Guerre en Ukraine EN DIRECT : Moscou confirme l'évacuation de 80 civils à Azovstal, certains « remis » à l’ONU…

LIVE Suivez avec nous les dernières informations sur le conflit à l’Est de l’Europe

X.M., X.R.
— 
Le personnel de la Croix-Rouge a notamment récupéré plusieurs enfants.
Le personnel de la Croix-Rouge a notamment récupéré plusieurs enfants. — Alexey Kudenko/SPUTNIK/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Un premier groupe d’une vingtaine de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l’aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne à Marioupol. Les précédentes tentatives d’évacuation avaient échoué. Sur place, les bombardements continuent.
  • Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a assuré que l’organisation faisait « tout son possible » pour évacuer les civils coincés dans « l’apocalypse » de Marioupol, qui comptait un demi-million de personnes avant la guerre.
  • La prise totale de cette ville permettrait à Moscou de faire la jonction entre les territoires conquis dans le Sud, notamment la péninsule de Crimée, jusqu’aux républiques séparatistes prorusses de Donetsk et Lougansk, à l’est. C’est justement dans ce flanc oriental que l’armée russe, numériquement supérieure à son adversaire ukrainien et mieux dotée en artillerie, grignote du terrain, en cherchant à le prendre en étau depuis le nord et le sud afin de compléter son emprise sur le Donbass.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis. A très vite sur 20 Minutes!
20h46 : Huit civils tués par des frappes dans les régions de Donetsk et Kharkiv

Huit civils ont été tués dimanche dans des bombardements sur les régions de Kharkiv et Donetsk, dont quatre dans la seule ville de Lyman, proche du front et sous la menace directe de l’avancée russe, ont annoncé les gouverneur régionaux.

« Bombardements russes dans la région de Donetsk : quatre civils tués, tous de Lyman », a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, ajoutant que sept civils avaient été blessés dans cette ville d’où l’armée ukrainienne a récemment dû se replier.

Il a ajouté qu’un civil était mort des suites de blessures à Bakhmout, une ville plus éloignée du front, et quatre blessés en diverses localisations de l’est de l’Ukraine.

Oleg Sinegoubov, le gouverneur de la région de Kharkiv (nord-est), a de son côté annoncé sur Telegram que trois civils étaient morts et huit blessés dimanche dans des frappes ayant touché des quartiers résidentiels de Kharkiv et des villes de sa région.

20h27 : Rafael Nadal estime l’exclusion des Russes « très injuste »

Rafael Nadal a estimé que l’exclusion du tournoi de Wimbledon des joueurs et joueuses russes et bélarusses en réaction à l’invasion de l’Ukraine était une décision « très injuste », dimanche avant le tournoi de Madrid. « Ils ne peuvent pas faire grand-chose, si ? En quoi c’est de leur faute ce qui se passe en ce moment, la guerre ?, a demandé l’Espagnol de 35 ans. Je suis vraiment désolé pour eux. »

« C’est très injuste pour eux, mais malheureusement, je dirais qu’actuellement, si c’est très compliqué pour ces joueurs, ce qui se passe est tellement malheureux que finalement ce qui arrive dans notre sport n’a pratiquement aucune importance quand il y a tellement de gens qui meurent et qui souffrent », a souligné l’ex-N.1 mondial.

Wimbledon a annoncé il y a une dizaine de jours sa décision d’exclure Russes et Bélarusses de son édition 2022 (27 juin-10 juillet) en raison de l’invasion de l’Ukraine. Parmi les joueurs et joueuses concernés figurent notamment le N.2 mondial Daniil Medvedev, Andrey Rublev (N.8) – qui l’a qualifiée de « totalement discriminatoire » –, Aryna Sabalenka (N.4) ou encore Victoria Azarenka (ex-N.1 aujourd’hui 17e).

Cette décision est une première dans le tennis mondial et a immédiatement été vivement critiquée par l’ATP et la WTA.

 

20h03 : Au moins 20.000 morts à Marioupol depuis le début de la guerre, selon les autorités ukrainiennes

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles de l’invasion russe contre l’Ukraine. Rien qu’à Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20.000 morts, en raison des combats mais aussi de l’absence de nourriture, d’eau et d’électricité.

19h24 : « On va les accueillir à Zaporijjia », le président Zelensky se réjouit de l’évacuation de civils d’Azovstal

« L’évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d’environ 100 personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l’Ukraine). Demain on va les accueillir à Zaporijjia », une ville située à l’ouest de Marioupol, a écrit sur Twitter le président ukrainien Volodymyr Zelensky.



 

18h29 : Moscou confirme l’évacuation de civils d’Azovstal ensuite « remis » à l’ONU

Quelque 80 civils ont été évacués du complexe métallurgique d’Azovstal à Marioupol, port assiégé dans le sud-est de l’Ukraine, et ceux qui le voulaient « ont été remis » à l’ONU, a annoncé dimanche le ministère russe de la Défense. « Quatre-vingts civils, dont des femmes et des enfants (…) ont été secourus », a annoncé le ministère russe dans un communiqué, ajoutant que « ceux qui souhaitaient partir vers les zones contrôlées par le régime de Kiev ont été remis à des représentants de l’ONU ».

18h09 : Olaf Scholz défend sa politique envers l’Ukraine

Le chancelier allemand Olaf Scholz a défendu dimanche ses décisions sur l’Ukraine, rejetant à la fois les critiques selon lesquelles il aurait agi trop lentement et repoussant les appels à l’arrêt des livraisons d’armes à Kiev. « Je prends mes décisions rapidement et en coordination avec nos alliés », a-t-il déclaré au journal Bild dimanche. « Je me méfie des actions précipitées et de l’Allemagne qui ferait cavalier seul ».

Le Parlement allemand a adopté jeudi une motion appelant le gouvernement à accélérer les livraisons d’armes lourdes à Kiev. Mais dans le même temps, vingt-huit écrivains, philosophes et chanteurs allemands de renom ont demandé à Olaf Scholz de cesser l’envoi d’armes lourdes à l’Ukraine au travers d’une lettre ouverte vendredi. « Je respecte tout pacifisme et toute opinion », a-t-il déclaré. « Mais cela doit sembler cynique aux citoyens ukrainiens quand on leur dit de se défendre contre l’agression de Poutine sans armes », a-t-il ajouté.

17h56 : L’ambassadeur de Russie en Suède convoqué

Comme son homologue au Danemark, l’ambassadeur russe en Suède va être convoqué par Stockholm suite au survol de l’espace aérien suédois par un avion de reconnaissance russe. « Il existe des procédures établies pour ce type de cas. Il s’agit notamment de convoquer le représentant de la nation incriminée au ministère des Affaires étrangères », indique le ministère suédois des Affaires étrangères.

Interrogé par le quotidien Dagens Nyheter le ministre suédois de la Défense, a dit n’avoir « aucune preuve » que l’incident était lié aux discussions actuelles sur l’éventuelle adhésion suédoise à l’alliance nord-atlantique. Alors que la Finlande réfléchit également à une candidature à l’entrée dans l’Otan, la Russie a déjà prévenu que Stockholm comme Helsinki devaient s’attendre à des « conséquences » tant dans les « relations bilatérales » avec la Russie que « pour l’architecture sécuritaire européenne dans son ensemble ».

17h48 : L’électricité de retour à Tchernobyl

L’opérateur du réseau national ukrainien a déclaré avoir rétabli une alimentation électrique « fiable » dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, autour du site de la catastrophe du réacteur nucléaire de 1986, rapporte l'agence Associated Press.

17h41 : Un pont saboté en Russie ?

Le gouverneur de Koursk, une région frontalière de l’Ukraine, a indiqué sur Telegram qu’en fin de matinée une partie d’une voie ferrée utilisée pour le fret s’était effondrée au niveau d’un pont, sans faire de victimes. « C’était un sabotage, une affaire pénale a été ouverte. Les autorités chargées de l’enquête, les experts des forces de l’ordre vont régler le problème », a promis le gouverneur Roman Starovoït, sans nommer les forces ukrainiennes et en promettant des détails supplémentaires ultérieurement.



 

17h35 : Embargo sous condition

Deux conditions restent à remplir pour pouvoir appliquer un éventuel embargo européen sur le pétrole russe :

- Deux pays européens enclavés, la Hongrie et la Slovaquie, dépendent des oléoducs russes. Ils n’ont pas de ports et ne sont reliés à aucun oléoduc européen. Il faut construire donc des infrastructures ou trouver des alternatives.

- Les décisions européennes ne doivent pas entraîner une flambée mondiale des prix du pétrole qui serait contreproductive. Un plafonnement des prix préconisé par les Etats-Unis est une « mesure intelligente » car elle évite les spéculations et le pétrole reste rémunérateur, mais « il faut qu’il s’applique au-delà des Européens et des Américains », explique un responsable européen.

17h29 : L’UE finalise un embargo progressif sur le pétrole russe

L’Union européenne finalise un arrêt progressif de ses achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie pour sanctionner la guerre en Ukraine et va annoncer cette semaine un calendrier et de nouvelles mesures, ont confié dimanche plusieurs sources européennes. « Il y a une volonté politique de cesser les achats de pétrole à la Russie et nous aurons la semaine prochaine des mesures et une décision sur un retrait progressif », a affirmé un responsable européen impliqué dans les discussions. La Commission européenne doit mettre sur la table une proposition d’embargo « avec une période de transition jusqu’à la fin de l’année », a également indiqué un diplomate européen.

17h17 : Le post animal (badass) du jour


 

17h01 : Incendie d’une structure de l’armée russe près de la frontière ukrainienne

Un incendie s’est déclaré dans des locaux appartenant au ministère de la Défense dans la région de Belgorod, près de la frontière avec l’Ukraine, selon son gouverneur, faisant un blessé. « À la frontière de trois municipalités – les régions de Borissov et Belgorod et le district urbain de Iakovlevski – un incendie s’est déclaré sur le territoire de l’un des objets du ministère de la Défense », a déclaré sur Telegram le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov. Un peu plus tard, il a annoncé qu’une personne avait été blessée légèrement, assurant que les services de secours étaient à l’œuvre sur place.

16h53 : Une centaine de civils évacués du site Azovstal à Marioupol vers l’Ukraine

L’évacuation de l’usine Azovstal à Marioupol, port assiégé dans le sud-est de l’Ukraine, « a commencé » et une centaine de civils se dirigent vers « le territoire contrôlé par l’Ukraine », a annoncé dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « L’évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d’environ 100 personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l’Ukraine). Demain on va les accueillir à Zaporijjia », a écrit sur Twitter le président ukrainien.

16h38 : Merchandising militaire et capitalisme à l'oeuvre en Russie


 

16h05 : Le quartier du théâtre de Marioupol a souffert


 

15h39 : L’opération d’évacuation de civils d’Azovstal « se poursuit » ce dimanche

L’opération d’évacuation de civils du complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, « se poursuit » ce dimanche en coordination avec le CICR, a annoncé un porte-parole de l’ONU à Genève. « L’ONU confirme qu’une opération d’évacuation est en cours au complexe sidérurgique d’Azovstal, en coordination avec le CICR et les parties au conflit », a indiqué ce dimanche Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU, dans un courriel. Il a souligné ne pouvoir donner d’autre détail pour des raisons de sécurité.

15h09 : Deux silos à grains détruits par la Russie

Deux silos à grains ont été détruits dans un bombardement russe près de Synelnykov, indique le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk Valentyn Reznychenko, selon le média anglophone The Kyiv Independant.



 

14h52 : Les livraisons de gaz russe en Europe sur la période janvier-avril ont baissé de 27 % par rapport à 2021

Les livraisons de gaz russe vers les pays de l’UE et la Turquie ont fortement baissé entre janvier et avril par rapport à cette même période en 2021, tandis que celles vers la Chine ont explosé, a annoncé dimanche Gazprom.

« Les exportations vers les pays hors CEI (l’UE et la Turquie) se sont élevées à 50,1 milliards de mètres cubes, soit 26,9 % de moins qu’à la même période de 2021 », a indiqué dans un communiqué le groupe contrôlé par l’Etat russe, sans fournir d’explication. Gazprom précise continuer de fournir du gaz « en pleine conformité avec les obligations contractuelles ».

13h46 : L’Allemagne réduit fortement sa dépendance énergétique à la Russie

L’Allemagne, un des pays européens les plus dépendants de la Russie pour son énergie avant la guerre en Ukraine, a annoncé dimanche avoir déjà réussi à fortement réduire cette tendance, notamment pour le charbon et le pétrole.

La dépendance de la première économie européenne envers les importations de pétrole russe est descendue ces dernières semaines à 12 %, contre 35 % auparavant, et celle liée au charbon à 8 % contre 50 % jusqu’ici, a annoncé le ministère de l’Economie dans un rapport. En revanche, la dépendance à l’égard du gaz russe reste importante, même si elle a aussi baissé, à 35 % contre 55 % avant le déclenchement de l’invasion russe le 24 février, a souligné le ministère.

13h32 : Le Danemark convoque l’ambassadeur russe après la violation de son espace aérien

Copenhague a dénoncé la violation de l’espace aérien danois par un avion de reconnaissance russe et convoqué l’ambassadeur de Russie au sujet de cet incident, a indiqué dimanche le chef de la diplomatie danoise. « L’ambassadeur russe est convoqué au ministère des Affaires étrangères demain. Une nouvelle violation russe de l’espace aérien danois. C’est totalement inacceptable et particulièrement inquiétant dans la situation actuelle », a écrit Jeppe Kofod sur Twitter.

L’incident s’est produit vendredi soir lorsqu’un avion de reconnaissance russe s’est introduit dans l’espace aérien danois à l’est de Bornholm (île danoise de la Baltique) avant de pénétrer dans l’espace aérien suédois, cette dernière partie de l’épisode ayant été rendue public par la défense suédoise samedi.

13h14 : Le résultat des frappes sur Kiev

En image, les dégâts causés par le bombardement russe sur Kiev lors de la visite du secrétaire général de l’ONU.



 

13h02 : La Suède ne prendra pas de décision concernant l’Otan « à la légère »

La Suède non-alignée, où le débat sur une éventuelle candidature à l’Otan s’intensifie à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ne doit pas prendre de décision concernant l’Alliance atlantique « à la légère », a affirmé dimanche sa Première ministre. « Nous avons été non-alignés pendant 200 ans et cela nous a été bien utile (…), une décision ne doit pas être prise à la légère », a affirmé Magdalena Andersson lors d’une conférence de presse en marge des célébrations du 1er mai.

Le dépôt d’une candidature à l’Otan est « une question très, très difficile qui exige une analyse en profondeur », a-t-elle ajouté. Son parti, les sociaux-démocrates, traditionnellement opposés à toute adhésion, ont annoncé il y a une semaine qu’ils comptaient parvenir à une décision sur le sujet d’ici le 24 mai.

12h48 : Le pape demande des couloirs humanitaires pour Marioupol, « détruite de manière barbare »

« Mes pensées vont à la ville ukrainienne de Marioupol, ville de Marie, bombardée et détruite de manière barbare. Je renouvelle ma demande d’ouverture de couloirs humanitaires sécurisés », a déclaré le pape François lors de la prière de l’Angélus sur la place Saint-Pierre au Vatican.

12h31 : L’aéroport d’Odessa bombardé

L’aéroport d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine, a été frappé samedi par un missile russe qui a détruit la piste, sans faire de victimes, a annoncé le gouverneur de la région Maxim Martchenko. Pour sa part, le ministère de la Défense russe a assuré avoir détruit « un hangar avec des armes et des munitions reçues des États-Unis et de pays européens », ainsi que la piste.

12h22 : L’armée ukrainienne tente de tenir le coup

Face à la nouvelle stratégie russe, les soldats ukrainiens vivent « des combats très durs » pour de petits territoires. Entre blessures et usure, les défenseurs faiblissent. On vous raconte la ligne de front ici.



 

12h07 : Moscou annonce l’évacuation de près de 50 civils à Marioupol

Le ministère de la Défense russe a déclaré dimanche que près de cinquante civils avaient été évacués samedi du territoire de l’usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l’Ukraine assiégé par les Russes. « Le 30 avril, après l’instauration d’un cessez-le-feu et l’ouverture d’un couloir humanitaire, deux groupes de civils ont quitté les bâtiments d’habitation adjacents au territoire de l’usine métallurgique d’Azovstal », a déclaré sur Telegram le ministère.

« Dans l’après-midi, 25 riverains sont sortis. En début de soirée, un deuxième groupe de 21 personnes est parti, qui a été emmené à Bezimennoïé », une ville située à l’est de Marioupol, à mi-chemin entre cette ville portuaire et la frontière russe. « Tous les civils ont reçu un logement, de la nourriture et l’assistance médicale nécessaire », ont assuré les autorités russes, qui ne précisent pas où a été emmené le premier groupe.

11h53 : La Russie utilise une « usine de trolls » pour relayer sa propagande, alerte Londres

Des trolls pro-russes mènent une guerre de l’information depuis une ancienne usine de Saint-Pétersbourg, d’où ils ciblent des dirigeants occidentaux et relaient la propagande du Kremlin concernant l’Ukraine, a rapporté dimanche le gouvernement britannique qui a commandé une étude sur le sujet.

Le rapport, dont les auteurs n’ont pas été identifiés pour des raisons de sécurité, « montre comment le Kremlin utilise une usine de trolls pour relayer des mensonges sur les réseaux sociaux et dans les commentaires de sites à large audience », a indiqué le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué. Selon le communiqué, cette campagne russe de désinformation « est pensée pour manipuler l’opinion publique internationale concernant la guerre russe en Ukraine ».

 

11h29 : Londres veut renforcer son soutien à l’Ukraine

« Le Royaume-Uni continuera à fournir une aide militaire et humanitaire pour donner aux Ukrainiens l’équipement dont ils ont besoin pour se défendre. Je suis plus déterminé que jamais à renforcer l’Ukraine et à faire en sorte que Poutine échoue », a twitté le Premier ministre britannique Boris Johnson samedi soir.

11h01 : Le gouverneur de Kharkiv demande à la population de ne pas quitter les abris

Sur Telegram, le gouverneur de Kharkiv Oleh Synyehubov demande « aux résidents des districts au nord et à l’est de Kharkiv, en particulier Saltivka, de ne pas quitter les abris durant la journée » en raison « des bombardements intenses ».

10h43 : Un avion de reconnaissance russe a violé l’espace aérien suédois

Un avion de reconnaissance russe a brièvement violé vendredi l’espace aérien de la Suède, a annoncé samedi l’état-major de ce pays scandinave qui réfléchit à une possible adhésion à l’Otan suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le ministre suédois de la Défense a dénoncé cette incursion. « Il est totalement inacceptable de violer l’espace aérien suédois (…) Cette action n’est pas professionnelle et, compte tenu de la situation générale en matière de sécurité, elle est très inappropriée. La souveraineté suédoise doit toujours être respectée », a écrit Peter Hultqvist à la télévision publique SVT. « Nous allons bien sûr protester par la voie diplomatique », a-t-il ajouté. Début mars déjà, quatre avions de combat russes ont brièvement violé l’espace aérien suédois à l’est de l’île du Gotland en mer Baltique.

10h35 : La Russie pourrait geler des avoirs étrangers

Les autorités russes ont laissé entendre dimanche que les avoirs russes de certains pays jugés hostiles pourraient être saisis, en réponse à la proposition de l’administration américaine de liquider les avoirs saisis auprès d’oligarques russes et d’en transférer le produit à l’Ukraine.

« Il est juste, en ce qui concerne une entreprise située sur le territoire russe, dont les propriétaires sont originaires de pays hostiles où de telles décisions sont prises, de répondre par des mesures miroir : confisquer ces avoirs », a tonné le président de la chambre basse du Parlement, Viatcheslav Volodine, sur sa chaîne Telegram.

10h20 : Des étudiants libanais réfugiés dans l’incertitude

Après avoir fui la guerre en Ukraine, des étudiants libanais s’efforcent désormais de terminer leurs études dans leur pays où ils sont confrontés à un avenir précaire en raison d’une crise économique sans précédent qui affecte leurs perspectives de carrière. « Mieux vaut la guerre qu’être ici », soupire Yasser Harb, en dernière année de médecine, qui a quitté la capitale Kiev deux jours avant l’invasion russe le 24 février.

Avouant être rentré au Liban pour rassurer ses parents, il se retrouve dans un pays où l’électricité se fait rare, où le cours de la monnaie s’est effondré et le coût de la vie a explosé. Près d’un millier d’étudiants libanais ont pu quitter l’Ukraine, selon des données officielles annoncées fin mars. Au moins 340 se sont inscrits au ministère de l’Education pour poursuivre leurs études.

9h47 : Nancy Pelosi en visite surprise à Kiev, rencontre Zelensky

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a rencontré dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky au cours d’une visite surprise à Kiev.
« Merci aux Etats-Unis de contribuer à protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre État », a twitté le président ukrainien pour accompagner une vidéo où on le voit, flanqué de gardes armés, accueillir Nancy Pelosi et une délégation du Congrès devant la présidence à Kiev et ensuite en réunion avec la délégation américaine.



« Notre délégation s’est rendue à Kiev pour envoyer un message sans équivoque et retentissant au monde entier : les Etats-Unis sont aux côtés de l’Ukraine », selon un communiqué de la délégation américaine qui se rend ensuite dans le sud-est de la Pologne et à Varsovie. « Un soutien américain supplémentaire est en route », soulignent les parlementaires américains qui assurent qu’ils vont « transformer la forte demande de financement du président Biden en un paquet législatif ».

9h01 : Première évacuation de civils de l’usine Azovstal, à Marioupol

L’espoir renaît un peu à Marioupol. Un premier groupe de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l’aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne dans la ville. Surtout, la sortie d’une vingtaine de civils des sous-terrains de cet immense complexe industriel représente une grande première, toutes les précédentes tentatives d’évacuation ayant échoué.

Le régiment Azov, qui défend cette zone industrielle, a parlé de « vingt civils, des femmes et des enfants ». « Ils ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu’ils seront évacués vers Zaporijjia, sur le territoire contrôlé par l’Ukraine », a déclaré Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment dans une vidéo sur Telegram.

Quelques heures plus tôt, l’agence officielle russe Tass avait annoncé qu’un groupe de 25 civils, dont six enfants, avait pu sortir d’Azovstal, où sont terrés selon Kiev des centaines de militaires et de civils ukrainiens dans des galeries souterraines datant de l’époque soviétique.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live consacré à la guerre en Ukraine. Alors que les bombardements continuent, un premier groupe de civils a pu être extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l’aciérie Azovstal, à Marioupol. A Kharkiv, la situation est aussi toujours difficile. La deuxième ville du pays est en effet quotidiennement frappée par des roquettes russes, causant la mort de civils. Le rapport de force étant extrêmement favorable aux Russes, jusqu’à « cinq fois supérieur en termes d’équipement » selon un militaire ukrainien, Kiev compte toujours sur une accélération des livraisons d’armes de la part des Occidentaux.