Brésil : Leonardo DiCaprio appelle la jeunesse à voter, Jair Bolsonaro lui répond

ENVIRONNEMENT La star hollywoodienne a publié un message rappelant que « le Brésil abrite l'Amazonie et d'autres écosystèmes essentiels au changement climatique »

20 Minutes avec Agences
Leonardo DiCaprio le 17 décembre 2019.
Leonardo DiCaprio le 17 décembre 2019. — Katie Jones/Variety/REX/SIPA

Jair Bolsonaro a répliqué vendredi avec ironie à l’appel de l’acteur et défenseur de l’environnement Leonardo DiCaprio, critique du dirigeant d’extrême droite. L’acteur s’est adressé à la jeunesse brésilienne, l’incitant à s’inscrire sur les listes électorales en vue de la présidentielle d’octobre.


« Merci pour ton soutien Leo ! C’est très important que tous les Brésiliens votent lors des prochaines élections. Notre peuple décidera s’il veut maintenir notre souveraineté sur l’Amazonie ou préfère être gouverné par des voleurs qui servent des intérêts extérieurs », a répondu Jair Bolsonaro dans un message en anglais sur son compte Twitter.

Très engagé pour la sauvegarde de l’Amazonie

Jeudi, la star hollywoodienne avait publié un message rappelant que « le Brésil abrite l’Amazonie et d’autres écosystèmes essentiels au changement climatique ». « Ce qui s’y passe est important pour nous tous et le vote des jeunes est essentiel pour favoriser le changement en faveur d’une planète saine », avait-il écrit avec un lien renvoyant vers des informations sur les modalités d’inscription sur les listes électorales.

Leonardo DiCaprio a déjà ouvertement critiqué le président brésilien par le passé, notamment pour sa gestion des incendies dans la forêt amazonienne depuis sa prise de fonction en 2019. Il a même rejoint les initiatives de diverses ONG réclamant que tout investissement au Brésil dépende d’engagements fermes en faveur de la préservation de l’Amazonie. Des demandes rejetées par Jair Bolsonaro, vues comme une ingérence contre la souveraineté brésilienne.

Une déforestation galopante

Depuis l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite, la déforestation annuelle moyenne de l’Amazonie brésilienne a augmenté de plus de 75 % par rapport à la décennie précédente. Le gouvernement Bolsonaro est notamment accusé de favoriser l’impunité des orpailleurs, des agriculteurs ou des trafiquants de bois qui pratiquent la déforestation illégale, avec des coupes budgétaires dans les organes de contrôle de l’environnement.