Guerre en Ukraine : La Russie se dit prête à reprendre les pourparlers de paix...

ACTUALITES Retrouvez toutes les informations du dimanche 22 mai sur le conflit en Ukraine

X.M., D.R.
— 
Le négociateur russe Vladimir Medinsky a assuré que la Russie était prête à reprendre les pourparlers de paix.
Le négociateur russe Vladimir Medinsky a assuré que la Russie était prête à reprendre les pourparlers de paix. — Alexander Ryumin/TASS/Sipa USA/S

L’ESSENTIEL

  • La Russie continue de bombarder massivement le Donbass. Selon Volodymyr Zelensky, la phase actuelle de la guerre, où les Russes concentrent leurs efforts dans l’Est, « sera sanglante » mais in fine elle devra se résoudre « via la diplomatie ».
  • Joe Biden a signé samedi la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars en soutien à l’Ukraine. Moscou a répliqué en diffusant dans la foulée une nouvelle liste de 963 personnalités américaines interdites d’entrée en Russie.
  • La Russie va « étudier » la possibilité d’échanger des combattants du régiment ukrainien Azov faits prisonniers contre Viktor Medvedtchouk, réputé proche de Vladimir Poutine.
  • A l’initiative de l’Ukraine, une résolution doit être soumise à l’assemblée dimanche des 194 membres de l’OMS. Elle doit notamment dénoncer les attaques perpétrées par Moscou sur le système de santé.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

23 heures : C’est la fin de ce live

Ce live se termine. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous demain pour de nouvelles informations sur l’offensive russe dans le Donbass et une éventuelle reprise des pourparlers de paix. Bonne soirée !

20h52 : La Russie se dit prête à reprendre les pourparlers de paix avec l’Ukraine

Le négociateur russe Vladimir Medinsky a affirmé dimanche que la Russie était prête à reprendre des pourparlers de paix avec l’Ukraine. « Pour notre part, nous sommes prêts à continuer le dialogue », a affirmé Vladimir Medinski, conseiller du Kremlin chargé des négociations avec Kiev, dans un entretien avec la télévision bélarusse. « Le gel des pourparlers a été entièrement une initiative de l’Ukraine », a-t-il ajouté, estimant que la « balle était dans leur camp ». « La Russie n’a jamais refusé des négociations », a-t-il assuré.

Des négociations ont eu lieu après que les forces russes sont entrées en Ukraine le 24 février et ont échoué à prendre rapidement la capitale. Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien se sont rencontré en mars en Turquie, puis les délégations se sont retrouvées à Istanbul, mais sans succès. Le négociateur ukrainien Mykhaylo Podolyak a déclaré mardi que les pourparlers étaient « suspendus », alors que la Russie a recentré et relancé son « opération spéciale » sur l’est de l’Ukraine.

20h36 : Les Pays baltes arrêtent d’acheter de l’électricité russe

A la suite des sanctions internationales imposées à la Russie après son invasion en Ukraine, l’exportateur d’électricité russe InterRAO a perdu depuis dimanche la possibilité de vendre de l’électricité à ces clients dans les pays baltes. "Il s’agit d’une étape importante sur notre chemin vers l’indépendance énergétique", a déclaré dimanche à l’AFP le ministre lituanien de l’Energie, Dainius Kreivys.

Depuis des années, la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie s’efforcent d’atteindre l’indépendance énergétique vis-à-vis de Moscou en augmentant la production intérieure d’électricité et en construisant des interconnexions de réseaux avec la Scandinavie et d’autres pays voisins. En conséquence, les importations d’électricité de la Russie vers la Lettonie et la Lituanie, qui s’élevaient auparavant à 1.300 mégawattheures par an, ont chuté à 300 mégawattheures l’année dernière et sont désormais totalement arrêtées. La Lettonie a importé sa dernière électricité russe début mai, tandis que la Lituanie et l’Estonie ont cessé d’en acheter dimanche.

20h12 : Le président polonais renouvelle son soutien à une entrée de l’Ukraine dans l’UE

Le président polonais Andrzej Duda a apporté dimanche un soutien inconditionnel à la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne. Premier chef d’Etat à parler devant le Parlement ukrainien depuis l’invasion russe le 24 février, le président polonais, dont le discours a été interrompu par plusieurs ovations debout, a promis qu’il ne relâcherait pas ses efforts « tant que l’Ukraine n’est pas membre de l’Union européenne ». « Il faut respecter » les peuples qui « versent leur sang » pour appartenir à l’Europe, « même si la situation est compliquée, même s’il y a des doutes. Je n’ai aucun doute que l’Union européenne fera un tel geste » envers l’Ukraine, a-t-il souligné au cours d’une conférence de presse avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Ces déclarations contrastent avec celles, au même moment, du ministre délégué français aux Affaires européennes Clément Beaune, pour qui l’adhésion de l’Ukraine à l’UE prendra « sans doute 15 ou 20 ans ». Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a dénoncé jeudi un « traitement de seconde zone » de la part de « certaines capitales » au sujet de la candidature ukrainienne pour adhérer à l’UE. Le chancelier allemand Olaf Scholz avait affirmé un peu plus tôt qu’il n’était pas favorable à l’octroi à l’Ukraine d’un « raccourci » en vue d’une adhésion à l’UE.

« L’adoption d’une décision sur le statut de candidat de l’Ukraine à l’UE au Conseil de l’Europe, le 24 juin, est d’une extrême importance, avant tout psychologique et politique », a déclaré Duda, dont le pays est le principal soutien de l’Ukraine dans l’UE et qui accueil le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens.

18h58 : Des ponts détruits jusque sur Open Street Map


 

18h49 : Colonna et Blinken ont discuté

La nouvelle ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna s’est entretenue ce dimanche avec son homologue américain Antony Blinken. « Nous avons discuté de questions importantes sur lesquelles nous travaillerons ensemble, notamment la sécurité transatlantique, l’Otan, l’adhésion à l’UE pour les pays qualifiés, la lutte contre l’insécurité alimentaire mondiale et le soutien à l’Ukraine », a déclaré Antony Blinken.



 

18h35 : Déclaration d’amour et remerciements à la Pologne, qui soutient fortement l’Ukraine depuis le début de l’invasion


 

18h24 : Pas « néonazi » mais « romantique, philosophe, photographe et membre du régiment Azov »


 

18h13 : Le pont reliant Lyssytchansk et Sievierodonetsk attaqué

Le pont qui relie Lyssytchansk et Sievierodonetsk avait été détruit en lors de l’invasion russe dans le Donbass en 2014. Symbole de la reconstruction ukrainienne, il a de nouveau été frappé par les forces russes ce dimanche. Il a été visé par un mortier russe qui a ensuite été neutralisé par l’armée de Kiev.

18h01 : Le président sénégalais doit se rendre en Russie et en Ukraine

Le président sénégalais Macky Sall a indiqué ce dimanche qu’il se rendrait prochainement en Russie et en Ukraine au nom de l’Union africaine dont il assume actuellement la présidence. Macky Sall a déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le chancelier allemand Olaf Scholz qu’il avait reçu mandat de l’Union africaine pour effectuer ce voyage. La Russie avait adressé une invitation en ce sens, a-t-il dit.

Le déplacement, initialement prévu le 18 mai, n’a pu avoir lieu « pour des raisons de calendrier », et il a proposé de nouvelles dates, a-t-il rapporté. « Dès que c’est fixé, je me rendrai naturellement à Moscou, et aussi à Kiev, et nous avons aussi accepté de réunir l’ensemble des chefs d’Etat, qui le souhaitent, de l’Union africaine, avec le président Zelensky qui avait exprimé le besoin de communiquer avec les chefs d’Etat africains », a-t-il dit.

17h50 : « Je fais juste mon travail »

L’avocat du soldat russe jugé actuellement pour crime de guerre en Ukraine – il est accusé d’avoir tué un civil désarmé et a plaidé coupable – est surnommé « l’avocat du diable » dans le pays. Interrogé par The Guardian, Lorenzo Tondo souligne qu’il fait « juste [s]on travail ». « Je défends une personne, pas un crime », explique l’avocat de 43 ans qui assure que sa famille, ses amis et ses collègues le soutiennent. « Ils savent que quelqu’un doit le faire », ajoute-t-il. 

17h39 : A Kiev, une vie presque normale avec des jours de pêche


 

17h28 : Le « maire » russe d’une ville occupée d’Ukraine blessé dans une explosion

Andreï Shevchuk a été nommé « maire » d’Enerhodar par la Russie à la suite de l’occupation de la ville par les forces russes. Il a été blessé dans une explosion ce dimanche. Il est actuellement en soins intensifs d’après l’agence de presse russe RIA.

17h19 : Et voici Taco, abandonnée par sa famille qui a fui la guerre


 

17h08 : Repérer les armoiries de l’Ukraine jusque dans le pelage d'un chaton


 

16h59 : Zelensky fera un discours devant le Forum économique de Davos

Le dirigeant ukrainien prépare son intervention en visioconférence devant le Forum économique de Davos en Suisse, qui commence ce lundi après deux ans d’interruption à cause du Covid-19.

Volodymyr Zelensky sera le premier chef d’Etat à faire un discours. Nombre de responsables politiques ukrainiens feront le voyage en personne. En revanche, les Russes ont été exclus. Il devrait profiter de cette nouvelle tribune pour exhorter le monde à fournir davantage d’aides, tant financières que militaires. Le président ukrainien pourrait également renouveler la demande de Kiev pour adhérer à l’UE, une « priorité » selon lui.

16h48 : Zelensky salue une « union historique » entre l’Ukraine et la Pologne

Le président ukrainien a salué devant les députés « un moment historique », « une union historique entre les peuples ukrainiens et polonais » alors que le président polonais était en visite à Kiev.

« La Pologne joue un rôle important dans notre futur, dans notre futur commun au sein de l’Union européenne », a-t-il affirmé. Si l’Ukraine devient membre de l’UE, « ce sera grâce à la Pologne ». Un accord bilatéral allégeant les contrôles douaniers à la frontière entre les deux pays sera signé « dans un futur proche », a-t-il également annoncé.

16h39 : Macron demande aux membres de l’OMS de condamner l’agression russe

Le président français Emmanuel Macron a demandé dimanche aux pays membres de l’Assemblée mondiale de la santé (OMS) de soutenir une résolution condamnant l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine, et « réaffirmé la pleine solidarité de la France et de l’Union européenne avec l’Ukraine ».

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’agression militaire commise par la Russie, avec la complicité coupable de la Biélorussie », a lancé le président dans un message vidéo à l’ouverture de l’Assemblée, qui se réunira toute la semaine à Genève. « Les conséquences de cette guerre sont dévastatrices, sur le plan sanitaire, sur les populations, sur les établissements et sur les personnels de santé, qui sont pris pour cible », a dénoncé Emmanuel Macron.

« J’appelle tous les Etats membres à soutenir la résolution présentée par l’Ukraine », soutenue déjà par les principaux alliés dont la France, l’UE et les Etats-Unis.

16h31 : Ne pas sacrifier un seul « centimètre » de l’Ukraine

Andrzej Duda, le président polonais, a regretté que « des voix se soient élevées récemment en Europe pour demander que l’Ukraine accepte certaines demandes de Poutine ».

« Si pour leur propre tranquillité, intérêts économiques ou ambitions politiques », les pays occidentaux « sacrifient l’Ukraine, ne serait-ce qu’un centimètre de son territoire ou un pan de sa souveraineté, cela portera un grand coup au peuple ukrainien, mais aussi à toute la communauté occidentale », a prévenu Andrzej Duda.

« Seule l’Ukraine a le droit de décider de son futur (…) Il ne peut y avoir de négociations ou de décision prise dans le dos de l’Ukraine. Rien sur vous sans vous. Absolument ! C’est une règle inflexible. Il faut y adhérer », a-t-il martelé.

16h22 : Après Boutcha, tout « business as usual » avec Moscou est impossible

Le président polonais Andrzej Duda a estimé dimanche que tout « business as usual » avec la Russie était désormais impossible après la découverte de massacres de civils en Ukraine, imputés aux troupes russes.

« Après Boutcha, Borodianka, Marioupol, il ne peut plus y avoir de "business as usual" avec la Russie », a-t-il déclaré lors d’un discours devant le Parlement ukrainien à Kiev, plusieurs fois interrompu par des ovations debout. Des centaines de cadavres de civils ont été découverts à Boutcha et Borodianka, des villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l’armée russe.

« Un monde honnête ne peut pas revenir à l’ordre du jour en oubliant les crimes, l’agression, les droits fondamentaux piétinés », a ajouté le président polonais, en présence également de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

16h11 : Méfiance, le garde de ce poste de contrôle ukrainien dans le Donbass est redoutable


 

16 heures : Frappes nocturnes

Des bombardements russes ont visé les villes de Mykolaïv, Kharkiv et Zaporijjia dans la nuit de samedi à dimanche, d’après Kiev.

15h51 : L’armée russe soutenue par des groupes d’extrême droite

« Dénazifier l’Ukraine » est un argument régulier pour Vladimir Poutine dont le gouvernement répète à l’envi que le pays est gangrené par des néonazis. Pourtant, d’après le journal allemand Die Spiegel, « de nombreux néonazis se battent pour la Russie en Ukraine ». Un document interne du service fédéral de renseignement allemand (BND) montre que les troupes de Moscou sont soutenues par des groupes d’extrême droite, assurent nos confrères.

15h40 : Clément Beaune insiste sur l’idée de Macron d’une « communauté européenne »

Le ministre délégué français aux Affaires européennes croit en l’idée d’Emmanuel Macron d’une « communauté européenne », pour pallier le long processus d’une adhésion à l’UE. « Je ne veux pas qu’on vende aux Ukrainiens des illusions et des mensonges. Si l’on dit aux Ukrainiens : "Bienvenue dans l’UE", mais vous n’avez pas lu sur le contrat, en note de bas de page, "Coucou c’est dans 15 ans", je pense qu’on prépare demain des déceptions pour toute une génération du peuple ukrainien », a-t-il expliqué.

« En attendant on doit aux Ukrainiens (…) un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer », a poursuivi Clément Beaune. La communauté politique européenne proposée par le président Macron est « complémentaire de l’UE » et « peut offrir un projet politique et concret à des pays qui ne sont pas dans le cœur de l’UE et qui veulent se rapprocher de nous », a encore observé le ministre.

15h29 : « Pas même la guerre »

La Première dame de l’Ukraine, Olena Zelenska, a accordé une rare interview en compagnie de son mari, Volodymyr Zelensky. Elle raconte « l’anxiété et la stupeur » qui l’a saisi lorsque la Russie a envahi le pays, le 24 février dernier. Elle explique aussi qu’elle a très peu vu le président depuis le début de la guerre mais que « personne, pas même la guerre, ne peut lui enlever ».

 

15h18 : Les Ukrainiens qui ont fui en Pologne ne sont pas des « réfugiés » mais « nos invités »


 

15h07 : Le président polonais déterminé à faire entrer l’Ukraine dans l’UE

Contrairement à Paris, qui parle de « 15 ou 20 ans », la Pologne est déterminée à faire entrer l’Ukraine dans l’Union européenne au plus vite. Le président polonais Andrzej Duda, à Kiev ce dimanche après-midi, a délivré un discours dans lequel il promet : « Je n’aurai pas de repos tant que l’Ukraine ne sera pas membre de l’Union européenne. »

14h56 : Une adhésion à l’UE dans « 15 ou 20 ans »

L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne prendra « sans doute 15 ou 20 ans », a déclaré ce dimanche le ministre délégué français aux Affaires européennes, qui estime que Kiev peut entrer en attendant dans la communauté politique européenne proposée par le président Macron.

« Il faut être honnête. (…) Si on dit que l’Ukraine va rentrer dans l’UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n’est pas vrai. C’est sans doute 15 ou 20 ans, c’est très long », a affirmé Clément Beaune sur les ondes de Radio J. « En attendant on doit aux Ukrainiens (…) un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer », a-t-il poursuivi.

14h45 : Loi martiale et mobilisation générale prolongées jusqu’au 23 août en Ukraine

La loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine, pays en guerre depuis son invasion par la Russie fin février, ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu’au 23 août. Lors de deux votes, le Parlement ukrainien, la Rada, a approuvé dimanche par la majorité absolue les décrets présidentiels sur la loi martiale et la mobilisation générale.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait signé le 24 février ces deux décrets. Ils ont déjà été prolongés à deux reprises pour une durée d’un mois.

14h36 : Inquiétude pour les militaires d’Azovstal faits prisonniers

Les familles des militaires qui ont quitté l’aciérie d’Azovstal à Marioupol sont inquiètes pour leur sécurité. « Nous avons tous vu comment les Russes traitaient les civils dans cette guerre. Vous imaginez comment ils vont traiter les militaires ? Mais j’ai espoir que les soldats russes aient un minimum d’honneur », a déclaré Sandra, sœur du commandant adjoint du régiment Azov, interrogée sur BFMTV.

14h25 : La destruction d’un mortier russe en images


 

14h16 : Coup d’œil sur les problèmes logistiques des forces russes

Les munitions, c’est le nerf de la guerre. Or, la Russie a de nombreux problèmes liés aux munitions. Des caisses en carton chargées et déchargées à la main aux véhicules de rechargement qui, s’ils sont absents, rendent les lance-roquettes russes inutilisables… On vous explique tout dans ce thread :



 

14h05 : Vladimir Poutine accusé de porter un gilet pare-balles (sur une photo de 2017)


 

13h04 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressera lundi aux élites politiques et économiques mondiales réunies à Davos
13 heures : La région de Lougansk sous le feu des forces russes

Dans la région de Lougansk, une personne a été tuée et deux blessées lors de bombardements, a déclaré sur Telegram son gouverneur Serguiï Gaïdaï. « Les Russes jettent tous leurs efforts pour capturer Severodonetsk » où les frappes « ont été multipliées plusieurs fois ces derniers jours », avait-il assuré samedi soir.

« La ville est en train d’être détruite, comme auparavant ils ont détruit Roubijné et Popasna », a-t-il dénoncé, affirmant que les forces russes avaient détruit le pont de Pavlograd « ce qui va beaucoup compliquer l’évacuation des civils et les livraisons des camions humanitaires ».

12h54 : Le président polonais Andrzej Duda à Kiev ce vendredi


 

12h45 : Echange de prisonniers ukrainiens contre un oligarque ?

L’un des membres de la délégation russe lors des dernières négociations avec Kiev a évoqué la possibilité d’échanger des prisonniers ukrainiens contre un oligarque russe, proche de Vladimir Poutine. Il s’agit de Viktor Medvedtchouk, qui a été arrêté mi-avril en Ukraine et assigné à résidence. « Nous allons étudier la question », a expliqué Leonid Sloutski à l’agence de presse Ria Novosti.

12h34 : Des fusils belges aux mains de soldats ukrainiens


 

12h25 : Coup d’œil sur la carte

Chaque jour, le ministère de la Défense britannique publie une carte de l’Ukraine. On peut y voir les avancées russes, les contre-offensives ukrainiennes, les principaux lieux de combat ou de bombardements. Voici celle de ce dimanche :



 

12h14 : Pour Paris, « l’objectif est qu’il n’y ait pas de victoire russe »

L’objectif pour la France est « qu’il n’y ait pas de victoire russe », il est de « libérer l’Ukraine », a affirmé ce dimanche le ministre français délégué aux Affaires européennes Clément Beaune. « Le chercheur de guerre, le fauteur de guerre, c’est Vladimir Poutine », a affirmé l’ex-secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, promu ministre délégué après la victoire d’Emmanuel Macron à la dernière présidentielle.

« On apporte les moyens à l’Ukraine sans être nous-mêmes en guerre de résister, (…) de se libérer d’une agression. Eux n’ont pas provoqué la guerre en Russie. Ils cherchent à se libérer d’un pays qui les occupe en tant qu’Etat souverain », a-t-il expliqué. « C’est légitime, on les soutient. Ce n’est pas simplement un devoir moral. Si elle ne le faisait pas, l’Europe dirait : "Allez-y, la Russie de M. Poutine peut faire ce qu’elle veut". Ce serait dangereux pour notre sécurité », a encore argumenté Clément Beaune.

12h05 : « Les Russes sont faibles »

Toujours dans son interview au Kyiv Independent, l’ancien ministre ukrainien de la Défense critique les forces armées russes. « Les Russes peuvent et pourraient être vaincus parce qu’ils sont faibles. Il est clair qu’ils ont beaucoup de véhicules et beaucoup de personnel. Mais le matériel est fou, les gens sont mal formés et tout ce qu’ils font, c’est nous mettre la pression avec leur masse », estime Andriy Zahorodniuk.

« La Russie a déjà atteint les limites de ses capacités. Ils ne peuvent rien faire de pire. Ils puisent déjà dans leurs dernières réserves », ajoute-t-il.

11h54 : « L’Ukraine peut gagner »

« Ceux qui disent que l’Ukraine ne peut pas gagner ne comprennent pas la situation », estime l’ancien ministre ukrainien de la Défense dans une interview à The Kyiv Independent. Andriy Zahorodniuk ajoute que cette idée est « construite sur l’hypothèse de longue date que la Russie est une superpuissance militaire, une force invaincue ».

D’après lui, « l’Ukraine peut gagner » même s’il y a une « barrière psychologique » qui empêche certains de croire « que la Russie peut être sévèrement vaincue ».

11h43 : Zelensky alerte sur le risque d’une crise alimentaire

« La communauté mondiale doit aider l’Ukraine à débloquer les ports maritimes, sinon la crise énergétique sera suivie d’une crise alimentaire et de nombreux autres pays y seront confrontés », a alerté Volodymyr Zelensky samedi.

« La Russie a bloqué presque tous les ports et toutes, pour ainsi dire, les opportunités maritimes d’exportation de nourriture – nos céréales, notre orge, notre tournesol et plus encore », a souligné le président ukrainien après une rencontre avec le Premier ministre portugais. La Russie immobilise 22 millions de tonnes de nourriture, a ajouté Volodymyr Zelensky.

11h32 : Destruction de blindé (toujours sur de la grosse techno)


 

11h21 : Severodonetsk, « l’une des priorités tactiques de la Russie »

D’après le ministère de la Défense britannique, dans son point d’information quotidien sur la situation en Ukraine, Severodonetsk est « l’une des priorités tactiques de la Russie ». Pour s’aider dans cette nouvelle conquête territoriale, le ministère pense que les forces armées russes vont déployer des BMPT Terminator, qui ont pour fonction d’escorter et de protéger les autres blindés.

Ces véhicules ont toutefois « subi de lourdes pertes en échouant à percer dans l’est de Kiev lors de la première phase de l’invasion », souligne Londres qui estime qu'« avec un maximum de dix Terminators déployés, il est peu probable qu’ils aient un impact significatif » sur la guerre.



 

11h10 : Joe Biden au Japon

Le président américain Joe Biden est arrivé ce dimanche au Japon, dernière étape de sa première tournée en Asie depuis son entrée en fonction, sur fond de menace nord-coréenne, des ambitions géopolitiques de la Chine et de la guerre en Ukraine. 



 

10h58 : Severodonetsk attaquée de toute part

D’après le gouverneur de la région, la ville de Severodonetsk (à l'Est du pays) a été attaquée depuis « quatre directions distinctes ». Les forces russes n’ont pas réussi à pénétrer dans la ville, bien qu’elles l’aient ciblée depuis quatre directions différentes, a assuré Serhiy Haidai, le gouverneur de Louhansk sur l’application de messagerie Telegram. Il a aussi assuré que les forces russes bombardaient actuellement des zones résidentielles. Il est impossible de vérifier indépendamment ces informations pour le moment.

10h47 : Gros problèmes logistiques en Russie

Les sanctions internationales ont « pratiquement brisé tous » les couloirs logistiques du commerce, a regretté le ministre russe des Transports. Vitaly Savelyev, a admis samedi auprès de l’agence de presse d’Etat Tass, que la série de sanctions imposées par les pays occidentaux à la Russie causait de graves problèmes logistiques dans le pays.

10h38 : Un soldat installe un drapeau de Staline sur un char russe


 

10h27 : La crainte d’une crise sanitaire à Marioupol

« Outre la catastrophe humanitaire créée par les occupants [russes], la ville est au bord d’une épidémie de maladies infectieuses », a déclaré le maire de Marioupol samedi. D’après Vadim Boychenko, les enterrements de masse dans des fosses peu profondes et la panne des systèmes d’égouts pourraient provoquer une crise sanitaire.

10h16 : Résolution à l'OMS

L'Ukraine est à l'initiative d'une résolution qui doit être soumise à l'assemblée ce dimanche des 194 membres de l'Organisation mondiale de la Santé. Elle doit dénoncer les attaques perpétrées par Moscou sur le système de santé mais aussi condamner les gravissimes conséquences de l'invasion et du blocus des ports ukrainiens sur l'approvisionnement mondial et l'explosion du prix des céréales.

Le pays sera aussi bien présent dans les discussions au Forum économique de Davos en Suisse, qui commence lundi après deux ans d'interruption à cause du Covid-19.

10h06 : Coup d’œil dans le rétro

Si vous avez décroché de l’actu en Ukraine samedi, vous pouvez retrouver notre live de la veille ici :



 

8h42 : Moscou publie une liste de 963 Américains interdits d’entrée en Russie

La diplomatie russe a publié samedi une liste de 963 personnalités américaines interdites d’entrée en Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères a rendu public ce document sur son site Internet. Il comprend essentiellement des responsables gouvernementaux, des parlementaires, mais aussi des membres de la société civile.

Moscou avait déjà annoncé ces sanctions contre nombre des personnalités présentes dans la liste, notamment le président américain Joe Biden, son secrétaire d’Etat Antony Blinken, le chef du Pentagone Lloyd Austin, ou encore le PDG de Meta Mark Zuckerberg. La liste comprend également l’acteur hollywoodien Morgan Freeman, qui n’avait pas été sanctionné publiquement jusqu’à présent. La diplomatie russe l’accuse d’avoir enregistré en 2017 une vidéo où il affirmait que la Russie menait un « complot » contre les Etats-Unis.

8h31 : Biden signe la loi apportant 40 milliards de dollars à l’Ukraine

L’enveloppe est gigantesque. Joe Biden a signé la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant 40 milliards de dollars pour l’effort de guerre ukrainien contre la Russie, a annoncé samedi la Maison-Blanche. Le président américain a ratifié ce texte pendant son voyage officiel en Corée du Sud.

La loi comprend notamment six milliards de dollars pour permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense antiaérienne, d’après la même source. Sur Twitter, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié son homologue américain, se disant « reconnaissant ».



 

8h23 : « La situation dans le Donbass est extrêmement difficile »

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la phase actuelle de la guerre, où les Russes concentrent leurs efforts dans l’Est, « sera sanglante » mais in fine elle devra se résoudre « via la diplomatie ». « Les discussions entre l’Ukraine et la Russie auront forcément lieu », a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne ICTV. Il s’est dit à nouveau prêt si nécessaire à une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine, qui n’a jusqu’à présent jamais donné suite.

Volodymyr Zelensky, dans son habituel message vidéo posté en soirée samedi, a relevé que la situation militaire n’avait « pas évolué de manière significative » dans la journée « mais cela a été très difficile ». « La situation dans le Donbass est extrêmement difficile », a-t-il insisté.

8h15 : L’armée russe pilonne le Donbass

Le Donbass est toujours sous un feu intense. La Russie a en effet continué de pilonner samedi l’est de l’Ukraine. Dans cette stratégie, Moscou a en outre affirmé avoir frappé un important stock d’armes fournies par les Occidentaux.

« Des missiles Kalibr à longue portée et de haute précision, lancés depuis la mer, ont détruit un important envoi d’armes et d’équipements militaires fournis par les Etats-Unis et des pays européens, près de la gare de Malin, dans la région de Jytomyr », a affirmé le ministère russe de la Défense. Il n’était cependant pas possible de vérifier cette information de source indépendante.

Bonjour et bienvenue dans ce live !

La rédaction de 20 Minutes se mobilise, comme chaque jour, pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. ​Diplomatiquement, la journée va être marquée par l’étude à l’OMS d’une résolution, à l’initiative de Kiev, dénonçant les conséquences sur la santé de la guerre lancée par Moscou. Sur le terrain, les Russes continuent de se concentrer sur le Donbass où ils procèdent à des bombardements massifs.