Attentat raciste à Buffalo : La suppression de la vidéo par Twitch pourrait être illégale au Texas

LEGISLATION Une récente loi locale interdit aux principales plateformes d'effacer le contenu publié par leurs utilisateurs

20 Minutes avec agence
— 
Twitch avait supprimé les images de l'attentat de Buffalo (États-Unis) quelques minutes après le début de leur diffusion. hoto d'illustration.
Twitch avait supprimé les images de l'attentat de Buffalo (États-Unis) quelques minutes après le début de leur diffusion. hoto d'illustration. — Mourad ALLILI/SIPA

Le réseau social Twitch pourrait être visé par une plainte de l’État du Texas pour avoir supprimé la chaîne du tueur de Buffalo (Etats-Unis), rapporte le quotidien britannique The Independent. Cet homme a filmé et diffusé en direct sur la plateforme le meurtre par balles de 14 personnes dans un magasin d’alimentation de cette ville de l’État de New-York. Les victimes étaient des Afro-Américains pour la plupart. Il s’agit de l’attentat raciste le plus meurtrier depuis le début de l’année dans le pays, rapporte BFM TV.

Selon Twitch, cette suppression intervenue quelques minutes après le début de la diffusion était justifiée par la violation des conditions d’utilisation qu’elle constituait. Mais d’après l’État du Texas, elle contrevient à une nouvelle loi adoptée localement sur la gestion de la censure. Celle-ci rend toute suppression de contenu illégale.

Le Texas invoque la liberté d’expression

Selon la législation de l’État conservateur, les plateformes utilisées par plus de 50 millions d’Américains ont l’interdiction de « bloquer, bannir, supprimer, déplateformer, démonétiser, désponsoriser, restreindre, refuser l’accès ou la visibilité ou encore discriminer vis-à-vis de la liberté d’expression ».

Retoquée par la Cour suprême en 2021, cette loi a été réhabilitée le 11 mai 2022 par la législature texane, explique The Verge. Elle est motivée par une opinion répandue au sein des sympathisants du parti républicain. Ces derniers sont ainsi nombreux à penser que les géants de la Tech comme Amazon, propriétaire de Twitch, utilisent ces plateformes pour véhiculer des discriminations et des critiques visant les points de vue conservateurs.