George W. Bush confond Ukraine et Irak en faisant un lapsus plus qu’embarrassant

ACTE MANQUE « Je veux dire, de l’Ukraine… L’Irak aussi, de toute façon », a osé déclarer George W. Bush après son lapsus en forme d'aveu

20 Minutes avec agence
— 
George W. Bush a condamné « l'invasion totalement injustifiée et brutale de l'Irak » avant de se reprendre.
George W. Bush a condamné « l'invasion totalement injustifiée et brutale de l'Irak » avant de se reprendre. — Saul Loeb AFP/Archives

Dans un discours prononcé à Dallas ce mercredi, George W. Bush a dénoncé une « invasion totalement injustifiée et brutale de l'Irak »… avant de se reprendre devant une assemblée médusée. « Je veux dire, de l’Ukraine », a-t-il rapidement ajouté.

Ce lapsus a été présenté par certains comme une forme d’aveu, dix-neuf ans après l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis alors que George W. Bush était président. Ce dernier a commis cette maladresse embarrassante lors d’une intervention à l’institut de Dallas portant son nom. Il évoquait alors la guerre en Ukraine et critiquait le « régime autocratique » de la Russie, indique BFMTV.



« L’Irak aussi, de toute façon »

« Le résultat est l’absence d’équilibre des pouvoirs en Russie et la décision d’un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l’Irak », a-t-il lancé avant de se corriger et de se permettre un trait d’humour douteux. « L’Irak aussi, de toute façon », a-t-il osé, provoquant des rires dans la salle. « J’ai 75 ans », a-t-il ajouté recueillant à nouveau les rires de l’assemblée.

Mais George W. Bush n’a pas fait rire tout le monde avec ce lapsus. L'intervention américaine en Irak a en effet toujours été vivement critiquée. « Pendant ces deux brèves secondes de l’histoire américaine, la vérité a prévalu », a notamment tweeté Hussain Nadim, un spécialiste en géopolitique travaillant au Pakistan. Keith Olbermann, journaliste et commentateur sportif sur ESPN, évoque quant à lui un lapsus révélateur. « Ravi de voir qu’il a fini par être d’accord avec moi après 19 ans », regrette-t-il.



En 2003, le 43e président des Etats-Unis avait justifié l’invasion de l’Irak par la présence d’armes de destruction massive dans le pays. Mais jamais aucune arme de la sorte n’a été découverte sur le sol irakien. Près de 4.500 soldats américains sont morts en Irak de 2003 à 2011, date du retrait des troupes. Et des dizaines de milliers d’Irakiens ont été tués.