Russie : Moscou prévoit une chute du PIB entre 7,8 % et 8,8 % en 2022

CRISE Selon le ministère du Développement économique, le pire scénario serait un durcissement des sanctions occidentales et une baisse des prix du pétrole sous les 73 dollars le baril

20 Minutes avec AFP
— 
Des roubles et un drapeau russe (illustration).
Des roubles et un drapeau russe (illustration). — Petr Svancara/AP/SIPA

Les conséquences des sanctions occidentales sont particulièrement violentes pour le Produit intérieur brut de la Russie. L’économie du pays devrait en effet connaître une contraction comprise entre 7,8 % et 8,8 % en 2022, a estimé mercredi le ministère russe du Développement économique.

Selon un scénario de base, qui prévoit une baisse des prix du pétrole d’ici la fin de l’année à 73-74 dollars le baril, le PIB devrait chuter de 7,8 %, indique le ministère dans ses prévisions macroéconomiques. Si les sanctions, imposées depuis le lancement de l’offensive de Moscou en Ukraine, devaient se durcir, et que les prix du pétrole devaient connaître une baisse plus importante, l’économie devrait alors se contracter de 8,8 %, estime encore le ministère.

Des difficultés « en termes de production et de logistique »

Le 29 avril, la Banque centrale russe a souligné que l’environnement extérieur était « difficile pour l’économie russe » et pesait « lourdement sur l’activité économique », observant que les entreprises faisaient « face à des difficultés considérables en termes de production et de logistique ».

Dans ce contexte, l’institution monétaire avait estimé que le PIB du pays devrait chuter de 8 à 10 % cette année, puis devrait recommencer à « croître rapidement en 2023 grâce à une transformation structurelle » de l’économie.