Guerre en Ukraine :Une région séparatiste de Géorgie va organiser un référendum d'intégration à la Russie...

LIVE Suivez avec nous, minute par minute, l’évolution du conflit en Ukraine, ce jeudi 12 mai

C.POH, X.R.
— 
Vladimir Poutine
Vladimir Poutine — Mikhail Metzel/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Les Etats-Unis ont accusé jeudi l'armée russe d'avoir transféré, « de force », « plusieurs milliers » d'Ukrainiens dans des «camps de filtration», les soumettant à un traitement « brutal ».
  • Kiev a avancé le nombre de 1,2 million de personnes déportées par Moscou en Russie.
  • Ce vendredi se réunissent en Allemagne les ministres des Affaires étrangères du G7, rejoints par leurs homologues ukrainien Dmytro Kuleba et moldave Nicu Popescu.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

C'est la fin de ce live. Merci de l'avoir suivi. On se retrouve sur 20 Minutes pour plus d'informations sur l'invasion russe en Ukraine. Bonne soirée.
20h48 : Le point en carte

Chaque jour, le ministère de la Défense britannique poste une carte de la situation en Ukraine. On peut y voir les avancées des troupes russes, les zones où les combats font rage ou encore les principaux bombardements.

Voici la carte de ce vendredi :



 

20h34 : Le soutien des Etats-Unis à l’adhésion des pays nordiques à l’Otan

Le président américain Joe Biden s’est entretenu aujourd’hui avec les dirigeants suédois et finlandais pour montrer son soutien « à la politique de la porte ouverte de l’Otan » et au droit des deux pays nordiques « de décider de leur propre avenir, de leur politique étrangère et de leurs arrangements en matière de sécurité », a déclaré la Maison Blanche.

20h24 : La Géorgie et la Russie

L’offensive contre l’Ukraine a suscité un élan de solidarité en Géorgie. Cette dernière avait déjà par le passé qualifié d'« inacceptable » le projet de l’Ossétie du Sud d’organiser un référendum sur son entrée dans la Fédération de Russie.

En août 2008, la Russie a attaqué la Géorgie dont le gouvernement combattait des milices prorusses dans cette région, après qu’elles eurent bombardé des villages géorgiens. Les combats ont pris fin au bout de cinq jours avec l’établissement d’un cessez-le-feu négocié par l’Union européenne, mais ont fait plus de 700 morts et provoqué le déplacement de dizaines de milliers de Géorgiens de souche.

20h15 : Washington « travaille à clarifier la position de la Turquie » sur l'élargissement de l'Otan
20h04 : Coup d’œil dans le rétro

Tous les jours, 20 Minutes vous propose un récap' de la situation en Ukraine. Entre insécurité alimentaire et candidatures (probables et) mouvementées de la Finlande et de la Suède à l’Otan, on vous raconte tout ici :



 

19h55 : Mais quels sont "miettes de Russie" dont fait partie l'Ossétie du Sud ?

Pour mieux comprendre ces territoires séparatistes sous perfusion de la Russie, 20 Minutes vous a concocté un papier dès février. On parle depuis un moment de la Transnistrie, territoire séparatiste de la Moldavie où des troubles ont eu lieu récemment. Mais pour en savoir plus que l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, c'est ici : 

 

19h44 : Une région séparatiste de Géorgie va organiser en juillet un référendum d’intégration à la Russie

Les autorités de la région séparatiste géorgienne prorusse d’Ossétie du sud ont annoncé vendredi organiser le 17 juillet un référendum sur l’intégration à la Russie.

Le « président » Anatoli Bibilov « a signé un décret sur la tenue d’un référendum dans la république d’Ossétie du sud », ont indiqué ses services dans un communiqué, évoquant « l’aspiration historique » des habitants de cette région géorgienne de rejoindre la Russie, dont elle est limitrophe.

19h36 : Kiev veut armer un million de personnes

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, a déclaré ce vendredi que Kiev espère armer un million de personnes alors que le pays se prépare à une « nouvelle et longue phase de guerre ». « Nous entrons dans une nouvelle et longue phase de la guerre. Pour le gagner, nous devons planifier soigneusement les ressources, éviter les erreurs et projeter notre force de manière à ce que l’ennemi finisse par se briser », a-t-il écrit.

19h25 : Communiqué court de Moscou après un échange avec les Etats-Unis

Le ministre américain de la défense Lloyd Austin s’est entretenu ce vendredi avec son homologue russe Sergueï Choïgou. Dans un communiqué très court, le ministère de la Défense russe a affirmé que l’appel avait eu lieu « à l’initiative de la partie américaine », et que les deux ministres avaient « discuté des questions actuelles de la sécurité internationale, y compris de la situation en Ukraine ».

19h14 : Détention prolongée jusqu’au 18 juin pour la basketteuse américaine Brittney Griner

Un tribunal russe a décidé vendredi de prolonger jusqu’au 18 juin la détention de la star du basket américain Brittney Griner, interpellée en février à l’aéroport de Moscou et soupçonnée d’avoir transporté des stupéfiants, a rapporté l’agence de presse officielle TASS.

Le tribunal de Khimki, dans la banlieue de Moscou, « a satisfait la requête des enquêteurs et a prolongé la détention de la citoyenne américaine Griner jusqu’au 18 juin », a indiqué le service de presse de cette instance judiciaire, cité par l’agence.

Griner, joueuse du club des Phoenix Mercury, deux fois médaillée d’or aux Jeux olympiques et championne de la WNBA, a été interpellée en Russie après la découverte en février dans ses bagages à main « de vapoteuses » et d'« un liquide présentant une odeur particulière » d’huile de cannabis (huile de haschich), selon le service fédéral des douanes russe. Sa détention provisoire avait initialement été ordonnée jusqu’au 19 mai.

19h05 : Aucun « problème aigu » résolu par l’appel entre les ministres de la Défense russe et américain, d’après le Pentagone

Le premier appel vendredi entre le ministre de la Défense américain Lloyd Austin et son homologue russe Sergueï Choïgou depuis le début de la guerre en Ukraine n’a permis de résoudre aucun « problème aigu », a affirmé le Pentagone.

« L’appel en lui-même n’a résolu aucun problème aigu ou mené à des changements directs dans ce que les Russes font ou disent », a déclaré un haut responsable du ministère de la Défense américain devant la presse.

18h55 : Le point en infog'

Chaque semaine, 20 Minutes se penche sur la guerre en Ukraine et vous résume le conflit en quatre infographies. Entre front stabilisé et réfugiés qualifiés, on vous parle de la guerre qui va durer ce vendredi :



 

18h46 : Partenaire à quatre pattes


 

18h34 : En Russie, l’inflation s’embrase à 17,8 % en avril sur un an, un record depuis 2002

L’inflation, qui s’envole en Russie depuis des mois, a encore grimpé, atteignant 17,8 % en avril sur un an, selon les données de l’agence de statistiques Rosstat publiées vendredi, un niveau jamais vu depuis début 2002. Par rapport au mois de mars de cette année, les prix ont progressé de 1,6 % en avril.

18h27 : L’opérateur finlandais du réseau assure pouvoir se passer de l’électricité russe

L’opérateur du réseau électrique finlandais a assuré pouvoir se passer des importations de courant venues de Russie, suspendues à partir de samedi à cause d’impayés, au moment où la Finlande s’apprête à annoncer sa candidature à l’Otan.

« Nous étions préparés à cela et ce ne sera pas difficile. On peut gérer avec un peu plus d’importations de Suède et de Norvège », a déclaré vendredi à l’AFP Timo Kaukonen, un responsable des opérations de l’opérateur Fingrid.

18h17 : Bientôt un rapport sur la corruption du ministère de la Défense russe ?

« Le projet Gulagu.net (qui documente et dénonce la torture dans les prisons russes) annonce travailler sur une énorme base de données de sources qui ont fuité sur la corruption dans le Ministère de la défense russe », rapporte la chercheuse spécialiste des régimes post-soviétiques Anna Colin-Lebedev. D’après elle, ces fuites montrent notamment que « l’état des installations russes de stockage de l’arsenal nucléaire » est « déplorable ».



 

18h08 : Les Bourses européennes finissent sur un rebond de plus de 2 % à Paris, Francfort et Londres

Les Bourses européennes ont fini sur un rebond de plus de 2 % vendredi qui leur permet de conclure la semaine sur une note positive après une traversée agitée en raison d’un lot d’incertitudes sur la croissance mondiale.

Paris a progressé de 2,52 %, Francfort de 2,10 % et Londres de 2,55 % alors que l’inflation renforce les craintes de voir les banques centrales resserrer fermement leur politique monétaire aux Etats-Unis et en zone euro au risque de casser la dynamique de croissance.

17h50 : Un crime de guerre documenté grâce à des caméras de surveillance

Sur les images, visibles dans un deuxième tweet, on voit clairement deux soldats russes abattre deux civils ukrainiens, désarmés et de dos.



 

17h34 : La Russie va suspendre ses livraisons d’électricité à la Finlande à partir de samedi

La Russie va suspendre ses livraisons d’électricité à la Finlande à partir de samedi, en raison d’impayés, a annoncé vendredi le fournisseur RAO Nordic Oy, détenu à 100 % par l’entreprise russe InterRAO. Basé à Helsinki, RAO Nordic Oy n’a pas reçu de paiement pour l’électricité fournie à la Finlande depuis le 6 mai, a affirmé ce groupe dans un communiqué, en évoquant un manque de moyens pour payer l’électricité importée de Russie. « Nous sommes donc obligés de suspendre l’importation d’électricité à partir du 14 mai », explique le fournisseur.

17h30 : Le G7 veut aider l’Ukraine à exporter face à « l’arme de guerre » de la faim

Les ministres de l’Agriculture du G7 ont cherché vendredi avec leur homologue ukrainien des solutions pour contrer l’insécurité alimentaire à travers laquelle, selon Kiev, « tout le monde pays le prix » de l’invasion russe. « Nous avons évoqué comment nous pouvons aider à sauver le plus possible les récoltes, par le chemin terrestre, ferroviaire ou via le Danube », a expliqué le ministre allemand de l’Agriculture Cem Özdemir lors d’une conférence de presse avec le ministre ukrainien Mykola Solsky à Stuttgart.

L’invasion russe et le blocus imposé aux ports ukrainiens ont fortement réduit les voies d’exportations pour ce grand producteur agricole. « C’est une stratégie de Vladimir Poutine d’utiliser la faim comme arme de guerre, en Ukraine et au-delà », a ajouté Cem Özdemir. Certains pays d’Afrique sont particulièrement dépendants des exportations d’Ukraine, réputée pour ses terres noires très fertiles, et qui était avant l’invasion le quatrième exportateur mondial de maïs et en passe de devenir le troisième exportateur de blé. Quelque 20 millions de tonnes doivent quitter les silos du pays d’ici trois mois avant la prochaine récolte, a expliqué Mykola Solski.

17h26 : Le groupe russe punk Pussy Riot en tournée européenne pour aider l'Ukraine

Des membres du groupe contestataire punk russe Pussy Riot ont démarré à Berlin une série de concerts pour dénoncer la guerre menée par le régime de Vladimir Poutine et récolter des fonds au bénéfice des organisations aidant l'Ukraine. Une des membres du groupe, Maria Aliokhina, sous la menace d'une peine de prison en Russie, a pu quitter clandestinement le pays, déguisée en livreuse de repas, et rejoindre sur scène, jeudi soir au Funkhaus de Berlin, le collectif des Pussy Riot pour son premier concert en plus de deux ans.

 

17h19 : Deux journalistes de la chaîne russe RT blessés dans l’est de l’Ukraine

Deux journalistes de la chaîne d’information russe RT ont été blessés dans des tirs des forces ukrainiennes dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, a indiqué vendredi cette chaîne dans un communiqué. « L’équipe du journaliste de guerre de RT Valentin Gorchenine a été visée par des tirs de missiles ukrainiens près de Dokoutchaïevsk », dans la République populaire de Donetsk (DNR), a affirmé RT dans le communiqué publié sur Telegram. « Valentin lui-même n’a pas été blessé. Mais ses cameramen Vladimir Bataline et Viktor Mirochnikov ont été blessés par des éclats d’obus dans les jambes et le dos et sont en train d’être emmenés à l’hôpital », a-t-elle précisé.

17h15 : Le chef du Pentagone demande un cessez-le-feu « immédiat » en Ukraine lors d’un appel à son homologue russe

Le ministre américain de la défense Lloyd Austin a demandé vendredi à son homologue russe Sergueï Choïgou un cessez-le-feu « immédiat » en Ukraine lors de leur première conversation téléphonique depuis le début de la guerre, a annoncé le Pentagone.

17h11 : Londres vise des proches de Poutine dans une nouvelle vague de sanctions

Le Royaume-Uni a visé vendredi des proches du président russe Vladimir Poutine accusés par Londres de financer son train de vie « luxueux », dans une nouvelle vague de sanctions en représailles à l’invasion de l’Ukraine. Parmi les 12 personnes, proches et financiers, visées par ces sanctions, figurent son ex-épouse Lyudmila Ocheretnaya et Alina Kabaeva, une ancienne gymnaste olympique qui « selon les rumeurs serait l’actuelle compagne de Poutine », d’après un communiqué.

Des médias prêtent au président russe une relation avec Alina Kabaeva depuis des années, ce qu’avait démenti Vladimir Poutine en 2008. « Nous exposons au grand jour et ciblons le réseau occulte qui soutient le train de vie luxueux de Poutine et resserrons l’étau sur sa garde rapprochée », a déclaré dans le communiqué la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss. « Nous continuerons à appliquer des sanctions sur tous ceux qui aident et sont complices de l’agression de Poutine jusqu’à ce que l’Ukraine l’emporte », a-t-elle ajouté.

17h07 : « Tout le monde paye le prix de la guerre », selon Kiev

« Tout le monde paye le prix de la guerre » à travers l’insécurité alimentaire et la hausse des prix, a lancé vendredi le ministre ukrainien de l’Agriculture Mykola Solsky à l’issue d’une réunion avec ses homologues du G7. « C’est une stratégie de Vladimir Poutine d’utiliser la faim comme arme de guerre, en Ukraine et au-delà », a de son côté accusé son homologue allemand Cem Özdemir, estimant que « les Ukrainiens ont connu cela par le passé en Union Soviétique (…) pendant l’Holodomor », en faisant référence à la grande famine qui eut lieu en Ukraine en 1932 et 1933 et qui fit plusieurs millions de morts.

17h01 : Joe Biden s’est entretenu avec le Premier ministre suédois et le président finlandais

Le président américain Joe Biden s’est entretenu vendredi avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö pendant un peu plus d’une demi-heure, a indiqué la Maison Blanche, alors que ces deux pays ont manifesté leur intention de rejoindre l’Otan. Le président finlandais a indiqué sur Twitter avoir « exposé les prochaines étapes de la Finlande en vue d’une adhésion » à l’organisation de défense transatlantique et ajouté que son pays était « profondément reconnaissant aux Etats-Unis pour leur nécessaire soutien ».



 

16h48 : A Nice, des Ukrainiens squattent une villa russe

« Tu prends mon territoire, je prends le tien. » Quatre Ukrainiens ont décidé de squatter une villa appartenant à des Russes sur les hauteurs de Nice, une mesure justifiée selon eux par la guerre en Ukraine. Mais ça n’a pas vraiment convaincu la police, les propriétaires n’étaient pas visés par les sanctions. Les squatteurs ont terminé en garde à vue. Notre journaliste à Nice Fabien Binacchi vous en dit un peu plus.



 

16h36 : Des jeunes sportifs ukrainiens en compétition en Normandie

Plus de 3.600 jeunes se retrouveront à partir de dimanche en Normandie pour des compétitions internationales avec en invité d’honneur une délégation de jeunes sportifs ukrainiens. Une partie d’entre eux, partis de Lviv, a été accueillie en milieu de semaine à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise, et de la performance) et doit être reçue à l’Elysée vendredi. La seconde partie de la délégation ukrainienne arrivera samedi. Ils défileront au complet dans les rues de Deauville pour la cérémonie d’ouverture dimanche.

Ce rassemblement d’ampleur, nommé « gymnasiade » et rassemblant des jeunes de 15 à 18 ans, est organisé par l’UNSS (Union nationale du sport scolaire) et la fédération internationale du sport scolaire (ISF). Au menu de ces Jeux pour jeunes du 14 au 22 mai : 17 disciplines, 3 parasport, et aussi des centaines de jeunes arbitres et reporters qui rayonneront dans plusieurs villes de la région.

16h03 : Dans les coulisses du pouvoir

« Ce soir, 18 heures », vous pourrez découvrir comment s’est organisé le double voyage d’Emmanuel Macron à Moscou puis à Kiev quelques jours avant le début de la guerre.



 

15h51 : La Suède et la Finlande veulent discuter avec la Turquie samedi à Berlin de leur adhésion à l’Otan

La Suède et la Finlande prévoient de discuter avec la Turquie samedi à Berlin après l’hostilité affichée par le président turc Erdogan à leur éventuelle entrée dans l’Otan, ont annoncé leurs ministres des Affaires étrangères. La ministre suédoise Ann Linde « aura l’occasion de discuter » avec son homologue turc lors d’une réunion informelle prévue des ministres de l’Otan, à laquelle sont invitées la Suède et la Finlande, a-t-elle indiqué dans une déclaration à l’AFP. Lors d’une conférence de presse au même moment à Helsinki, le chef de la diplomatie finlandaise Pekka Haavisto a affiché son intention de « poursuivre la discussion » avec le ministre turc Mevlut Cavusoglu.

15h39 : Les Tchétchènes s’amusent


 

15h24 : Un élevage de vaches au milieu des combats

A Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine, les 26 vaches qui nourrissent Oksana Bout, sa sœur Lioudmila et ses deux enfants sont à la fois une bénédiction et une malédiction, au moment où l’étau russe se resserre sur la région. D’un côté, le bétail, installé sur une butte à quelques minutes de voiture de la ligne de front, fournit à cette femme de 40 ans un revenu stable et du lait. De l’autre, cela signifie qu’Oksana ne peut pas quitter ses terres pour fuir les combats sans perdre l’intégralité de son troupeau.

Des traînées de missiles dans le ciel rappellent que les Russes se rapprochent de presque tous les côtés de la ville de Bakhmout, à quelque 55 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la grande ville régionale. « Quand une bombe explose pas loin, j’ai très peur », avoue toutefois Oksana, qui observe d’un coin de l’œil sa fille jouer avec la queue d’une vache. « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Pour chaque vache, c’est des heures de travail. Nous ne pouvons simplement pas tout laisser tomber, les confier à quelqu’un et passer à autre chose », poursuit-elle.

15h06 : La Turquie menace de bloquer l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé vendredi son hostilité à l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan, au risque de bloquer l’ensemble du processus qui requiert l’unanimité des membres de l’Alliance atlantique. « Nous n’avons pas un avis positif », a déclaré Erdogan, expliquant qu’il ne « veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l’adhésion de la Grèce ». « Nous suivons actuellement les développements concernant la Suède et la Finlande, mais nous n’avons pas un avis positif, parce qu’ils ont fait une erreur à l’Otan concernant la Grèce auparavant, contre la Turquie », a déclaré le chef de l’Etat à la sortie de la prière du vendredi à Istanbul.

Erdogan a en outre reproché à Stockholm et Helsinki de servir « d’auberge aux terroristes du PKK », le Parti des Travailleurs du Kurdistan classé comme organisation terroriste par la Turquie, mais aussi l’Union européenne et les Etats-Unis. Une fois la décision prise par un pays tiers d’adhérer, les membres de l’Otan doivent en effet accepter à l’unanimité de l’inviter à les rejoindre.

14h57 : La suspension de l’agence russe Tass confirmée par l’Alliance européenne des agences de presse

Réunie à Sarajevo, l’assemblée générale de l’Alliance européenne des agences de presse (EANA) a décidé « par une grande majorité, de confirmer la suspension de l’agence russe Tass de l’EANA », a déclaré le président de l’alliance, Clemens Pig, au cours d’une conférence de presse. Le conseil d’administration de l’EANA, qui est composé de cinq membres dont le PDG de l’AFP, Fabrice Fries, avait décidé le 27 février de suspendre « immédiatement » l’agence russe des rangs de l’alliance, en attendant une décision de l’assemblée générale.

Cette décision avait été prise trois jours après le début de l’invasion russe de l’Ukraine en raison de « la nouvelle réglementation appliquée par le gouvernement russe qui restreint fortement la liberté des médias ». « La suspension signifie que Tass n’est autorisé à participer à aucune conférence (de l’alliance) et qu’il n’y a pas de communication officielle entre l’Alliance européenne des agences de presse et Tass », a expliqué Clemens Pig, en précisant que l’exclusion avait été la seconde option.

14h50 : A quand un déplacement d'Emmanuel Macron à Kiev ?

L'ambassadeur de France en Ukraine, Etienne de Poncins, a un peu vendu la mèche : Emmanuel Macron réfléchit à se rendre en Ukraine. Mais alors que Charles Michel, Boris Johnson ou encore Justin Trudeau ont déjà fait le déplacement, pourquoi le président français tarde tant ? Eléments de réponse avec notre journaliste Xavier Regnier.



 

14h43 : Macron essaye de dialoguer avec Poutine « en vain », estime Zelensky

Emmanuel Macron essaye « en vain » de dialoguer avec son homologue russe Vladimir Poutine, a estimé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ne jugeant « pas correct » que le président français soit prêt, selon lui, à « faire des concessions diplomatiques » à la Russie. « Il ne faut pas chercher une porte de sortie pour la Russie, et Macron le fait en vain », a regretté le président ukrainien jeudi soir sur la chaîne de télévision italienne RAI 1, selon des images diffusées vendredi sur sa chaîne Telegram.

« Je sais qu’il voulait obtenir des résultats dans la médiation entre la Russie et l’Ukraine, mais il n’en pas a eu », a-t-il asséné. « Jusqu’à ce que la Russie elle-même veuille et comprenne qu’elle a besoin (de la fin de la guerre, ndlr), elle ne cherchera aucune issue », a ajouté Volodymyr Zelensky.

14h34 : Un premier procès pour crime de guerre débutera le 18 mai à Kiev

Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine débutera le 18 mai à Kiev, un jeune soldat russe se trouvant sur le banc des accusés, suspecté d'avoir tué un homme de 62 ans. L'accusé, Vadim Chichimarine, 21 ans, est arrivé menotté, le crâne rasé, au petit tribunal de district Solomiansky de Kiev dans un survêtement gris pour l'audience préliminaire vendredi, selon des images diffusées par la télévision ukrainienne.

Il est accusé d'avoir tiré avec une kalachnikov par la fenêtre à bord d'une voiture dans laquelle il circulait, abattant un civil de 62 ans qui n'était pas armé. Selon le parquet ukrainien, le soldat russe se déplaçait avec quatre autres militaires après l'attaque de leur convoi le 28 février et ils ont volé une voiture près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est). Il risque la prison à vie. La victime, qui n'a pas été identifiée, circulait à bicyclette sur le bord de la route non loin de son domicile, a ajouté le parquet.

14h20 : La Russie expulse dix diplomates roumains

Moscou va expulser dix diplomates roumains en représailles à une mesure similaire prise par Bucarest le mois dernier à la suite de l'invasion de l'Ukraine, ont annoncé vendredi les ministères roumain et russe des Affaires étrangères. Un Bulgare va également être renvoyé, selon Moscou.

14h15 : La Russie déconseille aux Russes d’aller au Royaume-Uni

La Russie a recommandé vendredi aux Russes de ne pas se rendre au Royaume-Uni et annoncé durcir les conditions d’obtention d’un visa russe pour les Britanniques, présentant ces mesures comme une réponse aux actions « inamicales » de Londres. « Du fait de l’évolution extrêmement inamicale du Royaume-Uni à l’égard de notre pays (…) nous recommandons aux citoyens russes d’éviter de se rendre en Grande Bretagne », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, dans un communiqué dénonçant les difficultés faites aux Russes pour obtenir un visa britannique.

13h54 : Géopolitique du ballon rond

Quatre clubs russes de foot ont annoncé vendredi avoir déposé un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) contre leur mise au ban des compétitions européennes en 2022-2023, décidée par l’UEFA à cause du conflit en Ukraine.

« Notre club, ainsi que trois autres clubs de la Première ligue russe – Zenit Saint-Pétersbourg, Dynamo Moscou et Sotchi – ont fait appel devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne de la décision de l’UEFA prise le 2 mai 2022 de bannir les clubs russes des compétitions européennes », a indiqué le CSKA Moscou dans un communiqué.

« Tous les clubs ont demandé que leur plainte soit examinée en urgence », précise le communiqué. Le CSKA Moscou « aspire à participer aux compétitions européennes », ajoute-t-il.

13h46 : Scission entre Européens de l’Ouest et Anglo-saxons

Les positions occidentales de soutien à l’Ukraine divergent de plus en plus entre les Anglo-saxons et les Européens de l’Ouest, les premiers poursuivant un objectif stratégique d’affaiblissement de la Russie dont les conséquences potentielles inquiètent les seconds.

Joe Biden et Emmanuel Macron résument à eux deux cette discordance. Le président américain a déclaré le 26 mars que Vladimir Poutine « ne peut pas rester au pouvoir », tandis que le Français a dit le 9 mai que la paix ne se ferait pas dans « l’humiliation » de la Russie.

Au-delà des mots, Etats-Unis et Royaume-Uni abreuvent d’armes l’Ukraine beaucoup plus massivement que le font France ou Allemagne. Des informations de presse jamais confirmées mais récurrentes affirment que les services de renseignement américains aident très activement l’Ukraine.

Washington et Londres sont aussi plus allants que Paris et Berlin sur les sanctions contre Moscou, et ne semblent plus du tout croire à une solution diplomatique au conflit que continuent d’espérer les Européens.

13h38 : La Russie a une « responsabilité » dans l’approvisionnement alimentaire mondial, dit Scholz à Poutine

Olaf Scholz a « rappelé » vendredi à Vladimir Poutine lors d’un entretien téléphonique la « responsabilité particulière » de la Russie dans l’approvisionnement alimentaire mondial, « particulièrement sous tension en raison de la guerre » en Ukraine, selon un communiqué de la chancellerie allemande.

Le chef du gouvernement allemand a également « insisté » lors de l’entretien de 75 minutes dans la matinée sur la nécessité d’un cessez-le-feu « le plus rapidement possible » tout en « réfutant clairement l’accusation que le nazisme soit très répandu en Ukraine », ajoute le communiqué.

13h29 : Londres vise des proches de Poutine dans une nouvelle vague de sanctions

Le Royaume-Uni a visé vendredi des proches du président russe Vladimir Poutine accusés par Londres de financer son train de vie « somptueux », dans une nouvelle vague de sanctions en représailles à l’invasion de l’Ukraine.

Parmi les 12 personnes, proches et financiers, visées par ces sanctions figurent son ex-épouse Lyudmila Ocheretnaya et Alina Kabaeva, une ancienne gymnaste olympique qui « selon les rumeurs serait l’actuelle compagne de Poutine », d’après un communiqué.

Des médias prêtent au président russe une relation avec Alina Kabaeva depuis des années, ce qu’avait démenti Vladimir Poutine en 2008.

« Nous exposons au grand jour et ciblons le réseau occulte qui soutient le train de vie luxueux de Poutine et resserrons l’étau sur sa garde rapprochée », a déclaré dans le communiqué la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss.

13h22 : L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan serait « une erreur » d’après Erdogan

L’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan serait une « erreur » comme celle que fut l’adhésion de la Grèce au Traité de l’Alliance atlantique, a jugé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l’Etat a expliqué devant la presse qu’il ne « veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l’adhésion de la Grèce », accusant Stockholm et Helsinki « d’héberger des terroristes du PKK », le Parti des Travailleurs du Kurdistan. « Nous n’avons pas un avis positif », a-t-insisté.

13h13 : Alliances d’aluminium à Azovstal


 

12h56 : Discussion sur un partenariat entre l'Ukraine et le Royaume-Uni


 

12h53 : Poutine explique à Scholz combattre des nazis

Le président russe Vladimir Poutine a insisté vendredi auprès du chancelier allemand Olaf Scholz sur « l’idéologie nazie » des forces que la Russie combat en Ukraine, justifiant une nouvelle fois son offensive. « L’attention a été attirée sur la poursuite des violations du droit international humanitaire par les combattants prônant une idéologie nazie et qui utilisent des méthodes terroristes », a indiqué le Kremlin dans un communiqué expliquant la teneur des propos du président russe lors d’un entretien téléphonique avec le dirigeant allemand. Il a aussi répété que son offensive, dénoncée par la communauté internationale, visait à protéger la population russophone de l’Est de l’Ukraine.

12h36 : Des sanctions sans embargo sur le pétrole russe seraient une rupture de l’unité de l’UE, selon Dmytro Kuleba

L’absence d’un embargo sur le pétrole russe dans le prochain paquet de sanctions de l’UE contre Moscou constituerait une rupture de l’unité européenne dans son soutien à Kiev, a estimé vendredi le chef de la diplomatie ukrainienne. « Si ce paquet est adopté sans un embargo sur le pétrole, je crois que le président Poutine pourra faire la fête parce que cela sera la première fois que l’unité de l’Union européenne » dans son soutien à l’Ukraine, « sera rompue à cause de la position d’un seul pays, la Hongrie », a jugé Dmytro Kouleba.

12h25 : L’Ukraine demande au G7 de confisquer des avoirs russes pour la reconstruction

« Aujourd’hui, j’ai demandé aux Etats du G7 d’adopter des législations et de mettre en place toutes les procédures nécessaires afin de saisir des avoirs russes et les donner à l’Ukraine pour la reconstruction du pays », a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, invité à une réunion des chefs de la diplomatie du G7.

12h10 : Les importations russes pourraient chuter de 23 à 36%, selon les prévisions du FMI et de la Bank of Russia


 

11h22 : Une adhésion de la Suède à l’Otan réduirait le risque de conflit en Europe du Nord, selon un rapport officiel

Une adhésion de la Suède à l’Otan réduirait le risque de conflit en Europe du Nord, selon un rapport officiel présenté vendredi en amont de la décision du pays scandinave dans les prochains jours. « Une adhésion de la Suède à l’Otan relèverait le seuil (de déclenchement) de conflits militaires et aurait ainsi un effet dissuasif en Europe du Nord », conclut cette revue stratégique préparée par le gouvernement et les partis au Parlement. « Notre opinion est que nous ne subirions pas d’attaque militaire conventionnelle en réaction à une éventuelle candidature à l’Otan », a affirmé la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde lors d’une conférence de presse.

11h13 : L’UE va fournir une nouvelle aide militaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine

L’Union européenne va fournir une aide militaire supplémentaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine pour l’aider à se défendre contre l’invasion russe, a déclaré ce vendredi le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell. Le financement de l’UE pour soutenir l’effort militaire ukrainien « sera ainsi porté à 2 milliards d’euros au total » depuis le début de la guerre le 24 février, a-t-il ajouté lors d’une déclaration à Wangels, dans le nord de l’Allemagne, où sont réunis jusqu’à samedi les chefs de la diplomatie du G7.

11h01 : Lavrov accuse l’UE d’être devenue « agressive et belliqueuse »

« L’UE est passée d’une plate-forme économique constructive, telle qu’elle a été créée, à un acteur agressif et belliqueux qui affiche déjà ses ambitions bien au-delà du continent européen », a déclaré Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse depuis Douchanbé, au Tadjikistan. A ce titre, il a jugé que « le désir de Kiev devenir membre de l’Union européenne n’est pas anodin ».

Plus largement, il a accusé les Européens de se précipiter « exactement sur la voie que l’Otan a déjà tracée, confirmant ainsi la tendance à la fusion avec l’Alliance nord-atlantique et serviront, en fait, d’appendice » à l’Otan, a-t-il ajouté. Le ministre russe des Affaires étrangères a dénoncé au passage des propos de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui s’est rendue en Inde fin avril pour une visite destinée à renforcer les liens stratégiques avec ce pays qui affiche sa neutralité face au conflit.

 

10h50 : Le vol de céréales ukrainiennes par les Russes est « répugnant », accuse l’Allemagne

« La Russie vole et confisque les biens et les céréales dans l’Est de l’Ukraine », a déclaré Cem Özdemir, le ministre allemand de l’Agriculture aux côtés de son homologue ukrainien, en marge d’une réunion du G7 cherchant à aider Kiev à exporter sa production, estimant que « c’est une manière particulièrement répugnante de mener la guerre. »

10h37 : En Suède, un soutien à l’Otan mêlé d’une impression de précipitation

La guerre en Ukraine s’est traduite par une vague de soutien à une adhésion à l’Otan en Suède, avec une annonce de candidature attendue dans les prochains jours. Mais nombreux sont ceux, élus ou simples citoyens, à confesser un sentiment de précipitation. « Tout le monde aurait aimé avoir plus de temps, parce que c’est une question énorme », regrette l’ancien Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven. « En même temps on sait qu’on n’a pas toujours le temps dont on aimerait disposer ».

Dans sa marche vers l’Otan, Stockholm est apparu suiviste. L’idée d’une candidature ne s’est vraiment imposée que lorsqu’il est devenu évident que la Finlande voisine allait franchir le pas. « Avant, les sociaux-démocrates suédois disaient toujours : "on y pensera quand la Finlande adhérera". Mais parce qu’ils pensaient que la Finlande n’adhérerait jamais », souligne Elisabeth Braw, experte de la défense des pays nordiques à l’American Enterprise Institute.

« Moi aussi j’aurais aimé que la Finlande puisse attendre », s’agace l’ancienne ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström. « C’est une question qui revient lors des délibérations et qui inquiète, on aurait aimé avoir plus de temps pour discuter, écouter les représentants et les arguments », dit celle qui a elle-même changé d’avis après avoir été longtemps contre une entrée dans l’Otan.

10h06 : Comment parler de la guerre aux enfants ?

Comment expliquer la guerre aux enfants ? Cette question taraude plus d’un parent depuis l’invasion russe en Ukraine, dont l’abondante couverture médiatique interroge et angoisse les plus jeunes. « Dès le lendemain de l’annonce du conflit, on avait déjà plus de cinquante questions et ça affluait, ça affluait », se souvient Camille Laurans, rédactrice en chef d’1jour1actu, l’émission sur Internet destinée aux CM1, CM2 et 6e (éditions Milan Presse).

« Chez les plus petits, la question n’était même pas + est-ce que la guerre va être chez moi ? + Car l’Ukraine ils ne savent même pas où c’est », poursuit-elle. Ils pensaient que « la guerre était à leur porte », comme ils l’avaient entendu, et se demandaient où ils allaient fuir et si leur père partirait demain à la guerre. 1jour1actu a pris le parti d'« éviter l’immersion dans l’émotion, les enfants baignaient déjà dedans, et de leur proposer au contraire un bain de compréhension petit à petit ».

La façon dont on s’adresse aux plus petits diffère aussi sensiblement des plus âgés. « Avant 5 ans, ils vont surtout ressentir les inquiétudes autour d’eux et il faut avant tout les rassurer en leur expliquant qu’ils ne sont pas responsables, car ils ont tendance à tout ramener à eux », explique Marie-Noëlle Clément, médecin directeur de l’Hôpital de Jour pour Enfants André Boulloche.

9h52 : Couvre-feu réduit à Kiev

Il sera en place de 23 heures à 5 heures du matin à partir de dimanche.



 

9h40 : Le média russe indépendant Novaïa Gazeta récompensé aux Assises du Journalisme


 

9h13 : Le ministre ukrainien des Finances vise déjà la reconstruction

Si la guerre avec la Russie continue de ravager l’Ukraine, le ministre ukrainien des Finances dit voir des « premiers signes » de reprise économique et vise la reconstruction de son pays, dans un entretien accordé à l’AFP. Si le Fonds monétaire international (FMI) anticipe l’effondrement du PIB ukrainien à 35 % cette année, Serguïï Martchenko s’attend lui à la chute de 45 à 50 % et évalue les dommages globaux causés à l’économie à ce stade à « environ 600 milliards de dollars ».

Les droits de douane ont chuté de 70 %, les recettes fiscales, « de 25 à 30 % », les exportations et les importations se sont pratiquement divisées par deux et le taux de l’inflation a dépassé 16 % en avril sur un an, énumère-t-il. Mais le retrait des troupes russes du nord du pays a ouvert la voie au retour d’une partie des habitants et à la réouverture de commerces. « La demande des consommateurs augmente, les connexions se renouvellent » à Kiev et sa région, se félicite le ministre selon lequel le retour d’ambassades dans la capitale « donne un signal aux citoyens de revenir » et « de relancer leurs activités économiques ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé la communauté internationale à élaborer un nouveau « plan Marshall » pour son pays, en référence au programme d’aide économique américaine pour la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale. « Nous devons diriger les actifs russes (saisis) à l’étranger pour reconstruire l’Ukraine », souligne de son côté Serguïï Martchenko.

9h06 : Jean-Yves Le Drian souligne la « très forte unité » du G7 pour soutenir l’Ukraine « jusqu’à la victoire »

Les chefs de la diplomatie du G7, réunis en Allemagne jusqu’à samedi à Wangels sur les bords de la Baltique, ont invité leurs homologues ukrainien et moldave à participer à leurs discussions. « Cela s’inscrit dans une très forte unité des membres du G7 pour continuer dans la durée à soutenir le combat de l’Ukraine pour sa souveraineté, jusqu’à la victoire », a salué le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

9h01 : La Grande-Bretagne demande « plus d’armes » et de sanctions

« Il est très important en ce moment de maintenir la pression sur Vladimir Poutine en fournissant plus d’armes à l’Ukraine et en augmentant les sanctions » contre le Kremlin, a plaidé Liz Truss lors d’une réunion du G7 à Wangels, dans le nord de l’Allemagne. La ministre des Affaires étrangères britannique a également exigé de nouvelles sanctions.

8h52 : Kiev fait état de 101 hôpitaux détruits depuis le début de la guerre

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine pas moins de « 570 établissements de santé » et « 101 hôpitaux » auraient été « totalement détruits » par les bombardements et autres attaques des forces armées russes, selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky

8h40 : Interview de Loup Bureau, journaliste indépendant, qui a passé plusieurs mois dans les tranchées ukrainiennes

Dans un documentaire intitulé « Tranchées » sorti ce mercredi 11 mai en salles, le journaliste indépendant Loup Bureau offre aux spectateurs une plongée inédite et spectaculaire dans le quotidien des soldats ukrainiens engagés dans la guerre dans le Donbass, avant l’offensive du 24 février 2022. Notre journaliste Hélène Sergent est allée à sa rencontre.

 

8h20 : Le sort de l'UE face au gaz russe demeure un mystère

La perturbation des acheminements de gaz russe vers l'Union européenne ces derniers jours n'a pas d'effets majeurs sur l'approvisionnement, mais rend plus pressante la recherche d'alternatives. Elle pose aussi la question des intentions de Moscou et de l'Ukraine.

8h10 : Vous avez loupé la journée de jeudi ? 20 Minutes vous propose son Récap' de la veille

 

8h : 8 heures : Washington accuse Moscou d’avoir transféré « de force » en Russie « plusieurs milliers » d’Ukrainiens

Les Etats-Unis ont accusé jeudi l’armée russe d’avoir transféré « de force » en Russie « plusieurs milliers » d’Ukrainiens depuis le début de la guerre fin février, souvent en passant par des « camps de filtration » où ils sont soumis à un traitement « brutal ».

 

7h47 : Certains soldats russes refusent de se battre, selon The Guardian

Selon le journal d’information britannique, la décision politique du Kremlin de ne pas déclarer la guerre à l’Ukraine a des conséquences sur le champ de bataille. En effet, certains soldats russes refusent de se battre sachant qu’ils ne seront pas poursuivis. « Nous ne sommes pas officiellement en état de guerre, donc ils ne peuvent pas me forcer à y aller », déclara l’un des soldats dans l’article.

 

7h40 : Le sort des derniers soldats d’Azovstal sur la table de nouveaux pourparlers

Kiev a aussi commencé des « pourparlers difficiles » avec la Russie pour l’évacuation de 38 soldats ukrainiens grièvement blessés, qui se trouvent dans les sous-sols de l’aciérie Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne à Marioupol, assiégée par les forces russes.

7h35 : Plus de 6 millions d'Ukrainiens réfugiés à l'étranger, selon l’ONU

Plus de 6 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion par l'armée russe le 24 février, a indiqué jeudi le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève.

À la date du 11 mai, 6.029.705 Ukrainiens avaient cherché refuge d'abord dans les pays limitrophes avant de souvent poursuivre leur odyssée, selon le site dédié du HCR. La Pologne accueille de très loin le plus grand nombre de réfugiés (3.272.943 au 11 mai).

7h20 : L’armée russe dans le viseur international

Les actes de l’armée russe feront l’objet d’investigations, notamment de la commission spéciale du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, qui en a reçu le feu vert jeudi, de la Cour pénale internationale et des autorités ukrainiennes.

A New York, des représentants de l’ONU ont réclamé l’arrêt des bombardements d’écoles en Ukraine, tout en dénonçant leur utilisation à des fins militaires

7h : La Russie accusée de crime de guerre en Ukraine

Les accusations de crimes de guerre s’accumulaient vendredi contre l’armée russe. Après la vidéo de CNN diffusée ce jeudi où l’on assiste à une exécution sommaire de civils ukrainiens, s’ajoute les nombreux témoignages sur les exactions dont sont accusées les troupes russes en Ukraine.

Bonjour et bienvenue à tous sur ce live !

Pour recevoir les dernières actualités liées à la guerre en Ukraine, restez avec nous en ce vendredi 13 mai. Les accusations de crimes de guerre s'accumule ce vendredi contre l'armée russe, notamment le déplacement de force de milliers de personnes dans des « camps de filtration », alors que plus de six millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de la guerre.