Covid-19 : Epargnées par la pandémie, la Micronésie et les Marshall ouvrent leurs frontières

BIENVENUE « Choisir de rouvrir les frontières équivaut à choisir sciemment d’introduire le Covid-19 », admet le président micronésien

20 Minutes avec AFP
— 
La quasi-totalité des pays du monde ont recensé des cas de Covid-19.
La quasi-totalité des pays du monde ont recensé des cas de Covid-19. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Seuls quatre pays au monde n’ont jamais recensé le moindre cas de Covid-19. Les Etats fédérés de Micronésie et les Iles Marshall, qui en font partie, ont annoncé qu’ils envisageaient d’assouplir leurs restrictions d'entrée, se disant prêts à affronter le virus.

Le président micronésien, David Panuelo, a annoncé qu’il visait la date du 1er août pour rouvrir les frontières du pays, totalement fermées depuis le début de la pandémie, afin d’inciter les 100.000 habitants des quelque 600 îles que compte l’archipel à se faire vacciner.

La vaccination et un test négatif toujours requis

« Choisir de rouvrir les frontières de la nation le 1er août équivaut à choisir sciemment d’introduire le Covid-19 dans les Etats fédérés de Micronésie peu de temps après », a reconnu David Panuelo dans un communiqué. « Par conséquent, il est essentiel de prendre cette décision, pour que la nation passe d’être exempte du Covid-19 à être protégée du Covid-19 », a-t-il ajouté.

A partir du 1er août, les visiteurs pourront entrer en Micronésie à condition d’être totalement vaccinés et de présenter un résultat de test négatif. Dans l’archipel voisin des Marshall, qui compte 60.000 habitants, le gouvernement envisage un assouplissement des règles d’entrée sur le territoire, parmi les plus strictes du monde.

Une situation qui n’est plus « soutenable »

Actuellement, tout voyageur souhaitant entrer dans le pays doit commencer par passer une semaine de quarantaine à Honolulu, dans l’archipel américain d’Hawaï, suivie de deux autres semaines de quarantaine aux Marshall. A partir de juin, les autorités vont en principe abolir la quarantaine à Honolulu et ramener à dix jours celle aux Iles Marshall, a déclaré à l’AFP la secrétaire générale du gouvernement, Kino Kabua.

« Je ne crois pas qu’il soit réaliste et soutenable de maintenir le statu quo » actuel, a estimé Kino Kabua. « Maintenant, nous allons vraiment devoir parler de ce que sera l’impact de l’introduction du virus dans la communauté, et des moyens d’y faire face et d’aller de l’avant », a-t-elle ajouté.

Derniers Etats épargnés au monde

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, la Micronésie et les Iles Marshall sont, avec Nauru et Tuvalu — deux autres pays insulaires du Pacifique — les quatre derniers Etats du monde à n’avoir encore jamais recensé de cas de coronavirus​.

Trois autres territoires du Pacifique, Tokelau, Niue et les Iles Pitcairn, restent également totalement épargnés par le virus. Tokelau et Niue appartiennent à la Nouvelle-Zélande et les Iles Pitcairn au Royaume-Uni.