Guerre en Ukraine : Moscou évoque un échange de prisonniers ukrainiens contre un proche de Poutine

CONFLIT Retrouvez toutes les informations du samedi 21 mai liées au conflit en cours en Ukraine

D.R.
— 
Vladimir Poutine semble être à l'origine de la décision de Gazprom de couper l'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande.
Vladimir Poutine semble être à l'origine de la décision de Gazprom de couper l'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande. — Alexander Nemenov/AP/SIPA
  • L’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles.
  • Nouvelles tranchées autour de la ville, blocs de béton, sacs de sable, nombreux points de contrôle : Kharkiv, qui a déjà repoussé un premier assaut russe en février, ne baisse pas la garde et organise sa défense en vue d’une éventuelle deuxième attaque russe.
  • L’aciérie Azovstal, à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, est passée vendredi soir sous contrôle russe, alors que dans le Donbass, plus au nord, l’artillerie de Moscou pilonnait les positions de Kiev.

A VOIR

A LIRE

 

Ce Live est maintenant terminé. Merci de l’avoir suivi. La rédaction de 20 Minutes revient dimanche matin avec un nouveau direct sur l’Ukraine. Bonne nuit à tous
20h30 : Moscou évoque un échange de prisonniers ukrainiens contre un proche de Poutine

La Russie va étudier la possibilité d’échanger des combattants du régiment ukrainien Azov faits prisonniers contre Viktor Medvedtchouk, un proche de Vladimir Poutine, a déclaré samedi un député et négociateur russe, Léonid Sloutski. « Nous allons étudier la question », a affirmé Sloutski, membre de la délégation russe lors des dernières négociations avec Kiev, cité par l’agence de presse Ria Novosti, en réponse à une question sur un tel échange. S’exprimant depuis la ville séparatiste de Donetsk, dans le sud-est de l’Ukraine, il a précisé que l’éventualité d’un tel échange sera évoquée à Moscou par « ceux qui en ont les prérogatives ».

18h13 : La Russie publie une liste de 963 Américains interdits d’entrée

Joe Biden, Mark Zuckerberg, Morgan Freeman… : la diplomatie russe a publié samedi une liste de 963 personnalités américaines interdites d’entrée en Russie, en représailles à des sanctions similaires prises par Washington depuis l’offensive en Ukraine. Le ministère russe des Affaires étrangères a rendu public ce document sur son site Internet. Il comprend essentiellement des responsables gouvernementaux, des parlementaires, mais aussi des membres de la société civile. Moscou avait déjà annoncé ces sanctions contre nombre des personnalités présentes dans la liste, notamment le président américain Joe Biden, son secrétaire d’Etat Antony Blinken, le chef du Pentagone Lloyd Austin, ou encore le PDG de Meta Mark Zuckerberg. La liste comprend également l’acteur hollywoodien Morgan Freeman, qui n’avait pas été sanctionné publiquement jusqu’à présent. La diplomatie russe l’accuse d’avoir enregistré en 2017 une vidéo où il affirmait que la Russie menait un « complot » contre les Etats-Unis.

18h02 : Erdogan toujours hostile à la Suède, entrouvre la porte à la Finlande

C'est toujours non pour la Suède, mais la Turquie semble plus conciliante samedi envers une adhésion de la Finlande à l'Otan, après les premiers entretiens téléphoniques du président Recep Tayyip Erdogan avec ses homologues nordiques depuis le début de la crise.

Juste après avoir parlé à la Première ministre suédoise, Magdalena Anderson, le président turc a appelé la Suède à «mettre un terme à son soutien politique et financier et aux livraisons d'armes aux organisations terroristes». Erdogan a dit «attendre de la Suède qu'elle prenne des mesures concrètes et sérieuses, montrant qu'elle partage les inquiétudes de la Turquie à l'égard de l'organisation terroriste du PKK et de ses extensions en Syrie et en Irak».

Changement de ton en revanche après son échange avec son homologue finlandais, un peu plus tard dans l'après-midi. Selon la présidence turque, Erdogan a simplement fait valoir «le droit naturel de la Turquie à attendre respect et soutien dans sa lutte légitime contre les menaces pour sa sécurité et sa population».

De son côté, sur Twitter, le président Niinitö a affirmé que «la Finlande condamne le terrorisme sous toutes ses formes» et évoqué «un échange téléphonique ouvert et direct avec le président Erdogan».

Anderson, la Première ministre suédoise, a également salué sur Twitter un premier échange direct avec son homologue turc. «Nous espérons renforcer nos relations bilatérales y compris en matière de paix, de sécurité et dans la lutte contre le terrorisme», a-t-elle écrit.

17 heures : Echange entre les présidents finlandais et turc

Recep Tayyip Erdogan a échangé avec son homologue finlandais. Selon la présidence, il a fait valoir « le droit naturel de la Turquie à attendre respect et soutien dans sa lutte légitime contre les menaces à sa sécurité et à sa population ».

Sur Twitter, le Président Niisnitö a évoqué un « échange téléphonique ouvert et direct avec le président Erdogan ». « J’ai souligné qu’en tant qu’alliés au sein de l’Otan, la Finlande et la Turquie seraient engagées l’une envers l’autre pour leur sécurité et que leurs relations se renforceraient », indique Sauli Niinistö.

« La Finlande condamne le terrorisme sous toutes ses formes. Le dialogue soutenu continue », a-t-il insisté.



 

16h54 : « Stop raping us »

Vendredi, une manifestante du Scum, un mouvement féministe, s’est introduite sur le tapis rouge du 75e festival de Cannes. Sur sa poitrine était peint le drapeau ukrainien et les mots « Stop raping us » (« Arrêtez de nous violer »), une démonstration pensée pour dénoncer les crimes sexuels dont sont victimes les femmes en Ukraine.



 

16h48 : L’Otan tente de raisonner Ankara

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, a annoncé qu’il s’était entretenu avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il lui aurait rappelé l’importance de garder la « porte ouverte », une allusion aux candidatures de la Finlande et de la Suède. « Les préoccupations de sécurité de tous les Alliés doivent être prises en compte et les pourparlers doivent se poursuivre pour trouver une solution », a ajouté l’ancien Premier ministre de la Norvège.

16h36 : Une statue en l’honneur d’Andrey Skaharov aurait été retirée

A Moscou, dans le parc des arts Muzeon, une statue en l’honneur d’Andrey Skaharov aurait été retirée. Officiellement, il s’agirait d’une rénovation mais on chuchote que l’ordre viendrait « d’en haut ». Andrey Skaharov était un militant des droits humains ainsi que le père de la bombe H soviétique. Il a longtemps travaillé à la paix internationale notamment sur les questions nucléaires ainsi qu’au respect des droits dans son propre pays.



 

16h25 : Deux avions russes en rase-mottes dans le Donbass


 

16h14 : Le Premier ministre portugais Antonio Costa a rencontré Volodymyr Zelensky

« Le Portugal soutient sans équivoque l’Ukraine et nous nous engageons à approfondir encore notre soutien humanitaire, financier et militaire », a déclaré Antonio Costa à la suite de cette rencontre.



 

16h04 : « Pas d’alternative » à la candidature de l’Ukraine à l’UE, selon Zelensky

Toute alternative à la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne serait un « compromis » avec la Russie, a déclaré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en réponse au projet de la « communauté politique européenne » proposé par son homologue français Emmanuel Macron.

« Nous n’avons pas besoin d’alternatives à la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne (UE), nous n’avons pas besoin de tels compromis », a déclaré Volodymyr Zelensky au cours d’une conférence de presse à Kiev avec le Premier ministre portugais Antonio Costa.

15h55 : Qu’est-ce qu’attend exactement la Turquie de la Suède ?

Dans un communiqué publié juste après un appel entre le président turc et son homologue suédoise, Recep Tayyip Erdogan indique « attendre de la Suède qu’elle prenne des mesures concrètes et sérieuses, montrant qu’elle partage les inquiétudes de la Turquie à l’égard de l’organisation terroriste du PKK [le parti des Travailleurs du Kurdistan] et de ses extensions en Syrie et en Irak ».

Il demande également à Stockholm de « lever ses restrictions » sur les exportations d’armes vers Ankara depuis octobre 2019, à la suite des opérations militaires conduites par la Turquie dans le nord de la Syrie et de l’Irak contre des positions du PKK et de ses alliés kurdes des YPG, soutenus par les Etats-Unis contre l’Etat islamique. Cet appel téléphonique entre les deux dirigeants n’était pas attendu.

15h44 : Exercices de l’Otan en Finlande


 

15h34 : Mise au point

Le proche conseiller de Volodymyr Zelensky n’apprécie pas les sous-entendus selon lesquels Kiev doit faire des concessions pour conclure une paix avec la Russie. « Aujourd’hui, toute concession à la Russie n’est pas un chemin vers la paix, mais une guerre reportée de plusieurs années. L’Ukraine n’échange ni sa souveraineté, ni ses territoires et les Ukrainiens qui y vivent », estime Mykhaïlo Podoliak.



 

15h23 : Erdogan appelle la Suède à « mettre fin à son soutien politique et financier aux organisations terroristes » après sa candidature à l’Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’oppose à l’entrée de la Suède dans l’Otan, a appelé samedi Stockholm à « mettre un terme à son soutien politique et financier et aux livraisons d’armes aux organisations terroristes ».

Dans un communiqué, le chef de l’Etat indique « attendre de la Suède qu’elle prenne des mesures concrètes et sérieuses, montrant qu’elle partage les inquiétudes de la Turquie à l’égard de l’organisation terroriste du PKK [le parti des Travailleurs du Kurdistan] et de ses extensions en Syrie et en Irak ».

15h14 : La Lituanie sevrée des hydrocarbures russes

La Lituanie n’importe plus de gaz, de pétrole ou d’électricité de Russie. « C’est une expression de notre solidarité avec l’Ukraine, nous ne pouvons pas permettre que la machine militaire russe soit financée avec notre argent », a déclaré le ministre de l’Energie lituanien, Dainius Kreivys.

15h02 : Le sort de Marioupol

D’après le président ukrainien, des discussions sont en cours avec la France, la Turquie et la Suisse concernant le sort de Marioupol, cette ville portuaire du sud-ouest du pays. Volodymyr Zelensky s’est exprimé lors d’une interview à la télévision ukrainienne ce samedi.

14h54 : Des tranchées des soldats russes touchées par des tirs d’artillerie


 

14h40 : Joe Biden interdit d’entrer en Russie

La Russie a interdit l’entrée de son territoire à 963 Américains, dont le président Biden, ce samedi. L’interdiction de voyager inclut le président Biden, le secrétaire d’État Antony Blinken et le chef de la CIA William Burns, rapporte l’agence de presse Reuters.

14h33 : Evacuation de civils dans des villages au nord de Kharkiv, près de la frontière russe


 

14h22 : L’espoir de la fin de la guerre avant Noël


 

14h13 : Zelensky reconnaissant envers Biden

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré ce samedi qu’il était « reconnaissant » à Joe Biden, après que le président américain a signé un programme de soutien de 40 milliards de dollars, soit près de 38 milliards d’euros, d’aide à l’Ukraine. « Le leadership des Etats-Unis, du président Biden et du peuple américain dans le soutien de la lutte de l’Ukraine contre l’agresseur russe est crucial », a-t-il assuré.



 

14 heures : Plus de gaz pour la Finlande, quelles conséquences ?

Gazprom indique avoir fourni 1,49 milliard de mètres cube de gaz naturel à la Finlande en 2021, soit les deux tiers de la consommation du pays nordique. Le gaz naturel ne représente toutefois que 8 % de l’énergie consommée en Finlande.

La compagnie finlandaise Gasum a expliqué qu’elle comblerait le manque à partir d’autres sources par le biais du gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l’Estonie.

« Il est très regrettable que la livraison contractuelle en gaz naturel soit suspendue. Nous avons cependant veillé soigneusement à nous préparer à cette situation », avait indiqué le directeur général de Gasum, Mika Wiljanen, dans un communiqué publié vendredi soir annonçant la mesure russe imminente. « Il n’y aura pas de coupures dans le réseau de distribution de gaz », avait-il assuré.

13 heures : Dessin d’Azovstal

Régulièrement, on vous partage des œuvres inspirées de la guerre en Ukraine. Voici un dessin de Maxime Palenko qui représente Marioupol et l’aciérie d’Azovstal.



 

12h53 : 44 milliards pour quoi ?

La loi signée par Joe Biden comprend 6 milliards de dollars pour permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne.

12h44 : Joe Biden signe la loi apportant 40 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine

Le président américain Joe Biden a signé la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'effort de guerre ukrainien contre la Russie, a annoncé samedi la Maison Blanche.

12h38 : Moscou pilonne le Donbass

Trois personnes ont été tuées vendredi et cinq blessées ce samedi dans la région de Donetsk, a annoncé sur Telegram son gouverneur Pavlo Kyrylenko. De son côté, le gouverneur de la région de Kharkiv (nord-est), Oleg Sinegoubov, a affirmé que des villages et petites villes autour de Kharkiv ont été visés par de nombreux tirs d’artillerie au cours des dernières 24 heures, faisant un mort et 20 blessés.

12h29 : Visite du Premier ministre portugais en Ukraine

Le Premier ministre portugais Antonio Costa est arrivé ce matin à Kiev. « Les niveaux de destruction et de violence sont complètement dévastateurs », écrit-il. « La guerre touche toujours des innocents. Des familles qui avaient leur vie ici, leur travail, leur quartier, ont dû tout abandonner pour tenter de sauver leur vie. Ce qui m’impressionne le plus, c’est la violence contre les civils », souligne Antonio Costa.



 

12h20 : 700.000 défenseurs

D’après le président ukrainien Volodymyr Zelensky, 700.000 personnes défendent actuellement le pays contre l’invasion russe.



 

12h08 : Suspicion d’évacuations forcées

La vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères, Emine Dzheppar, a partagé une vidéo. Elle assure qu’il s’agit d’une « évacuation » forcée de civils vers la Russie « sous des canons de mitrailleuses » à Marioupol.



 

11h56 : De plus en plus de journalistes emprisonnés en Biélorussie


 

11h44 : Coup d’œil dans le rétro

Pour celles et ceux qui ont décroché hier – probablement absorbés par les annonces palpitantes des nominations au gouvernement – vous pouvez parcourir à nouveau notre live de vendredi ici :

 

11h33 : Tirs depuis la mer


 

11h24 : Des armes en direction du Donbass ?

Moscou a affirmé avoir détruit un important envoi d’armes fournies par l’Occident. Selon le ministère, ces armes étaient destinées aux forces ukrainiennes dans la région orientale du Donbass. Cette région, majoritairement russophone et partiellement contrôlée par des séparatistes pro-russes depuis 2014, est actuellement le théâtre de certains des plus intenses affrontements en Ukraine.

11h14 : Demi-tour

Vendredi, deux Dassault Mirage 2000 ont escorté trois avions russes qui évoluaient aux abords de l’espace aérien balte. Direction la Russie.



 

11h05 : Londres veut une Moldavie « équipée aux normes de l’Otan »On l’évoquait un peu plus tôt. La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l’Ukraine, « équipée aux normes de l’Otan » pour la protéger contre une éventuelle agression russe, a-t-elle déclaré dans une interview publiée samedi dans le Telegraph.Liz Truss a expliqué que le Royaume-Uni discutait avec ses alliés des moyens de s’assurer que l’Ukraine soit « capable de se défendre de façon permanente », ce qui s’applique également à d’autres « États vulnérables » comme la Moldavie qui n’est pas membre de l’Otan.« Ce sur quoi nous travaillons actuellement, c’est une commission conjointe avec l’Ukraine et la Pologne sur la mise à niveau des défenses ukrainiennes aux normes de l’Otan », a-t-elle déclaré. « Cela s’applique également à d’autres États vulnérables comme la Moldavie. Parce qu’encore une fois, la menace venant de la Russie est plus large, nous devons également nous assurer qu’ils sont équipés aux normes de l’Otan », a ajouté Liz Truss.
10h53 : La Russie assure avoir détruit un « important » envoi d’armes occidentales à l’Ukraine

Le ministère russe de la Défense a affirmé samedi que ses forces avaient détruit dans le nord-ouest de l’Ukraine un important envoi d’armes fournies par l’Occident.

« Des missiles Kalibr à longue portée de haute précision, lancés depuis la mer, ont détruit un important envoi d’armes et d’équipements militaires fournis par les Etats-Unis et des pays européens, près de la gare de Malin, dans la région de Zhytomyr », a indiqué le ministère au cours d’un briefing.

10h44 : Le phénomène Zelensky

Régis Genté et Stéphane Siohan, tous les deux journalistes indépendants spécialistes de l’ex-URSS et du monde soviétique, ont publié jeudi la biographie du président ukrainien. Découvrez le « 20 Minutes avec… » de ce vendredi sur Volodymyr Zelensky, le visage de la résistance ukrainienne face à l’invasion russe.



 

10h34 : Une équipe de soldats ukrainiens et un obusier M777


 

10h25 : « Que tout revienne [comme avant] »

« Il y a des choses que nous ne pourrons pas atteindre qu’à la table des négociations. Nous voulons que tout revienne [comme avant] », ce que « la Russie ne veut pas », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Mardi, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient « en pause », estimant que Moscou ne faisait preuve d’aucune « compréhension » de la situation.

Le lendemain, le Kremlin avait accusé l’Ukraine d'« absence totale de volonté » de négocier avec la Russie pour mettre fin à l’invasion de l’Ukraine, lancée le 24 février.

10h14 : Bientôt des envois d’armes en Moldavie ?

Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères britannique, a révélé que le Royaume-Uni avait entamé des discussions avec ses alliés internationaux sur l’envoi d’armes en Moldavie afin de protéger le pays de la Russie. La Moldavie n’est pas actuellement membre de l’Otan et craint de devenir la prochaine cible de Vladimir Poutine.

10h03 : Seule la « diplomatie » mettra fin à la guerre en Ukraine, assure Zelensky

La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais « diplomatiques », a assuré ce samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que les négociations entre Moscou et Kiev sont dans l’impasse.

« La fin [du conflit] sera diplomatique », a-t-il déclaré lors d’un entretien à une chaîne télévisée ukrainienne. La guerre « sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie ».

09h54 : Une frappe russe sur Kharkiv vendredi en images


 

09h45 : 200 écoles ukrainiennes entièrement détruites depuis le début de la guerre


 

09h36 : Politique de la chaise vide

Selon Reuters, des représentants des États-Unis, du Canada, du Japon, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande ont quitté ce samedi une réunion des ministres du Commerce de l’Asie-Pacifique à Bangkok alors que le représentant russe s’exprimait. Une manière de protester contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

09h27 : Menace gazière

La Russie a coupé les vannes à la Finlande. Le président russe Vladimir Poutine avait réclamé le 31 mars aux acheteurs de gaz russe de pays « inamicaux » de payer en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d’être privés d’approvisionnements.

La liste des « pays inamicaux », publiée début mars, comprend notamment les Etats-Unis, les membres de l’Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, la Suisse, Taïwan, la Corée du Sud, la Norvège et l’Australie.

09h19 : La guerre des drones

Dans son point quotidien d’analyse de la situation en Ukraine, le ministère de la Défense britannique se penche sur les drones. D’après Londres, « La Russie a tenté de mettre en œuvre le concept de frappe de reconnaissance » qu’elle utilisait en Syrie mais « connaît probablement une pénurie de drones ».

« Si la Russie continue de perdre des drones à son rythme actuel, les capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance des forces russes seront encore plus dégradées, ce qui aura un impact négatif sur l’efficacité opérationnelle », ajoute le ministère de la Défense britannique.

09h10 : Pas de sanctions de la Bosnie-Herzégovine

Le dirigeant nationaliste serbe de Bosnie-Herzégovine, Milorad Dodik, a déclaré au président du Conseil européen, Charles Michel, que son pays devait maintenir sa neutralité et ne se joindrait pas aux sanctions de l’UE contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine. « Dans les conditions dans lesquelles nous sommes, il serait difficile pour nous d’imposer tout type de sanctions ou d’adhérer à des sanctions européennes ou mondiales », a-t-il expliqué.

09h02 : La bravoure des pilotes qui survolaient Azovstal

« Des pilotes ukrainiens ont bravé les tirs antiaériens russes pour apporter des fournitures humanitaires et récupérer les morts et les blessés de l’aciérie d’Azovstal », a expliqué Volodymyr Zelensky lors d’une allocution télévisée vendredi. « Un très grand nombre de nos pilotes sont morts, malheureusement », a-t-il ajouté, saluant ces personnes « absolument héroïques ».

08h54 : Le Donbass pilonné

Après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne (Nord-Est), la Russie concentre ses efforts militaires dans l’Est et le Sud. « L’ennemi ne cesse de mener des opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d’établir un contrôle total du territoire des régions de Donetsk et de Lougansk et de maintenir le corridor terrestre avec la Crimée temporairement occupée », a indiqué l’état-major des forces ukrainiennes sur Facebook samedi matin.

Dans le bassin houiller du Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a assuré que la conquête de la région de Lougansk était « presque achevée ». Le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense Oleksandre Motouzianyk a avancé que la situation « montrait des signes d’aggravation », et que « les forces d’occupation russe mènent un feu intense sur toute la ligne de front ».

08h47 : Survivalisme et guerre en Ukraine

Mouvance initiée aux Etats-Unis en pleine guerre froide après les écrits de Kurt Saxon, proche de l’idéologie nazie, le survivalisme a ressurgi dans plusieurs affaires récentes en France.

« Avec la pandémie, on a vécu pendant deux ans avec une actualité sécuritaire qui tournait en boucle, ça ne fait que nourrir les peurs, tout comme l’Ukraine, bombe anxiogène, où on voit un pays européen qui s’effondre avec des gens qui fuient en masse. Cela confirme pour certains la conviction que le pire est possible et qu’il faut s’y préparer », explique Mathieu Burgalassi, doctorant en anthropologie.

08h38 : Petit tour d'histoire

On vous partage ce thread pour en apprendre plus sur l'histoire de l'Ukraine et l'identité spéciale que revêt le Donbass à travers les siècles. 



 

08h30 : Gazprom confirme la suspension des livraisons de gaz à la Finlande

Le géant énergétique russe Gazprom a annoncé samedi qu’il avait suspendu toutes ses livraisons de gaz à la Finlande, conséquence du refus d’Helsinki de le payer en roubles.

Gazprom n’ayant pas reçu de paiement en roubles de la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum à la date butoir du 20 mai, elle a « complètement arrêté ses livraisons de gaz », a affirmé le groupe russe dans un communiqué.

08h24 : Kharkiv prête à supporter un deuxième assaut russe

Nouvelles tranchées autour de la ville, blocs de béton, sacs de sable, nombreux points de contrôle : Kharkiv, qui a déjà repoussé un premier assaut russe en février, ne baisse pas la garde et organise sa défense en vue d’une éventuelle deuxième attaque russe. Une peluche rose marque l’entrée d’une tranchée, toute fraîche au nord-est de la deuxième ville d’Ukraine. La terre est encore noire et humide et les soldats, en débardeur, se reposent au soleil.

L’étau s’est desserré autour de Kharkiv mais cette capitale régionale, située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière russe, sait qu’elle reste sous menace permanente et a organisé une deuxième ligne de défense derrière les premières lignes.

Le 24 février, le jour de l’invasion russe, « nous n’avions pas de positions. Nos combattants étaient couchés sur le bord de la route, derrière des buttes et tiraient de là. On était au contact. Mais maintenant nous avons des tranchées, des zones bien protégées. Pour les Russes, cette position sera impossible à prendre », assure « Doctor », infirmier de la Garde nationale, qui a accepté de faire visiter quelques dizaines de mètres à peine du dispositif qui tombe sous le sceau du secret militaire.

08h15 : Le gaz russe pour la Finlande a été coupé

L’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles. « Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d’approvisionnement de Gasum ont été interrompues », a déclaré la compagnie dans un communiqué, ajoutant que le gaz serait dorénavant fourni par d’autres sources via le gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l’Estonie.

Le groupe finlandais avait indiqué vendredi avoir été informé par le géant russe Gazprom de l’interruption samedi des livraisons. En avril, Gazprom avait réclamé que tous les futurs paiements pour ses livraisons de gaz à l’export soient réglés en roubles plutôt qu’en euros, mais Gasum avait rejeté cette exigence et le groupe avait annoncé mardi qu’il demandait un arbitrage en justice.

08h11 : La colère du maire d’Odessa

Autrefois considéré comme un politicien aux tendances prorusses, le maire de la ville ukrainienne d’Odessa, Guennadi Troukhanov, prend son temps pour évoquer son ressenti à propos de la Russie et du président Vladimir Poutine, qui a envahi le pays le 24 février. « Les Russes sont actuellement sur notre terre et ils bombardent nos villes, tuant nos gens et nos soldats », constate-t-il.

Pour lui, un point de non-retour a été franchi : il ne peut plus être question d’une quelconque amitié russo-ukrainienne. Il fustige les raids aériens, le blocus de la mer Noire et les millions de tonnes de céréales coincées dans les ports, dont Odessa. « Poutine a tout détruit », fulmine-t-il.

08h07 : Marioupol est tombée

L’aciérie Azovstal, à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, est passée vendredi soir sous contrôle russe, alors que dans le Donbass, plus au nord, l’artillerie de Moscou pilonnait les positions de Kiev.

En début de soirée, le porte-parole du ministère russe de la Défense a affirmé que le complexe sidérurgique était « passé sous le contrôle complet des forces armées russes » après la reddition des derniers soldats ukrainiens, et que la nouvelle avait été transmise au président Vladimir Poutine.

Des images publiées par Moscou montraient des cohortes d’hommes en tenue de combat émergeant de l’aciérie, certains avec des béquilles ou des bandages, après une longue bataille qui était devenue un symbole de la résistance ukrainienne à l’invasion russe.

Bonjour et bienvenue dans ce live !

Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes se mobilise pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. ​Sur le terrain, l’aciérie Azovstal, à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, est passée vendredi soir sous contrôle russe. Plus au nord, la seconde ville du pays, Kharkiv, se prépare à une deuxième attaque russe.