Guerre en Ukraine EN DIRECT : Les livraisons d’armes de la France vont gagner « en intensité », promet Emmanuel Macron…

LIVE Retrouvez toutes les informations du mardi 17 mai liées au conflit en cours en Ukraine

X.M., D.R. et M.F
— 
La livraison d'armes supplémentaires est une demande constante de l'Ukraine pour faire face à l'armée russe.
La livraison d'armes supplémentaires est une demande constante de l'Ukraine pour faire face à l'armée russe. — Alexander Pohl/Sipa USA/SIPA

L’ESSENTIEL

  • A Marioupol, plus de 260 combattants ukrainiens ont été évacués lundi de l’aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance ukrainienne dans ce port stratégique.
  • La Russie compte réagir aux déploiements d'« infrastructures militaires » de l’Otan en Finlande et en Suède, candidates à une entrée dans l’Alliance atlantique. 
  • A Bruxelles, l’UE tente toujours de s’entendre sur un arrêt des achats de pétrole russe, refusé par la Hongrie, arguant du poids financier qu’une telle mesure ferait peser sur elle.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

0h00 : Ce live est terminé

On se retrouve au matin, merci de votre fidélité.

23h00 : Washington lance un «observatoire» pour documenter des «crimes de guerre» russes en Ukraine

Les Etats-Unis ont annoncé mardi la création d'un "observatoire du conflit", doté initialement de six millions de dollars, pour "recueillir, analyser et partager largement les preuves des crimes de guerre" qu'ils imputent à la Russie en Ukraine. Cette nouvelle initiative vise notamment à "préserver des informations" publiques ou des données de satellites commerciaux en respectant les "normes internationales", afin qu'elles puissent alimenter toute procédure visant à faire rendre des comptes aux responsables d'"atrocités", a déclaré le département d'Etat dans un communiqué.

20h56 : La guerre entre dans une « phase prolongée », selon le ministre ukrainien de la Défense

« La Russie se prépare à mener une opération militaire à long terme », a déclaré le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov devant les ministres de la Défense de l’Union européenne et le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. « À l’heure actuelle, les principaux efforts du Kremlin se concentrent sur les tentatives d’encercler et de détruire le regroupement des forces armées ukrainiennes dans les régions de Donetsk et de Lougansk », dans l’Est du pays, partiellement aux mains de séparatistes prorusses, a-t-il poursuivi. Selon lui, « la guerre entre dans une phase prolongée », et Moscou souhaite occuper « la totalité du Sud de l’Ukraine ».

19h43 : Volodymyr Zelensky s’exprime en direct devant le Festival de Cannes

« Le cinéma ne doit pas être muet », affirme-t-il, citant notamment Le Dictateur de Charlie Chaplin. « Nous allons continuer de nous battre, nous n’avons pas d’autre choix (…) Je suis persuadé que le "dictateur" va perdre », a-t-il déclaré face au gratin du cinéma mondial en visio depuis Kiev, en référence au président russe Vladimir Poutine.

18h59 : Les livraisons d’armes de la France vont gagner « en intensité », promet Macron

La France va intensifier ses livraisons d’armes à l’Ukraine « dans les jours et semaines qui viennent », a promis mardi le président Emmanuel Macron à son homologue Volodymyr Zelensky, confirmant les engagements annoncés fin avril.

17h56 : L’échange de prisonniers entre l’Ukraine et la Russie était « le seul moyen » de sauver les défenseurs de l’usine sidérurgique d’Azovstal, selon Ganna Malyar

La vice-ministre ukrainienne de la Défense a également salué les efforts de ces soldats qui ont « empêché environ 20 000 [troupes russes] d’être déployés [en Ukraine] ».



 

17h48 : La Finlande s’attend à une possible coupure du gaz russe

Cette sanction russe pourrait tomber du fait que Gasum, l’entreprise chargée des importations de gaz en Finlande, «n’accepte pas l’exigence de Gazprom Export de basculer à un paiement en roubles et ne fera en conséquence pas de paiement en roubles».

Si le gaz ne représente que 8 % de l’énergie consommée en Finlande, une majorité du gaz utilisé dans le pays nordique provient de Russie.

17h40 : Pendant ce temps-là en Russie

Un ex-chef de la lutte anticorruption (déjà emprisonné) de nouveau condamné à 16 ans de détention. Le colonel Dmitri Zakhartchenko, ancien responsable d’une branche de l’agence russe de lutte contre les crimes économiques, a également été condamné par le tribunal moscovite de Presnenski à payer une amende de 500 millions de roubles pour avoir reçu plus de 20 millions d’euros de pots-de-vins, ont rapporté les agences russes.

17h10 : Volodymyr Zelensky à la cérémonie en hommage au tout premier président ukrainien


 

17h08 : Les bombardements dans la région de Donetsk en images

Ces vidéos ont été tournées à Bakhmut dans la région de Donetsk



 

16h55 : Comment Eni va payer son gaz russe ?

Selon le géant énergétique italien, les autorités russes ont confirmé que « la facturation et le paiement continueront d’avoir lieu en euros » – la devise convenue par les contrats –, et « un opérateur de la Bourse de Moscou effectuera la conversion en roubles dans les 48 heures sans intervention de la Banque centrale de Russie ».

Un décret du Kremlin a introduit une nouvelle procédure de paiement en deux phases, avec d’abord un versement sur un compte de Gazprombank en euros ou dollars, puis la conversion en roubles sur un second compte ouvert auprès du même établissement.

16h35 : La Suède et la Finlande enverront mercredi leur candidature à l’Otan

« Je suis heureuse que nous ayions pris le même chemin et que nous puissions le faire ensemble », a déclaré la Première ministre suédoise Magdalena Andersson lors d’une conférence de presse commune avec le président finlandais Sauli Niinistö.

16h25 : Adieu monsieur le président

L’Ukraine a fait ses adieux à son tout premier président, Léonid Kravtchouk. Celui qui avait conduit le pays à son indépendance en 1991 est décédé le 10 mai à 88 ans. Le président Volodymyr Zelensky, l’air très ému, a gardé le silence tout au long de la cérémonie.

« Il était à l’origine de la création de l’Etat ukrainien », a déclaré Léonid Koutchma, le deuxième président de l’Ukraine. En août 1991, celui qui était alors le dirigeant de la république socialiste soviétique d’Ukraine réussit en quelques jours à persuader la majorité communiste du Parlement de proclamer l’indépendance de l’Ukraine.

Quelques mois plus tard, Léonid Kravtchouk se faisait facilement élire dès le 1er tour président de l’Ukraine indépendante, jouant la carte du compromis entre les communistes et les nationalistes et gagnant à cette occasion un surnom, « Renard rusé ». Puis, le 8 décembre 1991, il paraphait avec ses homologues de la Russie et du Bélarus soviétiques, Boris Eltsine et Stanislav Chouchkevitch, un traité organisant la dissolution de l’URSS, signant l’arrêt de mort de l’empire soviétique.

16h07 : L’italien Eni va ouvrir des comptes en euros et en roubles pour payer le gaz russe

Le géant énergétique italien s’est plié à Moscou en ouvrant un compte en euros et un autre en roubles auprès de Gazprombank afin d’honorer ses paiements de fourniture de gaz russe dus « dans les prochains jours ». « L’obligation de paiement peut être remplie par le transfert d’euros » et la nouvelle procédure « ne devrait pas être incompatible avec les sanctions existantes » à l’égard de Moscou imposées par la Commission européenne, assure Eni.

16h04 : La Russie multiplie les images de soldats ukrainiens à la sortie de Marioupol


 

15h54 : La Russie va devoir réorganiser son secteur des hydrocarbures, estime Poutine

La Russie va devoir réorganiser son secteur énergétique face aux sanctions européennes, a jugé Vladimir Poutine ce mardi. Il a toutefois estimé que l’UE allait être la première à souffrir de son « autodafé économique » en renonçant aux hydrocarbures russes.

S’exprimant lors d’une réunion dédiée au secteur pétrolier, le président russe a souligné qu’en se passant des ressources énergétiques russes, l’Europe devenait la région où les prix de ces dernières devenaient « les plus élevés ». « Commettre un tel autodafé, un tel suicide économique, c’est évidemment leur problème », a-t-il estimé. « Nous devons agir de façon pragmatique, tenir tout d’abord compte de nos propres intérêts », a-t-il poursuivi.

« Le résultat des actions chaotiques de nos partenaires a été une hausse des revenus du secteur des hydrocarbures », a observé Vladimir Poutine, estimant néanmoins que les changements sur le marché pétrolier étaient de nature « tectonique ».

15h45 : Eclats de verre, scotch et animaux de compagnie

Une famille s’est enfuie de Marioupol à bord d’une voiture complètement rafistolée. Leur lapin et leur chien ont fait le voyage avec eux, au milieu du scotch et de la corde. Ils sont à présent parvenus à Zaporijia.



 

15h36 : La CPI envoie sa plus grande équipe d’enquêteurs jamais déployée

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mardi le déploiement en Ukraine d’une équipe de 42 enquêteurs et experts, soit la plus importante mission en termes d’effectifs jamais envoyée sur le terrain, afin d’enquêter sur les crimes commis pendant l’invasion russe.

« Je confirme qu’aujourd’hui, mon bureau a envoyé une équipe composée de 42 enquêteurs, experts en criminalistique et autre personnel d’appui en Ukraine », a déclaré dans un communiqué Karim Khan, ajoutant qu’il s’agissait de « la plus importante mission en termes d’effectifs jamais déployée sur le terrain en une seule fois ».

Le procureur de la CPI, créée en 2002 pour juger les pires crimes commis dans le monde, a ouvert le 3 mars une enquête sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Ukraine, après avoir reçu le feu vert de près de 40 Etats parties.

15h28 : Huit morts dans une frappe russe sur un village abritant un grand camp militaire

Huit personnes sont mortes et 12 ont été blessées mardi dans une frappe russe sur Desna, un village ukrainien situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Kiev connu pour abriter un grand camp d’entraînement militaire, ont annoncé les secours locaux.

« Huit tués, 12 blessés », a indiqué à l’AFP Oleksandre Ivtchenko, porte-parole de l’antenne régionale du service d’Etat pour les Situations d’urgence.

15h20 : Pourquoi Biden reçoit les dirigeants finlandais et suédois ?

En prenant le temps de recevoir les deux dirigeants, avant de partir pour une tournée diplomatique prévue de longue date en Asie, Joe Biden marque fortement son soutien à l'adhésion des deux pays à l'alliance atlantique. Et ce au moment où la Turquie, déjà membre de l'Otan et à ce titre dotée d'un droit de veto contre tout élargissement, menace de bloquer le processus.

Historiquement non-alignées, la Suède et la Finlande ont opéré un revirement historique depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a également fait basculer leurs opinions publiques, auparavant réticentes à rejoindre l'Otan.

15h11 : La CPI déploie 42 enquêteurs et experts en Ukraine pour enquêter sur les crimes de guerre

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mardi le déploiement en Ukraine d’une équipe de 42 enquêteurs et experts, soit la plus importante mission en termes d’effectifs jamais envoyée, afin d’enquêter sur les crimes commis pendant l’invasion russe.

« Je confirme qu’aujourd’hui, mon bureau a envoyé une équipe composée de 42 enquêteurs, experts en criminalistique et autre personnel d’appui en Ukraine », a déclaré dans un communiqué Karim Khan, ajoutant qu’il s’agissait de « la plus importante mission en termes d’effectifs jamais déployée sur le terrain en une seule fois ».

15h04 : L’envoi d’armes à l’Ukraine ravive l’inquiétude sur les risques de trafic

Et si elles tombaient entre de mauvaises mains ? L’envoi massif d’armes occidentales en Ukraine ravive l’inquiétude sur leur possible détournement, dans un pays connu pour avoir été une plaque tournante de ce trafic à la fin des années 1990. « Il y a un risque très important lié à la prolifération d’armes en Ukraine en ce moment, notamment en ce qui concerne les armes légères et de petit calibre, telles que les armes à feu », souligne Nils Duquet, directeur du Flemish Peace Institute.
Depuis le début de l’offensive militaire russe en Ukraine le 24 février, plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, ont annoncé la livraison d’armes lourdes comme légères en soutien à Kiev pour l’aider à se défendre face aux troupes russes. Washington a – entre autres – fourni ou promis des centaines de « drones suicides » Switchblade, 7.000 fusils d’assaut, 50 millions de balles et munitions diverses, des roquettes à guidage laser, des drones Puma, ou encore des radars anti-artillerie et anti-drones.
Or, si ce soutien à Kiev est parfaitement « compréhensible », il est indispensable d’évaluer les « conséquences sécuritaires » d’un tel transfert d’armes, insiste le Stimson Center, un cercle de réflexion américain.

14h56 : Le Conseil de l’Europe réclame la « protection » des personnes LGBTI + touchées par la guerre

La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a appelé mardi les Etats membres à « prêter attention à la situation des personnes LGBTI » en Ukraine « ou qui fuient la guerre », lors de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie.

Si elle salue dans un communiqué le travail accompli par les ONG locales et internationales dans la prise en charge des personnes LGBTI +, Dunja Mijatovic demande aux Etats de regarder avec « une attention particulière » l’accès au logement et à l’emploi « en raison des politiques et du climat négatifs envers les personnes LGBTI en général dans un certain nombre de pays où les Ukrainiens se sont réfugiés ».

« Les autorités en Ukraine ainsi que dans les pays voisins devraient prêter attention à la vulnérabilité spécifique des personnes transgenres qui ont besoin de quitter le pays », insiste Mme Mijatovic.

14h47 : Joe Biden recevra jeudi la Première ministre suédoise et le président finlandais

Le président américain Joe Biden recevra jeudi la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö à la Maison-Blanche, a annoncé sa porte-parole Karine Jean-Pierre mardi dans un communiqué.

Ils « discuteront des candidatures de la Finlande et de la Suède à l’Otan, et de la sécurité européenne », ainsi que du « soutien à l’Ukraine » attaquée par la Russie, a-t-elle précisé.

14h39 : Le Parlement finlandais vote pour l'adhésion à l'Otan par 188 voix pour et 8 contre

Le Parlement finlandais a voté ce mardi en faveur de l'adhésion à l'Otan avec une majorité fleuve de plus de 95%, permettant l'envoi de la candidature officielle du pays nordique au siège de l'alliance.

Au terme d'une session parlementaire de deux jours, le projet d'adhésion a été adopté par 188 voix pour, huit contre et aucune abstention, selon le résultat du scrutin.

14h34 : L’Allemagne va « intensifier » sa coopération militaire avec Suède et Finlande, candidates à l’Otan

Le chancelier allemand Olaf Scholz a assuré mardi que son pays allait « intensifier » sa coopération militaire avec la Suède et la Finlande, qui cherchent des assurances de sécurité pour la période de transition jusqu’à leur intégration souhaitée dans l’Otan.

« Nous allons intensifier notre coopération militaire, notamment dans la région de la mer Baltique, et via des exercices communs », a affirmé Olaf Scholz lors d’une conférence de presse à Berlin, précisant que Suède et Finlande pourront compter sur le soutien de l’Allemagne « surtout dans cette situation très particulière » précédant leur acceptation espérée au sein de l’Otan.

14h28 : Zelensky et Macron vont s’entretenir

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président français Emmanuel Macron vont s’appeler ce mardi à 16 heures, a annoncé l’Elysée à nos confrères de BFMTV.

14h19 : Des images de soldats ukrainiens évacuant Azovstal


 

14h08 : Coup d’œil sur la carte

Chaque jour, le ministère de la Défense britannique poste une carte de l’Ukraine. Vous pouvez y voir les zones de combat, les avances russes, les contre-offensives ukrainiennes et les principaux bombardements. Voici celle de ce mardi :



 

13h55 : Le président finlandais confiant sur un accord de la Turquie

Le président finlandais s’est dit « optimiste » mardi sur le fait d’obtenir le soutien de la Turquie à l’adhésion de son pays et de la Suède à l’Otan, malgré les menaces de blocage du président Recep Tayyip Erdogan. « Les derniers jours ont été un peu surprenants », a souligné Sauli Niinistö lors d’une visite d’Etat en Suède coïncidant avec l’annonce de la candidature des deux pays nordiques.

Lors d’un appel le mois dernier avec le président Erdogan, ce dernier s’était dit « favorable » à l’entrée de la Finlande « et la semaine dernière il s’est dit "pas favorable" », a-t-il ajouté. « Cela signifie que nous devons continuer nos discussions. Je suis optimiste », a affirmé le président finlandais.

13h46 : La Russie se retire du Conseil de la Baltique

Le ministère des Affaires étrangères russe a annoncé dans un communiqué avoir décidé de quitter le Conseil des Etats de la mer Baltique (CEMB), jugeant que les pays occidentaux avaient « monopolisé ce conseil pour leurs objectifs conjoncturels », cela « au préjudice de la Russie ».

Le Conseil de la Baltique, forum régional dont le siège est à Stockholm, a été créé à l’initiative du Danemark et de l’Allemagne à la fin de la Guerre Froide, pour promouvoir la stabilité et la sécurité, ainsi que la coopération économique tout autour de la mer Baltique. « Nous considérons la présence de notre pays dans le CEMB inopportune et contre-productive », écrit la diplomatie russe, indiquant que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait informé ses homologues que son pays quittait cette instance.

13h41 : Emmanuel Macron salue la candidature conjointe de la Suède et de la Finlande à l’Otan

Dans un communiqué officiel, le chef de l’Etat salue la décision de « deux partenaires européens très proches, qui partagent et défendent à nos côtés les principes de démocratie, de liberté individuelle et d’État de droit ». Il souligne également que leur adhésion « renforcera la sécurité et la stabilité de la région baltique, de l’Europe dans son ensemble, et de la zone euro-atlantique ». Enfin, Emmanuel Macron affirme que « la France se tiendra aux côtés de la Finlande et de la Suède » en cas de menace ou d’agression, évoquant notamment le traité sur l’Union européenne.



 

13h29 : Un échange possible pour les prisonniers d’Azovstal ?

Le Département des renseignements militaires du ministère ukrainien de la Défense a indiqué sur Telegram que l’échange des soldats constitués prisonniers à Azovstal « sera réalisé pour rapatrier ces héros ukrainiens le plus rapidement possible », confirmant ainsi que ces hommes, qui ont « rempli » leur mission, étaient bien aux mains des Russes.

La vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a elle aussi évoqué un échange, mais uniquement concernant « 52 militaires grièvement blessés ». « Après la stabilisation de leur état, nous allons les échanger contre des prisonniers de guerre russes », a-t-elle indiqué sur Telegram.

13h23 : Bob rose

L'Ukraine célèbre la victoire de son groupe de rap Kalush à l'Eurovision en affublant du bob rose de son leader les logos de grandes marques et d'organismes publics.



 

13h06 : New York face au danger d’une attaque chimique

La ville ukrainienne (et non la plus grande ville des Etats-Unis), est peu protégée par l’armée, qui se concentre sur la défense des villes voisines de Severodonetsk et Lyssytchansk, plus stratégiques. Mais la ville est tout de même régulièrement bombardée, qu’il s’agisse de sa place centrale où patrouillent quelques soldats, ou du quartier industriel, qui compte une usine abritant du phénol, un composant chimique utilisé pour la peinture et l’industrie du plastique. « C’est très inquiétant. Juste un tir et cela se transformerait en arme chimique », explique Oleksandr, un soldat de 36 ans. « Si ça se déverse au sol, les conséquences seront tragiques ».

12h53 : Moscou pourrait considérer les soldats du bataillon Azov comme des criminels nazis et non comme des prisonniers de guerre

Interrogé lors d’un briefing téléphonique avec des journalistes, le porte-parole du Kremlin a refusé de dire si ces soldats ukrainiens seraient considérés comme des prisonniers de guerre ou des criminels de guerre, alors que Moscou accuse de nombreux militaires ukrainiens, en particulier ceux du bataillon Azov de Marioupol, comme étant des « bandes armées néonazies ». « Je rappelle la déclaration de Poutine, ils seront traités en conformité avec le droit international », a dit Dmitri Peskov.

De son côté, le président de la chambre basse du Parlement, Viatcheslav Volodine, sans parler du cas de Marioupol en particulier, a jugé sur son compte Telegram que « les criminels nazis ne doivent pas faire l’objet d’un échange de prisonniers ». « Concernant les nazis, notre position doit rester inchangée : ce sont des criminels de guerre, et nous devons tout faire pour qu’ils comparaissent en justice », a-t-il dit.

12h47 : Ce que l’on sait du sort des derniers soldats qui résistaient à Azovstal

Pourquoi se sont-ils rendus ? Que vont-ils devenir ?

 

12h44 : La Russie expulse deux diplomates finlandais

L’ambassadeur finlandais a été convoqué ministère russe des Affaires étrangères après l’expulsion de deux employés de l’ambassade russe en Finlande. La diplomatie russe a « vivement protesté » contre cette décision.

« L’ambassadeur a été informé qu’en réponse aux actes des autorités finlandaises la partie russe a décidé une interdiction de séjour pour deux membres du personnel de l’ambassade de Finlande », a ajouté la diplomatie russe.

12h38 : Quand les tirs de missiles entrent dans le quotidien des enfants

« En voilà un ! » A quatre ans, le petit garçon sait déjà reconnaître le sifflement des missiles russes qui s’abattent sur New York, ville de l’est de l’Ukraine. Sa mère, épuisée, ne prend même pas la peine de se baisser. Après bientôt trois mois de guerre entre l’Ukraine et la Russie, elle sait par instinct reconnaître ceux qui atterriront tout près et ceux qui frapperont un peu plus loin.

Un nouveau tir s’abat sur leur rue en pente en plein pendant le reportage des journalistes de l’AFP. Cette fois, sa fille de 11 ans pousse un léger gémissement et se couvre les oreilles. Son petit frère se recroqueville. Leur mère leur saisit la main et s’éloigne.

12h29 : Malgré la guerre, la Roumanie et la Hongrie poursuivent leur vigoureuse croissance

En Roumanie, le produit intérieur brut (PIB) a bondi de 5,2 % au premier trimestre 2022, comparé au quatrième trimestre 2021, où il avait progressé de 1 % (chiffre révisé), selon l’Institut des statistiques. Ce pays d’Europe orientale, parmi les plus pauvres de l’UE, devrait toutefois voir sa croissance ralentir à 2,6 % sur l’ensemble de l’année, contre +5,9 % en 2021.

Dans la Hongrie voisine, le PIB ressort en hausse de 2,1 % sur les trois premiers mois de l’année, dans la lignée de fin 2021, a indiqué le Bureau des statistiques (KSH). Là encore, le conflit va affecter l’activité dans ce pays : le PIB devrait augmenter de 3,6 % en 2002, comparé à + 7,1 % en 2021.

12h08 : « Aucun pays ne peut renforcer sa sécurité sur le dos des autres » dénonce Sergueï Lavrov

« L’organisation euro-atlantique ne peut avoir la domination sur les questions de sécurité. Mais nos collègues de l’Otan ont violé cette promesse », a par ailleurs déclaré le ministre russe des Affaires étrangères. « L’élargissement à l’Est de l’Otan ne mènera à rien de bien », a-t-il conclu.

12h06 : « Nous arriverons à nos fins. Vous vivrez mieux », promet le Kremlin aux Ukrainiens

« Nous sommes convaincus que tout ira bien, que nous atteindrons nos objectifs. Tout le pays soutient notre président », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Ce dernier a ajouté que le peuple ukrainien était composé de « gens talentueux et pacifiques » à qui « depuis très longtemps on a menti à la télévision ».

12h04 : Le Kremlin persiste et signe : Boutcha étaient une « mise en scène sanglante »

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a réaffirmé que le massacre de Boutcha par des soldats russes était une « fake news ». « Les spécialistes ukrainiens n’ont pas pu faire ça tout seul. Des médias travaillent pour eux », a-t-il accusé.

12h01 : Le viol comme arme de guerre russe

Médiapart sort une enquête terrifiante dans laquelle il assure que le viol en Ukraine serait utilisé par les Russes comme une arme de guerre. « La destruction par l’intime d’une nation sur des générations ».



 

11h55 : Le nombre de soldats russes morts au combat : la grande guerre des chiffres

Du côté de Moscou, leur nombre est gardé secret et minimisé. Le Kremlin n’a plus communiqué sur le sujet depuis le 25 mars, soit un mois et un jour après l’entame de la guerre. Quelque 1.351 de ses troupes étaient alors tombées au combat, avait-il admis.

Kiev estime de son côté leur nombre à 27.000 Russes tués. Un chiffre un peu trop élevé, selon de multiples militaires et analystes occidentaux.

« La Russie a probablement subi des pertes correspondant à un tiers de la force de combat terrestre qu’elle a engagée en février », observait dimanche le ministère britannique de la Défense, soit 50.000 soldats russes blessés ou tués. Avec un ratio de trois blessés pour un tué reconnu par Moscou au début du conflit, on arriverait alors à 12.500 morts russes en moins de trois mois.

11h46 : Le profil des soldats russes tués en Ukraine ? Jeunes, pauvres, issus de minorités ethniques

Le site russophone Mediazona dit avoir confirmé la mort de 2.099 soldats russes au combat jusqu’au 6 mai, uniquement à partir de sources ouvertes. Une grande partie de ceux dont l’âge était mentionné avait entre 21 et 23 ans, 74 d’entre eux n’ayant même pas 20 ans, précise ce média.

Le plus grand nombre de décès (135) a été confirmé chez des soldats de la région musulmane du Caucase du Nord, le Daghestan, suivi des Bouriates (98), minorité mongole venant de Bouriatie, une province de Sibérie, selon cette même source.

« Le plus grand nombre de soldats et d’officiers de l’armée de terre provient des petites villes et villages de Russie » car « les exigences pour le service militaire » dans ce corps d’armée sont « relativement faibles », explique Pavel Luzin, commentateur du site d’information en ligne Riddle Russia.

11h39 : Les combattants blessés d’Azovstal envoyés en territoire séparatiste prorusse

« Vers l’hôpital de Novoazovsk », a affirmé le ministère russe de la Défense.

Une décision qui va contre l’avis de la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Malyar qui avait demandé lundi à ce que les combattants soient à l’avenir rapatriés en territoire contrôlé par l’Ukraine, « dans le cadre d’une procédure d’échange ».

11h33 : L’inflation au Royaume-Uni pourrait empirer si l’Ukraine ne peut pas exporter ses récoltes

« L’Ukraine est un producteur important de blé et d’huile végétale, qui a d’amples réserves de nourriture, mais qui ne peut pas les faire sortir du pays » pour l’instant en pleine guerre, a souligné le gouverneur de la Banque d’Angleterre Andrew Bailey. Selon lui, l’inflation, qui devrait déjà grimper au-dessus de 10 % à la fin de l’année au Royaume-Uni, pourrait dépasser ce niveau si l’Ukraine ne peut pas exporter ses récoltes.

D’après Andrew Bailey, « 80 % » de l’inflation est due à la hausse des prix de l’énergie, dopés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le solde de 20 % s’expliquant notamment par le marché du travail tendu au Royaume-Uni.

11h20 : La Russie met de côté la sécurité et le climat pour continuer à fabriquer des voitures

Face aux pénuries de composants électroniques et pièces détachées dues aux sanctions occidentales, la Russie a allégé les normes pour la fabrication de véhicules sur son territoire. Le gouvernement va ainsi autoriser les fabricants à ne pas équiper les véhicules de capteurs ABS ou d'airbags, ou encore de pré-tendeurs de ceintures de sécurité.

Selon ce même décret, en vigueur jusqu'au 1er février 2023, la Russie réduit aussi considérablement les normes environnementales et revient à un niveau équivalent aux véhicules produits en 1988.

11h09 : Le corps d’un volontaire tchèque retrouvé en Ukraine

Tomas, un chauffeur de camion, âgé de 49 ans, a été retrouvé mort en Ukraine, tué par balle. Ce dernier s’était rendu dans le pays en guerre peu après le début de l’invasion russe pour aider à transporter en lieu sûr des personnes déplacées, a déclaré sa femme au site d’information tchèque voxpot.cz.

Son corps a été retrouvé dans une fosse commune au bord d’une route à proximité de la ville de Makariv, près de Kiev.

10h55 : 265 combattants ukrainiens de l’usine d’Azovstal se sont constitués prisonniers

« Au cours des dernières 24 heures, 265 combattants ont rendu les armes et se sont constitués prisonniers, dont 51 gravement blessés », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

10h34 : Protester en peinture

Dimanche, un bâtiment public de la ville d’Eupatoria en Crimée a été aspergé de peinture aux couleurs de l’Ukraine.

 un bâtiment public d?Eupatoria
un bâtiment public d?Eupatoria - Telegram / talipovonline

 

10h13 : Pendant ce temps-là en Russie, le cas Navalny à nouveau devant les tribunaux

Un tribunal de Moscou a commencé à examiner l’appel de la condamnation du principal opposant russe, Alexeï Navalny. En mars dernier, ce dernier a écopé de neuf ans de prison en « régime sévère » pour « escroquerie », accusé d’avoir détourné des millions de roubles de dons versés à ses organisations de lutte contre la corruption

Emprisonné depuis janvier 2021 pour une autre affaire, l’opposant participe au procès par visioconférence depuis une cage, à la colonie pénitentiaire numéro 2 de Pokrov, à une centaine de kilomètres à l’est de Moscou

10 heures : L'échec de l’armée russe dans le Donbass, serait la faute de… Poutine

Des sources militaires occidentales rapportent que Vladimir Poutine commanderait les décisions opérationnelles et tactiques prises normalement par des colonels ou des brigadiers, rapporte le Guardian. En clair, le président donne des ordres à des troupes de 700 à 1000 hommes. Vladimir Poutine irait même jusqu’à décider des mouvements de chaque forces armées. Un micromanagement qui serait à l’origine de la défaite des troupes dans le Donbass.

« Un chef de gouvernement devrait avoir mieux à faire que de prendre des décisions militaires », déclare au journal Ben Barry, ancien brigadier de l’armée britannique et expert en guerre terrestre à l’Institut international d’études stratégiques.

9h23 : Des frappes également du côté de Soumy

Le gouverneur de la région, située au nord-est de Kiev, a annoncé sur sa chaîne Telegram que « cinq missiles russes » avaient atterri sur la ville d’Okhtyrka vers 5 heures du matin « sur des cibles civiles et causé beaucoup de dégâts ».



 

09h10 : Chemin de fer bombardé près de Lviv

D’après le gouverneur de Lviv, un chemin de fer de Lviv a été bombardé et les rails ont été endommagés. D’après Maksym Kozytskyi, la défense aérienne ukrainienne a abattu trois missiles russes dans la nuit de lundi à mardi.

08h53 : Drôle de fruit

On vous montre ces images d’un drone coincé dans un arbre. Il s’agirait d’un drone russe.



 

08h44 : Le point en carte

En jaune : Les zones contrôlées par les forces ukrainiennes

En violet : Les zones occupées par la Russie avant l’invasion de février

En rouge : Les zones occupées par la Russie après l’invasion de février

Carte de l'avancée des combat en Ukraine le 17 mai 2022.
Carte de l'avancée des combat en Ukraine le 17 mai 2022. - carte / twitter cedric mas







 

08h32 : Analyse étrangement transparente à la télévision russe

L’intervention de Mikhail Khodaryonok à la télévision russe n’est pas passée inaperçue. L’analyste a soutenu que les troupes ukrainiennes n’étaient pas démotivées, contrairement à certains rapports russes, et qu’ils étaient prêts à mourir pour leur pays. « Nous sommes en plein isolement géopolitique », ajoute-t-il, soulignant que « le monde entier est contre nous ». Une parole rarement entendue à la télévision russe, cadenassée par le Kremlin.



 

08h21 : Izyum, prochaine cible des forces russes ?


 

08h09 : Le Venezuela nomme l’ambassadeur de Russie ministre

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé lundi son ambassadeur en Russie Carlos Faria comme ministre des affaires étrangères. « J’ai nommé comme ministre du pouvoir populaire pour les relations extérieures, chancelier de la République, le camarade ambassadeur Carlos Faría », a déclaré Nicolas Maduro dans un communiqué diffusé par la télévision d’État.

« Il connaît très bien tout l’environnement géopolitique de la lutte pour un monde multipolaire », a ajouté le dirigeant socialiste, proche du gouvernement de Vladimir Poutine. Nicolas Maduro a exprimé son soutien à Vladimir Poutine dans un contexte de rejet international de son invasion militaire de l’Ukraine.

07h58 : Donetsk au cœur des combats

D’après l’état-major ukrainien, la Russie concentre ses efforts sur la région de Donetsk. Les forces ukrainiennes auraient repoussé 11 attaques à Donetsk et Lougansk au cours des dernières 24 heures, selon cette mise à jour de 6 heures du matin.



 

07h45 : Les blessures et les enseignements de la région de Tchernihiv

Dans son rapport quotidien, le ministère de la Défense britannique explique que la région de Tchenihiv, au nord de Kiev, a été particulièrement endommagée. « Environ 3.500 bâtiments ont été détruits ou endommagés lors de l’avancée abandonnée de la Russie vers la capitale ukrainienne » et « 80 % des dégâts ont été causés aux bâtiments résidentiels », explique Londres. D’après le ministère, la Russie devrait avoir recours « à des bombardements d’artillerie aveugles » dans le Donbass.



 

07h36 : L’Unicef alerte sur la malnutrition

« À la suite de l’envolée des prix alimentaires induite par la guerre en Ukraine et des coupes budgétaires engendrées par la pandémie, le coût des aliments thérapeutiques vitaux pour les enfants souffrant de malnutrition devrait enregistrer jusqu’à 16 % d’augmentation », alerte l’Unicef lundi.

La situation alimentaire mondiale s’aggrave et l’ONG s’inquiète des conséquences sur les populations déjà fragiles. Cela « risque de priver jusqu’à 600.000 enfants supplémentaires de ce traitement vital », souligne l’Unicef, en référence aux « aliments thérapeutiques », des pâtes riches en nutriments que l’organisation distribue dans le monde.

07h27 : Terrain miné

En 2020, plus de 7.000 personnes ont été tuées par des mines antipersonnel. La majeure partie des victimes de ces armes qui frappent sans discrimination sont des civils. Dans le monde, d’après l’Observatoire des mines, 80 % des personnes tuées sont des civils et 43 % sont des enfants. A cause de l'invasion de la Russie, l’Ukraine est en passe de monter dans le prochain classement des pays dont le sol est miné et, donc, dangereux.

Si elles font pour l’instant majoritairement des victimes militaires, des accidents ont déjà été rapportés : des civils à pied et des tracteurs ont déjà explosé sur ces armes dans le pays.



 

07h18 : En Finlande, les réservistes se tiennent prêts face à la menace russe

Sur une île battue par les vents au large d’Helsinki, des Finlandais de tous milieux sont venus passer leur week-end en entraînement militaire, avec un bond de volontaires au moment où leur pays veut entrer dans l’Otan pour se protéger de la Russie.

Si l’armée finlandaise ne compte que 13.000 professionnels, le pays de 5,5 millions d’habitants affiche un nombre impressionnant de 900.000 réservistes avec une armée en temps de guerre capable d’atteindre 280.000 soldats. Le symbole d’un pays qui a voulu toujours rester prêt à affronter le pire. Pour beaucoup de ceux présents en ce samedi de mai sur l’île militaire de Santahamina, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a sonné le rappel.

Dès la première semaine de la guerre en Ukraine, les enrôlements dans les programmes de défense volontaire se sont envolés. « L’intérêt a été environ dix fois supérieur aux années normales », explique Ossi Hietala, 29 ans, un représentant de la MPK, l’Association finlandaise d’entraînement pour la défense nationale. Au lieu de 600 par semaine, le nombre de volontaires s’est envolé à 6.000, poussant l’Etat finlandais à verser une rallonge de trois millions d’euros à la MPK.

07h08 : La vie reprend difficilement à Kharkiv

Kharkiv a été une des villes ukrainiennes les plus affectées par la guerre, subissant un assaut de plusieurs jours et des combats dans sa banlieue, fin février et début mars, puis subissant un pilonnage régulier. L’étau autour de la ville s’est desserré depuis quelques jours, mais la guerre continue. Des dégâts importants ont été infligés à toutes les infrastructures, et de nombreux habitants ne sont pas encore revenus.

« Nous essayons de maintenir la ville en vie », affirme à l’AFP une porte-parole de la mairie, commentant la reprise de certaines lignes de bus public lundi.

Selon cette porte-parole, le maire s’abstient pour le moment d’appeler au retour des habitants, tout comme de l’interdire. « Les réalités sont différentes selon les quartiers », précise-t-elle. A la gare de Kharkiv de nombreuses personnes, qui avaient pris la fuite en février, reviennent toutefois.

06h45 : Le résumé des infos de lundi

Vous voulez tout savoir sur les événements de lundi liés au conflit en Ukraine ? Rien de plus simple, la rédaction de 20 Minutes vous livre  ici un recap' préparé lundi soir. Bonne lecture :

 

06h30 : Paris et Londres soutiennent Stockholm et Helsinki

Lundi soir, la France a assuré qu’elle « se tiendrait aux côtés » de la Finlande et de la Suède en cas d’agression de la Russie. Londres a pour sa part appelé à ce que ces deux pays soient intégrés à l’Otan « dès que possible ».

06h26 : La croissance européenne ralentit

Les effets de sanctions inédites prises par les Occidentaux contre la Russie se font de plus en plus ressentir sur l’économie européenne. La Commission européenne a ainsi annoncé lundi avoir abaissé de 1,3 point ses prévisions de croissance économique pour la zone euro en 2022, à 2,7 %.

06h22 : Plus de 260 combattants ukrainiens évacués d’Azovstal

A Marioupol, plus de 260 combattants ukrainiens ont été évacués lundi de l’aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance ukrainienne dans ce port stratégique. Quelque « 53 blessés graves ont été évacués d’Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres ont été transportés à Olenivka par un couloir humanitaire », a déclaré la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Malyar.

Ces localités sont situées en territoire contrôlé par les forces russes et prorusses dans l’est de l’Ukraine, mais Ganna Malyar a précisé que les combattants devaient être à l’avenir rapatriés en territoire contrôlé par l’Ukraine, « dans le cadre d’une procédure d’échange ».

 

06h17 : Des civils tués dans le Donbass selon Kiev

A Severodonetsk, une ville devenue importante pour les Ukrainiens depuis que des forces séparatistes soutenues par Moscou se sont emparées d’une partie du Donbass en 2014, « au moins 10 personnes ont été tuées » dans des bombardements russes, a annoncé lundi le gouverneur de la région. Cette cité est quasiment encerclée par les forces de Moscou.

Dans un précédent message lundi, Serguiï Gaïdaï avait fait état de frappes d’artillerie sur Severodonetsk et sur sa ville jumelle de Lyssytchank, ayant provoqué des incendies dans des quartiers d’habitation. « Severodonetsk a subi des frappes très puissantes », a-t-il ajouté, accompagnant son message de photographies des destructions.

Malgré les appels des autorités ukrainiennes à évacuer Lyssytchansk, qui n’est séparée de Severodonetsk que par un cours d’eau, plus de 20.000 civils – contre 100.000 habitants avant la guerre – sont restés, selon des volontaires qui distribuent de l’aide dans la région.

06h09 : La Turquie ne veut pas de la Finlande et de la Suède dans l’Otan

Après la Finlande dimanche, la Suède a à son tour annoncé lundi qu’elle allait demander son adhésion à l’Otan, après une consultation de son Parlement. Toutefois, ces adhésions bloquent avec Ankara. Le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, s’est tout de même dit « confiant » dans la possibilité pour les Etats de l’Alliance de trouver un compromis avec la Turquie.
Les négociations s’annoncent difficiles. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a martelé lundi que son pays « ne céderait pas » quant à son refus. Ankara reproche à la Suède et à la Finlande de faire preuve de mansuétude envers les rebelles kurdes du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) considéré comme organisation terroriste.

 

Bonjour et bienvenue dans ce live.

Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes se mobilise pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. Sur le terrain, Moscou intensifie son offensive sur le Donbass. Kiev affirme pour sa part avoir repris de nombreux territoires autour de Kharkiv, la deuxième ville du pays.