaires. De nombreux sites et réseaux sociaux, y compris YouTube, ont expliqué avoir bloqué, après l’offensive russe en Ukraine, des médias et pages officielles russes, car elles tombaient sous le coup de sanctions ou pratiquaient la désinformation. Des actes de censure « russophobes », selon Moscou. Maria Zakharova a expliqué avoir signifié au géant américain des vidéos en ligne que si ses conférences de presse hebdomadaires, diffusées en direct, étaient bloquées alors « un journaliste ou un média américain rentrera à la maison », selon l’agence TASS.

13h27 : La banque centrale turque refuse de relever son taux directeur pour contrer l’inflation

La banque centrale turque maintient pour le cinquième mois consécutif son principal taux directeur à 14 %, refusant de relever ce dernier pour tenter d’endiguer une inflation de 70 %, au plus haut depuis vingt ans et que la guerre en Ukraine risque d’accentuer encore. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime à rebours des théories économiques classiques que les taux d’intérêt élevés favorisent l’inflation, avait contraint la banque centrale à abaisser son taux directeur de 19 % à 14 % entre septembre et décembre, provoquant l’effondrement de la monnaie nationale. La livre turque a ainsi vu sa valeur fondre de 44 % face au dollar en 2021 et a encore perdu 23 % face au billet vert depuis le 1er janvier, malgré des interventions répétées de la banque centrale. Les rumeurs d’intervention turque en Syrie ces derniers jours l’ont encore enfoncée.

13h21 : Moscou accuse l’Occident de bloquer les exportations de céréales d’Ukraine

Le Kremlin vient de balayer les accusations occidentales affirmant que Moscou, depuis son offensive en Ukraine, bloque les exportations de céréales ukrainiennes, ce qui menace d’entraîner une crise alimentaire mondiale. « Nous rejetons catégoriquement ces accusations et accusons à l’inverse les pays occidentaux d’avoir pris une série de mesures illégales qui ont mené à ce blocus », a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. Les pays occidentaux « doivent annuler ces décisions illégales qui font obstacle au fret des navires, qui font obstacle à l’exportation des céréales », a poursuivi Peskov, en référence aux sanctions occidentales contre Moscou. L’Ukraine, gros exportateur de céréales, notamment de mais et de blé, voit sa production bloquée du fait des combats. Pour sa part, la Russie, autre puissance céréalière, ne peut vendre sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant les secteurs financiers et logistiques.

13h08 : Grèce : un feu détruit « 20 tonnes » de draps et couvertures pour l’Ukraine

Un incendie, probablement accidentel, a détruit « 20 tonnes de linge de lit et de couvertures » destinés à l’Ukraine, jeudi, dans un stade du Pirée, un grand port près d’Athènes, selon des organisateurs de l’aide humanitaire. Le feu a détruit environ « 20 tonnes de linge de lit et des couvertures (…). Heureusement, les produits pharmaceutiques et alimentaires rassemblés n’ont pas été endommagés », a affirmé à l’AFP Irina Bortnyk, cheffe de l’aide humanitaire. Le feu, qui a provoqué un épais nuage de fumée, mais n’a pas fait de blessé, s’est déclaré jeudi vers 10 heures dans la cour du stade. Une enquête a été ouverte pour établir les causes de l’incendie, qui a été éteint, selon un responsable du bureau de presse des pompiers.

12h40 : Après la polémique, la soprano russe Anna Netrebko ovationnée à Paris

La soprano russe star Anna Netrebko a été ovationnée mercredi soir à la Philharmonie de Paris pour son retour sur scène dans une capitale occidentale, après avoir été critiquée depuis la guerre en Ukraine. Le public lui a réservé un accueil triomphal à son entrée, applaudissant pendant de longues minutes. Souriante et détendue, portant une robe longue noire et blanche, qu’elle a fait voltiger de temps en temps, elle a interprété des morceaux de Rachmaninov, Debussy ou Tchaïkovski, avant de recevoir une standing ovation à la fin du spectacle.

L’ambassade d’Ukraine en France a pour sa part dénoncé sur Twitter le maintien « révoltant » de ce concert. « Affligés par la dissonance criante entre l’opinion publique française mobilisée dans son soutien à l’Ukraine et l’hypocrisie du public se précipitant pour applaudir la soprano du Kremlin », a-t-elle écrit sur le réseau social. Une des plus grandes voix lyriques au monde, Anna Netrebko avait été parmi les premiers artistes russes à être pointés du doigt après le début de l’invasion de l’Ukraine pour ne pas avoir clairement dénoncé la guerre.

11h07 : Olaf Scholz « convaincu » que Vladimir Poutine ne gagnera pas la guerre en Ukraine

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est dit « convaincu » ce jeudi que la Russie ne gagnerait pas la guerre en Ukraine, affirmant aussi que le président Vladimir Poutine ne serait pas autorisé à « dicter » la paix. « Poutine ne doit pas gagner sa guerre. Et j’en suis convaincu : il ne la gagnera pas », a affirmé le chancelier lors d’un discours prononcé à la réunion du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Le président russe, qui a lancé l’invasion de l’Ukraine il y a plus de trois mois, « a déjà manqué ses objectifs stratégiques », a-t-il estimé, jugeant qu’une « invasion de l’ensemble de l’Ukraine » paraissait « aujourd’hui plus éloignée qu’au début de l’offensive ».

10h23 : En Russie, la banque centrale abaisse son principal taux directeur de 14 % à 11 %

La banque centrale russe a abaissé son principal taux directeur de 14 % à 11 % pour amortir notamment les conséquences du renforcement du rouble, au moment où les autorités bataillent avec les sanctions imposées à cause de l’offensive contre l’Ukraine. « Les conditions externes pour l’économie russe restent difficiles, ce qui réduit considérablement l’activité économique », souligne l’institution monétaire dans un communiqué, évoquant « la dynamique du cours du rouble » et « l’affaiblissement de la pression inflationniste » pour expliquer sa décision.

9h28 : Pendant ce temps-là, à Londres, on discute énergie

En plein scandale des fêtes à Downing Street pendant le confinement, le gouvernement britannique devrait annoncer jeudi 10 milliards de livres d’aides aux factures énergétiques, qui devraient être financées par une taxe controversée sur les géants pétroliers, d’après la presse britannique. Le ministre des Finances devrait annoncer au Parlement à 11h30 locales le programme d’aides et la taxe spéciale sur les bénéfices des entreprises pétrolières et des énergéticiens, des mesures réclamées depuis des semaines par l’opposition, les syndicats et les associations de lutte contre la pauvreté. Le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, et ses ministres se sont longtemps opposés à une telle taxe, affirmant, en écho aux géants sectoriels, qu’elle risquait de nuire à l’investissement dans les énergies renouvelables, nécessaires pour la transition vers la neutralité carbone.

9h28 : Pendant ce temps-là, à Londres, on discute énergie

En plein scandale des fêtes à Downing Street pendant le confinement, le gouvernement britannique devrait annoncer jeudi 10 milliards de livres d’aides aux factures énergétiques, qui devraient être financées par une taxe controversée sur les géants pétroliers, d’après la presse britannique. Le ministre des Finances devrait annoncer au Parlement à 11h30 locales le programme d’aides et la taxe spéciale sur les bénéfices des entreprises pétrolières et des énergéticiens, des mesures réclamées depuis des semaines par l’opposition, les syndicats et les associations de lutte contre la pauvreté. Le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, et ses ministres se sont longtemps opposés à une telle taxe, affirmant, en écho aux géants sectoriels, qu’elle risquait de nuire à l’investissement dans les énergies renouvelables, nécessaires pour la transition vers la neutralité carbone.

8h44 : Macron va parler de l’Otan avec Erdogan

Emmanuel Macron va s’entretenir par téléphone à 11h30 avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui menace de mettre son veto à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’Otan.

Ankara a prévenu mercredi qu’elle ne donnerait pas son accord à ces adhésions sans avoir obtenu des « mesures concrètes » de leur part concernant ses préoccupations sécuritaires.

La Turquie a ouvert une crise au sein de l’Otan, dont elle est membre, en s’opposant à l’extension de l’organisation à ces deux pays qui ont demandé à rejoindre l’Alliance après l’invasion russe de l’Ukraine et ont reçu le soutien de l’écrasante majorité des Etats membres. La Finlande, notamment, partage 1.300 km de frontière terrestre avec la Russie.

8h38 : Kiev remercie Paris de soigner des « blessés de guerre ukrainiens »

Kiev a remercié la France d’accueillir « des blessés de guerre ukrainiens au sein de ses hôpitaux, et notamment au sein des hôpitaux des armées », a indiqué mercredi soir le ministère français des Armées. Deux premiers militaires ukrainiens ont été accueillis à l’hôpital militaire de Percy, en région parisienne, a précisé le ministère.

Lors d’un échange téléphonique avec son nouvel homologue Sébastien Lecornu, le ministre ukrainien de la Défense Oleksiy Reznikov a également « rappelé les besoins importants des forces armées ukrainiennes pour pouvoir maintenir leur effort face aux offensives russes, alors que le conflit pourrait durer ».

8h25 : Les Russes se concentrent sur Severodonetsk

Les forces russes se rapprochent chaque jour un peu plus de Severodonetsk, ville de quelque 100.000 habitants avant la guerre, dont la prise leur est indispensable pour contrôler totalement le Donbass. A tel point que « les troupes russes ont avancé pour être si proches qu’elles peuvent tirer au mortier » sur Severodonetsk, a assuré mercredi Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région. Selon lui, la ville « est tout simplement en train d’être détruite ».

« La situation dans la ville est très difficile. Hier, il y avait déjà des combats en périphérie », a poursuivi le gouverneur, qui a estimé que « la semaine prochaine sera décisive ». Pour autant, a-t-il déclaré mercredi soir, la ville « n’est pas encerclée », contrairement à ce qu’a affirmé un responsable des séparatistes prorusses. Environ 15.000 personnes s’y trouvent encore ainsi que dans les villages alentour, a-t-il indiqué, ajoutant que l’écrasante majorité d’entre eux ne voulaient pas en bouger en dépit des bombardements incessants.

8h20 : L’UE discute toujours d’un embargo sur le pétrole russe

L’Europe va-t-elle continuer d’acheter du carburant russe ? La question n’est pas encore tranchée. Toutefois, le président du Conseil européen Charles Michel a déclaré qu’il restait « confiant » en un accord sur un embargo de l’UE sur le pétrole russe d’ici au début du Conseil européen lundi, malgré le blocage hongrois.

Une mesure indispensable selon Kiev qui a appelé mercredi à Davos la communauté internationale à « tuer les exportations russes ».

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes se mobilise pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Dans l’est de l’Ukraine, les combats font toujours rage dans le Donbass. Severodonetsk est ainsi bombardée jour et nuit. Pour ne pas voir cette ville subir le même sort apocalyptique que Marioupol, Kiev continue inlassablement de demander des armes à ses alliés occidentaux.