Otan : Erdogan réaffirme qu’il ne « cédera pas » sur l’adhésion de la Finlande et de la Suède

INTRANSIGEANT Le président turc reproche notamment à ces deux pays de servir d'« auberge aux terroristes du PKK », le parti des travailleurs du Kurdistan

20 Minutes avec AFP
— 
Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse après un sommet de l'Otan, à Bruxelles le 24 mars 2022 (illustration).
Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse après un sommet de l'Otan, à Bruxelles le 24 mars 2022 (illustration). — Markus Schreiber/AP/SIPA

Recep Tayyip Erdogan compte bien gagner son bras de fer contre Helsinki et Stockholm. Le président turc a affirmé lundi soir que la Turquie ne « cédera pas » sur l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan après que les deux pays ont officialisé leur candidature.

« Comment allons-nous leur faire confiance ? La Suède est la pépinière des organisations terroristes (…) Nous ne céderons pas sur l’adhésion à l' Otan de ceux qui appliquent des sanctions envers la Turquie », a martelé le chef de l’Etat. Il en a profité pour accuser de nouveau les deux pays nordiques de faire preuve de mansuétude envers les rebelles kurdes du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) considéré comme une organisation terroriste.

« Nous convaincre ? Que [les Suédois] ne se fatiguent pas ! »

La Turquie reproche notamment à la Suède et à la Finlande de ne pas approuver ses demandes d’extradition des personnes qu’elle accuse d’être membres d'« organisations terroristes », a rapporté lundi l’agence étatique turque Anadolu. Aucune des 33 demandes d’extradition envoyées par Ankara n’a en effet reçu de réponse positive de la part de Stockholm ni de Helsinki au cours des cinq dernières années, selon le ministère de la Justice cité par l’agence Anadolu.

Evoquant la visite prochaine d’une délégation diplomatique suédoise en Turquie pour « voir comment la question peut être résolue », selon le ministre suédois de la Défense, le président Erdogan a prévenu : « Ils vont venir pour nous convaincre ? Qu’ils ne se fatiguent pas ! ».

Depuis vendredi le président turc menace de bloquer l’adhésion des deux pays nordiques à l’Otan, leur reprochant de servir d'« auberge aux terroristes du PKK ». Or, tout élargissement est soumis à l’approbation unanime des membres de l’Alliance.

Embargo conflictuel sur les armes

La Turquie reproche en outre à la Suède d’avoir suspendu toute vente d’armes à son endroit depuis 2019, en représailles à l’opération turque dans le nord de la Syrie. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s’était d’ailleurs montré dimanche conciliant envers la Finlande, mais il a reproché à la Suède de tenir des propos « provocants », lors des discussions à Berlin avec ses pairs de l’Alliance atlantique. Il doit se rendre ce mardi aux Etats-Unis pour s’entretenir mercredi avec le Secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken.