Guerre en Ukraine: Les chefs d'état-major américain et russe ont discuté, une première depuis le début de l'invasion...

LIVE Suivez avec nous toutes les informations de ce jeudi 19 mai liées au conflit en cours en Ukraine

X.M. et M.P
— 
Le général Mark Milley, le 3 mai à Washington.
Le général Mark Milley, le 3 mai à Washington. — /SIPA

L’ESSENTIEL

  • Joe Biden rencontre ce jeudi matin, à la Maison-Blanche, la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö. Les deux pays nordiques viennent tout juste d’entamer les démarches pour intégrer l’Otan en soumettant leur candidature formelle.
  • Les combats se poursuivent à l’usine Azovstal, dans le port de Marioupol. Le ministère russe de la Défense affirme que « 959 combattants (ukrainiens) dont 80 blessés se sont constitués prisonniers » depuis lundi. Selon un chef séparatiste prorusse, un millier de membres du régiment Azov s’y terrent toujours. L’Ukraine a donné ce même chiffre, mais la semaine dernière.
  • Des enquêtes des autorités ukrainiennes et d’organismes étrangers, dont la Cour pénale internationale, sont en cours concernant les nombreuses accusations à l’encontre des troupes russes d’exactions et de crimes de guerre. Un procès s’est ouvert mercredi à Kiev, contre un soldat russe accusé crime de guerre.

A VOIR

A LIRE

 

23h00 : Ce live est terminé

C'est fini pour aujourd'hui, good night, and good luck.

21h22 : Le Congrès américain débloque bel et bien 40 milliards de dollars pour l’Ukraine

Le Congrès américain a débloqué une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l’Ukraine, au moment où le Pentagone met en garde contre un conflit de longue durée. Au sein de ce grand paquet d’aide : 6 milliards de dollars pour permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne.

« Nous continuons à penser que ce conflit va durer », a indiqué jeudi à la presse un haut responsable du ministère américain de la Défense.

20h58 : Un brasseur finlandais sort une « bière Otan » et fait un carton

Petteri Vänttinen, un brasseur basé à Savonlinna non loin de la frontière russe a décidé de célébrer avec une bière l’annonce de la candidature à l’Otan dimanche de la Finlande. La « bière Otan » est devenue virale sur les réseaux sociaux, et il peine désormais à suivre la demande.

L’étiquette – d’un bleu semblable au logo de l’Otan – représente un chevalier frappé du blason de l’alliance atlantique. Son nom – « Otan », comme en français – est aussi un jeu de mots en finnois, car complété du mot Olutta («bière »), il signifie : « je vais prendre une bière ». Elle a un « goût de sécurité, avec une pointe de liberté », assure Petteri Vänttinen Vänttinen.

20h53 : Twitter fait la guerre aux fake news sur la guerre en Ukraine

Le réseau social a annoncé qu’il allait apposer des avertissements sur certains messages manifestement trompeurs sur le conflit. Les avertissements seront ajoutés en priorité aux tweets les plus visibles ou venant de comptes comme les médias affiliés à des gouvernements ou à des entités gouvernementales.

En outre, il ne sera pas possible de "liker", retweeter ou partager les messages problématiques.

20h41 : Vous avez la flemme de lire notre live ?

C’est dommage, mais on accepte la sentence. Prenez quand même le temps de jeter un coup d’œil à notre récap' du jour, avec les 4 infos clefs de cette journée de jeudi.

 

20h26 : Américains et russe se refilent la responsabilité de l’aggravation de l’insécurité alimentaire

« Arrêtez de bloquer les ports de la mer Noire ! Autorisez la libre circulation des navires, des trains et des camions transportant de la nourriture hors d’Ukraine », a lancé le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU organisée par les Etats-Unis.

La crise alimentaire dans le monde existe depuis longtemps et ses causes profondes viennent d’une « spirale inflationniste » alimentée par des coûts d’assurances en hausse, des flux logistiques difficiles, et « les spéculations sur les marchés occidentaux », a dit l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia dénonçant une volonté occidentale « de faire porter le chapeau à la Russie pour tous les problèmes du monde »

20h20 : Elisabeth Borne, « une technocrate froide, brutale », selon Marine Le Pen

« Emmanuel Macron a choisi une technocrate froide, brutale. C’est le double de lui-même : il est tellement fasciné par lui-même qu’un seul Emmanuel Macron ne lui suffit pas, il lui en faut deux ! », a tweeté la cheffe du RN (décidément bien remontée).

20h17 : La droite pas assez à droite, la gauche trop à gauche : l’analyse de Zemmour

« La droite est de moins en moins de droite. Macron est de plus en plus de gauche. Et la gauche est de plus en plus extrême », a tweeté le chef du parti Reconquête !. «Toute la politique française est emportée par un immense glissement de terrain idéologique. Nous sommes les seuls à ne pas abandonner la France. »



 

20h04 : Pour les Ukrainiens, la chemise, c’est sacré
 Traditionnellement, en ce jeudi de mai, les membres de l’équipe de l’Ambassade de 🇫🇷en🇺🇦, habillés de leur plus belle@vychyvanka, se joigent à tous les Ukrainiens dans les quatre coins du pour célébrer cette belle journée de la chemise brodée 🇺🇦 ! pic.twitter.com/vopbjvRIvx
– La France en Ukraine 🇨🇵🇪🇺 (@FranceenUkraine) May 19, 2022

Appelez-la « vychyvanka »…. Non, en fait, on va plutôt dire « chemise brodée ». Ce jeudi, en Ukraine, c’est la journée dédié à ce vêtement traditionnel. L’occasion d’en porter une pour montrer son unité face à l’envahisseur russe.

Chaque région du pays a ses propres motifs et techniques. Et elle est redevenue très tendance notamment depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

19h50 : L’UE fait des réserves pour le gaz

Le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord ce jeudi sur un règlement prévoyant que les Etats membres remplissent leurs réserves de gaz à « au moins 80 % » de leur capacité d’ici à novembre. Le niveau minimal sera porté à 90 % pour les périodes hivernales suivantes. Rappel : l’invasion de l’Ukraine par la Russie a mis en évidence la dépendance au gaz russe des Européens.

19h30 : Mais au fait, que dit la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre ?

Un député russe n’a rien trouvé de mieux que d’estimer devant ses pairs, à la Douma, que les prisonniers de guerre ukrainiens sont « des animaux » et « ne méritent pas de vivre ». Sauf que les traités, ça existe. Et notamment la Convention de Genève. Que dit-elle ? Notre journaliste Romarik Le Dourneuf vous l’explique par ici :

 

18h58 : Les chefs d’état-major américain et russe se sont appelés, une première

Le général Mark Milley d’un côté, le général Valéri Guerassimov de l’autre. Les deux chefs d’état-major des armées américaine et russe se sont parlé ce jeudi, une première depuis le début de l’invasion. Ils « ont discuté de plusieurs sujets de préoccupation en matière de sécurité », a précisé le Pentagone.

Mais on n’en saura pas plus : d’un commun accord, ils ont décidé de ne pas publier les détails de leur entretien.

18h24 : Des alertes à la bombe en Serbie… à cause de l’Ukraine ?

Des écoles, des centres commerciaux, des hôpitaux, des ponts, les autorités locales… Le ministère de l’Intérieur serbe affirme que des centaines d’alertes à la bombe, notamment depuis l’étranger, ont été recensées dans le pays ces dernières semaines. Et toutes se sont révélées fausses. En cause, selon la Première ministre, Ana Brnabic : la proximité de la Serbie avec Moscou. « Nous sommes le seul pays d’Europe qui n’a pas imposé de sanctions à la Russie, et les pressions sont incroyables de jour en jour », dit-elle.

17h57 : Quelles pertes humaines des deux côtés depuis le lancement de l’invasion ?

(Très) difficile à dire, car il n’existe pas de bilan global. Rien qu’à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont évoqué il y a plusieurs semaines 20.000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié « plus de 8.000 cas » présumés de crimes de guerre.

Niveau armées, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à 28.500 hommes depuis le début de l’invasion. C’est plus que les sources occidentales, tandis que Moscou parle de « pertes importantes ». Et côté ukrainien ? Aucun chiffre fiable n’est disponible.

17h17 : McDo va revendre ses activités russes à un exploitant local

McDonald's, qui a annoncé quitter définitivement la Russie en réaction à l'invasion de l'Ukraine, va revendre ses activités dans le pays à l'homme d'affaires russe Alexander Govor, qui exploite déjà des restaurants du groupe américain en Sibérie.

17h16 : L’Otan veut rassurer Erdogan ​

L’Otan veut répondre aux « inquiétudes » dont la Turquie a fait part pour bloquer les candidatures d’adhésion de la Suède et de la Finlande, a affirmé jeudi son secrétaire général Jens Stoltenberg. « Bien sûr, nous voulons répondre aux inquiétudes que la Turquie a exprimées », a assuré le patron de l’Alliance atlantique au cours d’un déplacement à Copenhague.

« Quand un allié important comme la Turquie soulève des préoccupations de sécurité, soulève des questions, alors oui évidemment la seule façon de les régler est de s’asseoir (autour d’une table) afin de trouver (…) un accord pour aller de l’avant », a déclaré le haut responsable.

Ankara accuse la Suède d’être « la pépinière d’organisations terroristes » comme le PKK, une organisation kurde, et reproche à ces deux pays nordiques de ne pas donner suite aux demandes d’extradition de personnes accusées d’être des terroristes ainsi que d’avoir gelé des exportations d’armes vers la Turquie.

17h15 : A Cannes, les Russes bientôt totalement exclus ?

Des représentants du cinéma ukrainien ont demandé jeudi à Cannes l'exclusion totale des films russes à l'international, y compris ceux de Kirill Serebrennikov, au lendemain de l'ouverture par ce dernier, en rupture avec le régime, de la compétition.

17h14 : Quarante milliards de dollars pour l’Ukraine

Le Congrès américain s’apprêtait jeudi à débloquer une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l’Ukraine, illustration du soutien indéfectible promis par Joe Biden à Kiev.

« Les mesures d’aide à l’Ukraine sont bien plus que de la simple charité », a estimé le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell. « La sécurité et les intérêts stratégiques américains seront façonnés par l’issue de ce conflit », a-t-il argué, à quelques heures d’un vote de la chambre haute du Congrès, qui devrait sans grande surprise approuver ces financements.

17h13 : Au moins 12 morts dans des bombardements russes sur Severodonetsk
16h30 : Biden affirme que la Suède et la Finlande remplissent « tous les critères » pour entrer dans l’Otan

Le président des Etats-Unis Joe Biden a affirmé jeudi que la Suède et la Finlande remplissaient « tous les critères » pour adhérer à l’Otan, et a annoncé saisir le Congrès américain pour qu’il approuve « le plus rapidement possible » leur candidature.

« Aujourd’hui je suis fier de leur assurer qu’elles ont le soutien total et complet des Etats-Unis d’Amérique », a-t-il lancé aux côtés de la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et du président finlandais Sauli Niinistö, en visite à la Maison Blanche au lendemain de leur candidature formelle.

16 heures : L'Italie saisit des avoirs du géant russe United Aircraft Corporation

L'Italie a annoncé jeudi avoir saisi des avions et des fonds liés au géant aéronautique United Aircraft Corporation (UAC), contrôlé par l'Etat russe, dans le cadre des sanctions européennes contre les entités liées au Kremlin. Selon le gouvernement italien, les actifs saisis à cette société spécialisée dans l'aéronautique et la défense représentent un montant total de plus de 146 millions d'euros.

15h10 : Gerhard Schröder privé d’une partie de ses avantages d’ex-chancelier

L’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine et détenteur de plusieurs mandats dans des groupes russes, a été privé d’une partie de ses avantages d’ex-dirigeant, dont l’attribution de bureaux, a-t-on appris jeudi de source parlementaire.

« Les groupes parlementaires de la coalition ont tiré les conséquences du comportement de l’ancien chancelier et lobbyiste Gerhard Schröder face à l’invasion russe en Ukraine », indique la commission budgétaire du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand. Il conserve cependant sa protection policière et sa pension de retraite d’ex-chancelier (1998-2005).

15 heures : Prison à vie requise pour le soldat russe jugé pour « crime de guerre »
14h58 : Le tweet qui illustre la « chute de Marioupol »


 

14h47 : Ça y est, on peut parler de la « chute de Marioupol »

A Marioupol, la dernière poche de résistance a cédé ce 17 mai quand les premiers soldats ukrainiens blessés ont été évacués de l’usine sidérurgique Azovstal vers la région séparatiste pro-russe de Donetsk. D’après le ministère russe de la Défense, 1.730 militaires se sont rendus depuis le début de la semaine. Les images tournées par les médias officiels russes montrent des hommes amaigris, qui boitent et doivent vider leurs sacs aux pieds des vainqueurs.


Si des combattants restent probablement encore cachés dans l’usine, les soldats russes règnent sur Marioupol, ville martyre où 90 % des bâtiments ont été touchés d’après la mairie. Des premiers assauts russes survenus le 2 mars, sept jours après le début de l’offensive russe en Ukraine, à la reddition de la plupart des soldats retranchés dans l’aciérie Azovstal, Marioupol est devenue un symbole de la résistance ukrainienne.

Un symbole dont la chute marque un tournant dans la guerre de l’Ukraine contre la Russie. Sa prise doit permettre à la Russie d’assurer la jonction entre ses forces en provenance de la Crimée annexée et les troupes séparatistes et russes plus au nord dans le Donbass.


14h43 : La Croix-Rouge procède à l'enregistrement des prisonniers d'Azovstal

Le Comité international de la Croix-Rouge procède à l'enregistrement des combattants qui étaient retranchés dans l'usine Azovstal, selon un communiqué. « Le processus d'enregistrement facilité par le CICR consiste à recueillir auprès de chaque prisonnier des données personnelles telles que son nom, sa date de naissance et le nom de son plus proche parent. (…) Le CICR ne transporte en revanche pas de prisonniers de guerre vers leurs lieux de détention », précise le communiqué.

14h25 : Mario Draghi se rendra en Turquie en juillet

Le Premier ministre italien Mario Draghi a annoncé jeudi qu'il irait en Turquie en juillet pour des discussions sur le conflit en Ukraine, dans un contexte tendu après les menaces d'Ankara de bloquer les candidatures à l'entrée dans l'Otan de la Finlande et de la Suède.

14h13 : L'ambassade de la Suisse rouvre à Kiev

Le ministère des Affaires étrangères suisse a annoncé sur Twitter la réouverture de son ambassade à Kiev, « deux mois et demi après sa fermeture ».

14h07 : La Russie était préparée à la crise alimentaire ?

Moscou affirme que la Russie s'était préparée dès la fin 2021 à la crise alimentaire qui a touché le monde avec le déclenchement du conflit ukrainien en février 2022. Le conseiller au Kremlin, Maxim Orechkine explique lors d'un forum de la jeunesse à Moscou que « la principale cause de la faim dans le monde qui aura lieu cette année, ce sont les mesures économiques irréfléchies des Etats-Unis, de l'UE », références aux sanctions qui frappent la Russie, minant ses capacités d'exportations d'engrais et de blé.

14 heures : Erdogan « résolu » à bloquer la Finlande et la Suède

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est de nouveau dit « résolu » ce jeudi à contrer la demande d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan. « Nous sommes résolus à maintenir notre position, nous avons informé nos amis que nous dirons non à la Finlande et à la Suède qui veulent rejoindre l’Otan et nous persisterons dans cette voix », a déclaré le chef de l’Etat devant une assemblée de jeunes gens, à l’occasion de la Journée de la jeunesse.

« Cette Suède et cette Finlande sont les pays qui hébergent les terroristes chez eux, le PKK et l’YPG »', a-t-il martelé à propos du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et de ses alliés kurdes irakiens de l’YPG.

Le PKK est considéré comme organisation terroriste par Ankara, mais aussi par les Etats-Unis et l’Union européenne. En revanche l’YPG a combattu les jihadistes de l’Etat islamique aux côtés notamment des Etats-Unis.

13h07 : Telegram est devenu un champ de bataille numérique en Russie pour l'Ukraine

Massivement téléchargée en Russie depuis le début du conflit, la messagerie cryptée Telegram est devenue un canal central du dispositif de communication pour l’Ukraine. Eclairage avec Hélène Sergent :

 

13h05 : Londres sanctionne les principales compagnies aériennes russes

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi de nouvelles sanctions visant les principales compagnies aériennes russes, dont Aeroflot, leur interdisant de revendre leurs créneaux aéroportuaires, en représailles de l'invasion de l'Ukraine.

Le premier groupe aérien russe Aeroflot, Ural Airlines et Rossiya Airlines ne pourront plus revendre leurs créneaux d'atterrissage (slots) qu'elles n'étaient plus autorisées à utiliser dans les aéroports britanniques, estimés jusqu'à 50 millions de livres sterling (59 millions d'euros), a-t-il précisé dans un communiqué.

12h14 : Expulsions de diplomates en série

Rappelez-vous, Moscou avait déjà annoncé l'expulsion de 34 diplomates français, 27 diplomates espagnols et 24 diplomates italiens, en riposte à des mesures similaires dans ces pays, décidées après le début de l'offensive russe en Ukraine le 24 février.

De nombreux autres pays européens, comme l'Allemagne, la Slovénie, l'Autriche, la Pologne, la Grèce ou la Croatie, ont massivement expulsé des diplomates russes. Dans certains cas, ces expulsions ont été accompagnées d'accusations d'espionnage.

12h13 : La Russie annonce l’expulsion de cinq diplomates portugais

La Russie a annoncé jeudi l’expulsion de cinq diplomates portugais en représailles à celle de dix diplomates russes décidées dans la foulée de l’offensive russe en Ukraine, au lendemain d’annonces similaires concernant des dizaines de diplomates français, italiens et espagnols.

L’ambassadeur du Portugal en Russie a été convoqué jeudi au ministère russe des Affaires étrangères, qui a « vivement protesté contre la décision provocatrice des autorités portugaises de déclarer persona non grata dix collaborateurs de la mission étrangère au Portugal », a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

« En réponse, cinq collaborateurs de l’ambassade du portugal en Russie sont déclarés persona non grata », ajoute-t-elle, précisant qu’ils avaient quatorze jours pour quitter le pays.

12h07 : Le soldat russe jugé pour crime de guerre « demande pardon »


 

12h04 : Continuer à raconter l'horreur

Marion Calais est journaliste à RTL et on est d'accord avec elle : 



 

11h54 : La filiale russe de Google va déposer le bilan

La filiale russe du géant américain Google, dont le compte en banque a été saisi par les autorités russes, a annoncé son intention de déposer le bilan mais continuera de fournir ses services gratuits dans le pays.

« Google Russia a publié un avis sur son intention de déposer le bilan », a confirmé un porte-parole du groupe dans un message transmis à l’AFP.

11h37 : Kiev dénonce un « traitement de seconde zone » par « certaines capitales »

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a dénoncé jeudi un « traitement de seconde zone » de la part de « certaines capitales » au sujet de la candidature ukrainienne pour adhérer à l’Union européenne.

« L’ambiguïté stratégique sur la perspective européenne de l’Ukraine pratiquée par certaines capitales de l’UE au cours des dernières années a échoué et doit cesser », a-t-il affirmé sur Twitter, évoquant un « traitement de seconde zone » qui « blesse les Ukrainiens ».



 

11h23 : Environ 60 millions de personnes déplacées dans le monde

Les conflits et les désastres naturels ont fait fuir des millions de personnes l'an dernier à l'intérieur même de leur pays, portant le nombre total des déplacés à un record de près de soixante millions, selon une étude rendue publique jeudi par des ONG.

Les personnes déplacées internes étaient 59,1 millions en 2021, dont près de la moitié avaient moins de 18 ans, selon l'Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). D'année en année, ce chiffre -qui ne tient donc pas compte des réfugiés à l'étranger- ne cesse de croître et un nouveau record devrait être établi à ce sujet en 2022 en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a commencé le 24 février.


11h20 : L'Otan à l'agenda

Pour rappel, le conflit en Ukraine, où le devenir des derniers combattants retranchés dans l'usine Azovstal de Marioupol restait incertain, sera en filigrane de la rencontre jeudi du président américain avec les dirigeants suédois et finlandais qui frappent à la porte de l'Otan pour se protéger de Moscou.

L'Alliance atlantique est inscrite au menu des deux côtés de l'océan puisque son secrétaire général Jens Stoltenberg doit discuter à Copenhague à la mi-journée avec la Première ministre danoise Mette Frederiksen, dont le pays est membre de l'Otan depuis 1949.

11h17 : L’Italie s’affranchit du gaz russe

L’Italie devrait « devenir indépendante du gaz russe au second semestre 2024 », grâce à ses efforts visant à diversifier ses fournisseurs entamés dans la foulée de l’invasion de l’Ukraine, a estimé jeudi le chef du gouvernement Mario Draghi. « Nous avons agi rapidement pour réduire la part de gaz naturel que nous importons de Russie », soit 40 % du total en 2021, et « les premiers effets » de cette politique « se ressentiront dès la fin de l’année 2022 », a-t-il déclaré devant les sénateurs.

Le ministre de la Transition écologique Roberto Cingolani avait prévu en avril un délai plus court, en assurant que l’Italie devrait réussir à se passer du gaz russe en l’espace de 18 mois. Auparavant, il avait estimé que la péninsule avait besoin de « 24 à 30 mois » pour y arriver.

11h14 : Les clients de Gazprom passent aux roubles

Environ la moitié des entreprises étrangères qui ont conclu un contrat de fourniture de gaz avec le géant russe Gazprom ont ouvert un compte en roubles auprès de Gazprombank pour honorer leurs paiements, a indiqué jeudi le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak, cité par Ria Novosti.

Selon le ministre, « 54 entreprises » sont liées par un contrat avec Gazprom Export.

11h07 : Le lapsus dont on ne se lasse pas


 

11 heures : La photo dont on ne se lasse pas


 

10h45 : Les grands argentiers du G7 se mobilisent pour l’Ukraine

Maintenir à flot les finances de l’Ukraine les grands argentiers du G7 ont affiché jeudi l’objectif de leur réunion en Allemagne qui passera en revue les répercussions en cascade sur l’économie mondiale de la guerre lancée par Moscou.

Avec l’inflation notamment liée à l’envolée des prix de l’énergie, les menaces de crise alimentaire et le spectre du surendettement dans de nombreux pays en développement, l’agenda des ministres des Finances des sept puissances industrielles (Etats-Unis, Japon, Canada, France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne) est chargé.

La première urgence de ce rendez-vous, jusqu’à vendredi, est de boucler un nouveau tour de table pour couvrir le budget ukrainien du trimestre en cours.

10h43 : Scholz réticent à une adhésion rapide à l’UE

Le chancelier allemand Olaf Scholz a affirmé jeudi qu’il n’était pas favorable à l’octroi à l’Ukraine d’un « raccourci » en vue d’une adhésion à l’Union européenne (UE) qui, selon lui, n’est « pas une affaire de quelques mois ou quelques années ».

« Le fait qu’il n’y ait pas de raccourci sur la voie de l’adhésion à l’UE (de l’Ukraine) est un impératif d’équité envers les six pays des Balkans occidentaux » qui souhaitent de longue date rejoindre le bloc européen, a-t-il souligné lors d’un discours devant les députés du Bundestag.

L'occasion pour nous de vous rappeler les règles pour adhérer à l'UE : 



10h37 : La Russie veut couper l'Ukraine de sa centrale nucléaire de Zaporojie

La Russie veut couper l'Ukraine de sa centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, occupée par l'armée russe, sauf si Kiev paye Moscou pour l'électricité produite, a indiqué un vice-Premier ministre, Marat Khousnoulline.

Cette déclaration rejoint celle d'autres responsables russes ces dernières semaines qui laissent entendre que la Russie prépare une occupation durable voire une annexion des zones du sud de l'Ukraine qu'elle contrôle, la région de Kherson et une importante partie de celle de Zaporojie.

L'agence nucléaire ukrainienne Energoatom assurait jeudi matin que la centrale approvisionnait toujours l'Ukraine en électricité.

 

10h12 : Des efforts pour contrer la crise alimentaire

La sécurité alimentaire est au cœur de discussions à New York, lors de réunions aux Nations Unies. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a lui-même présidé mercredi après-midi une réunion ministérielle avec l’objectif de mobiliser et de passer à l’action. « Les États-Unis se sont engagés à faire cesser la faim et la malnutrition et à construire des systèmes alimentaires plus durables, équitables et résilients dans le monde », a-t-il souligné dans un communiqué. Washington a débloqué « 215 millions de dollars supplémentaires » pour la lutte contre l’insécurité alimentaire, a-t-il précisé.

Anthony Blinken rencontrera notamment de hauts responsables de pays d’Afrique et le ministre des Affaires étrangères du Pakistan.

10h07 : Radio Canada, victime collatérale

La Russie a annoncé mercredi fermer le bureau de Moscou de la radio-télévision canadienne CBC/Radio-Canada, et l'annulation des accréditations et visas de ses journalistes, une décision qualifiée d'«inacceptable» par le Premier ministre canadien.

10 heures : 1.730 militaires ukrainiens d'Azovstal se sont rendus depuis lundi

Le ministère russe de la Défense a annoncé jeudi que 1.730 militaires ukrainiens retranchés sur le site sidérurgique d'Azovstal de Marioupol s'étaient rendus depuis lundi.

«Au cours des 24 dernières heures, 771 combattants du régiment nationaliste Azov se sont rendus sur le site sidérurgique d'Azovstal à Marioupol. Au total depuis le 16 mai, 1.730 combattants, dont 80 blessés, se sont constitués prisonniers», indique le ministère dans un communiqué.

Le ministère a diffusé une vidéo montrant des militaires sortant du site sidérurgique et se faisant contrôler par des soldats russes avant de monter dans des bus. Parmi les Ukrainiens, certains sont blessés et certains marchent avec des béquilles..


 

9h11 : Entre hooligans ou « néonazis », qui gonfle les rangs du bataillon Azov ?

Le groupe paramilitaire fait parler de lui depuis plusieurs jours et est étiqueté comme « néonazi » parle chef du Kremlin. Le bataillon, créé pour renforcer l’action de l’armée s’était illustré en 2014, en reprenant Marioupol aux séparatistes prorusses. A l’origine du bataillon Azov, on retrouve un homme : Andreï Biletsky. Et c’est la réputation houleuse de ce dernier qui va forger l’image ultranationaliste du régiment. 20 Minutes vous en dit plus par  ici.



 

9h05 : Des soldats du régiment Azov toujours retranchés ?

« Il semblerait, d’après les informations, qu’il reste toujours quelques centaines de soldats à l’intérieur de cette usine d’Azovstal à Marioupol. Il y en a 1.000 qui ont été évacués ces derniers jours, il semble qu’il puisse encore y en avoir », a affirmé le général Christophe Gomart, ancien directeur du renseignement militaire, à l’antenne de LCI ce matin. Selon lui, les chefs de ce régiment Azov manqueraient à l’appel.



 

9h00 : Mais que se passe-t-il pour la résistance ukrainienne à l’aciérie d’Azovstal ?

Près de 300 combattants ukrainiens retranchés dans l’aciérie Azovstal, à Marioupol, se sont rendus ce lundi aux forces prorusses et constitués prisonniers. Les combattants ont expliqué avoir « exécuté l’ordre » du commandement suprême ukrainien « afin de sauver des vies ». Le gouvernement ukrainien a affirmé que ses hommes devaient être, à l’avenir, rapatriés en territoire contrôlé par l’Ukraine. 20 Minutes vous en dit plus  ici.

8h50 : Le résumé des infos de mercredi

Vous voulez tout savoir sur les événements de mercredi liés au conflit en Ukraine ? Rien de plus simple, la rédaction de 20 Minutes vous a livré hier, comme chaque jour à 19h30, un recap'. Et c’est à lire  ici.

7h22 : Un millier de combattants toujours présents à Azovstal

« Les commandants et les combattants de haut rang du (régiment) Azov ne sont pas encore sortis » du dernier bastion de la résistance ukrainienne dans cette cité portuaire, a assuré Denis Pouchiline, un chef séparatiste prorusse.

D’après lui, un millier de membres de cette unité paramilitaire intégrée à l’armée ukrainienne s’y terraient toujours. Un chiffre identique à celui donné par l’Ukraine la semaine dernière.

7h12 : Attaque à la frontière ukrainienne

Un mort et des blessés ont été recensés lors d’une attaque dans un village au sud-ouest de la Russie dans la région de Koursk, près de la frontière ukrainienne. « Une autre attaque ennemie à Tyotkino, qui a eu lieu à l’aube, s’est malheureusement achevée en tragédie. Pour le moment, nous avons connaissance de la mort d’au moins un civil », a indiqué le gouverneur Roman Starovoyt sur Telegram.

Selon les premières informations, la victime est un chauffeur routier qui effectuait des livraisons dans une distillerie locale qui a été frappée « à plusieurs reprises ». Ce jeudi matin, les secours étaient en train d’éteindre les incendies causés dans le village d’environ 4.000 habitants. Le gouverneur qui a posté sur Telegram des photos montrant des bâtiments calcinés, avec les vitres soufflées et des brèches dans le sol à l’endroit du bombardement présumé.


 

6h46 : Joe Biden reçoit ce jeudi les dirigeants suédois et finlandais

L’Otan va être aujourd’hui au cœur des discussions à la Maison-Blanche. Joe Biden va en effet recevoir, ce jeudi matin, la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö. L’objectif est de montrer le soutien des Etats-Unis à ces deux pays nordiques qui ont soumis mercredi leur candidature formelle à l’Alliance atlantique.


6h40 : L’ONU tente d’enrayer la crise alimentaire mondiale

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé mercredi la Russie à libérer les exportations de céréales ukrainiennes, et l’Occident à ouvrir l’accès des engrais russes aux marchés mondiaux, afin de pouvoir lutter efficacement contre la crise alimentaire mondiale.

« Des voies de transport alternatives » à la sortie maritime de ces céréales, remplissant notamment des silos à Odessa, « peuvent être explorées, même si nous savons que cela ne suffira pas à résoudre le problème », a-t-il expliqué. Dans le même temps, « la nourriture et les engrais russes doivent avoir un accès complet et sans restriction aux marchés mondiaux ».

Ces engrais ne sont d’ailleurs pas soumis aux sanctions occidentales décidées contre Moscou, mais la Russie a décidé d’arrêter leur exportation. Leur achat par des pays étrangers peut par ailleurs être bloqué par les mesures prises contre le système financier russe.

 

6h33 : Washington s’active pour élargir l’Otan à la Finlande et à la Suède

Les Etats-Unis ont affiché mercredi un soutien déterminé à la demande d’adhésion à l’Otan de la Finlande et de la Suède, s’activant pour lever l’opposition turque.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a surtout rencontré mercredi à New York son homologue turc Mevlut Cavusoglu pour tenter de débloquer la situation avec Ankara. « Nous voulons surmonter les divergences par le dialogue et la diplomatie », a assuré Mevlut Cavusoglu, semblant laisser la porte ouverte à une solution. Il a d’ailleurs qualifié cette rencontre d'« extrêmement positive ».

Bonjour et bienvenue dans ce live.

Comme tous les jours, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. Sur le terrain diplomatique, les candidatures de la Finlande et de la Suède à l’Otan dominent toujours l’actualité avec une rencontre à la Maison-Blanche entre Joe Biden et les dirigeants de ces deux pays d’Europe du Nord. La crainte d’une crise alimentaire mondiale est également dans tous les esprits. Pour l’éviter, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres appelle Moscou à ne pas entraver les exportations de céréales ukrainiennes, et les Occidentaux à ouvrir l’accès des engrais russes aux marchés mondiaux. Pour ne rien louper de l'avancée du conflit armé, restez connectés avec nous.